L’anonymat par précaution

Gendarmes.Presse Océan-24-09-2015Deux photos trouvées ces jours derniers dans Presse Océan, quotidien régional de l’Ouest, ont attiré mon attention sur la façon dont certains journaux traitaient aujourd’hui la publication des photographies de policiers ou de gendarmes dans l’exercice de leur fonction sur la place publique.

Lire la suite

L’art d’accumuler les traces

Capture d'écran du site http://www.floride-immobilier.fr/immigration.html

J’ai éprouvé hier le stress de devoir affronter les policiers américains pour entrer sur le territoire des États-Unis.

Je transitais par l’aéroport de Montréal où les services d’immigration US occupent tout un bâtiment, conçu comme un véritable avant-poste américain en territoire canadien.

On a beau avoir déjà passé les contrôles de sécurité dans l’aéroport d’où l’on vient, Québec en l’occurrence, il faut recommencer ici avec un luxe de précautions décuplé.

Puis vient le passage devant les agents de l’immigration. J’ai failli rater ma correspondance tant la procédure est tatillonne et lente. Au final, lorsqu’ils ont eu tout vérifié et constaté qu’il n’y avait aucune anomalie dans mon cas, il m’ont demandé d’appliquer les doigts de mes deux mains sur leur scanner pour enregistrer mes empreintes digitales, puis ils ont pris une photo de moi avec leur web cam spéciale, et enfin, mais enfin seulement, ils ont accepté de me laisser passer.

Or, cette étape finale de recueil d’empreintes m’a laissé un sacré doute. Je me suis demandé pourquoi leur super ordinateur central ne leur apprenait pas qu’ils avaient déjà enregistré mes données biométriques il y a quelques années lors de mon arrivé à l’aéroport de New York. Est-ce à dire que, d’un aéroport à l’autre, les données ne sont pas mises en communication ? Que vont-ils faire de mes empreintes, déjà recueillies séparément dans deux archives différentes ? Plus généralement, que peuvent-ils faire de ces millions de données personnelles saisies à longueur de journée dans tous les postes-frontières des États-Unis ? Sont-ils réellement en mesure de les taiter à la demande, ce qui supposerait déjà de pouvoir les retrouver, ou bien en sont-ils réduits à les accumuler, l’important étant davantage dans le signal donné aux arrivants qu’ils sont fichés que dans l’efficacité de ce fichage ?

Je suis reparti avec mes questions, même si j’étais surtout content de ne pas avoir raté mon avion.

Voir-Etre vu

Photo : Michaël Meyer

Vendredi dernier à l’Université de Lausanne,  Michaël Meyer a soutenu avec succès une thèse de sociologie visuelle que j’avais eu le plaisir de co-diriger avec Gianni Haver, professeur de cette même université.

Voici le résumé que son auteur donne de cette recherche intitulée
Pour une sociologie visuelle du monde policier. Regards, visibilité et médiatisation de la police lausannoise :

« Ma recherche propose l’étude sociologique de trois dimensions visuelles du travail policier en rue. Chaque dimension constitue une partie de la thèse :
l’observation comme ressource professionnelle des policiers (voir),
leur visibilité en rue (être vu)
et  la figuration médiatique de la police (vu dans les médias).

Cette thèse est construite comme un compte-rendu méthodologique quant à l’usage des images dans l’objectif d’étudier ces trois dimensions.
Dans ces trois parties, l’analyse s’élabore de manière croisée à partir des contextes intermédiatiques et de face-à-face sur lesquels l’expérience du policier se construit. Une « culture visuelle » de la police circule entre imaginaire médiatique et réalité du travail. Pour comprendre cette circulation, je recours à la « stimulation photographique », méthode de présentation des images aux enquêtés et de récolte de leurs commentaires.
Si ma recherche s’intéresse au travail de police et aux compétences visuelles, elle relie aussi l’étude des médias et l’analyse des interactions situées engendrées par la diffusion de représentations médiatiques de la police.

A la croisée de la sociologie de la police, de la sociologie de l’image et de la sociologie des médias, cette thèse montre que la sociologie visuelle peut constituer une ressource méthodologique pour renouveler l’étude des groupes professionnels dans la société médiatique. Les méthodes visuelles utilisées permettent d’ouvrir une analyse de la société comme système de regards et de constituer la visibilité en objet et en catégorie analytique pour les sciences sociales. »

Un article en ligne de Michaël Meyer : « Copwatching et et perception publique de la police. L’intervention policière comme performance sous surveillance ».

Des individus sous l'uniforme

A deux reprises au cours des derniers mois, la presse en ligne s’est fait l’écho d’incidents qui ont opposé aux forces de l’ordre des journalistes venus photographier des interventions policières sur la voie publique :

  • Le 16 décembre 2008, deux photographes de l’AFP ont été empêchés de photographier une manifestation de lycéens sur la place Bellecour de Lyon par des CRS qui ont même effacé les quelques clichés déjà enregistrés dans la mémoire de leurs appareils photos. Ce qui n’a pas empêché la diffusion des photos incriminées. Les policiers auraient affirmé vouloir préserver ainsi leur droit à l’image.
    http://www.rue89.com/2008/12/17/lyon-pas-de-photos-maintenant-cest-comme-ca?page=13

  • Lire la suite