Une masse invisible

G. Reiske, Portrait de famille, date ?

(Note provisoire)

Lorsque je me suis mis en quête d’études sur le portrait au XIXe siècle, j’ai été surpris d’en trouver si peu. Tous les historiens s’accordent néanmoins pour affirmer que ce siècle fut celui du portrait. Le nombre des effigies peintes ou sculptées y atteignit des sommets, en lien avec l’affirmation d’une clientèle bourgeoise avide de cette forme symbolique de reconnaissance sociale. Divers indicateurs se révèlent pertinents pour mesurer ce phénomène : le grand nombre d’ateliers de portraitistes dans les principales capitales européennes ; la part croissante des portraits présentés lors des Salons successifs (jusqu’à 30 % certaines années) ; la fortune acquise par les peintres de portrait les plus renommés. Lire la suite

Qui regarde qui ?

J’inaugure avec ce billet une série sur l’histoire sociale du portrait dont j’espère tirer prochainement un livre. Je m’intéresse au portrait depuis longtemps, particulièrement au portrait photographique. C’est en explorant son histoire et sa diversité formelle que j’ai réalisé la nécessité de remonter plus avant dans l’histoire du genre pictural du portrait auquel les photographes empruntent, consciemment ou non, de multiples procédés esthétiques, sans compter la relation inévitable avec leurs modèles. Je me suis donc plongé dans les études des historiens d’art qui, le plus souvent, ne valorisent le portrait qu’à certaines conditions. Car ce produit de commande, qui se conçoit au contact entre l’art et la société, qui met aux prises des commanditaires et des artistes aux attentes souvent divergentes, n’apparaît pas toujours suffisamment « artistique » aux yeux des spécialistes. C’est précisément cette ambivalence, source d’une légitimité incertaine, qui m’intéresse en tant que sociologue.

°°°

Enluminé dans les années 1470-1480, le Livre d’heures de Marie de Bourgogne comporte en particulier deux miniatures assimilables à des portraits qui ne laissent pas d’interroger les historiens d’art. Lire la suite

La ressemblance dans l’art du portrait

Sous le titre « La ressemblance dans l’art du portrait, condition impérative ou contrainte à dépasser ? », je présenterai une conférence

le lundi 4 janvier 2016 à 14 h 30,
dans l’amphi Kernéis
1 rue Bias, à Nantes
.

En voici l’argument :
Art social par excellence, le portrait a toujours eu pour fonction de restituer les traits de l’individu qui le commandait. La ressemblance fait donc partie du cahier des charges de ce genre pictural. Pour autant, entre les commanditaires qui souhaitaient être représentés sous leur meilleur jour et les peintres qui ambitionnaient de faire valoir leur excellence artistique, la ressemblance a toujours été relative, cédant souvent le pas à l’idéalisation. Comment le portrait pouvait-il être à la fois ressemblant et sublime ?

Enregistrement sonore de cette conférence.

Facettes multiples

Que signifie un portrait les yeux fermés ? Comme celui d’Abd Al Malik qui vient de faire la couverture du magazine Télérama ?

C’est a priori antinomique du portrait. Non pas que le modèle doive forcément regarder le peintre ou l’objectif photographique. La plupart des portraits de la peinture le représentent plutôt de trois-quarts avec un regard qui vise un point indéfini, hors du tableau. Mais qu’il ferme les yeux, voilà qui n’est guère prévu, hormis dans le genre du portrait mortuaire qui eut son heure de gloire à la fin du XIXe siècle. Les photographes éliminent les instantanés qui ont fixé le modèle au moment où il était en train de ciller, c’est-à-dire avec les yeux involontairement clos. Mais de là à le photographier délibérément les yeux fermés ?

Lire la suite

Le portrait photographique, entre identité et image

Je livre ici le texte de la conférence que j’ai donnée hier soir au LIFE de Saint-Nazaire, autour de l’exposition-installation de Denis Rouvre.

Qu’est-ce qu’un portrait ? Comment le définit-on ? Dans son compte rendu du Salon de 1767, Diderot posait déjà cette question : « Mais comment juge-t-on que ce sont des portraits, et cela sans s’y méprendre ? Quelle différence y a-t-il entre une tête de fantaisie et une tête réelle ? »

Selon le grand historien du portrait, Pierre Francastel, pour que le portrait existe, il faut réunir deux éléments : des traits individualisés et la possibilité d’identifier le modèle1. Dit autrement : la ressemblance avec les traits de l’individu singulier qui a posé devant le peintre et la connaissance, l’affirmation de son identité.

