Famille rêvée

Voici un nouveau visuel publicitaire à intégrer dans ma série sur l’iconographie de la photo de famille exploitée par la communication.

Deux jeunes parents souriants, trois enfants, dont le petit dernier, physiquement différent des deux aînés, pourrait laisser croire à une famille recomposée. L’harmonie règle dans ce salon branché grâce aux écrans qui captent l’attention des uns et des autres : un téléviseur pour les adultes, une tablette numérique pour les enfants. Comme souvent, c’est le fils aîné qui l’a en main, sa sœur et son petit frère regardent par dessus son épaule, selon une mise en scène réaliste des relations de concurrence et de domination au sein d’une même fratrie.

Tout ce monde-là tire son bonheur commun d’avoir acquis la Neufbox Evolution de SFR, mais chacun pour ses raisons personnelles. C’est là où l’iconographie familiale trouve pleinement son efficacité médiatique : ce rassemblement de personnes d’âge et de sexe différent résume commodément la diversité entre les individus ; il permet de parcourir à bon compte des motivations diversifiées et de faire ainsi la démonstration que le produit présenté peut satisfaire tout le monde.

A l’intérieur du prospectus, chaque membre de la famille explique en quoi cette nouvelle box comble ses attentes.

La mère, est heureuse de pouvoir joindre ses trois enfants à tout moment, « sur un fixe ou sur leur mobile », sans surcoût. On comprend ainsi que ses enfants sont équipés de portables.

Le père, qui manifestement ne voit pas le jour « entre le boulot, les enfants et un minimum de vie sociale », ne rate désormais rien des matchs qu’il souhaite suivre, quand bien même il est constamment interrompu ou qu’il ne parvient pas à les regarder en direct.

Le benjamin, qui « adore quand on se fait une soirée TV en famille », apprécie l’offre de programmes proposée par les nombreuses chaînes et la vidéo à la demande, même s’il reconnaît que pour en adopter un qui plaise à tout le monde, il faut « quelques heures de négociation ».

Agée de 12 ans, la fille trouve facilement sa série préférée à partir de la grille des programmes pour s’offrir « une pause télé avant d’attaquer les devoirs ».

Quant à l’aîné, fier d’énumérer son équipement multimédia (musique sur son ordinateur, films sur un disque dur réseau, séries cultes sur le décodeur, photos de ses copains sur une carte mémoire), le téléviseur lui sert d’écran pour y retrouver toutes ses ressources numériques.

Belle famille sur-équipée, encore qu’il semble n’y avoir qu’un seul téléviseur, contrairement au multi-équipement qu’on enregistre fréquemment dans la réalité. L’adolescence s’affirme par l’auto-subsistance électronique. Hormis la mère et le plus jeune fils, tous raisonnent individuellement et satisfont leurs besoins d’écran indépendamment des autres. L’enrichissement des offres de services permet plus facilement leur coexistence qu’elle ne favorise la convivialité.

L’essor de la télévision, dans les années 1960, a marqué le début d’un processus de privatisation de la consommation des images, par opposition au cinéma, qui supposait encore la fréquentation de lieux publics. Cette tendance n’a fait que s’affirmer au cours du temps. La publicité de SFR valorise une harmonie familiale qui résulte avant tout de la satisfaction des besoins individuels de chacun de se membres, comme si le processus de privatisation avait désormais structuré le groupe familial lui-même pour en faire, dans ses consommations d’images, une somme d’individus plutôt qu’une entité collective.

En complément (8 janvier 2012) :

Capture d'écran du site turc Huzur Electrik Enerji

Une autre utilisation du même visuel, cette fois pour un site turc de vente de matériel électrique. Cherchez l’erreur !

