Devant la télé

Ils seraient au moins 20 millions à regarder le débat entre François Hollande et Nicolas Sarkozy, nous affirmaient les médias, sur la base du chiffre (20,4 millions) atteint en 2007 pour la confrontation entre le futur président et Ségolène Royal. De fait, ils n’ont été « que » 17,79 millions selon l’AFP. Devant ce démenti mineur des auto-certitudes des médias, j’ai envie de poser la question non pas du pourquoi, mais du comment : comment ces millions de téléspectateurs ont-ils regardé le débat d’hier soir ? Ou même encore : qu’ont-ils fait pendant le débat ? Car les imaginer rivés à leur écran pendant près de trois heures pour suivre avec attention les arguments des deux candidats relève de la pure fiction. En pareil cas, comme d’ordinaire, les gens font quantité de choses pendant que la télévision diffuse ses programmes.

J’ai demandé cette année à des étudiants de Licence 3 d’observer en situation comment on regardait la télévision dans leur famille. Les liens personnels rendent possible une observation qu’il est beaucoup plus difficile d’imposer de l’extérieur. C’est en particulier pourquoi la télévision fait l’objet de statistiques récurrentes et détaillées, mais de très peu d’observations. Ce qui est particulièrement dommage, tant, dans ce domaine, les déclarations se révèlent souvent en décalage par rapport aux pratiques effectives.

Voici un premier aperçu de ce qui ressort des observations réalisées par ces étudiants (environ une trentaine). Elles ont été conduites au cours des dernières semaines, le plus souvent lors de soirées ordinaires passées au domicile de leurs parents ; quelques-uns seulement chez des jeunes dans leur propre appartement ou en colocation. Les milieux sociaux concernés sont composés essentiellement de classes populaires et de petites classes moyennes.

Premier point à souligner : la télévision impose sa présence lors des soirées domestiques. Elle est allumée et on la regarde, même très diversement, comme on va le voir. Certes, les étudiants-enquêteurs n’ont décrit que des temps familiaux avec télévision, mais il ressort de leurs comptes-rendus que cette occupation du temps de l’après-dîner n’a rien d’extraordinaire : elle est même tout à fait ordinaire.

D’ailleurs, l’espace est clairement organisé en fonction de la télévision : le salon ou la pièce où se situe le téléviseur est meublé de telle sorte que le confort se conjugue avec la meilleure visibilité de l’écran pour les personnes présentes tous les jours. C’est particulièrement clair lorsque la pièce comporte également une table pour les repas ou encore une cheminée : le ou les canapés, les fauteuils sont tournés vers la télé et non pas vers le possible feu de bois.

Je parle ici du téléviseur « principal », celui qui trône dans l’une des pièces collectives de la maison. De plus en plus, les intérieurs en comportent d’autres, installés dans la chambre des parents, celles de certains enfants, voire une salle de jeu – souvent, alors, uniquement dévolus aux jeux vidéos, sans réception des programmes. D’une pièce à l’autre se déploie une chaîne de recyclage des téléviseurs au fur et à mesure de leur renouvellement : celui du salon est souvent le plus performant, ceux des chambres les modèles précédents. Pas étonnant, dans ces conditions, que le téléviseurs principal attire plus que les autres et qu’il constitue encore largement un motif de retrouvailles familiales pour y regarder, ne serait-ce que le temps d’un JT ou d’une série, l’ensemble des personnes qui vivent sous le même toit. Ce qui ne signifie nullement une entente cordiale : souvent, au contraire, la concurrence est vive pour choisir le programme à regarder, pour contrôler la télécommande, pour imposer le silence, etc.

Car rien n’est moins calme que le loisir télévisuel : autant la télé est durablement inscrite dans les rythmes de vie de la maisonnée, autant elle est dans la pratique négligée, regardée distraitement, conjointement à d’autres activités, dans un va-et-vient souvent incessant, plus souvent traitée comme une toile de fond que comme un point de focalisation soutenue. Une sorte d’écran de veille, comme il en apparaît sur les ordinateurs délaissés. Bref, les gens s’occupent à tout un tas de choses devant la télé.

Il reste à préciser davantage qui fait quoi car, selon qu’on est un homme ou une femme, un parent ou un enfant, les comportements diffèrent sensiblement.

De toute la maisonnée, les hommes, particulièrement les pères, sont les plus intéressés par le spectacle de la télévision. Ils la regardent jalousement, supportant difficilement d’être distraits. Ils s’emparent le plus souvent de la télécommande pour décider du programme. Les bruits alentour les dérangent, les conversations, les bavardages autour d’eux. Ils réclament souvent le silence, s’arrogeant parfois le privilège exclusif de brancher un casque qui, du même coup, prive tous les autres du son. A l’évidence, la télécommande n’est pas le seul dispositif stratégique dans une famille.

Les femmes, quant à elles, les mères surtout, sont beaucoup moins attentives pour une raison simple, qui renvoie à cette immuable division des tâches entre les sexes : elles s’activent dans la cuisine ou dans le reste de la maison, ménage, repassage, et autres corvées domestiques. Même lorsqu’elles n’ont pas d’ouvrage en cours, elles regardent plus rarement la télévision sans faire autre chose : feuilleter une revue, faire des mots croisés, consulter leur courrier… Elles vont et viennent, répondent au téléphone s’il vient à sonner, sortent le chien dans le jardin, ouvrent au chat qui gratte pour rentrer… Elles ne tiennent pas en place et aussi, nettement plus souvent que les hommes, elles parlent, commentent ce qu’elles voient.

Chez les plus âgés, les hommes s’endorment rapidement devant le programme qu’ils ont imposé, tandis que les femmes veillent plus tard, non sans avoir changé de chaîne aussitôt après.

Autre différence majeure de comportement, celle qui oppose les parents et leurs enfants (lesquels sont le plus souvent des jeunes adultes, dans les situations observées par les étudiants). Quand les premiers se posent devant la télévision pour la regarder, ils ne regardent que cet écran – même s’ils ne s’y attardent pas forcément longtemps. Ils ont leur place attitrée, leurs rituels : quelque chose à grignoter, à boire, la cigarette du soir, etc. Alors que la jeune génération suit généralement plusieurs écrans en même temps : téléphone portable, ordinateur… Pour ces derniers, la télévision ne représente qu’un écran parmi d’autres, qu’ils captent d’un œil. Quelques observations réalisées parmi un assistance composée exclusivement de jeunes révèlent à quel point la télé, bien qu’allumée, apporte une contribution secondaire à leur expérience du moment, alimentée d’écrans divers, de conversations sur place ou à distance, d’allées et venues, de sorties cigarette, etc.

Une des nouveautés soulignées par nombre de journalistes ce matin à propos du débat télévisé d’hier soir est l’intense activité de commentaire en direct qui s’est développée sur les divers réseaux sociaux, mais également sur certains sites d’informations comme Rue89 ou Owni. Les jeunes observés par les étudiants commentent eux aussi ce qu’ils aperçoivent à la télé à destination de leurs amis sur Facebook et ils en reçoivent en retour des appréciations, des conseils pour aller voir autre chose sur une chaîne différente, etc.

Cette conscience de la relativisation de la télévision dans l’éventail des pratiques d’écran des jeunes générations stimule des programmes de recherche-développement visant à intégrer les fonctions des ordinateurs dans les téléviseurs eux-mêmes afin de rendre bientôt possible sur un seul appareil le type de dialogue interactif en direct qui nécessite aujourd’hui plusieurs écrans allumés simultanément. Dans le jargon spécialisé de ces développeurs, les mots clés sont « everywhere » et « multidevice »1.

Fait intéressant : pour mieux ajuster les innovations technologiques ainsi recherchées aux besoins effectifs des consommateurs (puisqu’il s’agira tout de même de les convaincre d’ici peu d’acheter de nouveaux équipements), sont lancées des enquêtes empiriques sur la façon dont les gens regardent la télévision, comme si l’on commençait seulement à découvrir que les mesures de l’audimat – qui postulent qu’il y a toujours un téléspectateur devant un écran allumé – étaient définitivement des artefacts dépourvus de réalité.

  1. Voir en particulier sur ces questions le dossier de la revue Sciences Ouest de février 2012. []

Ultra rapide concentration

Je viens de passer une semaine à la montagne avec mes enfants et un copain de mon fils aîné, soit trois adolescents et un garçon de 9 ans. Ce qui m’a surpris et m’a pris de court chaque jour, c’est la rapidité avec laquelle, à peine revenus des pistes, chacun d’eux s’isolait dans ce qui lui tenait lieu d’activité et d’interface de prédilection : l’un devant l’écran de son ordinateur pour reprendre le jeu de stratégie auquel il participe depuis des semaines ; l’autre sur son Ipod pour regarder des vidéos ou écouter de la musique, son casque sur les oreilles ; la troisième dans son livre, mais elle aussi en écoutant de la musique à travers son casque ; le dernier enfin sur la Nintendo DS qu’il venait de récupérer de son frère aîné à l’occasion de ces vacances.

Avantage certain : le calme intégral régnait dans l’appartement, je pouvais vaquer paisiblement à mes propres occupations ; même l’idée de goûter ne leur traversait pas l’esprit. Personnellement, j’étais plutôt effaré par ces quatre versions différentes, mais également obstinées à s’enfermer dans un vis-à-vis, un environnement isolant, qui rendait aussitôt toute forme de communication improbable, voire impossible. Leur parler dans ces circonstances était voué à l’échec : aucun ne m’entendait, aucun ne comprenait même que je veuille leur dire quelque chose. Obligés d’enlever leurs écouteurs pour percevoir mes paroles, ils tournaient alors vers moi le visage renfrogné de ceux qu’on dérange manifestement, comme si je n’avais pas vu le panonceau virtuel affiché devant eux, le même qu’on met sur les portes d’hôtel à l’intention des personnels de service : « Ne pas déranger ».

L'appât

Capture d'écran du site http://m.samsung.com

Le smartphone Samsung Galaxie Nexus propose la possibilité de le déverrouiller par reconnaissance faciale : « Un jeu d’enfant : il vous suffit d’allumer le téléphone et de regarder la caméra pour déverrouiller le téléphone. Plus besoin de retenir de mots de passe compliqués. Ne craignez plus que votre téléphone tombe entre de mauvaises mains. »

Soulignons tout d’abord qu’il est demandé de sourire pour réussir cette opération. Comme de fait l’appareil compare l’image du visage qui lui est proposée à celle que son propriétaire y a préalablement enregistrée, je suppose qu’un visage sévère ferait aussi bien l’affaire. Mais ce n’est pas sûr : le smartphone de Samsung est peut-être programmé pour ne photographier que des visages souriants (comme nombre d’appareils numériques actuels). J’imagine également que le plaisir est tellement grand de retrouver son smartphone chéri que le sourire vient naturellement aux lèvres.

Certains esprits chagrins ont déjà mis en évidence qu’il était facile de tromper la vigilance du Samsung Galaxie en lui présentant une photo plutôt que directement le visage de l’intéressé. « Il s’agit donc d’un verrouillage avec un faible niveau de sécurité pour Android 4.0. Il vaut donc mieux utiliser un pin ou un mot de passe si l’on ne veut pas que n’importe qui ait accès à ses données. » Il semble qu’Apple ait déjà déposé un brevet pour se réserver de développer sur ses propres appareils un système de reconnaissance faciale plus performant.

Ce qui me frappe surtout dans ce nouveau gadget, c’est qu’il joue sur un mécanisme d’accoutumance que Franck Leblanc identifie bien dans sa description de l’extension des systèmes de télésurveillance. Il montre en effet que nombre d’entreprises qui développent ces systèmes pour accroître l’efficacité de la sécurité publique proposent des applications commerciales ludiques destinées au grand public, sous forme de jeux, d’applications diverses ou encore d’outils complémentaires pour des sites préexistants comme Facebook ou Flickr. Le consommateur lambda qui s’amuse ainsi à reconnaître ses « amis » dans des photos qui circulent sur internet s’habitue sans forcément s’en rendre compte à un régime de surveillance généralisée qui passe par la traque visuelle et l’identification des visages. Comment dès lors pourrait-il s’étonner, voire s’insurger que son image soit utilisée par des services de polices, nationaux et internationaux, pour le ficher et le reconnaître en toute circonstance ?

Adresser un sourire à son smartphone pour le déverrouiller pourrait bien être un geste plus menaçant qu’il n’y paraît.

La photo : un outil politique

Capture d'écran depuis le site de la mairie de Corcoué

Je rentre d’un stage d’enquête de terrain avec des étudiants de Master 1, qui s’est déroulé dans la commune rurale de Corcoué-sur-Logne, au sud de Nantes. Le thème général en était les usages sociaux de la nature.

Cette municipalité affiche un souci prononcé pour les questions d’environnement, de développement durable, de protection et d’aménagement des espaces naturels. Lors de notre rencontre avec son maire, nous avons pu constater qu’il avait recours assez souvent à la photographie pour délivrer des messages incitatifs à ses concitoyens. Plutôt que de leur répéter certaines consignes ou injonctions sur l’importance du tri sélectif, l’intérêt de la marche à pied pour se déplacer au sein de la commune ou encore de la production de compost pour réduire le volume de ses ordures ménagères, il prend ou fait prendre des photos des pratiques qui lui paraissent recommandables et en fait périodiquement des expositions présentées officiellement dans les salles municipales. Ainsi instille-t-il par exemple sa conception à la fois écologique et esthétique des jardins en exposant des photos de ceux qui lui paraissent correspondre le mieux à ses attentes. A chacun ensuite de comprendre le message et de le reprendre à son compte à partir des modèles mis en avant.

La photo est utilisée ici comme un véritable outil de persuasion politique. Atteint-elle ses objectifs mieux que des discours ? Cela resterait à vérifier.

Une visite sérieuse

Il faisait très beau samedi au Parc oriental de Maulévrier. De nombreux visiteurs s’y pressaient pour admirer cette nature mise en forme par la main ferme et experte de jardiniers inspirés des techniques japonaises. En même temps, la chute des feuilles bousculait cet agencement serré en le parsemant au hasard d’amas et de couleurs imprévus. La nature jouait avec les jardiniers.

Sur le parking, deux dames d’un certain âge se préparaient à y entrer lorsque l’une d’elles s’arrêta et lança à l’autre : « On a oublié de prendre l’appareil photo. Il faut qu’on retourne le chercher, sinon ce n’est pas sérieux. » Et nos deux dames de repartir jusqu’à leur voiture prendre cet appareil sans quoi elles ne pouvaient plus concevoir une visite digne de ce nom.

A l’intérieur, tous les visiteurs ou presque photographiaient, chacun avec ce qu’il avait. J’ai même vu une femme qui se servait d’un appareil jetable en plastique.

Le Québec en photos

"Venez pour la vue, repartez avec les photos"

Le récent colloque de Montréal m’a offert l’opportunité de passer un mois de vacances au Québec avec les miens. 3800 km de route (« un voyage de Français ! », comme l’a qualifié un ami québécois) et 2056 photos prises par les 5 membres de la famille. Pour avoir centralisé au retour cette production pléthorique, il m’est possible d’en tirer quelques constats et réflexions.

Sur un mois, les scores journaliers ont été très inégaux. Il y a eu certains jours à seulement 30 photos, et même moins, quand certains ont explosé les plafonds : 379 photos ont été prises en seulement deux visites à Montréal (mais pas n’importe lesquelles, j’y reviendrai). Un beau paysage, une simple déambulation dans la ville ne suffisent pas à captiver l’œil de mes enfants, sauf le premier jour où mon fils aîné a mitraillé Montréal – son premier contact avec une ville nord-américaine (108 photos)-, ce qu’il ne fera plus nulle part ailleurs. Les parents se sont montrés nettement plus réguliers que les enfants, qui ont pu laisser passer plusieurs jours sans prendre de photos – mais non sans utiliser leur appareil car ils passent plus de temps à bidouiller leurs clichés dessus qu’à réaliser des prises de vue. Ce faisant, ils usent rapidement les batteries et, la prévision n’étant pas leur fort, il leur est arrivé plusieurs fois de tomber en rade. Qu’à cela ne tienne, il empruntent alors l’appareil de leurs parents.

Un voyage comme celui-là, dans un pays qui allie avec maestria la vocation pédagogique et le sens du commerce, offre une occasion rêvée pour mesurer à quel point le développement des formes multiples d’attractions destinées à capter l’intérêt des enfants tend du même coup à réduire leur intérêt aux seules attractions disponibles. N’allez plus leur proposer de faire une simple ballade dans un parc national où ils pourraient avoir la chance de croiser un ours, un orignal ou un castor : c’est trop long, trop aléatoire (de fait, nous n’avons aperçu très peu d’animaux), trop fatigant. Ils préfèrent regarder la télé.

En revanche, lorsque l’attraction est présente, organisée, concentrée, ils se transforment en photographes frénétiques, comme d’ailleurs l’immense majorité des visiteurs présents : une colonie de fous de Bassan sur une île au large de la Gaspésie, qui vont et viennent, piaillent sans prêter attention aux centaines de curieux venus les observer à moins de deux mètres ; un petit train dans un vaste zoo qui emmène les touristes voir enfin de près les différents types d’animaux de la Boréalie ; la reconstitution sous un dôme à Montréal de différents écosystèmes canadiens et exotiques, combinant les effets de surprise du zoo et de l’aquarium… Dans ces contextes hautement aménagés, les visiteurs se transforment aussitôt en chasseurs d’images, non pas seulement curieux de voir ces animaux sauvages, mais obsédés par le souci d’en capturer l’image avec leur appareil. Ils se mettent à les photographier à tout-va, sans se soucier de ce qu’on pourra distinguer effectivement sur leurs clichés, persuadés que le zoom optique grossira avec netteté le moindre détail (le minuscule singe qui avance sa queue sous une feuille, tout au fond) ou que le mode « Digital SR (anti flou) » permettra à coup sûr de saisir l’ombre fugitive du couguar qui d’un bond traverse son enclos. La visite se transforme en parcours de chasse : il faut en photographier le plus possible, aussi vite que possible, sans s’attarder (à quoi bon prendre le temps de regarder puisqu’on aura les photos). Personnellement, j’éprouve une sensation assez effrayante à voir ces gens brandir tout ce qu’ils ont en main (appareil photo, téléphone portable, caméra, console de jeux…) pour photographier ce qu’ils ont à peine aperçu et, en tout cas, nullement regardé. L’indifférence des animaux devient rassurante dans cette confrontation.

Au palmarès des succès photographiques, les animaux arrivent largement en tête. Ils constituent les attractions majeures. Une seule autre, au cours de notre voyage, les aura détrônés : l’exposition consacrée à Jean-Paul Gautier par le musée des Beaux-Arts de Montréal ! Ma fille a photographié toutes les robes, mais elle n’était pas la seule. On retrouvait, dans cet univers sophistiqué, la même frénésie photographique que devant les fous de Bassan !

Que font-ils de toutes ces photos ? Qu’allons-nous en faire nous-mêmes ? Depuis notre retour, personne ne les a regardées, et s’il est question d’en faire un album, qui s’en chargera ? Techniquement, le déchet sera considérable, c’est sûr.

Avec le numérique, on a vraiment l’impression que la photographie est devenue plus instantanée qu’elle ne l’a jamais été auparavant. Elle s’inscrit et se conclut dans le même instant, sans suite ni projet au-delà. Comme s’il fallait désormais photographier l’instant pour réellement le vivre. On n’est plus dans le « ça a été » de Roland Barthes, mais dans une sorte de futur antérieur, anticipant la trace visuelle qui, tout à la fois, fait exister l’instant et permettra de le voir : « J’y aurai été », puisque je l’ai photographié.

Pratiques argentiques en régime numérique

J’ai eu le plaisir cette année de piloter à distance la recherche effectuée par une étudiante russe, Oxana Gilyuk, dans le cadre du Master 1 de sociologie qu’elle préparait au Collège universitaire français de Saint-Pétersbourg. Elle avait choisi de s’intéresser aux photographes avertis qui continuaient à utiliser l’argentique, voire, pour certains, qui y revenaient. La qualité de son enquête, servie par un français remarquable, m’incite à en présenter ici un extrait1 :

Vassily SKVORTSOV

À partir de vingt entretiens approfondis menés à Saint-Pétersbourg auprès de photographes professionnels et amateurs éclairés, j’examine sous quelles conditions la pratique argentique perdure et sous quelles formes elle réapparaît.

J’ai pu constater en particulier que la pratique argentique et la pratique numérique ne s’excluaient pas : les enquêtés, c’est un point essentiel, alternent le plus souvent les deux pratiques. Il existe donc plusieurs logiques de pratique chez la même personne, ce qui laisse supposer une identité plurielle du photographe, capable de choisir telle ou telle technique en fonction de son objectif concret et de son « état d’esprit » :

« Je crois que tout dépend du photographe, de ce qu’il se donne comme objectif. Il a tout  un arsenal de techniques et il peut choisir. Comme un graveur qui choisit l’instrument qui convient le mieux pour telle ou telle matière. » (Olga, photographe reporter, 44 ans).

1) Le plus souvent, les photographes, engagés d’une façon ou d’une autre dans la photographie comme métier qui procure des revenus, perçoivent le numérique comme la partie « commerciale » de leur activité photographique et l’argentique comme « artistique » ou « pour soi-même » :

« Le numérique, c’est pour le travail. Mais des trucs artistiques, quelque chose d’extra, c’est de la pellicule. (…) On ne travaille plus avec la pellicule, mais on crée. » (Michaïl, photographe reporter, 28 ans)
« Moi, j’ai trouvé une formule idéale : le numérique, c’est pour le travail, l’argentique, c’est pour le plaisir. » (Sacha, designer graphiste, 32 ans)

« Maintenant, je fais beaucoup d’argentique. Pas pour l’argent bien sûr. La pellicule, ce sont des choses d’exposition. (…) Il y a des sujets que je ne vais pas photographier en numérique. » (Aliona, architecte, photographe, 29 ans).

2) D’autres, comme Éva (29 ans, fille unique d’une famille artistique reconnue, qui se dit artiste photographe et qui est très influencée par les courants artistiques contemporains), combinent les usages du numérique, pour « la photographie plasticienne » – positionnée d’emblée dans le champ de l’art contemporain, qui relève non pas du « beau », mais du « visuel », conçue non pas comme « un atelier de peintre, mais comme un « laboratoire », où la photographie demeure « un des moyens de s’exprimer » – et de l’argentique, qu’ils considèrent dans ce cas comme « la pure photographie », « la photographie créative », qui renvoie à l’art classique, « originaire ».

Olga YAKUSHENKO

3) Certains photographes amateurs apprécient le numérique dans la vie quotidienne : « Il faut être complètement fou pour photographier une party d’anniversaire sur la pellicule » (Olga, étudiante en histoire, 23 ans) ; mais se réservent la pratique argentique comme une « méditation », qui demande un « autre état d’âme » et ne marche pas  « en vacances, en voyage organisé » lorsque « tout le monde autour de toi mitraille » (Luba, manager, environ 50 ans).

4) D’autres encore, parmi mes enquêtés – dont l’une est une irréductible de l’argentique, pratiquant, de plus, la photographie argentique avec de la pellicule noir et blanc infra-rouge –, trouvent finalement un avantage au numérique et l’« utilisent » pour contrôler la prise de vue sur la pellicule :

« Le numérique est un moyen d’enregistrer de l’info visuelle… Pour l’utilisation intermédiaire. Là, le numérique marche très bien. […] J’essaie la prise de vue avec ça, […] je vois le résultat et je prends tout de suite une photo sur la pellicule. » (Dmitriy, photographe, vendeur dans un magasin de la technique photo argentique d’occasion, 40 ans).

Svetlana (étudiante en photographie, 18 ans) a elle aussi un usage auxiliaire du numérique bien que le contexte de sa pratique soit différent : étudiante de la faculté de la photographie où la maîtrise de la photographie argentique est obligatoire, elle a découvert l’argentique dans le cadre de sa formation, mais utilise toujours un appareil numérique pour préparer la prise de vue et « ne pas gâcher la pellicule pour rien ».

5) Enfin, il existe des personnes qui semblent pratiquer argentique et numérique sur un pied d’égalité, en fonction des conditions concrètes de prise de vue. Dans le cas de Maxime par exemple (étudiant en design, animateur dans un club photo pour les enfants, 24 ans), on peut parler de va-et-vient entre l’argentique et le numérique, « pour changer quoi ». Pour Alexandre, (critique d’art, photographe d’art, 54 ans), le recours au numérique n’est pas toujours justifié ; il voit surtout la technique argentique comme une bonne alternative pour ceux qui n’ont pas les moyens d’acquérir un appareil photo numérique de qualité :

« La technique numérique est capricieuse. Ça craint de l’humidité, n’aime pas la poussière, les capteurs. En plus, elle est fabriquée pour une certaine durée, comme tout maintenant… Et si tu travailles, par exemple, avec le dos numérique Hasselblad c’est toujours lié avec l’ordinateur, tu ne vas pas courir dans la rue avec cet appareil-là, qui, de plus, coûte extrêmement cher. […] Le numérique de qualité est hors de la portée de la grande majorité de ceux qui s’appellent photographes. Ils se contentent des appareils photo amateurs, capteur crop, voilà… Et si par exemple un étudiant en photographie ne peut pas acheter un bon numérique plein format, il achète un bon vieux reflex argentique, un Nikon, par exemple, qui coûte presque rien mais qui lui permet de faire des photos […] de qualité exposition. »

Certains interviewés, d’ailleurs, ont délaissé le procédé argentique, mais sans exclure d’y revenir (Nikita, photographe d’art, 21 ans) : ils se disent « nostalgiques », conservent leurs appareils photo argentiques et ont, « de temps en temps », « une grande envie » de revenir à la pratique argentique car « malgré tout, la photo argentique, c’est autre chose », comme « le son analogique » (Vladimir, disquaire, 39 ans).

Luba GORMINA

Pour Natalia, (enseignante, photographe d’art, 47 ans), le retour à l’argentique serait possible dans le cadre d’un projet artistique spécifique :

« Je ne fais plus d’argentique, mais j’ai un projet lié à la photographie argentique et un jour je le réaliserai. Maintenant, je recueille des anciennes pellicules, les miennes, celles de ma famille, toutes celles qui se sont conservées. Je vais les tirer à la main, peut-être d’une manière spéciale, je ne sais pas encore. Ce n’est qu’une idée, mais ça m’intéresse. J’ai un pied dans l’argentique, c’est ma vie, mon histoire. C’est l’histoire qui m’intéresse dans ce projet… Regarder l’histoire par la photographie… Pour cette idée, l’argentique convient bien. Une autre idée, un autre moyen, vous voyez ce que je veux dire ? »

On peut dire ainsi que le multi-usage, la cohabitation des pratiques argentiques et numériques deviennent la règle, ce qui gomme de fait l’impression d’antagonisme qu’expriment souvent les représentations des enquêtés. La grande majorité des personnes interrogées dans le cadre de cette enquête affirme que les technologies numériques sont utiles pour les usages quotidien et professionnel, comme le photojournalisme, la publicité, la mode, la photographie de commande, etc. La pratique argentique, de son côté, subsiste comme pratique artistique qui ne profane pas les conventions classiques de l’œuvre d’art : la rareté, le fait-à-la-main, l’intervention directe de l’artiste, le travail lui-même comme effort et contrainte, vu comme gage de qualité :

« L’argentique exige plus de main-d’œuvre. C’est tout un art et il faut s’y adonner. Le numérique, c’est moins sérieux. L’argentique vous résiste, vous comprenez. Ce n’est pas si facile de le maîtriser. C’est assez laborieux, ça demande du temps, des efforts. C’est de l’art. » (Svetlana, étudiante en photographie, 18 ans).

C’est une photographie qui ne s’accomplit pas dans l’urgence mais, au contraire, nécessite une réflexion, un choix conscient. Elle se replie sur « la photographie » elle-même, sur ce qu’elle serait seule à pouvoir faire, ce qu’elle aurait de plus spécifique par rapport à d’autres techniques, et particulièrement par rapport à la « numérographie » (Alexandre, photographe titulaire dans le Centre d’État de la Photographie Contemporaine « ROSPHOTO », 57 ans), à l’« ordi-graphie » (Éva, photographe d’art, 29 ans) qui, au mieux, passe pour « de l’art contemporain ».

Enfin, la photographie argentique n’est plus une pratique quotidienne de masse, mais une pratique d’exception :

« On mange normalement du fast food, vous comprenez. Mais ça ne veut pas dire qu’on ne comprend pas la différence entre un resto Mac Donald’s et un bon restaurant gourmet. » (Andrey, électricien, 34 ans).

La destination des images argentiques est essentiellement l’exposition ou la photographie amateur, qui se valent dans une certaine mesure faute d’un véritable marché de la photographie artistique en Russie.

Il se crée ainsi une niche à vocation minoritaire, tout comme d’autres techniques anciennes de représentation du monde. L’argentique devient une pratique de luxe, d’abondance et tout à la fois d’ascétisme désintéressé, au nom de la pureté du médium photographique et en dépit de l’absence de demande immédiate :

« Je crois que la pellicule ne disparaîtra pas, mais son avenir est comme celui de la peinture classique. Il est extrêmement cher de faire de la peinture aujourd’hui. Ça exige un long apprentissage. En plus, ce n’est pas super demandé… Comme la majolique, une technique très particulière… Ou mieux, la pratique de la fresque… Elle trouve son refuge, mais manque de commandes, c’est sûr. Il n’y a pas beaucoup de gens qui l’apprécient, quelques-uns seulement. » (Aliona, architecte, photographe, 29 ans).

Dimitriy ALEXEEV

En outre, depuis l’arrivée du numérique, la pratique argentique est en train de se transformer en intégrant des « éléments » numériques. On peut, par exemple, scanner les films, ce qui réduit en fait la pratique argentique à la prise de vue et permet de souligner, entre autre, que la distinction écran/papier traverse la distinction argentique/numérique. Pour les plus jeunes des interrogés, le scanner la pellicule permet un traitement plus opératoire d’une photographie et surtout sa diffusion plus commode. Il remplace parfois totalement le transfert sur papier :  ils ne tirent que pour les expositions qui exigent le format papier (Éva, photographe d’art, 29 ans) ou bien ne tirent jamais (Olga, étudiante en histoire, 23 ans).

Il existe encore d’autres formes d’hybridation entre les deux techniques. La plus « légère » est l’utilisation des objectifs interchangeables : comme chez Vassiliy (photographe dans un théâtre, 37 ans) qui utilise l’optique de son Canon argentique sur un boîtier Canon numérique. Un autre interviewé, lui, apprécie les objectifs soviétiques :

« Lorsque l’on utilise l’objectif d’un appareil photo argentique, on prend des photos différentes de celles qui sont prises avec un objectif numérique. On obtient des tons plus chauds. Il y a une certaine ressemblance avec la photo argentique. J’ai un objectif soviétique Gelius. J’ai acheté sur internet un adaptateur qui permet de relier cet objectif à mon Canon. » (Vladimir, disquaire, 39 ans).

Maxime, qui essaie d’appliquer le tirage classique (contact) à ses « négatifs » numériques, offre encore un exemple intéressant d’association des médiums :

« Tout simplement, j’ai rencontré un artiste-peintre qui faisait du tirage de photos en gélatine. Il étend sur une toile une couche de solution spécifique de gélatine, puis il met un grand négatif directement sur la toile. Il l’expose à la lumière du jour pendant assez longtemps, et comme résultat, grâce à la texture de la gélatine, il obtient une image très spéciale. Comme ça part quand même d’une image photo, on peut dire que c’est aussi de la photographie. Et moi, j’ai pensé : pourquoi ne pas faire la même chose sur du papier ? Alors j’ai fait un essai. Dans un labo, j’ai fait faire quelques grands négatifs (au format A4) à partir de mes photos numériques et je les ai transférés sur du papier. Dans ce cas-là, on n’a pas besoin d’agrandisseur, on peut utiliser n’importe quelle source de lumière, une lampe de poche, et on arrive finalement à un effet pictural assez intéressant. » (Maxime, étudiant en design, animateur dans un club photo pour les enfants, 24 ans).

On peut dire de cette pratique intermédiaire entre argentique et numérique qu’elle est soit de l’argentique « numérisé », soit du numérique « argentisé » :

« Je connais une photographe qui fait de l’argentique, puis elle scanne les films, traite les images numériques, les imprime sur papier transparent, coupe le cadre, le met dans l’agrandisseur et tire ensuite d’une manière classique… Je ne sais pas pourquoi elle fait ça, elle aime Photoshop peut-être [rire]… Et encore une autre, qui est allergique à la chimie, elle ne fait plus du tout de tirage, mais scanne les films, les adapte au tirage et les fait tirer sous agrandisseur dans un labo. » (Luba, manager, environ 50 ans).

Ces différentes manières d’hybrider les deux techniques laissent penser que, dans le futur, les deux pratiques pourraient peut-être converger. Mais on peut tout aussi bien supposer qu’elles vont s’éloigner de plus en plus l’une de l’autre.

Face au déclin de l’industrie argentique, les personnes interrogées réfléchissent à l’avenir de la photographie argentique. Pour certains, celle-ci n’a plus guère d’atouts et ils ont conscience des difficultés croissantes. Pour d’autres, comme Dmitriy (photographe, vendeur au magasin de la technique photo argentique d’occasion, 40 ans), « la situation n’est pas grave, elle est même favorable à ceux qui veulent faire de l’argentique» : l’offre et la demande arrivent à s’orchestrer.

D’ailleurs, il y a différentes possibilités de « se débrouiller » : à partir des produits chimiques bricolés et de la pellicule soviétique « défectueuse », souvent avec la date de péremption dépassée, « pour expérimenter » (Olga, étudiante en histoire, 23 ans), jusqu’aux appareils photo en boîte d’allumettes :

« Je ne sais pas comment ça se passe en province, mais à Saint-Pétersbourg on peut toujours acheter tout : la pellicule, le papier. Avec la chimie, on se débrouille aussi. On peut même en acheter en poudre. Je connais un photographe qui révèle les films avec du café… si, si… Jacobs Monarch soluble, plus de la soude. L’action est moins rapide, il faut donc révéler pendant plus longtemps, mais les photos sont bien, je vous assure, tout à fait comme avec un révélateur classique… De plus, j’ai entendu parler de certains qui se servent du sel marin comme fixateur. Vous voyez, surtout pour le noir et blanc, la chimie ne pose pas de problème… Quant aux appareils photo, il existe enfin la pinhole photography : on peut photographier avec une boîte d’allumettes… » (Sacha, designer graphiste, 32 ans).

Ainsi, la pratique de la photo argentique a été bouleversée par l’arrivée du numérique au point d’avoir changé en elle-même. Son avenir est incertain et cet état de fait ne laisse pas d’inquiéter les photographes argentiques qui trouvent tout de même des moyens d’entretenir leur pratique et croient qu’« après toute révolution, il y a une restauration » (Alexandre, critique d’art, photographe d’art, 54 ans).

Maxime TOMAREV

Quoi qu’il en soit, le terrain est vaste. On ne saurait prétendre épuiser la question, ni présenter ici une étude achevée aboutissant à des conclusions indiscutables, compte tenu, d’ailleurs, de la relativité des données acquises et des interprétations effectuées, mais simplement ouvrir des pistes de réflexion et de recherche sur l’état actuel des pratiques photographiques. Il serait intéressant de contraster ces résultats avec une enquête analogue conduite en France. On pourrait ainsi se demander dans quelle mesure la persistance de la pratique argentique dépend du contexte culturel national, et aussi du contexte institutionnel ou économique. Par exemple, il est possible qu’en Russie le rôle des institutions en matière de pratiques artistiques soit moins prononcé qu’en France, et cela pourrait influencer la perception de la pratique argentique. Mais ce n’est qu’une direction de recherche parmi plusieurs possibles.

