Les ouvriers et la photographie

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution du numéro 2 de la revue en ligne Images du travail Travail des images consacré aux ouvriers et la photographie de 1945 à nos jours. Publication à laquelle j’ai participé avec un article sur l’emprise du bleu de travail dans l’univers des lycées professionnels.

Quand la photographie fait société(s)

J’aurai le plaisir de participer à cette journée d’étude organisée jeudi 14 janvier par Dominique de Font-Réaulx et Michel Poivert autour des recherches de leurs étudiants du Master en histoire de l’art-histoire de la photographie de l’Ecole du Louvre, ainsi que la charge redoutable d’en proposer la conclusion.

Ecole du Louvre
Palais du Louvre, Porte Jaujard
(entrée par le jardin du Carrousel)

14 janvier 2016 10 h-17 h
Amphithêatre Michel-Ange

Travail gratuit

Le Monde-31-12-2015Le quotidien Le Monde vient de consacrer un article à l’essor du travail gratuit qui, à travers les stages, les commandes non rémunérées, les « expériences professionnelles » vantées comme des « compléments de formation » ou des gages de « visibilité », affecte particulièrement les professions indépendantes dans le secteur des activités culturelles. Continuer la lecture

La photographie : un chemin d’accès au monde ?

BnF1- juin 2008Le 3 décembre prochain aura lieu à la BnF une journée sur ce thème, confrontant les approches de divers praticiens et spécialistes.

J’y participerai à une table-ronde autour de la question : « Faire face aux images : comment documenter le monde ? »

Jeudi 3 décembre 2015
9 h – 17 h 45
BnF – Petit auditorium, Hall Est
Quai François Mauriac 7504 Paris

Facettes multiples

Que signifie un portrait les yeux fermés ? Comme celui d’Abd Al Malik qui vient de faire la couverture du magazine Télérama ?

C’est a priori antinomique du portrait. Non pas que le modèle doive forcément regarder le peintre ou l’objectif photographique. La plupart des portraits de la peinture le représentent plutôt de trois-quarts avec un regard qui vise un point indéfini, hors du tableau. Mais qu’il ferme les yeux, voilà qui n’est guère prévu, hormis dans le genre du portrait mortuaire qui eut son heure de gloire à la fin du XIXe siècle. Les photographes éliminent les instantanés qui ont fixé le modèle au moment où il était en train de ciller, c’est-à-dire avec les yeux involontairement clos. Mais de là à le photographier délibérément les yeux fermés ?

Continuer la lecture

Mémorial vidéo

A Buenos Aires s’est ouvert en juin dernier un musée grandiose consacré aux Malouines et autres îles atlantiques sur lesquelles l’Argentine revendique sa souveraineté. C’est un édifice moderne, somptueux, qui frappe par les moyens muséographiques mis en jeu sur les trois étages. Manifestement, le gouvernement argentin a voulu mettre le paquet pour ce monument à la gloire de l’identité argentine. Continuer la lecture

Basculer dans le numérique

Je suis heureux de vous annoncer la parution de mon nouveau livre, intitulé Basculer dans le numérique. Les mutation du métier de photographe.

C’est le fruit de l’enquête que j’ai menée, en partie avec Dominique Sagot-Duvauroux, sur les répercussions de la technologie numérique dans la profession numérique. Plusieurs aperçus de cette enquête ont fait l’objet de billets sur ce blog et ont suscité de nombreux commentaires, qui m’ont été particulièrement utiles. A l’occasion de cette publication, je tiens d’ailleurs à remercier tous ceux qui m’ont ainsi apporté leur concours.

L’ouvrage est publié par les Presses universitaires de Rennes.

Pour plus d’informations.

Vicissitudes des Images plein la rue

Reproductions géantes de photographies d'Arno Rafael Minkkinen

Dans le fond, "Figure (with vertical lines)" de John Baldessari, sur la façade de l'ancienne prison

Le festival Images de Vevey se caractérise par le grand nombre d’expositions installées dans la ville, en différents endroits choisis pour leur résonance avec les images. Il s’ensuit qu’elles sont exposées aux vicissitudes d’un environnement où leur présence ne va pas forcément de soi et où leur réalité physique est exposée à de nombreuses atteintes.

Ainsi, lorsque le vent est trop fort, les flotteurs qui supportent les images du Japonais Yuji Hamada – placées sur le lac précisément pour l’arrière-fond que la crête des Alpes offre à ses recompositions de montagnes à partir de papier aluminium – se trouvent rabattus sur la rive, voire emportés au large. L’un d’eux a tout bonnement disparu.

Réparation des flotteurs échoués

D’autres atteintes ne viennent pas des éléments, mais des gens.

L’installation en forme de snowpark du Suisse Philippe Fragnière excite les envies des enfants qui grimpent dessus et, en retombant, déchirent le papier des images, dont ils ne perçoivent pas forcément qu’elles représentaient quelque chose. Il a fallu installer un cordon de sécurité et, comme cela ne suffisait pas, ajouter des écriteaux précisant qu’il s’agissait bel et bien d’une œuvre d’art sur laquelle il n’était pas question de monter. Les personnels qui étaient venus recoller les images redoutaient que ces simples papiers scotchés sur les poteaux ne durent pas plus longtemps que le reste.