Une exposition très visuelle

Depuis le 2 avril dernier, le château de Nantes, qui abrite le musée d’histoire de la ville, consacre une exposition aux Nantais venus d’ailleurs : entendez les différentes catégories d’immigrés qui sont venus s’installer à Nantes depuis la Première Guerre mondiale. « Elle s’appuie sur une démarche inédite et originale de collecte engagée depuis 2008 auprès des Nantais d’origine étrangère, de leurs descendants et familles, et avec le soutien des associations partenaires. Des centaines d’objets chargés de sens et de vie ont ainsi été sélectionnés, et le musée a réalisé une série de témoignages filmés pour conserver la mémoire de ces destins singuliers. »

Ce qui frappe, lorsqu’on la visite, c’est surtout la prédominance des photographies personnelles, extraites d’archives familiales : des portraits tirés en grand sur la façade du bâtiment ou dans l’enfilade de l’exposition,

jusqu’aux très nombreuses photos présentées dans les vitrines.

213 au total. Dans le lot, seulement 63 sont des clichés documentaires. Tous les autres sont des images confiées par les gens eux-mêmes, avec en abondance des photos de famille ou personnelles (104) et secondairement des photos d’identité (461). On distingue un album de famille, une photo de classe et la photo d’une équipe de football.

Par comparaison, les objets divers (86) et les documents écrits (86 également) sont nettement moins nombreux, même si les premiers occupent davantage l’espace visuel de l’exposition.

Celle-ci constitue donc un bon exemple de ces nouvelles formes de présentation de l’histoire contemporaine qui, en recourant largement aux témoignages personnels des personnes qui l’ont vécue ou qui l’ont faite, drainent avant tout des documents visuels, au premier rang desquels des photos personnelles.

Prolongement concret de mon dernier billet.

  1. Le plus gros (25) étant constitué par un ensemble de portraits anthropométriques de « gens du voyage », fichés par les services de police. []

Un nouveau lieu commun visuel-4

4 – Des photos pour l’Histoire (DIA1)

Le motif de la photographie personnelle est utilisé de plus en plus fréquemment par les historiens du temps présent, les archivistes et même les simples mémorialistes. Le mouvement est plus vivace et ancien aux États Unis où il a démarré dans les années 1970. Quantité de musées historiques américains ou de bibliothèques publiques lancent des campagnes de collecte de photographies privées pour documenter des expositions et des publications sur tel ou tel aspect de l’histoire récente.

DIA2 : Common Bonds Birmingham Snapshots 1900 1950, Birmingham Public Library, 2002.

DIA3 : Shades of California. The Hidden Beauty of Ordinary Life. California s Family Album, Berkeley, Heyday, 2001 (catalogue).

En France, la connaissance de périodes comme celles de l’Occupation ou de la guerre d’Algérie a été enrichie ces dernières années par l’accès à des photographies d’amateurs. Ou encore certaines phénomènes sociaux plus diffus, comme par exemple l’immigration :

DIA4 : Exposition Douce France. Mémoire retrouvée, mémoire partagée, Saint Denis, 2004 / Gens du Salto, L’histoire oubliée d’un exode brutal, double DVD (présentant six documentaires dont La photo déchirée), 2005.

Aujourd’hui, le recours aux archives personnelles, en particulier photographiques, procure une matière première de plus en plus valorisée par les documentaristes de toute nature qui entendent présenter au grand public l’histoire contemporaine d’une façon à la fois vivante et personnalisée. On n’y suit plus uniquement les évènements du passé récent à travers des archives inédites (bobines d’actualité, documents officiels sortis du secret…), mais également la manière dont ces évènements majeurs ont été vécus par des individus ordinaires, présentés grâce à des photos et des anecdotes privées. On découvre ainsi des héros inconnus ou de simples comparses, emportés comme tant d’autres dans la tourmente de l’Histoire.

DIA5 : Le « Museu da pessoa » de Sào Paulo, musée virtuel crée en 2003 : « O Museu da Pessoa é um museu virtual de histórias de vida aberto à participação gratuita de toda pessoa que queira compartilhar sua história a fim de democratizar e ampliar a participação dos indivíduos na construção da memória social. »1 / Dominique Loiseau, Marre d’être sages !, Nantes, Centre d’histoire du travail, 2008 : sur l’histoire des femmes et du mouvement ouvrier / Patrick Accolla, Yannick Geffroy, Claude de Vos, L’empreinte des jours. Histoires et photos de famille de deux villages du haut pays niçois : Utelle et Lantosque, Serre Éditeur, 2008.

