Campagne

Je rentre d’une semaine de vacances au bord du Lot, au cœur d’un paysage rural ponctué de superbes bâtisses anciennes. Quelques jours au calme, rythmés par le clocher de l’église, sans télévision, ni radio, ni internet. Une parenthèse de silence juste avant le premier tour de l’élection présidentielle.

Dans ce petit village, trois panneaux en bois grossier ont été adossés à un muret, afin de satisfaire aux obligations de la loi électorale. Mais ils sont restés vierges de toute affiche. Il faut croire que les représentants des différents candidats n’ont pas jugé utile de venir y faire acte de présence ; les panneaux du bourg voisin suffisent. La campagne électorale n’a donc ici rien d’apparent – ce qui ne veut pas dire qu’elle n’occupe pas les esprit des habitants. En tout cas, elle ne se laisse pas aborder de l’extérieur, comme on pourrait s’y risquer dans un contexte plus urbain (voir la dernière note d’André Gunthert sur les panneaux électoraux de son quartier en 2007 et aujourd’hui).

En revanche, la politique est bien présente dans ce village, comme dans d’autres de la région, mais une politique locale, circonscrite aux enjeux de la commune. On trouve en effet sur certaines maisons de superbes écussons ornés de drapeaux tricolores,  portant la mention : Honneur à notre élu(e), à notre adjoint(e) ou à notre maire. Il s’agit là d’une manifestation de la tradition des arbres de mai encore vivace dans le monde occitan, qui rend ici hommage aux élus locaux.

Je me souviens avoir consacré mon premier article de sociologie à l’observation d’élections municipales dans un petit village agricole de Lorraine. J’y avais été frappé par le décalage entre le rituel électoral, imposé par la loi générale, et la réalité des enjeux locaux qui présidaient à la désignation du premier magistrat de la commune. Tous les six ans, l’élection venait mettre formellement en jeu un poste et une prééminence que rien pourtant ne menaçait. On votait, voire on re-votait pour un homme dont l’autorité n’avait rien d’électoral, un homme qui ne faisait d’ailleurs pas campagne puisqu’il devait son autorité et sa distinction à des atouts familiaux, économiques, historiques, etc. inscrits dans le lieu – loin par conséquent de toute logique partisane ou politique explicite. Ces élections se déroulaient pour ainsi dire sans politique, alors même que le rituel républicain les paraît de tous les attributs de la dispute démocratique.

Dans ce village du Lot, le mutisme des panneaux électoraux et le décorum de l’hommage rendu à ses élus locaux révèlent le contraste entre deux régimes de vie politique, l’un national, mis en scène par les partis et les médias, et l’autre local, vécu au quotidien par les habitants du lieu, souvent sans référence à des appartenances politiques, sans signes politiques extérieurs. Mais non sans enjeux d’importance.

Sur ces questions, voir mon article : Le territoire politique.

La photo : un outil politique

Capture d'écran depuis le site de la mairie de Corcoué

Je rentre d’un stage d’enquête de terrain avec des étudiants de Master 1, qui s’est déroulé dans la commune rurale de Corcoué-sur-Logne, au sud de Nantes. Le thème général en était les usages sociaux de la nature.

Cette municipalité affiche un souci prononcé pour les questions d’environnement, de développement durable, de protection et d’aménagement des espaces naturels. Lors de notre rencontre avec son maire, nous avons pu constater qu’il avait recours assez souvent à la photographie pour délivrer des messages incitatifs à ses concitoyens. Plutôt que de leur répéter certaines consignes ou injonctions sur l’importance du tri sélectif, l’intérêt de la marche à pied pour se déplacer au sein de la commune ou encore de la production de compost pour réduire le volume de ses ordures ménagères, il prend ou fait prendre des photos des pratiques qui lui paraissent recommandables et en fait périodiquement des expositions présentées officiellement dans les salles municipales. Ainsi instille-t-il par exemple sa conception à la fois écologique et esthétique des jardins en exposant des photos de ceux qui lui paraissent correspondre le mieux à ses attentes. A chacun ensuite de comprendre le message et de le reprendre à son compte à partir des modèles mis en avant.

La photo est utilisée ici comme un véritable outil de persuasion politique. Atteint-elle ses objectifs mieux que des discours ? Cela resterait à vérifier.

Voilà pour la photo

France Inter, ce matin, journal de 7 h :

Pour lancer son sujet sur le début des journées parlementaires de l’UMP (qui se sont ouvertes hier à Biarritz), le journaliste relaie le mot d’ordre d’unité qui a été mis en avant par les principaux ténors de la majorité, avant d’ouvrir une autre page de son commentaire, moins consensuelle, par cette formule : “Voilà pour la photo.”

Autrement dit, ceci n’est que la façade d’une guerre des chefs à quoi s’attendent tous les participants et les commentateurs.

Sur le modèle de la photo de famille, qui ne célèbre que les moments heureux et plus particulièrement les rituels conçus pour formaliser l’unité de la famille, la photo officielle d’une rencontre publique est destinée à rassembler les participants dans une image qui exalte la concorde, à tout le moins la coexistence pacifique, en gommant tout ce qui pourrait laisser transparaître des divisions. En même temps, aussi bien la photo de famille que le cliché officiel d’un sommet ou d’une rencontre officielle sont devenus, dans le langage courant, la métaphore de la façade et de l’hypocrisie. En témoignent ces nombreuses affiches de films qui mettent en avant une famille dans son évidence dynastique alors que l’intrigue se complaira, au contraire, à traquer par le menu les fractures internes et les conflits ouverts.

Dans le cas présent, le goût prononcé des médias pour les photos de mimiques détonantes, qui entrent en contradiction avec l’air policé attendu dans les jeux politiques entre alliés, risque fort de faire avorter toute tentative de produire la photo idyllique espérée ou, plus sûrement encore, d’en ruiner par avance la crédibilité.


Site internet de L’Express

La querelle des images dans l’Eglise chrétienne

 

Christ acheriopoietos (cest-à-dire non fait par la main de lhomme), Icône russe, vers 1100

Les images dans la société – chapitre 2

Le discrédit jeté par Platon sur les images est redondant avec une condamnation que l’on trouve dans la plupart des religions monothéistes : le judaïsme ou l’islam interdisent de représenter Dieu en image. L’idée est toujours la même : Dieu est proprement irreprésentable puisqu’il est le créateur de toutes les Formes ; il est au-delà de tout ce que l’homme peut s’en représenter. Non seulement l’image est incapable de s’approcher de l’idée de Dieu, mais encore elle risquerait de s’interposer entre l’homme et Dieu sous la forme d’une idole et de détourner sa foi. Il faut donc bannir les images pour conjurer ce risque majeur d’idolâtrie.

La religion chrétienne a hérité cette condamnation ferme du culte des images, qui est inscrite en toutes lettres dans la Bible : « Tu ne feras aucune image taillée des choses en haut dans les cieux ou ici-bas sur la terre. » (Exode 20. 4). Pourtant, elle est passée outre. C’est tout à fait étonnant et extraordinaire. Dans les faits, le christianisme a rencontré un problème particulier avec l’image, ce qui en fait un cas très intéressant à étudier. D’autant plus que cette religion est la matrice de notre culture.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE