Devant la télé – 3

Une famille américaine regarde la télévision en 1958 | National Archives and Records Administration

Troisième moisson de comptes rendus d’observation réalisés par mes étudiants de Licence 3 sur le thème : comment regarde-t-on la télévision dans votre famille ou votre entourage immédiat ?

On retrouve certaines constantes constatées au cours des deux années précédentes (voir Devant la télé et Devant la télé – 2) :
– la présence incontournable de la télévision chez les classes moyennes et populaires, comme fond sonore souvent omniprésent, comme accompagnement des repas et surtout comme programme obligé des soirées ;
– l’organisation de l’espace domestique en fonction du téléviseur afin de lui accorder la meilleure visibilité ; en particulier le passage aux cuisines à l’américaine obéit souvent au désir de pouvoir voir la télévision depuis la table sur laquelle on mange le plus souvent ;
– la distribution des places, à table ou sur le canapé, qui intègre pour une large part l’ouverture qu’elles donnent sur le téléviseur : le privilège des meilleures places est le plus souvent masculin (père, fils aîné), y compris – et ce n’est pas le moins étonnant – dans certaines colocations étudiantes mixtes ;
– le caractère proprement organique du rapport à la télévision chez les jeunes qui ont disposé d’un téléviseur dans leur chambre dès l’adolescence, voire avant pour certains : ceux-là ne peuvent vivre sans la présence d’un téléviseur en marche, ils l’allument dès qu’ils rentrent dans leur appartement et certains ne peuvent tout bonnement pas s’endormir sans le ronronnement rassurant du petit écran (dans une famille, on laisse la télé allumée en permanence, y compris lorsqu’il n’y a personne à la maison, parce que ça rassure les chiens !).

Mais on constate également plusieurs nouveautés perceptibles.

Tout d’abord dans le registre des activités déployées devant la télévision ou, plus exactement, pendant que la télévision est allumée. Ces activités, on l’a déjà vu, sont multiples et changeantes. Les femmes en déploient plus que les hommes, plus concentrés sur l’écran et moins impliqués dans les tâches domestiques. La nouveauté est dans la nature de ces activités : on perçoit en effet un transfert depuis des passe-temps traditionnels comme la lecture (du journal, de magasines, plus rarement de livres), la réalisation de mots croisés ou de sudoku, le tricot ou le repassage pour les femmes, etc., à des activités sur des écrans : smartphone, ordinateur, voire tablette numérique. Ceci se constate même les adultes, qui consultent leurs mails ou jouent à Candy Crush tout en jetant un œil à une série télévisée. On continue donc à faire quantité de choses devant la télé, mais de plus en plus devant des écrans.

La multiplication des téléviseurs et des écrans dans les intérieurs domestique engendre une séparation de plus en plus nette des pratiques télévisuelles : pas seulement entre les parents et les enfants (phénomène qui s’est accentué depuis déjà des années), mais désormais au sein du couple parental. Dès lors qu’il y a un téléviseur dans la chambre conjugale, en plus de l’écran principal du salon, il n’est pas rare de voir l’homme ou la femme partir directement dans la chambre, sitôt le dîner terminé, pour aller voir son programme préféré, laissant l’autre à son désœuvrement dans le salon où il zappe pour voir ce qu’il y a à la télé ce soir-là. Ce sont plus souvent les hommes qui se retranchent ainsi dans leur propre consommation audiovisuelle (elle peut se faire tout aussi souvent sur leur ordinateur portable)1. Cette séparation des pratiques, rendue très facile par la multiplication des écrans, permet peut-être de soulager les dissensions qui se manifestent souvent entre les conjoints, pas toujours d’accord sur les programmes qu’ils souhaiteraient regarder ; de même que la multiplication des écrans offre aux enfants des possibilités beaucoup plus étendues pour contourner, voire ignorer le contrôle parental – lui aussi objet de fréquentes divergences entre le père et la mère. Cette « séparation de corps » audiovisuelle anticipe parfois le véritable divorce qui consacre alors, dans de multiples domaines, les divergences de goûts et de pratiques entre les anciens conjoints.

Il en résulte au quotidien une difficulté de plus en plus grande à s’accorder sur un programme qui agréerait à tous les membres de la famille, chacun sachant qu’il bénéficie toujours d’un écran de substitution sur lequel il pourra regarder ce qui lui plaît davantage. Le spectacle télévisé conserve sa dimension familiale et sa capacité à réunir à certains moments tous les membres de la famille, mais cette fonction de rassemblement devient de plus en plus fragile et limitée dans le temps.

Autre tendance perceptible, dans la suite de la précédente : le passage progressif de la télévision à l’ordinateur (ou à la tablette numérique). On le remarque désormais chez les adultes, dont beaucoup sont devenus adeptes du visionnage de certains programmes télévisés sur leur support informatique, où ils peuvent en particulier sauter les publicités. Cela vaut surtout pour les séries et pour les films, qui remplacent de plus en plus souvent les programmes proposés en direct par les différentes chaînes. Il en résulte que la télévision est délaissée (c’est très relatif…), mais au profit d’autres écrans qui permettent de la regarder autrement. Là encore, le spectateur exerce de plus en plus son arbitraire audiovisuel pour ne regarder que ce qu’il veut, voire pour en regarder plus comme ces passionnés de football qui vont combiner un match en direct à la télé et un autre en streaming sur leur ordinateur.

Sans surprise, c’est chez les étudiants que l’on trouve le plus souvent ces combinaisons d’écrans, redoublées par les échanges de messages en continu via leurs smartphones. La description détaillée, minute par minute, que certains ont donnée de leurs activités devant la télévision fait d’ailleurs apparaître non seulement un émiettement de leur attention d’un écran à l’autre, mais également un émiettement de leurs actions : allées et venues incessantes, tâches domestiques fragmentées, entamées, abandonnées, reprises, combinées, dispersées, etc. On les dit multi-tâches à partir de tout ce qu’ils sont capables de faire en même temps devant un écran ; mais ils le sont plus encore dans la manière éclatée dont ils déploient leur énergie entre des activités simultanées et discordantes.