DIA6 : Appels de Ouest France sur la guerre de 14 18 (« Si vous possédez le carnet d’un grand père, d’un grand oncle, le journal d’une personne demeurée à cette époque là à l’arrière, si vous avez la photo d’un régiment de l’Ouest, faites le nous savoir. » – appel illustré d’une photo et d’un carnet de dessins / et de Libération à propos de Mai 68 – où, cette fois, les photos sont demandées en premier.

C’est également la photographie de famille en elle même qui se trouve valorisée aujourd’hui par des expositions à vocation documentaire, souvent à l’initiative d’écomusées :

DIA7 : Photos de famille, toute une histoire ; Musée de la ville de Saint Quentin en Yvelines, 2008 / Histoires de photographies, de l’argentique au numérique, Écomusée de Saint Nazaire, 2007 + rappel de l’exposition Mariage, images, de la Mission écomusée du Conseil général du Val d’Oise, 1996.

Au delà, il devient courant de voir une commune ou un quartier initier un travail de mémoire auprès de ses habitants qui, désormais, passe immanquablement (mais pas uniquement) par la collecte de photographies privées.

DIA8 : Quartiers à vos Mémoires, Mairie et Archives de Nantes, 21 23 janvier 2005 (détail du programme, avec notamment :
L’album photos des quartiers: « Un décor conçu comme un album photos urbain rues, placettes, bancs publics, réverbères, terrasses de bistrot, plaques de rue… évoquent la ville tandis que des photographies accrochées ici et là rappellent le souvenir de ceux qui y ont vécu. »

Collecte de photos/Atelier numérique : « Vous possédez peut être dans vos tiroirs ou albums de famille des photographies anciennes de votre quartier. Sans crainte de vous voir dépossédé(e) de vos documents personnels, vous pouvez les apporter et les faire numériser pour enrichir le fonds d’histoire des quartiers. » /

« Nous collectons la mémoire des gens d’ici », mission ethnologique du Pays Grandlieu, Machecoul, Lognes (Ouest-France, 12 octobre 2007)

La photographie remplit ici une double fonction : pénétrer dans l’intimité de l’expérience personnelle vécue par les gens et impliquer les individus dans ces projets de restitution de la mémoire collective. De même que la vieille dame raconte à ses petits enfants l’histoire de sa vie en effleurant du doigt les photos de son album, de même cette histoire communicative se raconte publiquement en exposant une sorte de grand album photographique, dans lequel certains se reconnaissent et auquel tous sont appelés à s’identifier.

DIA9 : « Ils sont devenus historiens de leur quartier », Nantes Passion, janvier 2006 / « Claudine raconte l’histoire de son quartier », Nantes Passion, mai 2003 : chacun montre des photos.

La photographie de famille fait donc désormais le lien entre la petite et la grande histoire. Elle sert la mémoire individuelle autant que la mémoire collective.

Fin (pour l’instant…).

Je rappelle que l’ensemble de l’iconographie réunie sur ces questions est accessible sur Flickr, dans un groupe ouvert aux contributions de tous.

  1. « Le Musée de la personne est un musée virtuel d’histoires de vie ouvert à la participation gratuite de toute personne désireuse de partager son histoire dans le but de démocratiser et de développer la participation des individus à la construction de la mémoire sociale » – je traduis. []

Un nouveau lieu commun visuel-3

3 – Mémoire individuelle et photographie de famille (DIA1)

On a vu précédemment que très souvent l’idée, au demeurant extensive, de famille, était figurée par des photos de famille. De la même façon, la mémoire individuelle se voit évoquée par tel ou tel cliché extrait des archives photographiques de la famille. La presse regorge ainsi d’articles qui associent le témoignage d’une personne et la photo d’elle ou de parents fixée à l’époque dont elle restitue le souvenir, selon la même combinaison organique de paroles et d’images que fait immanquablement surgir la consultation de tout album de famille : on regarde des images et on se met à raconter des histoires.

