Imagerie standard

Portrait Professional est un logiciel de retouche des visages destiné à produire des portraits conformes à « la beauté humaine ». Selon les termes mêmes de  son argumentaire de vente, « Portrait Professional a été formé à l’apparence humaine. Des centaines de photographies de visages humains ont été montrées au logiciel et des techniques mathématiques sophistiquées ont été utilisés afin de créer une base de donnée de l’apparence et de la beauté humaine. Le résultat est un logiciel « connaissant » quels changements rendront un visage donné plus séduisant. Cela permet à tout photographe de réaliser un portrait naturel et impeccable de manière facile et rapide. Tout ce que vous avez à faire est de décider jusqu’à quel point vous voulez améliorer la texture et le lissage, réduire les rides et les taches sur la peau ; et jusqu’à quel point vous voulez subtilement remodeler le visage pour le faire paraître plus mince ou plus jeune. Portrait Professional peut permettre au photographe moyen de réaliser des portraits de haut niveau en quelques minutes. Le logiciel peut vraiment donner à vos portraits ou à vos mariées l’apparence d’une star de magazine. »

L’argument-choc de ce logiciel est qu’il est à la portée de tous, à la différence des logiciels les plus répandus de retouche comme Photoshop – avis confirmé par des photographes professionnels. Il est de surcroît très bon marché.

Voilà donc un outil informatique susceptible de remodeler n’importe quel visage pour le conformer aux standards de la « beauté » tels qu’ils ont été préalablement définis et standardisés par une approche statistique. Ou l’impeccabilité de la science au profit d’une beauté impeccable.

Cette conception – selon laquelle le nombre tient lieu de norme – me rappelle le prototype-canular proposé par cet étudiant allemand en art d’un appareil photo susceptible de prévoir, dès la prise de vue, le degré de réussite esthétique des clichés. Il lui suffisait d’intégrer au boîtier un logiciel d’évaluation esthétique, lui même construit à partir des jugements émis par des centaines d’internautes sur les qualités esthétiques de photos mises en ligne.

Cette certification par le nombre dessine une tendance probablement plus large et aux effets plus massifs, standardisants : la multiplication des forums, des sites de partage d’images, etc., qui fonctionnent non seulement sur la communication des images, mais également, et peut-être surtout, sur leur commentaire par les internautes, contribue à faire émerger une sorte de norme statistique de qualité, mesurée de fait au nombre de commentaires récoltés par les différentes images. Certaines grandes banques d’images surveillent en permanence ces forums pour repérer les images saillantes et, le cas échéant, proposer à leurs auteurs de les commercialiser par leur intermédiaire. Ainsi se crée une articulation profitable entre l’activité de partage et de commentaire développée par des amateurs, ou du moins des internautes sans objectif commercial, et des acteurs économiques qui, eux, tirent profit de ces échanges gratuits de productions et d’avis pour distinguer les images susceptibles de capter le plus sûrement l’intérêt de leurs clients. Comme si les internautes réalisaient bénévolement des repérages et des études de marché dont il ne restait plus aux entreprises qu’à tirer les leçons1.

En misant ainsi sur une forme d’évaluation qui repose sur le nombre – plus une image est commentée (en quelque terme que ce soit), meilleure elle est -, se formaliserait une imagerie standard, au goût de tous ou, du moins, du plus grand nombre, qu’il ne resterait plus qu’à traduire en commandes informatiques pour être en mesure, comme Portrait Professional, de fournir aux amateurs les outils préalablement adaptés aux goûts que eux-mêmes ont contribué à faire émerger. Succès garanti.

Je remercie Gilles Danger et Stéphane Mossé qui ont attiré mon attention sur ce phénomène.

  1. Il semble que l’on retrouve sensiblement le type d’articulation entre les fabricants d’appareils photos et les très nombreux forums de discussion sur les qualités et défauts respectifs de ces matériels ; certains fabricants ouvrant eux-mêmes des forums  sur internet à cette fin. []