Parfois, c’est la présence et le contenu des œuvres dans l’espace public qui soulèvent des réactions. Un graffiti, inscrit à même la bâche sur laquelle est présentée une photographie géante, proteste contre l’image que l’ensemble de la manifestation donne de la ville de Vevey : « L’Image de Vevey, la ville d’Images, n’est qu’une image. Savez-vous ce qui se cache sous cette pellicule faussement parfaite ? »

Il y a encore d’autres cas où le second degré des concepteurs du festival entre en contradiction manifeste avec la politique de la ville et les attentes de certains de ses habitants. C’est le cas de l’exposition des photos de graffitis réalisés à New York par la photographe Martha Cooper dans les années 1980. Ses images ont été collées dans un souterrain qui passe sous les voies de chemin de fer, dans une allusion directe aux couloirs du « subway » américain où ces graffitis avaient fait leur apparition. Il se trouve que la municipalité de Vevey mène une politique active contre les graffitis : à cette fin, elle a en particulier recouvert les carrelages de ce souterrain d’un produit qui empêche de fixer la peinture. Si bien qu’il s’est révélé particulièrement difficile d’y coller les photographies de l’artiste. Un comble pour une œuvre sur les graffitis !

Mais il y a plus : le matin où je suis passé dans ce souterrain, la plupart des images avaient été arrachées. Il y a clairement à Vevey des personnes qui ne veulent pas y voir revenir les graffitis, même sous la forme d’images consacrées aujourd’hui comme des œuvres d’art.

Décidément, la vie des images dans l’espace public n’est pas de tout repos.

Des images pour la sociologie. Méthodes et questionnements

Jeudi prochain, 20 février à 14 h, je présenterai une conférence consacrée au Précis de photographie à l’usage des sociologues, que j’ai co-écrit avec Michaël Meyer.

Cette conférence s’inscrit dans le cycle « Chercheurs à la BU« , organisé par la Bibliothèque universitaire de Lettres, Sciences Humaines et Sociales, située sur le campus Tertre de l’Université de Nantes.

Elle débutera à 14 h dans la salle de formation du 1er étage.

Complément du 25 mars 2014 :

La vidéo de cette conférence est en ligne sur le site de Télénantes.

Les usages de la photo et du film en sciences sociales. Exemples de mobilisations et de dispositifs participatifs

C’est la prochaine séance du séminaire méthodologique transversal du laboratoire CITERES : « Écrire et réfléchir les sciences humaines et sociales ».

PROGRAMME :

La photographie et le film comme outils de connaissance dans les champs urbain et des mouvements sociaux
Cécile Cuny-Robert, Maître de conférences en aménagement et urbanisme, Lab’Urba, Université Marne la Vallée Paris Est,et Héloïse Nez, Maître de conférences en sociologie, CITERES,Université de Tours.
Filmer et utiliser des matériaux sonores et visuels pour décrire et analyser les rassemblements protestataires à Moscou
Perrine Poupin, Doctorante en histoire, Centre d’études des mondes russe, caucasien et
centre-européen (CERCEC), EHESS Paris.
Discutante : Hélène Bertheleu, CITERES, Université de Tours.
Faire entendre la parole citoyenne par le recours au film. Enjeux théoriques et méthodologiques
Laura Seguin, Doctorante en aménagement de l’espace, CITERES, Université de Tours.
Discutant : Patrice Melé, CITERES, Université de Tours.

Ce séminaire aura lieu le jeudi 16 janvier, de 14h à 17h Université François Rabelais 3, rue des Tanneurs, Tours, Salle 310.

L’inconnu du miroir

Miroir Mirallmar - Design Eduard Samso - Capture d'écran du site http://www.designbest.com

Le talent des écrivains est de faire ressentir de façon très suggestive certaines réactions suscitées par des situations inattendues, imprévisibles. C’est le cas dans un passage du roman d’André Brink, intitulé L’Insecte missionnaire1.

L’action se passe dans les parties les plus reculées de la Province du Cap, au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Le personnage principal est un Noir, un « Hottentot », qui a grandi dans un domaine africaner, sous la férule des maîtres blancs (baas). La scène dont il est question ici le met aux prises avec un prédicateur-colporteur qui arrive un jour avec son chariot et son lot de curiosités. Cupido Cancrelas a alors une trentaine d’années.