DIA2 : Souvenirs de 1936, Ouest France, 3 juillet 2006.

Double intérêt de cette mise en page :

1. On y voit l’aïeule dans l’acte même du récit d’après ou à partir de son album (ou ici de ses carnets, illustrés de photographies) ;

2. Cette femme affirme avoir tout noté pour conserver le souvenir de ces premières vacances extraordinaires, conformément à une culture de l’écrit absolument dominante à l’époque où, de surcroît, les appareils photos étaient très rares dans les classes populaires. Mais le journal préfère donner aujourd’hui la plus grande place aux photographies, conformément à une culture de l’image de plus en plus envahissante, même dans les colonnes de la presse écrite.

(A noter en passant : intérêt de la presse régionale – presse qui joue sur la proximité et l’inter connaissance de ses lecteurs – pour constater l’ampleur de ce recours à la photographie de famille comme support premier de la mémoire individuelle.)

Sous des formes variables, la presse d’information réitère ce cliché sur lequel on voit une personne évoquer une période de sa vie, un lieu du passé ou un parent en exhibant une photographie qui atteste de sa réalité en même temps qu’il en propose une image :

DIA3 : « Toute sa famille a survécu aux camps de la mort », Ouest-France, 21 octobre 2009 / « Madame Jean », portrait de l’épouse d’un ancien directeur des Galeries Lafayette de Nantes, Ouest-France, 6 février 2004.

Lorsque ce raccourci visuel est utilisé pour remonter plus avant dans le temps, il fait appel à des photos plus officielles ou réalisées le plus souvent par des photographes professionnels à une époque où la photographie n’était pas encore communément une pratique d’amateur.

DIA4 : « Jacques et Madeleine Goldstein, le couple miraculé d’Auschwitz », Télérama, 13 avril 2005 (on voit à l’éclat qu’il s’agit d’un portrait sur plaque de verre) / Philippe Guionie, « Ousmane Kassé, Tirailleur sénégalais en Indochine (1954 1956) » – ce photographe « revendique une photographie sociale et documentaire autour des thèmes de la mémoire et des constructions identitaires ».

Ces photos devenues des archives familiales, en même temps que des traces visibles de l’histoire personnelle des individus qu’elles représentent, font l’objet aujourd’hui d’une attention soutenue et d’un désir de conservation que tentent d’exploiter divers opérateurs commerciaux :

DIA5 : Généalographiste, Ouest-France, 6 décembre 2007 / « Je voulais conjuguer le passé au présent » : Publicité pour OneNote, de Microsoft Office 2010, pour réaliser des livres de mémoires (2011).

DIA6 : Logiciel Photos de famille / Playbac Biographie : exemplaire de démonstration, 2007 : « Des livres pour découvrir et partager la vie de sa famille ».

Ainsi se trouve élargie et redéfinie la notion de patrimoine : là où les photographies (de famille) servaient, on l’a vu, à figurer l’idée de patrimoine familial, les voilà à présent élevées au statut de composante principale dudit patrimoine, parées d’une valeur inestimable puisque absolument affective. Les préserver de la perte serait donc devenu pour chacun d’entre nous une urgence et une impérieuse nécessité.

Les souvenirs personnels ont acquis une incontournable façade photographique. Si bien que les photos personnelles, de famille, sont devenues le synonyme visuel de l’idée de témoignage personnel sur le passé, d’histoire de vie et, au delà, de généalogie.

DIA7 : Couvertures de Sciences Humaines : « Les récits de vie », n° 102, février 2000 (reprise de la même photo que pour le catalogue de vacances Renouveau 1999) ; « Souvenir et mémoire », n° 107, juillet 2000.