  1. L’accroissement de cette consommation solitaire est confirmée par les dernières statistiques de l’INSEE. []

Self-ski

Après les gants tactiles pour être assuré de pouvoir utiliser son téléphone portable sans se geler les doigts, la fréquentation des pistes de ski révèle un autre phénomène qui semble en expansion : l’utilisation de petites caméras numériques pour se filmer en train de faire du ski.

Capture d'écran d'un article de l'AFP, repris sur le site http://www.linformaticien.com

La formule la plus répandue est la fixation de l’appareil sur un casque. Mais on peut voir également des skieurs qui évoluent sur les pistes (ou en dehors) en tenant d’une main une tige métallique au bout de laquelle est fixée la caméra. La maîtrise du ski se double ici de celle du filmage à bout de bras. Mais que ne ferait-on pas pour obtenir et diffuser des images à sensation ?

En complément : lire cet article de Slate sur l’essor de ces caméras dans le sport de compétition.

Tous devant l’écran

Capture d'écran du site de laDepeche.fr

C’est une publicité pour un opérateur de téléphonie mobile. Je l’ai aperçue une seule fois à la télévision et ne l’ai pas retrouvée sur Internet. Je vais donc la raconter brièvement.

On suit plusieurs personnes, jeunes, dans leurs occupations respectives. Chacune a bien sûr un écran, smartphone, tablette ou ordinateur portable, sur lequel il jette de temps en temps un coup d’œil à un match de foot en cours. Tout en faisant autre chose, grâce précisément aux potentialités et à la rapidité d’exécution offertes par la 4 G.

Puis l’action s’intensifie sur le terrain de foot. Une équipe est à l’offensive. Nos spectateurs se font plus attentifs, sensibles à la montée de la tension dramatique. En même temps, et sans se concerter, ils se déplacent dans l’appartement (on peut supposer qu’ils partagent une colocation) jusqu’à se retrouver tous assis dans le canapé du salon face à l’écran plat du téléviseur où ils assistent en direct au but qui les fait exploser de joie, ensemble, comme le feraient des supporters dans les tribunes du stade.

La pertinence sociologique de cette publicité vient de ce qu’elle met en scène la diversité actuelle de consommation des images télévisées et en même temps la fonction collective que continue de remplir le téléviseur (unique ou principal selon les situations), synonyme encore maintenant de programmes regardés ensemble. La fonction familiale ou fédératrice du spectacle télévisé n’a pas disparu, même si elle est devenue plus sélective et moins régulière. De même, à l’heure des écrans en surnombre, la télévision demeure synonyme de spectacle en direct, comme c’était le cas à son origine. Particulièrement pour le sport, comme actuellement pour les jeux olympiques d’hiver.

Jamais sans mon portable

Les skieurs portent des gants qui rivalisent d’isolation thermique afin qu’ils n’aient pas les mains gelées. Les fabricants vantent désormais les avantages des sous gants qui permettent d’enlever ces grosses mitaines sans exposer pour autant ses doigts au froid glacial ambiant, s’il s’agit par exemple de rechercher un mouchoir ou un pass de remontées mécaniques. Ou encore de téléphoner.

Capture d'écran du site Décathlon

Car il devient difficile d’imaginer s’élancer sur les pistes sans demeurer relié aux autres membres de sa famille ou de sa tribu, partis devant ou restés derrière, qui n’ont pas emprunté le même itinéraire ou qui se sont arrêtés pour déguster un chocolat chaud. A tout moment (ou presque), il faut donc être mesure de répondre à un appel, ce qui multiplie les occasions d’enlever ses gants et donc de se refroidir les doigts.

Qu’à cela ne tienne : certains sous gants sont désormais « tactiles », c’est-à-dire assortis d’extrémités renforcées pour assurer une bonne adhérence à l’écran d’un smartphone afin de pouvoir s’en servir en tout confort calorifique. « Un gant tactile pour ne rater aucun coup de fil », annonce l’argument commercial. Avec un tel équipement, c’est sûr, on ne risque pas de décrocher.

Qui est (encore) devant la télé ?

Le dossier d’un récent supplément télévision du journal Le Monde s’intitulait « Chercher l’audience », avec pour chapeau : « Télévision de rattrapage, visionnage sur tablette, nouvelles chaînes de la TNT… Le comptage des téléspectateurs devient de plus en plus complexe ».

On y apprend que le nombre de foyers équipés par Médiamétrie du boîtier qui permet de suivre en temps réel leur consommation de programmes télévisés est passé en 2008 de 3600 à 5000, afin de pouvoir mesurer les performances des chaînes de la TNT ; qu’à partir de ce début 2014, l’audience de 19 chaînes sera ainsi auscultée quotidiennement, au lieu de 7 seulement en 2006. Le boîtier est capable de détecter si une émission est regardée en direct ou en différé.

Dans les familles du panel, chaque membre dispose de son propre numéro d’identification afin d’ouvrir la possibilité de suivre la consommation des uns et des autres. Chacun doit s’identifier lorsqu’il commence à regarder la télévision et se déconnecter dès qu’il a fini. L’écho général de Médiamétrie est que les gens « jouent le jeu ». On peut même inscrire des invités, si le cœur leur en dit, à condition qu’ils déclarent leur sexe et leur âge.

