Imagerie funéraire

A l’occasion d’un court séjour en Vendée pour encadrer le stage de terrain de nos étudiants de master 1, mon collègue Jean-Noël Retière m’a fait découvrir la profusion d’images qui orne les tombes dans les cimetières. Nous les avons explorées plus en détail dans ceux de Notre-Dame de Monts et Saint-Jean de Monts.

Nous sommes loin aujourd’hui de l’épitaphe solennelle, purement textuelle, qui signalait au passant l’identité du mort et le recommandait à Dieu. Ces tombes vendéennes nous ont surpris au contraire par l’entassement, souvent très compact, des plaques funéraires sur la pierre tombale. Il semble que l’usage impose non seulement aux différents membres de la famille, mais également aux amis, au voisins, aux connaissances diverses, d’offrir une plaque porteuse d’un message spécifique. Sur certaines tombes, on en compte une bonne vingtaine.

Le second trait frappant est l’évolution récente de l’iconographie visible sur ces plaques. Il y a encore 10 à 20 ans, le message gravé était assorti de motifs visuels faisant référence directement à la culture religieuse : croix, effigies du Christ ou de la Vierge, branches d’olivier ou colombes, etc.

Selon les employés des pompes funèbres que nous avons rencontrés, un changement serait intervenu au cours des dix dernières années : de plus en plus souvent, les plaques funéraires seraient décorées d’images symbolisant le métier du défunt ou ses activités, ses loisirs préférés. Sa tombe offre ainsi la possibilité au visiteur de savoir qu’il était maçon, agriculteur ou boulanger, qu’il pratiquait la chasse ou la pêche, ou encore le vélo, quand ce ne sont pas les mots croisés ou le sudoku… De multiples facettes de l’individu sont déclinées en images par ceux qui partageaient ces activités avec lui. Car chaque plaque matérialise un lien.

D’où vient ce renouvellement de l’iconographie funéraire ? De la demande des clients, de moins en moins sensibles à l’imagerie religieuse, même en Vendée ? Ou de l’offensive commerciale des entreprises spécialisées, soucieuses de renouveler leur clientèle en élargissant la gamme de leurs produits ? L’idée de faire graver sur une plaque un téléphone portable ou un lecteur mp3 viendrait-elle spontanément à la personne souhaitant rendre hommage à un jeune qui vient de mourir si elle n’en découvrait pas la possibilité dans le catalogue des pompes funèbres ?

Le résultat est pour le moins profitable car la dizaine, voire la vingtaine de plaques qui garnissent la plupart des tombes représente une commande totale oscillant entre 1000 et 2000 €.

Dernière évolution repérable sur les tombes les plus récentes : l’intrusion des images photographiques.

Non pas dans le registre traditionnel du portrait funéraire. Ce dernier est présent, mais loin d’être majoritaire. Il semble d’ailleurs avoir davantage été pratiqué par le passé qu’aujourd’hui.

Ce qui frappe aujourd’hui, c’est la reprise, et la reproduction sur céramique, de clichés photographiques représentant aussi bien un paysage qu’une fleur ou un oiseau, et partageant une esthétique de carte postale ou de poster d’intérieur.

S’agit-il de photos personnelles ou bien d’images choisies dans un catalogue ? Il faudrait engager une véritable enquête pour le démêler. Mais le résultat est pour le moins surprenant : retrouver sur des tombes ces clichés correspondant en tout point à la mode de la belle photo, la même qu’on voit exposée dans les vitrines des magasins de photo, laisse supposer un effet de contamination visuelle jusque dans ce lieu consacré à la mémoire des morts. Pour reprendre l’expression de Caroline Ziolko dans son article sur « Le photographique mémoriel »1, cette imagerie de magazine dit « la mort et son contraire ». Plutôt le contraire, en fait.

En complément : Deux photos d’autels domestiques :

  1. Frontières, vol. 23, n° 1, automne 2010, pp. 33-39. []