Réciproquement, photographier les gens introduit souvent une démarche de collecte de témoignages sur leur vie :

DIA8 : « Le Havre raconte les habitants de ses HLM », Ouest-France, 10 avril 2009.

A suivre…

Je rappelle que l’ensemble de l’iconographie réunie sur ces questions est accessible sur Flickr, dans un groupe ouvert aux contributions de tous.

Un nouveau lieu commun visuel-2

2 – Visuels pour la publicité ou la communication (DIA1)

Les dernières images présentées dans le billet précédent appartiennent au registre, en forte expansion actuellement, des clichés composés de toute pièce pour illustrer les thématiques d’actualité de la presse écrite. Ceux-ci ne diffèrent en rien des images publicitaires sinon par leur destination : la presse d’information plutôt que le marketing.

Ils vont me servir de transition pour aborder cette production, devenue abondante, des clichés publicitaires qui puisent directement leur inspiration dans la photo de famille. Ils permettent de donner aux messages une tonalité plus directe, plus simple, plus quotidienne, plus ordinaire, et donc de faciliter l’identification aux modèles de consommation proposés. C’est du moins ce qu’espèrent leurs auteurs.

Principaux thèmes des visuels utilisés :

LA PROTECTION SOCIALE, LA POLITIQUE FAMILIALE (DIA2)

Famille conjugale :

DIA3 : Pose traditionnelle (CAF de Seine et Marne) ou plus « jeune » (MSA du Finistère) ;

Famille élargie :

DIA4 : Permanence retraite de la Caisse régionale d’assurance maladie de Bron. / « Bien vivre après 75 ans », Nantes Passion, n° 213, avril 2011.

La même iconographie multi générationnelle se retrouve dans de nombreux visuels utilisés par des compagnies d’assurance, des organismes d’assurance maladie, des structures ou activités destinées aux retraités, des messages de santé, etc.

Le pêle mêle – dispositif d’exposition des photos de famille qui permet d’en afficher beaucoup en même temps et d’en renouveler aisément la présentation – apparaît dans beaucoup de ces publicités, probablement parce qu’il permet d’évoquer visuellement la famille tout en donnant à cette référence une tonalité extensive1 et d’y rassembler pour les besoins de la cause des personnes qu’en fait peu de liens rapprochent : habitants d’une même ville ou clients d’une même entreprise, tous placés sous le signe de la convivialité.

DIA5 : CAF de Loire Atlantique, 2001.

DIA6 : Vœux EDF 2006. / Carte senior SNCF, 2006. / Vœux Nantes 2006.

Autre transfert de l’idée de la conjonction des générations, cette fois sur le terrain professionnel, avec ses connotations d’ancienneté et de savoir faire reconnu :

DIA7 : Breton traiteur (« 4 générations de savoir faire ») ; Ambulances Clariond (« 3 générations

L’UNIVERS DOMESTIQUE (DIA8)

Le confort :

DIA9 : Album de famille, Tout pour la maison.

DIA10 : Reprise d’un visuel déjà vu, cette fois pour la communication de l’entreprise de chauffage Savelys (Nantes, 2008) + autre visuel de famille pour une offre de prêt.

DIA11 : Catalogue IKEA Family 2008 : photo de famille dans le lit des parents, synonyme par excellence de l’intimité familiale et d’une photo de famille décomplexée.

DIA12 : Visuels d’une brochure de Gaz de France Dolce Vita, avril 2008 : photos « spontanées » de la vie de famille, intimité, quotidien. / Même ambiance sur la couverture du catalogue But 2010-2011 : « On s’y retrouve tous » – « tous » signifiant : toutes les générations.

Extensions de l’idée de maison :

DIA13 : Publicité Skoda : pour transporter toute la famille, animaux compris, 2011 ; Publicité Seat Alhambra, pour 7 personnes, 2010.

La sécurité :

DIA14 : « La famille Bongeste », Boulanger, 2009. / Castorama, Solutions sécurité habitation, 2011.

Les économies d’énergie :

DIA15 : EDF, « Pour la famille Hériot, changer l’énergie, c’est naturel », date ?