Capture d'écran du site Stratégies.fr

La convention signée par les « panélistes » stipule que chacun s’engage « à déclarer systématiquement sur l’audimètre ses entrées et sorties de la pièce dans laquelle le téléviseur est allumé (par le biais de la télécommande de l’audimètre) ». Le critère retenu est donc l’exposition aux programmes télévisés plus que le fait de les regarder activement. Car le fait d’être dans la même pièce que le téléviseur ne signifie pas qu’on y vient pour le regarder. Certes, le panéliste qui appuie sur la télécommande signifie certainement qu’il commence à regarder un programme ; lorsqu’il appuie de nouveau sur le boutin « Fin », il indique également à coup sûr qu’il cesse de regarder l’écran. Mais entre les deux, qu’aura-t-il fait ? Les mesures de Médiamétrie reposent sur l’hypothèse que la télévision se regarde comme le cinéma, assis devant l’écran à ne faire que contempler les images. L’illustration choisie par Stratégies.fr est révélatrice de cette représentation du téléspectateur, investi, concentré, exclusif.

La réalité est toute autre. Les quelques observations disponibles révèlent que les gens font plein de choses devant et autour de l’écran de télévision (voir en particulier mes billets Devant la télé et Devant la télé – 2) : ils vont et viennent, font la cuisine, mangent, débarrassent la table, discutent, téléphonent, consultent leurs SMS, font des mots croisés, tricotent, repassent, etc. Le tout sans forcément quitter la pièce. Leur degré d’attention est très variable, le plus souvent flottant, sans parler de ceux qui s’endorment rituellement dans le canapé. Peut-être que les volontaires pour intégrer le panel de Médiamétrie sont des téléspectateurs particulièrement assidus, opiniâtres, qui ne font rien d’autre que regarder les programmes. Mais c’est peu probable. La télévision est un « meuble », comme disait Jean-Luc Godard, un membre attractif, mais un meuble parmi d’autres. On n’est pas constamment devant et à son écoute lorsqu’il est allumé.

Il y a quelques années, un projet a été conçu d’un boîtier capable de détecter les mouvements devant le téléviseur. Il aurait présenté l’avantage de s’assurer que ce dernier n’avait pas été laissé allumé et qu’il ne diffusait pas ses programmes dans le vide. L’idée de ce boîtier observateur n’a pas dépassé le stade du projet car il était à l’évidence trop intrusif pour être accepté dans des intérieurs privés. Il ravivait cette inquiétude originelle que si la télévision offrait le spectacle du monde extérieur, qu’est-ce qui garantissait qu’elle ne fournissait pas à l’extérieur le spectacle de la vie privée des téléspectateurs ? Le développement de tous les dispositifs de télésurveillance pourrait aisément renforcer cette crainte, que nombre de personnes âgées conjuraient en voilant l’écran d’un napperon ou d’un simple torchon lorsqu’il était éteint. On ne sait jamais…

La mesure de l’audience télévisée est donc une convention : elle quantifie assez précisément l’exposition des individus aux programmes télévisés, ce qui suffit somme toute aux annonceurs. Dès lors qu’ils sont tous d’accord pour prendre les statistiques de Médiamétrie comme critère commun, le marché de la publicité peut s’organiser et fixer ses prix.

La nouveauté aujourd’hui provient de la multiplication des écrans qui viennent concurrencer le monopole de l’image longtemps conservé par la télévision. Si les gens regardent de plus en plus les programmes sur leur ordinateur, leur tablette ou leur smartphone, il devient impératif pour les différents partenaires de la production et de la diffusion audiovisuelle de connaître dans quelle mesure et selon quelles modalités. Autant on s’est contenté pendant des décennies d’une mesure globale de l’audience, peu curieuse des usages effectifs, autant la période actuelle crée la nécessité d’entrer dans le détail de ce que les gens font désormais avec leurs différents écrans. Ceux qui réfléchissent en particulier à l’avenir du téléviseur, aux fonctionnalités nouvelles qu’on pourrait lui adjoindre pour qu’il conserve sa place centrale dans le foyer, ressentent le besoin impératif de connaître les habitudes et les attentes des consommateurs afin de ne pas développer des applications qui ne trouveraient pas leur public. Ainsi, des ingénieurs aux publicitaires, tout le monde s’intéresse désormais aux pratiques effectives de consommation de la télévision. C’est une véritable nouveauté.

Bonne nuit les écrans

En ces premiers jours de rentrée, leur fille (bientôt 16 ans) va se coucher étonnamment tôt. Dès que le dîner est terminé et la vaisselle rangée, elle leur dit bonne nuit et monte dans sa chambre. Un peu surpris, ses parents se réjouissent cependant de la voir mettre en œuvre quelques bonnes résolutions pour cette nouvelle année et le second trimestre : travailler davantage et dormir plus.

Mais son sommeil est émaillé de rires et de cris divers qui les poussent à monter voir ce qui se passe. C’est ainsi qu’ils découvrent qu’elle passe en fait ses soirées devant une tablette numérique qu’une de ses copines du lycée lui a prêtée. Celle-ci a reçu un IPhone 5 à Noël ; elle possédait déjà un ordinateur Mac. Sa tablette ne lui sert plus à rien. Son père la lui avait achetée lors de leur séjour à Manhattan, l’été dernier. Dans ce lycée de centre ville, au public passablement bourgeois, les élèves regorgent d’appareils électroniques en tout genre.

La voilà donc scotchée tous les soirs à son écran sur lequel elle avale des séries à la chaîne, regarde des émissions de télévision comme la première, samedi soir, de The Voice sur TF1, et s’adonne à des jeux comme Candy Crush, qui l’hypnotise littéralement.