Lire la suite

  1. Galienne et Pierre Francastel, Le portrait. 50 siècles d’humanisme en peinture, Paris, Hachette, 1969, p. 12. []

Conférence sur le portrait

Le 4 février prochain, dans le cadre de l’exposition-installation de Denis Rouvre Des Français. Identités, territoires de l’intime, je présenterai une conférence sur le thème Le portrait photographique, entre identité et image.

Elle se déroulera  à 19 h au LIFE de Saint-Nazaire,
Base des sous-marins – Alvéole 14
Boulevard de la Légion d’honneur, Saint-Nazaire

Un portrait en campagne

Capture d'écran du site algeriepatriotique.com du 9 mars 2014

La campagne officielle pour les élections présidentielles a commencé depuis quelques jours en Algérie. Six candidats sont en lice et se livrent à un rythme incessant de meetings, comme il se doit dans toute campagne électorale. Tous, sauf un : le président en titre, Abdelaziz Bouteflika, qui n’apparaît plus guère en public depuis son AVC d’avril 2013. Comment faire campagne sans payer de sa personne ? C’est simple, il suffit d’envoyer son portrait faire bonne figure à sa place. Les meetings ont donc commencé, animés par ses plus proches collaborateurs, qui parlent en son nom et sous le regard de son portrait, omniprésent.

Cet usage du portrait, comme substitut physique de la personne du leader, me suggère deux associations d’idées visuelles.

Insignes d'un préfet romain en Macédoine, vers 400-420. Au fond, le portrait de l'empereur.

La Véronique présentée aux foules, gravure sur bois, 1481

La première évoque à la fois l’immensité de l’empire romain et l’omniprésence du pouvoir impérial, matérialisée par le portrait de l’empereur qui accompagnait tous les détenteurs de charges publiques, dont l’autorité s’exerçait par délégation du pouvoir impérial. Le portrait de l’empereur faisait partie des insignes de leur dignité. On retrouve l’équivalent de cette couverture du territoire par l’ombre visuelle du leader dans les portraits du président de la République qui sont exposés dans toutes les mairies de France. A sa façon, Bouteflika délivre le même message : vous ne me voyez pas (pas plus que l’Empereur autrefois), mais je suis partout.

La seconde montre une image miraculeuse offerte à la dévotion du peuple. Il s’agit de l’empreinte du visage du Christ fixée sur un linge, le mandylion, qui montrerait donc la véritable image  (vera icona) du Sauveur, révélée sans aucun artifice humain. Elle ne pouvait qu’emporter la foi des fidèles, même si, dans la réalité, la « traçabilité » de cette véronique-là, comme celle de tant d’autres, était bien entendu plus que sujette à caution (voir les polémiques récurrentes sur l’authenticité du Suaire de Turin). Le portrait photographique – autre empreinte, autre « vera icona » selon le sens commun – du président algérien est censé exercer le même ascendant et raviver la même foi chez ses fidèles, quand bien même ce dernier n’est pas là pour défendre lui-même sa candidature. Envoyer son image à sa place revient presque à affirmer que son ascendant est au-dessus de la bataille, de même que le rayonnement du Christ n’a jamais dépendu d’un quelconque score électoral.

Présent en dépit de son absence physique et au-dessus de la mêlée, tels pourraient être les messages délivrés par cet usage du portrait présidentiel dans la campagne électorale.

La personnalisation de l’actualité-2

Fort des remarques et suggestions de mes lecteurs, j’ai repris l’examen des numéros de Libération de la semaine dernière pour inclure dans mes comptages la place occupée par les différents registres de photographie d’actualité. J’en ai profité pour me limiter plus strictement aux images illustrant des sujets d’actualité, en dehors donc des sujets culturels qui sont très souvent focalisés sur des personnalités et plus proches de la promotion que de l’information. Le nombre total de photographies prises en compte est donc moins important que dans mon premier tableau. Logiquement le nombre de portraits l’est également.