Mais aussi :

DIA16 : Outils de jardin (Honda, 1999) – solidité du matériel, capable de durer des années, voire des générations (retour à une pose plus traditionaliste). / Nouvelle version 2008.

et par extension :

LE PATRIMOINE (DIA17)

DIA18 : Publicité pour les notaires, 1998.

DIA19 : Annonce d’un projet immobilier, Nantes, 2009.

DIA20 : Bienvenue chez Gestion et Patrimoine : « Qui est concerné par la gestion du patrimoine ? », www.maison facile.com : visuels décontractés cherchant à suggérer que toutes les familles sont concernées, même les plus simples.

DIA21 : Banque populaire, 2007 : photo de famille « dynastique » – sur la pelouse, devant la maison, un fauteuil au centre, le gros chien, l’encadrement…

Intérêt de l’iconographie multiforme de la photographie de famille : elle permet d’élargir à l’envi la cible de ce type de messages publicitaires, d’un côté en démocratisant l’idée de patrimoine (réduit à des cartons pour les plus modestes), de l’autre, en le chargeant de connotations symboliques riches (pour la Banque dite « populaire »).

Par extension, au delà du patrimoine : l’assurance, la banque, les services financiers :

DIA22 : Assurance Vivaccio + 2 visuels pour Ag2R (Retraite, prévoyance, épargne, santé – « Vous

LES VACANCES, LES LOISIRS (DIA23)

DIA24 : Vacances à l’île d’Yeu, www.juratlantique.com / Publicité pour Vacances Bleues, 2006 / Catalogue Cap France 2008 (villages de vacances).

Et, par extension :

DIA25 : La saison des vacances (l’été) : Orange, « Un été à la carte » ; ou le lieu des vacances (les bords de mer) : Musée du bord de mer de Bénodet, 2003-2004.

DIA26 : Carte sénior de la SNCF : le visuel combine des cartes postales et des photos de famille. / Brochure des chemins de fer suisses : voyager (en famille), faire du vélo (en famille). / Décathlon, catalogue vélo, 2011.

DIA27 : Couverture du catalogue de vacances Renouveau, 1999 / Publicité pour les WF, 2005 : être en vacances signifie prendre des photos.

LES MATÉRIELS ET SERVICES PHOTOGRAPHIQUES

Registre prolifique étant donné l’importance économique du marché de la photographie amateur, relancé depuis quelques années par l’essor de la photographie numérique. Ces publicités mettent un accent appuyé sur la famille objet central de l’attention des photographes amateurs.

Accent plus marqué encore sur les enfants, qui sont devenus les personnages centraux des photos de famille :

DIA28 : Publicités pour le téléphone portable Nokia 7610, 2004 ; Photo Service, 2004 ; les imprimantes photos HP, 2005.

En même temps que les moins faciles à photographier dans la nouvelle veine, plus spontanée, voire débridée, qui s’affirme aujourd’hui. Les fabricants rivalisent d’innovations technologiques

DIA29 : Publicité pour l’appareil Coolpix 2100 de Nikon, 2003 ;
deux variantes d’une publicité pour l’appareil FinePix 10 de Fujifilm, 2005 (« Le premier appareil qui ne perd jamais quelqu’un de vue »).

Conventions obligées : les visages, le sourire.

DIA30 : « Smile ! », publicité pour l’appareil Canon Ixus, 2007 ; couverture du magazine de la FNAC, Contact, sur le thème : « Photographiez, Retouchez, Imprimez », juin 2005.

Ainsi, il apparaît que la technologie numérique vise en priorité la photographie de famille réalisée par les amateurs en levant un à un tous les risques de ratage encourus par ces photographes occasionnels, peu versés dans la technique photographique : cadrages aléatoires, images floues, manque de lumière, contrejours, yeux rouges, et sourire obligé.