Ses parents sont bien ennuyés parce qu’ils avaient pris la ferme décision que leurs enfants n’auraient jamais d’ordinateur dans leur chambre, encore moins de téléviseur. Un ordinateur collectif est à leur disposition dans la salle de jeux commune. Mais voilà que leur projet se trouve contourné par des matériels et des usages qu’ils n’ont pas vu venir. Dans la foulée, ils réalisent que leur fils aîné, qui lui aussi passe ses soirées dans sa chambre, a accès à Internet grâce à son IPod Touch et qu’il ne s’en prive pas pour regarder des vidéos à foison. Quant à leur petit dernier, à qui ils ont offert récemment le dernier modèle de console Nintendo DS, il les tanne pour qu’ils retirent le contrôle parental qui l’empêche de s’en servir pour naviguer à son tour librement sur Internet. Bref, leur projet éducatif fuit de partout.

Ils avaient bien dans l’idée d’adapter progressivement les temps d’écran en fonction de l’âge de leurs enfants et ils cultivaient l’illusion que cette réglementation était acceptée par ces derniers puisqu’elle ne soulevait pas d’opposition majeure. Ils en tiraient même la conviction réconfortante qu’en adoptant une position ferme et argumentée, ils parvenaient à convaincre leur progéniture qu’il y avait autre chose d’intéressant dans la vie que les écrans.

Ils viennent de se réveiller brutalement et de découvrir que leurs enfants ont su, avec une totale discrétion, passer outre leur modèle pour satisfaire leur propre intérêt. La seule convention qui demeure respectée – jusqu’à quand ? -, c’est l’interdiction des téléphones portable pendant la durée des repas.

« Il manque toujours une personne dans les photos »

Entendu ce matin au cours du journal de 8 h sur France Inter, le témoignage de la mère de ce jeune homme dont un os vient d’être retrouvé au large d’Antibes, vingt ans après sa disparition :

« Quand quelqu’un est sur le point de mourir, on sait, on va l’enterrer, et puis on fait son deuil comme on peut. Mais là, ce n’est pas le cas. On ne sait pas s’il est vivant, s’il est mort. On ne sait rien. On vit parce qu’il faut vivre. On se marie, on fait des enfants, on continue. Mais quand on a des réunions de famille, il manque toujours une personne dans les photos. »

Expression douloureuse de la réalité humaine de la photographie de famille : réunir les membres, tous les membres de la famille pour les besoins de la photo. Ici, le rituel, qui se perpétue comme il se doit, réitère cruellement le constat de l’absence incompréhensible du disparu.

Cancritude

Léo est au lycée en classe de première. Ce jour-là, il s’ennuie ferme pendant le cours de français. Il s’occupe à refaire les tresses de ses cheveux pendant que son copain somnole, à moitié avachi sur la table de son voisin. Une fille assise devant eux les photographie avec son smartphone. Le cliché est aussitôt publié sur Facebook où en l’espace de quelques heures il récolte 105 « like ». « C’est grave beaucoup, j’avoue », jubile Léo le soir au cours du dîner familial lorsqu’il raconte son exploit médiatique. Sa sœur, qui a elle aussi vu passer l’image, s’est bien gardée de révéler à ses copines que le rasta photographié était son frère. Il n’est pas sûr qu’elle ait voulu se réclamer de cette manifestation de « cancritude » – pour reprendre le terme triomphant inventé par Léo pour l’occasion. Quant aux parents…

PS : On comprendra que je ne publie pas la photo en question : pour préserver l’anonymat des protagonistes et parce que je n’ai pas de compte Facebook.

L’écran de la discorde

Première page affichée par Google Images sur le thème "Famille devant la télévision"

Regarder la télévision demeure pour une large part une activité familiale, en dépit de la multiplication des écrans dans les intérieurs domestiques. Il y a toujours un téléviseur central, souvent de grande taille aujourd’hui, devant lequel se retrouvent les différents membres d’une même famille, ne serait-ce que pour regarder quelques programmes d’information ou de divertissement. Ces moments deviennent peut-être fugitifs, mais ils ne disparaissent pas complètement, tant la télévision  est marquée depuis son origine par son caractère de loisir familial.

C’est également pourquoi elle reste un enjeu important dans les stratégies éducatives, qui émergent, pas toujours facilement, d’un consensus entre les parents – consensus soumis à de nombreux et souvent insidieux ajustements, sources de discordes souvent, au point  de voler en éclats lorsque les parents se séparent.

« Nous, affirme la mère (professeur), on n’est pas très télé. Si, on aime la télévision. Mon mari (directeur financier) pourrait la regarder beaucoup, les enfants aussi. Mais en fait, on a une vieille télé pas bien grande et on en n’a aucune dans les chambres parce que l’on sait que, sinon, on serait avec la télécommande à la main. »
Son fils, âgé de  8 ans : « Papa, il a dit qu’au grenier, on va aménager et qu’on pourra mettre dedans un écran géant de cinéma ! »
La mère : « Voilà ! Il est question qu’on aménage le haut, et le père et le fils fantasment sur un home cinéma ! » Elle-même n’est pas trop d’accord : « Parce que je les connais : ils seront toujours devant la télé. On ne sortirait plus, plus de vie sociale.
»1

On trouve ici un trait fréquent : c’est la mère qui s’investit le plus dans la transmission de certaines valeurs culturelles à ses enfants, ce qui se traduit assez souvent par un contrôle du temps qu’ils peuvent passer devant la télévision et des programmes qu’ils y regardent. Du moins tant qu’ils sont encore petits. Ce trait est nettement plus marqué dans les familles à fort capital intellectuel, mais il est également présent dans des familles plus populaires où de nombreuses mères ne se soucient pas moins de « cultiver » leurs enfants.

Souvent, le père se montre plus passif dans cette entreprise, quand il ne constitue pas un contrepoids dont les enfants essaient de profiter.