« L’homme se penche et retire le crêpe qui recouvre le premier objet. Il ne se passe rien.
« Viens plus près. »
Cupido s’exécute. Dépouillé de son suaire, la chose n’est plus aussi intimidante. Jusqu’à ce que Cupido se penche à son tour pour l’examiner de plus près.
Il manque tomber à la renverse et pousse un cri qui réveille toute la basse-cour.
« Non, baas. Cette chose est vivante !
– Regarde bien. »
Cette fois, Cupido s’approche à quatre pattes, de biais, pour jeter un coup d’œil, prudent, à l’intérieur du cadre. Le même visage le dévisage. Un visage aux traits animés et aux yeux vifs comme un meerkat, des touffes de cheveux noirs sur le crâne. Il lève les mains pour se protéger. L’homme dans le miroir l’imite.
Il recule de plusieurs pas. L’homme face à lui rapetisse et ne tente pas de le suivre, au contraire.
Cupido rampe derrière l’objet plat. Derrière, il n’y a rien. Il s’aventure donc à nouveau à l’avant. Le visage revient. Ils se dévisagent l’un l’autre. La chose dans le cadre imite tout ce que fait Cupido : s’il fait une grimace, l’autre fait une grimace ; s’il lève la main, l’autre lève la main.
« Viens ici », dit l’homme au tuyau de poêle [son chapeau haut de forme], approchant pour retirer le suaire noir du deuxième objet – et puis du troisième, du quatrième, jusqu’à ce que les douze soient pleinement révélés à la lumière du soleil du matin. De chacun des cadres le même visage observe Cupido. Qui se met à courir de l’un à l’autre, essayant de surprendre l’inconnu mais, chaque fois, le visage est là, le singe, s’éloigne quand Cupido s’éloigne, revient si lui-même revient. Et quand il passe derrière les objets, il n’y a plus rien. Alors que, devant, le visage revient toujours.
Il faut longtemps à Cupido pour oser demander :
« Qu’est-ce que c’est que cette chose au visage qui revient tout le temps?
– Tu ne la reconnais pas ?
– Jamais vu, baas. Il peut pas être des environs. Il est venu avec toi dans le chariot, c’est ça? »
Il dodeline de la tête. De là où il se tient, il voit six ou sept visages, tous semblables, tous inconnus et qui tous dodelinent de la tête : les autres sont trop éloignés ou de biais. « Ça doit être des visages de spectres, dit-il. Les hai-noen. Peut-être les gens des ombres de l’autre côté ? Sono khoin. Ils n’ont pas l’air très dangereux. Mais on ne peut jamais savoir. »
L’échalas au tuyau de poêle réussit à ne pas se départir de son sérieux : « C’est vrai. Si tu fais attention, il ne te fera aucun mal. Mais ne l’agace pas. Quand je pars, il veille sur le chariot. C’est alors que tu dois faire très attention.
– Je crois que le baas doit le recouvrir, avant qu’il se mette encore à se promener tout seul. »
Cupido aide le visiteur à recouvrir les glaces, une à une. Il peut respirer à nouveau. Mais il ne se risquera plus à approcher seul des chariots, surtout la nuit.  »

Voilà un homme qui, comme tant d’autres à son époque, n’a jamais vu de miroir, mais surtout voilà un homme qui ne s’est jamais vu lui-même, si bien qu’il n’a aucune idée de son visage. Il ne sait pas à quoi il ressemble. Placé devant ces miroirs, il ne comprend pas qu’il lui renvoient un reflet de sa propre apparence. Lui n’y découvre qu’un inconnu démultiplié d’une manière quasi-surnaturelle. Il ne peut faire aucun lien avec lui-même.

Ce sentiment d’étrangeté radicale éclaire sous un autre jour le mythe de Narcisse – autre cas d’équivoque dans un univers sans miroir. Si Narcisse tombe amoureux du visage qu’il aperçoit dans l’eau, c’est précisément parce qu’il ne le connaît pas. Il le prend pour un autre. Freud en fera la figure de l’amour de soi, mais du temps de Narcisse, il était très improbable de faire un tel lien entre le reflet et soi-même.

Cette situation a prévalu très longtemps dans nos sociétés, si l’on considère la faible diffusion des miroirs dans les couches populaires jusqu’au tournant du XXe siècle. Les possibilités d’apercevoir son visage au cours d’une vie étaient rares et particulièrement hasardeuses : un reflet fugitif dans la vitre d’une fenêtre, une flaque d’eau, ou dans le miroir du barbier – si l’on avait les moyens de s’offrir ses services. Disposer à demeure de sa propre image est un confort qui n’a pas plus d’un siècle pour l’immense majorité de la population. Encore ce confort était-il parcimonieux : un petit miroir suspendu au dessus de l’évier de la cuisine pour quand le père se rasait ; les autres membres de la famille n’y avaient pas droit.

Il me semble important de prendre en considération cette invisibilité à soi-même, si largement répandue dans la société du XIXe siècle et si durable, pour réaliser à quel point la photographie a pu constituer une nouveauté renversante. Car non seulement elle a démocratisé la possibilité d’obtenir un portrait de soi bien au delà des classes possédantes dont c’était l’apanage jusque là. Mais surtout, elle a procuré cette image à un nombre incalculable de gens qui ne s’étaient jamais vus auparavant. L’effet de révélation a dû être saisissant, à la limite de l’effroi, si perceptible dans l’extrait du roman d’André Brink.

Miroir et photographie, toute une histoire de la vie quotidienne qui demanderait à être explorée par le menu.

  1. Arles, Actes Sud, 2006, traduit de l’anglais d’Afrique du Sud par Bernard Turle. []