De fait, si l’industrie photographique cible massivement ses produits et sa publicité sur les pratiques familiales de la photographie, on peut se demander si, en retour, ces dernières ne subissent pas de plus en plus l’emprise de la publicité et des modèles de communication. Cette hypothèse de la contamination de la photographie de famille par l’imagerie publicitaire, surtout depuis l’essor du numérique, mériterait d’être explorée pour en évaluer la réalité concrète et l’ampleur.

A suivre…

Je rappelle que l’ensemble de l’iconographie réunie sur ces questions est accessible sur Flickr, dans un groupe ouvert aux contributions de tous.

  1. Dans les usages ordinaires, le pêle-mêle permet la reconstitution matérielle de la totalité familiale, d’ordinaire couverte par des clichés parcellaires. Recomposition de l’unité familiale, réelle ou fictive, d’origine ou recomposée (car le pêle-mêle propose également un état éphémère, transitoire, de la famille, qui n’est pas forcément destiné à durer). []

Un nouveau lieu commun visuel-1

Je relance aujourd’hui mon blog en mettant en ligne le texte de la communication que je viens de faire à Montréal, dans le cadre du 9ème congrès de l’Association internationale pour l’étude des rapports entre texte et image (AIERTI). J’y étais invité par Vincent Lavoie, initiateur et animateur de l’atelier « Photographie amateur et pratiques populaires : Les nouvelles fictions collectives de l’image ».

°°°

Un nouveau lieu commun visuel
Photographie de famille et communication

Le fait que l’immense majorité des familles possèdent au moins un appareil photo et qu’elles s’en servent pour fixer en images les principaux rituels de leur vie privée a contribué à produire depuis des décennies une masse énorme de photos accumulées ou mises en valeur par leurs auteurs eux mêmes. II s’agit là d’une économie proliférante, mais circonscrite à ces unités de production privées que sont les familles. Aujourd’hui, cependant, on voit de plus en plus de ces images présentées, valorisées, reproduites, imitées sur la place publique. Si bien que la photographie de famille ne relève plus aujourd’hui exclusivement de la sphère privée.

Les artistes contemporains ont été probablement parmi les premiers à s’intéresser à ces clichés d’amateurs et à leur iconographie, dont ils ont fait le matériau malléable d’une révision minimaliste de l’art. Je ne souhaite pas aborder ce thème, que j’ai déjà traité ailleurs1. Mais il revêt une grande importance parce que, en propulsant la photographie de famille dans le champ de l’art, les artistes ont contribué à en faire une catégorie d’images légitime, et non plus simplement usuelle, ouvrant ainsi la voie à la réutilisation de cette imagerie par toutes sortes de communicateurs. Ce sont ces usages publics que je voudrais détailler à présent.

« __ss_9042908 »>Lieu commun visuel-Famille-présentation Montréal

View more presentations from maresca-s.

I – Famille = photographie (DIA 1)

Les diapositives sont annoncées dans l’ordre du diaporama proposé ci-dessus.

Par un retournement somme toute prévisible et particulièrement commode, la photographie des familles est traitée désormais comme le substitut visuel de l’idée de famille. Elle en tient lieu dans de nombreuses publications, elle lui sert d’illustration.

J’ai réduit ici l’iconographie à un seul exemple par type d’image ou d’usage abordé. La totalité des images que j’ai rassemblées sur ces questions depuis quelques années (environ 200 images) est en ligne et en libre accès sur Flickr, où j’ai mis en place un groupe auquel chacun désormais peut apporter sa contribution.

DIA 2 : Sciences Humaines, Dossier : « Où va la famille ? », n° 156, janvier 2005 (autoportrait familial de Xavier Lambours).

DIA 3 : Michel Bertrand (éd.), Pouvoirs de la famille, familles de pouvoir, Toulouse, Framespa, 2005 (actes d’un colloque) / Flyer de l’exposition Familles. Tout reste, pourtant tout change, Musée national suisse de Zurich, 2008 : une photo de famille encadrée sur fond de papier peint.