Ce garçon de 11 ans n’a pas le droit de regarder la télévision après le dîner, sauf le dimanche soir, mais seulement jusqu’à la première pause de publicité. Toutefois, il regarde les matchs de foot, « jusqu’à la fin, même s’il y a prolongation », même en semaine. Il le fait en compagnie de son père. « Sans mon père, je ne pourrais pas regarder. » (Les deux parents ont des postes de responsabilité dans le commerce)

Il y a donc très souvent du jeu dans le contrôle parental et du même coup une marge de manœuvre que les enfants savent parfaitement investir. L’âge à partir duquel ils gagnent le droit de regarder ce qu’ils veulent quand ils le veulent dépend d’ailleurs pour une bonne part de la solidité de l’accord éducatif entre le père et la mère.

Cet équilibre souvent précaire et malmené en permanence par la pression des enfants est rompu si les parents se séparent. On constate alors que chacun met en place de son côté le régime de consommation de la télévision qu’il souhaite, si bien que l’écart se creuse entre les deux. En passant de chez l’un à chez l’autre, les enfants sont soumis à des discordances culturelles devenues nettes, qui se traduisent par des équipements multimédias différents et des pratiques disproportionnées.

Chez sa mère (cadre dans un service de l’emploi), ce garçon de 11 ans n’a droit qu’à 30 mn d’écran par jour, après les devoirs, télévision ou jeu vidéo. Il parvient peu à peu à étendre ce créneau à 40-45 mn. Pas de télévision ni le matin, ni le soir des jours d’école. Le week-end, en revanche, il la regarde entre 1 h et 1 h 30.
Chez son père (éducateur spécialisé), il dîne devant « Le grand journal » sur Canal +. Il peut regarder la télé jusqu’à 21 h.

Chez sa mère, il doit demander l’autorisation pour allumer la télévision et elle reste toujours à proximité pour surveiller ce qu’il regarde. Elle enregistre certains reportages ou films qu’elle estime appropriés et les regarde à petite dose avec lui le week-end. Elle est persuadée qu’il regarde beaucoup la télévision chez son père ; elle ne l’en restreint que davantage.

Dans ces contexte conflictuels, les enfants essaient de tirer profit au maximum de la ruine des normes communes à leurs deux parents, voire, s’ils en ont les moyens, de ne plus dépendre d’eux pour accéder aux programmes télévisés. L’acquisition d’un ordinateur portable peut être un moyen efficace d’y parvenir.

Chez sa mère (aide soignante dans un hôpital), depuis qu’il s’est acheté son propre ordinateur, cet adolescent de 17 ans ne descend quasiment plus regarder la télévision sur l’écran du salon. Sachant, en outre, que sa mère a désormais son propre écran dans sa chambre, ils ne partagent quasiment plus aucun moment devant la télévision. Il s’est payé son ordinateur contre l’avis de ses parents, et particulièrement de son père (enseignant dans un lycée), très hostile à « ces symboles de la société de consommation ». Mais depuis le divorce, cet homme n’a plus guère d’emprise sur son fils. « C’est mon argent : j’en fais ce que je veux », affirme ce dernier. Sa mère s’insurge devant le temps qu’il passe sur son ordinateur, elle lui demande régulièrement d’arrêter, mais il continue sans lui prêter attention. Elle ne contrôle pas davantage ce qu’il y fait. « De toute façon, dit-elle, je ne comprends rien à ses trucs. »

Car, à l’inverse de la télévision, l’ordinateur est un outil essentiellement individuel, dont l’usage échappe beaucoup plus facilement au contrôle et à l’entendement des personnes extérieures. La généralisation des ordinateurs portables parmi les jeunes pourrait porter un coup d’arrêt aux usages collectifs de la télévision parce qu’elle engage avec les programmes télévisés un rapport désormais personnel, loin le plus souvent du regard des autres.

  1. Cet échange, comme toutes les cas concrets évoqués dans ce billet proviennent d’enquêtes réalisées par des étudiants de Licence 3 de sociologie. []

Devant la télé – 2

Capture d'écran du site du Nouvel Observateur du 2 juillet 2012

Une nouvelle fournée de comptes rendus d’observation sur les manières de regarder la télévision rédigés par mes étudiants de Licence 3 de cette année apporte des confirmations et des éléments nouveaux par rapport à la première synthèse présentée l’an dernier.

Tout d’abord, la présence incontournable de la télévision dans ces familles qui pour l’essentiel appartiennent aux classes populaires ou aux petites classes moyennes. On allume la télévision tous les jours, des heures durant, en particulier pendant les repas (20 cas sur 27). Ces repas sont d’ailleurs en partie conditionnés par ce qui se passe à la télé : une séquence plus intense, dans un journal télévisé ou une émission de jeu, suspend non seulement les conversations, mais aussi les fourchettes. D’autre part, l’intérêt pour les programmes diffusés perturbe parfois directement le déroulement des repas : l’un part manger son dessert devant la télévision ; un autre quitte la pièce pour aller regarder quelque chose en particulier dans sa chambre. A cet égard, l’attribution des places à table revêt une importance stratégique : il n’est pas rare que le père, et les fils, s’octroient celles qui font face au téléviseur, tandis que la mère, et les filles, lui tournent plus souvent le dos.

Généralement, la télévision reste allumée lorsque la famille reçoit des invités. Un étudiant va jusqu’à écrire : « Nous entourons la télévision », tellement elle lui apparaît comme un acteur actif de ce type de réunions au cours de laquelle la conversation connaît parfois des creux que le divertissement télévisé permet de combler habilement.

Parmi les comportements individualisés au sein de la famille, il faut citer également l’utilisation du casque qui permet de regarder, et d’écouter, une émission en solo sur le téléviseur commun. Certains adolescents font de même avec leur Play Station.