J’ai pris en compte la dimension des images en reprenant les normes professionnelles rappelées par Thierry Dehesdin. Toutefois, la mise en page de Libération est souvent traître dans la mesure où les photos à cheval sur deux pages sont fréquentes : ce ne sont pas des doubles pages, mais équivalent-elles alors à une page entière, ou à une demi-page lorsqu’elles sont plus petites ? Une photo verticale occupant les deux-tiers d’une page doit-elle être comptée pour une pleine page ? Il n’est pas toujours évident de trancher. J’ai assimilé à des vignettes les images plus petites qu’1/8° de page et, dans mes évaluations de la surface totale occupée par les différents registres de photographies, j’ai considéré que les vignettes et assimilées comptaient chacune pour 1/10° de page. Au final, l’exercice est intéressant parce que ses résultats, on va le voir, sont sensiblement différents d’un simple comptage numérique. Cependant, il fait surgir des difficultés multiples pour établir des statistiques fiables.

Nombre Surface
Portraits 59 32 % 8,19 16,9 %
Personnalités politiques en action 27 14,7 % 9,64 19,9 %
Reportages ou assimilés 71 38,6 % 20,8 43 %
Visuels d’illustration 27 14,7 % 9,73 20,1 %
TOTAL 184 100 % 48,36 99,9 %

Premier constat : les portraits sont massivement des images de très petite dimension, vignettes (43) ou 1/8° de page (8). Si bien que la place totale qu’ils occupent dans le journal est moitié moindre que leur nombre. Leur impact visuel est donc faible. Ce qui conduit à se demander pourquoi on les met.

Les photographies de personnalités politiques en action sont de taille plus importante : 16 font au moins 1/4° de page et 3 font une pleine page ou la couverture du journal. Elles occupent donc une place visuelle plus importante que leur nombre. Si l’on peut parler de personnalisation de l’actualité, c’est probablement avant tout à propos de cette mise en avant des acteurs de l’actualité politique. Mais il tout aussi probable que ce trait journalistique n’a rien de nouveau.

Les clichés de reportage sont ceux qui, le plus souvent, se voient attribuer par Libération une surface importante dans ses colonnes. 22 occupent au moins une demi-page, dont trois la pleine page ou la couverture. Donc, en termes visuels, le registre du reportage reste le plus présent.

La surprise ici est de constater que la dimension accordée aux visuels d’illustration, qu’il s’agisse de photographies, de dessins ou d’infographie, est sensiblement plus importante que leur nombre. La moitié (13 sur 27) occupent au moins une demi-page, dont 3 une page entière. En définitive, si le reportage, bien qu’encore important dans Libération, voit sa place limitée, c’est peut-être moins lié à la prolifération des portraits, souvent minuscules, qu’à la publication d’images purement illustratives qui viennent égayer des articles d’information, voire en tenir lieu.

La personnalisation de l’actualité

La semaine dernière, j’ai récupéré par hasard un numéro de Libération. Comme cela fait longtemps que je ne lis plus ce quotidien, j’ai eu la curiosité de regarder à quoi il ressemblait actuellement.

Ce qui m’a aussitôt surpris, c’est le grand nombre des portraits illustrant ce numéro : pas moins de 26 ce jour-là, sur un total de 42 photographies publiées. Le reste était composé de 10 clichés de reportage (ou assimilés), 3 photos représentant des personnalités politiques en action et 3 visuels d’illustration de thèmes divers.

Je n’aurais pas imaginé voir l’actualité réduite à ce point aux portraits de ceux ou celles qui font l’actualité. Certes, c’est une tendance clairement repérable dans les médias depuis quelques décennies. D’ailleurs, le registre du « people » ne s’est jamais aussi bien porté ; il assure de confortables gains aux agences de presse, d’autant moins disposées par conséquent à risquer de l’argent sur des reportages dont elles ne peuvent escompter aussi aisément la publication dans les journaux ou les magazines.

Pour ne pas extrapoler trop hâtivement à partir d’un cas particulier, j’ai pris la peine d’examiner tous les numéros de Libération parus la semaine dernière. Je n’ai pas pris en compte les rubriques culturelles ou télévision, dans lesquelles l’information est toujours très personnalisée. Voici ce qu’il ressort de mes comptages :

Portraits 82 40 %
Personnalités politiques en action 23 11,2 %
Photos de reportage (ou assimilées*) 81 39,5 %
Visuels illustratifs 14 6,8 %
Dessins 5 2,5 %
TOTAL 205 100 %

* Par exemple des paysages.

Le numéro que j’ai eu entre les mains se révèle donc atypique, mais pas tant que cela. De fait, la proportion des portraits avoisine les 50 %, si l’on considère que les clichés représentant des personnalités politiques en action ne sont jamais très loin du registre du portrait (cadrage serré évacuant le contexte, accent mis sur les visages et leurs expressions). Près de 10 % des illustrations sont de pures illustrations, qu’il s’agisse de photographies ou de dessins. Si bien qu’il ne reste plus guère que 40 % des clichés issus de reportages d’actualité ou, du moins, donnant à voir quelque chose plus ou moins en lien avec l’actualité dont il est question dans les articles. C’est bien peu.

Il est loin le temps où Libération faisait figure de référence en matière de photographie de presse, imposant dans le concert des quotidiens un regard à la fois décalé et créatif sur l’actualité. Le temps des photographes-auteurs et de l’agence Vu.

Pour une révision de ces données chiffrées, voir le billet suivant.

Connaître, reconnaître

Capture d'écran de la galerie de portraits publiée sur le site de Libération

Hier, à Chamarande, alors que nous étions en train de regarder les portraits de détenus exposés par Sylvain Gouraud, j’ai entendu une employée de la prison de Fleury Mérogis dire à sa collègue en lui montrant du doigt la photo ci-contre :

« Celui-là, il n’est plus comme ça. Il s’est fait complètement raser le crâne. »

J’ai alors souligné que sa remarque révélait qu’elle reconnaissait ce détenu, même sur cette photo qui nous le montre presque complètement de dos.

« Forcément, m’a-t-elle répondu, on le reconnaît parce que nous, on le connaît. »

Re-connaître, le mot le dit assez bien, suppose en effet de connaître déjà. Selon les termes du dictionnaire Larousse, c’est « juger quelqu’un, quelque chose, les déterminer comme déjà connus à une date antérieure ». Dans ce contexte familier, point n’est besoin de voir le visage. un simple trait suffit : la coupe de cheveux, le son de la voix, un vêtement même.

Je me souviens des anecdotes que me racontait une femme férue de photographie qui, avec son appareil, était devenue la chroniqueuse des faits et gestes des habitants du village où elle possédait une résidence secondaire. A force de bien les connaître, elle pouvait composer des images cryptées qu’eux seuls étaient en mesure d’élucider. Comme cette plongée sur l’enfilade des pieds d’une cohorte de pompiers attablés pour un banquet, qui eut beaucoup de succès : chacun reconnaissait ses chaussures !1

Le paradoxe de l’administration pénitentiaire, qui entend contrôler l’image des détenus afin que celle-ci ne puisse pas permettre de les identifier, est que cette vigilance est dévolue à des agents qui ne connaissent pas les détenus personnellement. Comment pourraient-ils décider s’ils sont reconnaissables ou pas sur les photos qui en sont faites ? Sachant que dérober leur visage ne suffit pas à les rendre méconnaissables.

La photographie est devenue un outil central pour l’identification des individus depuis qu’elle figure obligatoirement sur les papiers d’identité. Mais, si l’on y réfléchit, on se rend compte qu’un contrôle d’identité fonctionne à l’inverse d’une relation de re-connaissance. En effet, je reconnais quelqu’un parce que je l’ai déjà vu, parce que, d’une manière ou d’une autre, je le connais déjà. Je le reconnais si ce que je vois de lui aujourd’hui correspond à ce que j’en sais ou en ai déjà vu. Dans le contexte très localisé de l’exercice de leur fonction, les gendarmes sont souvent amenés à réduire les formules d’identification en recourant à cette expression qui résume leur expérience vécue de l’interconnaissance : « bien connu de nous »‘. Il en va tout autrement lorsqu’un policier ou un douanier me demande mes papiers. Dans le va-et-vient qu’effectuent ses yeux entre ma photo et mon visage, il ne cherche pas à voir s’il me reconnaît, puisqu’il ne m’a jamais vu ; il cherche à évaluer si je ressemble à ma photo, auquel cas il y a de fortes chances que mon identité soit celle qui figure sur mes papiers.

La question de savoir si cette photo me ressemble n’est pas de circonstance. De fait, elle serait beaucoup plus difficile à trancher. Autant un inconnu peut conclure rapidement que je suis bien l’individu représenté par la photo qu’il a entre les mains, précisément parce qu’il ne me connaît pas et m’appréhende dans les grandes lignes, autant un proche va interroger ma photo dans sa capacité à me représenter tel qu’il me connaît. Pour un inconnu, il suffit que je corresponde physiquement à mon image ; pour un familier, il faut que mon image corresponde à ce qu’il sait de moi, de mon physique comme de mon caractère. C’est rarement le cas.