Les deux premières images qui ressortent de l’interrogation de la base Images de Google sur le mot « Famille » (premier essai le 18 janvier 2008, second le 20 avril 2009, donnant les mêmes images) :

DIA 4 : MSA du Nord : une photo de famille (trois générations = protection sociale de tous) en introduction, composée avec des figurants rémunérés (on la retrouve sur le site de la MSA du Tarn et Garonne), mais selon un code de représentation traditionnel.

DIAS 5 : TPE PME.com (site pour les entrepreneurs) : image plus moderne de la famille réduite au couple avec enfant et une pose plus « affective » – visuel repris en 2009 pour illustrer le site du Collectif « Ensemble pour la famille »
+ Camionnette Savelys.

Ces deux visuels apparaissent toujours dans la première page de résultats sur Google Images le 5 juillet 2011, celui de Savelys arrivant en premier.

Incise sur les visuels qui servent à illustrer plusieurs messages :
Par exemple, ce dernier visuel est utilisé par 43 sites différents, en France comme à l’étranger (selon Tineye, interrogé le 5 juillet 2011).

Ces deux clichés, tout aussi composés l’un que l’autre, illustrent bien, dans le registre des images de communication, le passage repéré dans l’histoire récente de la photographie de famille entre la pose solennelle qui prévalait à l’occasion des temps forts de l’histoire familiale et les instantanés plus spontanés qui ponctueraient aujourd’hui la vie de tous les jours. Selon les publics auxquels ils s’adressent, les professionnels de la communication visuelle recourent à l’une ou l’autre de ces deux formes.

La famille ainsi résumée par une photo de famille est de préférence blanche, aisée, heureuse. Elle ne reflète guère la diversité culturelle et sociale de l’ensemble des familles d’un pays comme la France.

La notion extensible d’« esprit de famille » (DIA 6):

Au delà des familles proprement dites, on peut la figurer également dans une équipe ou une entreprise :

DIA 7 : Des photos de famille disposées sur le bureau :
Apicil Entreprises, gestionnaire de régimes de retraite complémentaire (2008) ;

DIA 8 : Ou sur le mode de la dynastie familiale : les dirigeants de l’entreprise NSI
(la pose permet d’opérer la distinction entre les trois membres de la famille et leur collaborateur extérieur).

Les divorces et ruptures familiales (DIA 9):

Illustrés par des photos déchirées, photos de mariage essentiellement :

DIA 10 : Site du Centre de médiation familiale de Montréal / « Pourquoi avons nous divorcé ? », site www.astrosurf.com.
= reprise d’un acte à l’origine privé :

DIA 11 : Clichés privés (vers 1946, publiés dans La recherche photographique, 1990).

Reconstitution de la chaîne visuelle et symbolique :

Temps 1 : Mariage = on photographie le mariage
(là encore, la photographie fait désormais partie intégrante du rituel) :

DIA 12 : En Une de Ouest France, 22 23 janvier 2005 : « Le marché du mariage est à la noce » (la photographie de la mariée (et non pas la mariée ou les mariés), prise par l’un des participants à la noce, et non par un photographe professionnel). /Les statistiques du mariage (www.horizon-mariage.com).

Temps 2 : Divorce (rupture du mariage)= on déchire la photo du mariage :

DIA 13 : Article de Ouest France (9 nov. 2006) sur les séparations ; image composée (photo de mariage déchirée sur fond de tribunal), Archives Vincent Mouchel. / « Consensus sur le divorce », Alternatives économiques, 222, fév. 2004 ; image composée, Pascal Sittler, Réa.

Autres extensions, incluant ou conjurant l’idée de menace sur la famille :

DIA 14 : Affiche gouvernementale pour la prévention des incendies : « Ne laissez pas la vie de ceux que vous aimez partir en fumée ».

A suivre…

  1. Cf. mon article : Le recyclage artistique de la photographie amateur, in Joëlle Deniot, Alain Pessin (sous la dir. de), Les Peuples de l’art, Paris, L’Harmattan, 2006, tome 1, pp. 261 277. []