Pict’Hôtel

Je viens de passer deux nuits dans un nouvel hôtel ouvert depuis peu en plein milieu du campus de l’université de Lausanne. Il répond au besoin d’accueillir les nombreux visiteurs, en particulier étrangers, qu’attire cette université et quelques-unes de ses institutions de pointe.

Pour que la formule soit économiquement compétitive, l’hôtel est doté de tout le confort nécessaire, mais d’un service réduit à son minimum. Certes, un employé vous accueille à votre arrivée, mais dès 22h la réception est déserte. L’essentiel des informations est délivré dans un langage essentiellement visuel, à base de pictogrammes, ou alors en anglais. Même le petit déjeuner, consommé en dehors de l’hôtel dans un snack indépendant, vous est servi par une serveuse qui ne parle qu’anglais. Vous vous trouvez ainsi immergé dans l’ambiance standard des lieux internationaux, ces « non-lieux » dont parlait Marc Augé, où le langage se réduit de plus en plus à des symboles visuels et à quelques mots en anglais.

Quant au traditionnel questionnaire de satisfaction, il se réduit à la proposition de trois émoticônes entre lesquelles le client est invité à choisir pendant qu’il attend l’ascenseur pour repartir. Un modèle d’efficacité à méditer pour les sociologues et leurs questionnaires à rallonge ?

(Sans) pictogrammes

A plusieurs reprises, je suis tombé en arrêt devant des pictogrammes énigmatiques et j’ai fait partager ma perplexité aux lecteurs de ce blog, qui m’ont souvent éclairé sur le sens caché ou conventionnel de ces signes de communication censés se passer du langage.

Aujourd’hui, je découvre que l’absence de pictogrammes (effacés, dans le cas présent, par les intempéries) rend le message textuel incompréhensible : ici, le promeneur désireux de s’engager sur ce chemin côtier de l’île de Ré est averti d’emblée qu’il le mènera dans la mauvaise direction parce que le pictogramme censé lui signaler les bifurcations à éviter n’est plus visible.

Conclusion : hors des pictogrammes, point de salut.

Hiéroglyphes

Non, ce n’est pas la vue d’un fragment de mur mis à jour dans une tombe égyptienne récemment découverte, mais une phrase de pictogrammes imprimée sur l’emballage d’un réfrigérateur. Ce carton en est cerné, avec des variations de détail d’un côté à l’autre.

On comprend, à partir de certaines de ces images, qu’il ne faut pas laisser le carton sous la pluie, ni le transporter sur un diable, mais que viennent faire le rond, le verre à pied, les deux flèches épaisses cernant un objet rectangulaire (ce même carton ?) et cet empilement de carrés numérotés dont le n° 4 est barré ?

Si vous avez des suggestions ou éclaircissements, n’hésitez pas à nous en faire profiter.

Pictogrammes (suite)

Voici quelques pictogrammes énigmatiques trouvés lors de notre périple québécois. Énigmatiques pour nous Français, étrangers dans ce pays ; probablement pas pour ses habitants. Encore que nous avons déjà vu à plusieurs reprises que les pictogrammes ne délivrent pas toujours des messages intelligibles.

Vos suggestions, interprétations ou explications sont les bienvenues.

Exemple 1

Exemple 2

Exemple 3

Exemple 4

Exemple 5 - Juste pour le dépaysement

Exemple 6 - Bel exemple de la courtoisie des Québécois :

tout le monde s'arrête et c'est le premier arrivé qui repart.

Surcharge

Pour leur faire prendre conscience de l’omniprésence des images dans notre vie quotidienne, bien au delà de ce que nous en percevons au premier regard, j’incite mes étudiants à réaliser des inventaires d’images dans leur environnement coutumier en prêtant attention aux moindres motifs iconiques qui se greffent désormais sur la plupart, pour ne pas dire la totalité, des messages qui nous entourent.

Je viens de réaliser cet exercice sur une brique de jus de fruit qui m’a semblé exemplaire de cette surcharge d’images qui encombre désormais le moindre espace de communication. Une brique de jus en est un, particulièrement lorsqu’il se pare d’une vertu (jus bio) et d’une vocation (former les enfants aux gestes qui préservent l’environnement).

Sur cet emballage, j’ai dénombré 33 images distinctes : photographies, dessins, dans des combinaisons diverses, pictogrammes ; isolées ou liées à un élément textuel (comme dans la marque Pressade ou encore le logo AB). La plupart sont destinées à rendre le conditionnement de ce jus de fruit attractif pour les enfants. Mais aussi à lui apprendre les bons gestes :

comment replier la brique avant de la jeter dans la poubelle adéquate,

et au delà savoir distinguer les différents pictogrammes relatif à la destination des emballages. Car le langage des images codées s’apprend.

Au fait, vous savez, vous ?

Série à compléter

Encore un petit air de vacances avec cette variante d’un jeu connu, appliquée cette fois à une série de pictogrammes :

Prévoyants, les auteurs du balisage de ce chemin côtier qui part du cap Fréhel – site touristique archi-visité des Côtes d’Armor – ont laissé une case vide au cas où un nouveau pictogramme s’imposerait.

Lequel ?

Pictogrammes (suite)

Nouvelle devinette visuelle.

Réponse : il s’agit de panneaux précisant la localisation des points de ralliement que les étudiants et les personnels doivent rejoindre en cas d’évacuation d’urgence des bâtiments s’il s’y déclare un incendie. Ces panneaux ont été installés en dur sur le campus où je travaille :

et sous la forme de simples papiers affichés sous plastique à la Présidence de l’Université :

Le tout sans aucune explication, pas même sur les plans d’évacuation qui n’ont pas été actualisés.

Une signalisation censée fonctionner à l’instinct (de survie).

Complément en date du 3 septembre 2010

(Campus de sciences de l’Université de Nantes) :


Les ellipses de la communication visuelle

De plus en plus nombreux dans les lieux publics et les supports de communication de toute sorte, les pictogrammes poursuivent le rêve d’un langage sans frontière qui serait immédiatement compréhensible de tous, sans besoin d’aucun apprentissage. La réalité est toute autre : chacun est resté au moins une fois sans réaction devant une image savamment construite qui demeure impénétrable ou qui ouvre tant de pistes d’interprétation possibles qu’elle en perd son utilité pratique.

En voici deux, trouvées lors de ces vacances. Je les offre à votre sagacité ou à votre imagination. N’hésitez pas à me faire part de vos interprétations, même les plus fantaisistes. Et surtout, ne devinez pas trop vite !

Pour un premier inventaire visuel des pictos les plus étranges.