La question du stéréotype est donc avant tout une question de destination : pour qui sont faites les images ? A celui qu’elles représentent ou à d’autres, à des connaissances ou au public en général ? Selon la réponse à ces questions, le critère de la ressemblance ne sera pas réglé de la même façon. Le stéréotype est une représentation déformante, réductrice, mais c’est un masque aussi qui peut parfaitement faire l’affaire pour l’extérieur. Alors qu’un portrait pour soi est scruté avec autrement plus d’attention et d’exigence.

En censurant la plupart des portraits de détenus, l’administration pénitentiaire alimente, consciemment ou non, le stéréotype de l’individu dangereux dont il vaut mieux ne pas croiser le regard. En prenant au contraire les effets de masque comme point de départ de son travail photographique avec quelques détenus de Fleury Mérogis, Sylvain Gouraud a produit, co-produit des images qui ne ressemblent pas à celle que l’on se fait des individus emprisonnés.

L’un de ces détenus, qui participait au brunch d’hier, a déclaré qu’il ne pouvait pas envoyer à ses familles les photos réalisées par Sylvain Gouraud parce qu’on n’y voyait pas son visage. A quoi lui serviraient-elles ? Mais justement, elles sont destinées à l’extérieur, aux colonnes de Libération ou, comme bientôt, à une projection lors des Rencontres de la photographie d’Arles. Ces portraits sans visage, qui répondent aux clichés dé-visagés, au besoin floutés, les seuls que tolère l’administration pénitentiaire, suscitent un débat public, politique, sur l’humanité reconnue ou déniée aux détenus. Débat auquel ces derniers, du moins cette petite poignée, ont accepté de prendre part, en créant et en assumant leur propre masque.

  1. Sous le titre « Ce qu’il faut de distance pour représenter les gens », j’ai consacré à cette photographe locale un chapitre de mon livre La photographie, un miroir des sciences sociales, Paris, L’Harmattan, 1996. []

Echos de l'été 2 : Au rebut

Déambulant dans le centre ombragé d’une petite ville du Roussillon, je tombe, au hasard d’une rue, sur un camion garé au pied d’un immeuble. Un va-et-vient de manœuvres remplit sa benne d’objets hétéroclites manifestement destinés à la décharge : aux gravas se mêlent de vieilles lampes, des cartons, des restes de journaux tachés d’humidité, etc. Cet amoncellement provient à l’évidence d’un appartement ancien qu’ils sont en train de vider complètement. Les objets sont jetés dans la remorque sans ménagement, avec pour seul souci d’en entasser le plus possible.

C’est alors que j’aperçois un ouvrier qui dépose à l’arrière du camion un carton contenant diverses choses en partie dissimulées par un cadre ovale dans lequel figure le portrait photographique d’une petite fille. Photographie ancienne, en noir et blanc, retouchée ; l’enfant est bien habillée et regarde l’objectif avec le sérieux qui convient. De quand date cette image ? Des années 1920, 1930 ?

Je suis attiré par ce visage qui me regarde parmi les débris jetés autour de lui qui, bientôt peut-être, vont le recouvrir en brisant le verre qui le protège. Je repense aux propos de cette femme âgée qui me disait avoir jeté quantité de choses ayant appartenu à sa mère, mais pas les photos (voir La galerie des ancêtres). Ce n’est pas le cas ici.

Mais le plus étonnant est que, en me voyant photographier ce portrait menacé de disparition (manière pour moi, peut-être, de le préserver symboliquement), l’un des ouvriers m’en demande la raison. Je lui réponds que je m’intéresse aux portraits photographiques. Il m’invite aussitôt à l’acheter et commence à me proposer un prix. Je décline son offre, car je n’ai pas envie de m’encombrer de cet objet. Il paraît déçu, baisse le prix, mais en vain. Je lui explique que je suis étonné de voir ce portrait partir à la benne, comme si plus personne ne savait qui il représentait. C’est alors qu’il m’apprend que la petite fille représentée sur cette photo est l’actuelle propriétaire d’un magasin de piscines situé à la périphérie de la ville. Tout le monde la connaît ici. Et pourtant son portrait d’enfant part à la décharge.

Je m’attendais à ce que l’anonymat dû à l’oubli soit la cause de cette élimination. Mais non. Quelle histoire familiale est à l’œuvre ici ? à qui appartenait cet appartement, voire cet immeuble ? pour qui le vide-t-on et pour quel usage ? un tri préalable a-t-il été effectué avant le passage du camion ? Autant de questions que je n’ai pas osé poser à cet ouvrier, qui n’aurait probablement pas compris les ressorts de ma curiosité. Et puis, j’étais en vacances !