Environ la moitié des familles de cet échantillon spontané possèdent plusieurs téléviseurs. Celles qui n’en ont qu’un sont soit des personnes vivant seules (ce qui arrive assez fréquemment à la suite d’un divorce ou d’une séparation), soit des jeunes, célibataires ou en couple, soit, mais c’est beaucoup plus rare ici, des familles plutôt intellectuelles qui ne valorisent pas la télévision. Ce sont les seuls cas où la télévision est prohibée du repas, au motif de respecter la convivialité de ce moment passé ensemble. Notons cependant que, dans certaines familles populaires où la vie est devenue impensable sans la télévision, assimilée à un véritable « animal de compagnie », la regarder ensemble est considéré précisément comme ce qui rassemble les membres de la famille.

Avoir plusieurs téléviseurs permet de jalonner tous les instants de la journée : par exemple, cette grand-mère qui vit seule la regarde dans sa cuisine lorsqu’elle prépare le déjeuner (le matin, elle écoute la radio1), l’après-midi dans le salon au moment de sa sieste et le soir dans sa chambre avant de s’endormir. A l’opposé, dans certaines familles nombreuses, il a été décidé de multiplier les téléviseurs afin de réduire les conflits entre les enfants sur les programmes, forcément divergents, que les uns et les autres souhaitent regarder.

Ayant grandi avec la télévision, les jeunes de 20 ans d’aujourd’hui l’ont intégrée à leur vie quotidienne, particulièrement ceux qui en ont une dans leur chambre depuis des années. Certains ne peuvent pas s’endormir sans le petit écran. Même sans aller jusque là, très tôt les enfants mémorisent les musiques des publicités, intègrent ce qu’ils ne doivent pas regarder, etc. Encore que, dans les familles populaires, le contrôle parental semble peu soutenu.

C’est dans les familles plus aisées ou cultivées que l’on rencontre les préventions les plus explicites à l’égard de la télévision. Mais l’observation en situation révèle souvent des comportements contradictoires. Ainsi, cette mère diplômée, réfractaire au « tout télé », se laisse tenter tout de même par une émission de vidéo gags tout en se faisant reproche de la regarder. Lorsque le couple parental est composé d’individus au parcours social et culturel différent, les divergences sont fréquentes.

En fait, ces contradictions sont plus répandues qu’on pourrait le croire. Dans beaucoup de cas, en effet, on constate que les gens se laissent prendre par « ce qu’il y a à la télé » (sachant qu’ils n’ont pas choisi une émission en particulier) et en conçoivent une certaine mauvaise conscience : l’homme parce qu’il va s’endormir encore une fois devant le poste, la femme parce qu’elle sait bien qu’elle aurait mieux à faire, l’un ou l’autre parce que, immanquablement, ils se mettent à grignoter petits gâteaux, chocolat…, alors que c’est très mauvais pour leur ligne. On pourrait multiplier les exemples. L’autre manifestation de cette gêne est la fréquence des remarques sarcastiques, des propos ironiques sur telle ou telle émission « particulièrement nulle », mais que l’on regarde quand même. Ce dédoublement de personnalité s’observe très fréquemment. Il conduit à douter fortement des sondages relatifs à la télévision, qui font régulièrement apparaître le scepticisme des téléspectateurs, particulièrement à l’égard des émissions d’information ; alors qu’on sait par ailleurs que la télévision demeure la principale source d’information des Français.

Dernier point qui ressort des comptes rendus de cette année : le sur-équipement multimédia des jeunes générations. Ils regardent la télévision aussi souvent que la génération de leurs parents, reproduisant en particulier ce comportement des personnes seules qui l’allument dès qu’elles rentrent chez elles, pour avoir « une présence ». Mais, le plus souvent, le téléviseur diffuse ses programmes en arrière-plan tandis qu’ils regardent l’ordinateur portable posé sur leurs genoux, sans compter leur téléphone, leur tablette ou leur console de jeux. On peut observer alors ce comportement surprenant : allumer la télé, s’asseoir dans le canapé en face, ouvrir son ordinateur et y lancer des vidéos tout en prêtant une oreille, plutôt qu’un œil, à ce qui se passe dans la série diffusée sur le petit écran ; voire décider de démarrer un film en streaming sans interrompre pour autant le programme télévisé. Ainsi se compose un environnement multi-écrans dans lequel la télévision n’occupe pas souvent la place principale, mais où elle semble demeurer néanmoins indispensable. Les séries seraient peut-être plus souvent regardées à la télévision et les films en DVD ou streaming sur l’ordinateur. Mais l’inverse se produit, par exemple lorsque les fans d’une série ne peuvent attendre sa télédiffusion et en regardent la dernière saison en v.o. sur leur ordinateur.

On comprend que les fabricants de téléviseurs cherchent de plus en plus à en faire des interfaces multimédias afin que le téléviseur ne perde pas son importance face à la concurrence des autres écrans qui meublent désormais le quotidien des jeunes générations.

  1. Effet de génération ? Du temps où l’on déjeunait en écoutant Le jeu des 1000 Francs. []

L’enthousiasme du livreur

Petite scène vécue hier matin :

Une camionnette de la Poste s’arrête devant la maison. Le livreur – un Black avec un bonnet vissé sur la tête – vient sonner à la porte. Dès que je lui ai ouvert, il m’annonce qu’il a un petit colis pour moi, mais il se reprend aussitôt en retournant vers son véhicule. « Non, plutôt un GROS colis ! » C’est aussi ce à quoi je m’attends. Il extrait de son coffre un grand carton plat qu’il hisse au-dessus de sa tête, comme il le ferait d’haltères légères, et me le porte ainsi jusque sur le pas de la porte. Là, il scanne le code-barre et me donne le paquet, en me lançant avec conviction : « Vous allez pouvoir en voir des bons films ! » Pendant qu’il repart vers sa camionnette, il continue à me faire l’article : « Vous allez voir, c’est un écran vraiment révolutionnaire. Rien à voir avec ce que vous avez actuellement (comment sait-il ce que j’ai comme téléviseur ?). C’est fantastique ! Et puis, vous pouvez jetez tous vos DVD ! » Devant mon air affolé, il ajoute : « N’achetez plus que des Blue-Ray. Vous verrez, c’est bluffant ! Et en plus, vous avez la 3 D là-dessus. »

Et il repart, l’air satisfait de celui qui a aidé son prochain en le faisant profiter de ses certitudes sur la technologie des écrans plats LED. Mieux qu’un commercial, et tout à fait gratuit.

