Les genres du portrait

Pour la longue période qui s’étend depuis la Renaissance jusqu’à nos jours, je privilégierai désormais une approche thématique, en distinguant toutefois deux sous-périodes : de la Renaissance jusqu’au XVIIIe siècle, et du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui.

Le premier chapitre thématique, Les genres du portrait, est en ligne sur HAL.

L’art en personne

Le temps a passé et je me rends compte que mon travail sur l’histoire du portrait est resté en l’état, à mesure que mes centres d’intérêt se diversifiaient dans d’autres directions. A la retraite depuis deux ans (déjà !), je suis investi aujourd’hui dans d’autres formes d’écriture qui m’éloignent sans cesse davantage d’une publication académique.

Pour autant, je souhaite mettre mon travail à disposition de tou.te.s ceux.celles qu’il pourrait intéresser. A cette fin, j’entame sa mise en ligne par le biais des archives ouvertes HAL.

Je vais procéder par étapes, en suivant le plan que j’avais imaginé pour un éventuel livre, non sans y ajouter de nouvelles entrées qui n’auraient pas pu prendre place dans une telle publication. Au final, les lecteurs disposeront ainsi du contenu que j’ai eu l’occasion de présenter à plusieurs reprises dans des cours à l’Université de Nantes, enrichi d’aperçus sur d’autres thèmes qui m’ont également intéressé.

L’iconographie sera insérée dans les textes sous la forme de vignettes pour ne pas trop alourdir le poids des fichiers. Je renonce aux liens avec des images en ligne, trop instables. Les lecteurs qui voudront les retrouver en ligne effectueront leur propre recherche.

Dès à présent, l’introduction générale de cet essai d’histoire sociale du portrait est en ligne. La suite devrait arriver au fil des semaines et mois à venir.

Bonne lecture.

Une masse invisible

G. Reiske, Portrait de famille, date ?

(Note provisoire)

Lorsque je me suis mis en quête d’études sur le portrait au XIXe siècle, j’ai été surpris d’en trouver si peu. Tous les historiens s’accordent néanmoins pour affirmer que ce siècle fut celui du portrait. Le nombre des effigies peintes ou sculptées y atteignit des sommets, en lien avec l’affirmation d’une clientèle bourgeoise avide de cette forme symbolique de reconnaissance sociale. Divers indicateurs se révèlent pertinents pour mesurer ce phénomène : le grand nombre d’ateliers de portraitistes dans les principales capitales européennes ; la part croissante des portraits présentés lors des Salons successifs (jusqu’à 30 % certaines années) ; la fortune acquise par les peintres de portrait les plus renommés. Continuer la lecture

Qui regarde qui ?

J’inaugure avec ce billet une série sur l’histoire sociale du portrait dont j’espère tirer prochainement un livre. Je m’intéresse au portrait depuis longtemps, particulièrement au portrait photographique. C’est en explorant son histoire et sa diversité formelle que j’ai réalisé la nécessité de remonter plus avant dans l’histoire du genre pictural du portrait auquel les photographes empruntent, consciemment ou non, de multiples procédés esthétiques, sans compter la relation inévitable avec leurs modèles. Je me suis donc plongé dans les études des historiens d’art qui, le plus souvent, ne valorisent le portrait qu’à certaines conditions. Car ce produit de commande, qui se conçoit au contact entre l’art et la société, qui met aux prises des commanditaires et des artistes aux attentes souvent divergentes, n’apparaît pas toujours suffisamment « artistique » aux yeux des spécialistes. C’est précisément cette ambivalence, source d’une légitimité incertaine, qui m’intéresse en tant que sociologue.

°°°

Enluminé dans les années 1470-1480, le Livre d’heures de Marie de Bourgogne comporte en particulier deux miniatures assimilables à des portraits qui ne laissent pas d’interroger les historiens d’art. Continuer la lecture

La ressemblance dans l’art du portrait

Sous le titre « La ressemblance dans l’art du portrait, condition impérative ou contrainte à dépasser ? », je présenterai une conférence

le lundi 4 janvier 2016 à 14 h 30,
dans l’amphi Kernéis
1 rue Bias, à Nantes
.

En voici l’argument :
Art social par excellence, le portrait a toujours eu pour fonction de restituer les traits de l’individu qui le commandait. La ressemblance fait donc partie du cahier des charges de ce genre pictural. Pour autant, entre les commanditaires qui souhaitaient être représentés sous leur meilleur jour et les peintres qui ambitionnaient de faire valoir leur excellence artistique, la ressemblance a toujours été relative, cédant souvent le pas à l’idéalisation. Comment le portrait pouvait-il être à la fois ressemblant et sublime ?

Enregistrement sonore de cette conférence.

Facettes multiples

Que signifie un portrait les yeux fermés ? Comme celui d’Abd Al Malik qui vient de faire la couverture du magazine Télérama ?

C’est a priori antinomique du portrait. Non pas que le modèle doive forcément regarder le peintre ou l’objectif photographique. La plupart des portraits de la peinture le représentent plutôt de trois-quarts avec un regard qui vise un point indéfini, hors du tableau. Mais qu’il ferme les yeux, voilà qui n’est guère prévu, hormis dans le genre du portrait mortuaire qui eut son heure de gloire à la fin du XIXe siècle. Les photographes éliminent les instantanés qui ont fixé le modèle au moment où il était en train de ciller, c’est-à-dire avec les yeux involontairement clos. Mais de là à le photographier délibérément les yeux fermés ?

Continuer la lecture

Le portrait photographique, entre identité et image

Je livre ici le texte de la conférence que j’ai donnée hier soir au LIFE de Saint-Nazaire, autour de l’exposition-installation de Denis Rouvre.

Qu’est-ce qu’un portrait ? Comment le définit-on ? Dans son compte rendu du Salon de 1767, Diderot posait déjà cette question : « Mais comment juge-t-on que ce sont des portraits, et cela sans s’y méprendre ? Quelle différence y a-t-il entre une tête de fantaisie et une tête réelle ? »

Selon le grand historien du portrait, Pierre Francastel, pour que le portrait existe, il faut réunir deux éléments : des traits individualisés et la possibilité d’identifier le modèle1. Dit autrement : la ressemblance avec les traits de l’individu singulier qui a posé devant le peintre et la connaissance, l’affirmation de son identité.

Continuer la lecture

  1. Galienne et Pierre Francastel, Le portrait. 50 siècles d’humanisme en peinture, Paris, Hachette, 1969, p. 12. []

Conférence sur le portrait

Le 4 février prochain, dans le cadre de l’exposition-installation de Denis Rouvre Des Français. Identités, territoires de l’intime, je présenterai une conférence sur le thème Le portrait photographique, entre identité et image.

Elle se déroulera  à 19 h au LIFE de Saint-Nazaire,
Base des sous-marins – Alvéole 14
Boulevard de la Légion d’honneur, Saint-Nazaire