Un air de famille

Agréable week-end au bord de l’océan sous un soleil généreux. Deux nuits passées dans un gîte confortable, décoré avec soin selon une combinaison savante d’objets anciens et de matériaux bruts. Et surtout exposant plusieurs vieux portraits photographiques dans la chambre et les espaces communs qui confèrent à cette demeure une touche dynastique, comme si elle nous offrait la possibilité de découvrir les visages de ses ancêtres.

En retournant ces cadres, on y trouve des signes d’époque qui permettraient peut-être d’en évaluer l’ancienneté : par exemple, ces fragments de papier journal qui ont servi à coller le carton de l’image au cadre. Mais on y remarque également des étiquettes beaucoup plus récentes qui révèlent que ces portraits ont été achetés probablement dans des brocantes, chez un antiquaire, voire dans un magasin spécialisé dans la décoration intérieure. L’air de famille, qui contribue au « cachet » de ce lieu, est donc d’abord un effet purement décoratif.

Pour un aperçu d’une galerie de portraits dans une vraie demeure familiale et de ses vicissitudes actuelles, voir le billet La galerie des ancêtres.

La qualité a un visage (Personnalisation – 4)

« Les clients veulent mettre des visages sur les produits, c’est rassurant pour eux. » Ainsi s’exprime  dans un article du Monde Style le responsable de la communication d’une marque d’épicerie pour justifier que des pommes de terre, des fraises ou ailleurs des chaises soient proposées à la vente avec la photo de leur producteur ou de leur concepteur.

Dans la foulée de cette lecture, je me suis rendu compte que le décor familier de l’hypermarché où je vais faire les courses chaque samedi était lui aussi émaillé de portraits photographiques, particulièrement dans les rayons de produits frais.

Dans le cas présent, Carrefour joue la carte de la proximité : nos produits viennent de la région, ils sont le fruit du travail de producteurs choisis avec qui nous sommes en lien commercial depuis longtemps. C’est ainsi que nous garantissons la qualité de ce que nous vous vendons.

Comment cet argumentaire débouche-t-il sur la mise en valeur du portrait desdits producteurs ? Au terme d’une équation symbolique que l’on pourrait résumer ainsi :

qualité = proximité ; proximité = voisinage ; voisinage = inter-connaissance ; inter-connaissance = visage connu ; donc qualité = visage.

Ici comme dans les exemples précédents, la personnalisation joue dans le cadre d’une campagne de communication, ce qui est somme toute paradoxal : car comment essayer de nous faire croire que nos carottes sont produites par un voisin dont nous connaissons le visage alors que, sauf exception, nous ne l’avons jamais rencontré et que nous sommes des milliers à défiler, sans y prêter attention, à ces portraits souriant dans le vide ? Nos carottes nous en paraissent-elles meilleures ?

Soutenance de thèse : "L'image numérisée du visage", par Franck Leblanc, 7/12

J’aurai le plaisir de prendre part au jury de la thèse que Franck Leblanc soutiendra à l’Université Paris 8 le 7 décembre prochain à 14 h, salle A070.

Son titre complet est : « L’image numérisée du visage. De la créature digitale à l’objet de reconnaissance, 1976-2010 ».

Le jury sera composé de :

François Soulages, directeur de thèse ;

Philippe Goudard ;

Françoise Parfait ;

Rodrigo Zuniga ;

et moi-même.

Résumé de la thèse :

L’image numérisée du visage inscrit-elle dans le fichier numérique le même rapport à l’Autre que ce que faisait la photographie argentique sur le film ? Le portrait comme construction de l’image donnée d’autrui, comme mode de représentation d’une identité, d’un statut social ou bien d’un imaginaire est une œuvre de création régie et structurée par la pose. Que devient l’image du visage, le regard porté sur l’Autre à l’aune de son enregistrement numérique ? La diffusion sur Internet de photographies de visages identifiés, pose comme enjeu la redéfinition des notions de consentement et d’anonymat. D’un portrait régi par le temps de la pose, un glissement semble s’opérer par le biais de la technologie informatique vers un positionnement de l’individu détecté et reconnu. La lecture biométrique du visage numérisé modifie nécessairement notre rapport à l’Autre, notre rapport à une société qui développe les moyens technologiques d’un contrôle, d’une identification à distance. Voici les enjeux de ce travail de recherche : tenter de penser l’image du visage à l’aune de sa numérisation.