Des écrans dans la boîte à outils

1. Un commercial vient me démarcher pour me vendre l’installation de panneaux photovoltaïques. Dès lors qu’il me sent intéressé, il sort ses outils pour constituer le dossier. Outre son bloc-notes sur lequel il esquisse des calculs convaincants, il fait glisser ses doigts sur sa tablette numérique pour me montrer le détail du matériel prévu. Puis, il prend son smartphone pour photographier les documents personnels qu’il faut joindre au dossier. La fonction calculatrice lui permet en outre de peaufiner ses estimations techniques et financières.

2. Quelques jours plus tard arrive un technicien pour effectuer une étude de faisabilité. Il inspecte la chaudière, plonge derrière pour examiner la tuyauterie, puis passe au garage pour évaluer où pourraient être installé les nouveaux compteurs, ondulateurs et autres boîtiers indispensables. A chaque étape de cette exploration, il prend des photos avec un petit appareil numérique. Une fois sa curiosité satisfaite, il s’installe avec sa tablette sur les genoux pour composer, grâce à un logiciel de création graphique, le croquis du toit avec l’emplacement prévu pour les panneaux, le tout coté de manière précise à même le dessin. Il se plaint d’ailleurs de n’avoir pas un logiciel plus performant, lui qui vient du monde l’architecture, mais son entreprise n’a pas voulu dépenser plus.

3. Lorsque les ouvriers arrivent le jour prévu pour l’installation des panneaux, ils apportent avec eux un dossier dans lequel figurent plusieurs photos de mon garage et de la buanderie qui, entre-temps, ont été complétées sur ordinateur par le croquis de l’emplacement précis des différents appareils prévus. Entre-temps, j’ai fait de la place si bien que mon garage ne ressemble plus à l’image qu’en donnent ces photos d’il y a quelques semaines.

Une fois leur travail fini, le chef d’équipe sort une petite tablette numérique sur laquelle il me fait défiler les différents formulaires que je dois signer pour conclure le chantier. Pour ce faire, il me tend un stylet qui me permet d’apposer mon paraphe directement sur l’écran.

Ces ouvriers sont les salariés d’une entreprise de la région parisienne. On leur a regroupé plusieurs chantiers dans la région de Nantes où ils séjournent une semaine entière. Je suppose que, le soir venu, ils transmettent par mail, via le wi-fi de leur hôtel, les documents de la journée afin qu’ils soient traités en temps réel par les personnels des bureaux.

Au final, les écrans numériques (je n’ai pas parlé de l’utilisation continuelle du téléphone portable) font ici partie intégrante de leur boîte à outil, étendant leur travail au delà de la réalisation pratique, de l’expertise technique ou de la vente de service, pour y adjoindre une continuelle tâche bureautique qui fait de ces professionnels de véritables bureaux ambulants et connectés.

Imagerie funéraire

A l’occasion d’un court séjour en Vendée pour encadrer le stage de terrain de nos étudiants de master 1, mon collègue Jean-Noël Retière m’a fait découvrir la profusion d’images qui orne les tombes dans les cimetières. Nous les avons explorées plus en détail dans ceux de Notre-Dame de Monts et Saint-Jean de Monts.

Nous sommes loin aujourd’hui de l’épitaphe solennelle, purement textuelle, qui signalait au passant l’identité du mort et le recommandait à Dieu. Ces tombes vendéennes nous ont surpris au contraire par l’entassement, souvent très compact, des plaques funéraires sur la pierre tombale. Il semble que l’usage impose non seulement aux différents membres de la famille, mais également aux amis, au voisins, aux connaissances diverses, d’offrir une plaque porteuse d’un message spécifique. Sur certaines tombes, on en compte une bonne vingtaine.

Le second trait frappant est l’évolution récente de l’iconographie visible sur ces plaques. Il y a encore 10 à 20 ans, le message gravé était assorti de motifs visuels faisant référence directement à la culture religieuse : croix, effigies du Christ ou de la Vierge, branches d’olivier ou colombes, etc.

Selon les employés des pompes funèbres que nous avons rencontrés, un changement serait intervenu au cours des dix dernières années : de plus en plus souvent, les plaques funéraires seraient décorées d’images symbolisant le métier du défunt ou ses activités, ses loisirs préférés. Sa tombe offre ainsi la possibilité au visiteur de savoir qu’il était maçon, agriculteur ou boulanger, qu’il pratiquait la chasse ou la pêche, ou encore le vélo, quand ce ne sont pas les mots croisés ou le sudoku… De multiples facettes de l’individu sont déclinées en images par ceux qui partageaient ces activités avec lui. Car chaque plaque matérialise un lien.

D’où vient ce renouvellement de l’iconographie funéraire ? De la demande des clients, de moins en moins sensibles à l’imagerie religieuse, même en Vendée ? Ou de l’offensive commerciale des entreprises spécialisées, soucieuses de renouveler leur clientèle en élargissant la gamme de leurs produits ? L’idée de faire graver sur une plaque un téléphone portable ou un lecteur mp3 viendrait-elle spontanément à la personne souhaitant rendre hommage à un jeune qui vient de mourir si elle n’en découvrait pas la possibilité dans le catalogue des pompes funèbres ?

