« Il manque toujours une personne dans les photos »

Entendu ce matin au cours du journal de 8 h sur France Inter, le témoignage de la mère de ce jeune homme dont un os vient d’être retrouvé au large d’Antibes, vingt ans après sa disparition :

« Quand quelqu’un est sur le point de mourir, on sait, on va l’enterrer, et puis on fait son deuil comme on peut. Mais là, ce n’est pas le cas. On ne sait pas s’il est vivant, s’il est mort. On ne sait rien. On vit parce qu’il faut vivre. On se marie, on fait des enfants, on continue. Mais quand on a des réunions de famille, il manque toujours une personne dans les photos. »

Expression douloureuse de la réalité humaine de la photographie de famille : réunir les membres, tous les membres de la famille pour les besoins de la photo. Ici, le rituel, qui se perpétue comme il se doit, réitère cruellement le constat de l’absence incompréhensible du disparu.