Le résultat est pour le moins profitable car la dizaine, voire la vingtaine de plaques qui garnissent la plupart des tombes représente une commande totale oscillant entre 1000 et 2000 €.

Dernière évolution repérable sur les tombes les plus récentes : l’intrusion des images photographiques.

Non pas dans le registre traditionnel du portrait funéraire. Ce dernier est présent, mais loin d’être majoritaire. Il semble d’ailleurs avoir davantage été pratiqué par le passé qu’aujourd’hui.

Ce qui frappe aujourd’hui, c’est la reprise, et la reproduction sur céramique, de clichés photographiques représentant aussi bien un paysage qu’une fleur ou un oiseau, et partageant une esthétique de carte postale ou de poster d’intérieur.

S’agit-il de photos personnelles ou bien d’images choisies dans un catalogue ? Il faudrait engager une véritable enquête pour le démêler. Mais le résultat est pour le moins surprenant : retrouver sur des tombes ces clichés correspondant en tout point à la mode de la belle photo, la même qu’on voit exposée dans les vitrines des magasins de photo, laisse supposer un effet de contamination visuelle jusque dans ce lieu consacré à la mémoire des morts. Pour reprendre l’expression de Caroline Ziolko dans son article sur « Le photographique mémoriel »1, cette imagerie de magazine dit « la mort et son contraire ». Plutôt le contraire, en fait.

En complément : Deux photos d’autels domestiques :

  1. Frontières, vol. 23, n° 1, automne 2010, pp. 33-39. []

Conférence : La photographie au quotidien. Eléments d'histoire orale

Samedi 13 octobre, je donnerai une conférence sur ce thème à 15 h dans le cadre des Archives départementales de l’Essonne.

En voici l’argument  :

Officiellement l’invention de la photographie date de 1839 ; les premiers appareils amateurs ont été lancés sur le marché américain en 1890, mais dans les faits, la photographie n’a pas pris place dans la vie quotidienne aussi rapidement. Cette présentation s’attachera à montrer comment la détention de photos, puis la pratique photographique se sont répandues au cours du XXe siècle, pour devenir massives seulement à partie des années 1960.

Echos de l'été 1 : L'information photographique

Avant de replonger pour de bon dans les sujets sérieux qui font tout l’intérêt de Culture visuelle, je voudrais restituer quelques aperçus visuels de cet été qui s’achève. Je commencerai par une histoire amusante qui met en jeu la question du droit à l’image.

Au cours de la seconde quinzaine d’août, mon plus jeune fils est parti dans un camp organisé par la mairie de notre commune. Le jour du départ, la directrice du camp me signale qu’il y a un problème : sur sa fiche d’inscription, j’ai indiqué que je ne donnais pas mon accord à l’utilisation de photos de mon fils pour illustrer le site internet de la mairie. La directrice, qui en semble particulièrement désolée, m’explique que, tout au long de la semaine que durera leur séjour, ils communiqueront des comptes-rendus et des photos que les parents pourront découvrir chaque jour en direct sur le site en question, sous la rubrique « En direct des camps et séjours ». Bien entendu, ces photos seront automatiquement enlevées à la fin de la semaine. Cet argument a décidé une mère, aussi réticente que moi, à revenir sur sa décision et à donner son accord. Pour ma part, je persiste à refuser car je n’ai aucune confiance dans le devenir de ces photos, sitôt qu’elles seront publiées sur le net. La directrice tente une dernière fois de me fléchir en me représentant que je me prive ainsi de « l’information photographique en direct » et que, de surcroît, lorsqu’ils prendront des photos, ils seront obligés d’exclure mon fils du groupe. Je lui réponds que je n’envoie pas mon fils dans un camp pour le voir en photo tous les jours ; quant aux clichés de groupe, ils peuvent très bien les prendre avec lui et retenir ensuite celles sur lesquelles il apparaîtra le moins ou pas du tout. Nous en restons là, mais je vois bien que mon attitude la choque.

Deux jours après, je reçois un coup de fil de la mairie m’indiquant qu’ils viennent de se rendre compte que mon fils apparaît clairement sur les premières photos qu’ils ont mises en ligne. En fait, ils n’avaient pas été informés de mon refus (tiens, tiens…). Mais ils s’engagent à réparer cette erreur au plus vite en masquant mon fils sur toutes les images où il figure. Cet épisode comique m’incite à aller voir sur le site, où je découvre en effet une suite de clichés retouchés pour faire disparaître la frimousse réjouie de mon garçon, voire parfois son corps tout entier. Lorsqu’il sera revenu de son camp, il s’amusera beaucoup de ces grossiers masquages, lui qui n’avait pas remarqué de toute la semaine qu’il y avait un quelconque problème avec ses photos.

Cela fait déjà plusieurs années que la mairie met en place une consultation téléphonique 24 h sur 24 h pour permettre aux parents de s’informer sur le déroulement des vacances de leur enfant. Nous ne l’avons jamais utilisé, car une des joies de ces départs en colonie est, pour nous, de bénéficier d’une semaine de tranquillité. Alors, appeler tous les jours (0,225 € la minute) pour en entendre parler, non merci. Mais c’est la première fois que la mairie passe à »l’information photographique » sur internet. Les encadrants de ces camps doivent donc non seulement assurer l’intendance et l’animation, mais encore produire et transmettre un reportage en continu afin de satisfaire… Satisfaire quoi, la curiosité des parents ? Qui le leur a demandé ? Et pourquoi des images à présent ? Parce que, avec la généralisation des smartphones et de Facebook, il devient impensable de vivre quoi que ce soit sans en prendre et en envoyer des photos ? Le tout, ici comme ailleurs, sans aucune garantie de confidentialité ni de respect du droit à l’image, comme le révèle cet épisode.