  1. Oxana Gilyuk, La photographie argentique comme pratique distinctive : analyse des pratiques amateurs et de leurs représentations, mémoire de Master 1 de sociologie, Collège universitaire français de Saint-Pétersbourg, 2011. []

Les nouveaux périscopes

La compagnie Royal de Luxe est de retour ce week-end dans les rues de Nantes (son port d’attache) avec ses créatures-machines gigantesques : une déjà connue : le petite géante ; un métamorphosé : son grand géant d’oncle revenu en Campesino mexicain ; et, rapporté dans leurs malles du Mexique, un chien noir, El Xolo, qui court partout.

La foule attirée par ces trois jours de grand chambardement urbain est immense. La presse relate que de nombreux visiteurs sont venus d’un peu partout en France. Sans compter les étrangers.

Un tel succès pose un problème constant à tous ceux qui veulent suivre les déambulations des géants dans la ville : où se placer pour voir quelque chose, sachant que le spectacle est en mouvement. Les créatures de Royal de Luxe sont conçues pour surplomber la foule, particulièrement les plus grandes qui tutoient les dernières étages des immeubles. Mais le chien, lui, dépasse de peu la tête des spectateurs. Et puis, nombre de séquences (le réveil de la petite géante, par exemple) se déroulent à hauteur d’homme. Impossible de les voir derrière une foule compacte.

Vue ordinaire depuis la foule : la petite géante

Le chien El Xolo

Capture d'écran depuis le site du JDD.fr

A Londres, lors du mariage de William et Kate, j’avais été surpris de voir le grand nombre de Britanniques équipés de périscopes. Rien de tel chez nous, pour une raison que j’ignore (ce serait pourtant un bon business). Ici, les appareils photos et les caméras vidéos en tiennent lieu. Non seulement les spectateurs mitraillent, pris par une véritable frénésie photo-vidéo-graphique, comme désormais dans toute manifestation hors du commun, qu’elle soit culturelle ou politique. Mais encore, ils s’en remettent à leurs photos ou à leurs vidéos pour espérer voir après-coup, ce qu’ils n’auront pas réussi à apercevoir sur le champ. L’enregistrement visuel participe désormais du principe de précaution : il permettra d’obtenir une image de l’événement à défaut d’en avoir une vision. Certains Nantais préfèrent d’ailleurs rester délibérément chez eux pour regarder les reportages de la télévision plutôt que d’essayer d’arracher à la foule quelques aperçus personnels. L’image médiatique comme seule vision correcte de l’événement ? Qu’est-ce qui compte le plus désormais : avoir une bonne image de l’événement (sans forcément y avoir assisté) ou y avoir participé, plus ou moins à l’aveugle, mais porté par cette sorte de vague d’euphorie qui saisit tant de gens devant un spectacle aussi extra-ordinaire, au sens propre ?

Juchés sur les épaules de leurs parents, certains enfants sont chargés de voir et d'enregistrer pour eux

Au fond, El Campesino extrait de son container

Les journaux, qui voient dans la foule le signe manifeste du succès de l’événement, incorporent parfois à leurs reportages des photos montrant le nombre, proprement inépuisable, des spectateurs qui brandissent un appareil photo, une caméra ou un téléphone portable : autant de concurrents à leurs propres clichés ou bien, sur place, autant d’obstacles à leur travail de reportage ?

Trop longs les films ?

Cette affiche composée par des étudiants en Info-Com de l’Université de Nantes (réalisation et figuration) m’incite à revenir sur un cycle consacré au cinéma documentaire que j’ai organisé cette année, comme l’an passé, à destination des étudiants de notre université.

En novembre et décembre, à raison d’une séance par semaine, 8 films leur étaient proposés qui permettaient d’aborder des thèmes aussi variés que l’immigration, les conditions de travail, les restructurations économiques, les mouvements sociaux ou encore la photographie de presse. Le créneau horaire avait été choisi pour ne pas empiéter sur les cours, mais ne pas tomber non plus dans un temps-mort des emplois du temps qui l’aurait condamné d’emblée. L’information avait été largement diffusée, notamment par le biais d’un agenda électronique adressé à tous les étudiants et personnels de l’Université.

Pourtant, la fréquentation de ces séances s’est révélée très décevante : de la quarantaine de personnes présentes pour le premier film, on est passé rapidement à une poignée et même à zéro.

On peut explorer des hypothèses diverses pour essayer de comprendre cet échec. On en trouverait plusieurs également opérantes dans l’ensemble de nos activités pédagogiques. Pour dire vite, les étudiants nous reprochent souvent un manque d’information ou d’accompagnement des cours, mais ils ne se déplacent pas pour autant lorsque, pour y répondre, nous nous efforçons de leur organiser des réunions ou des manifestations diverses.

L’affiche de ces étudiants d’Info-Com retentit avec une autre question que je me suis posée : dans le cas du cinéma, ne sommes-nous pas en décalage manifeste avec la culture des étudiants ? Lorsque nous imaginons de leur projeter des films pour aborder autrement les questions sociales, nous opérons une ouverture qui nous semble novatrice, plus vivante que les formules canoniques du cours magistral ou de la lecture de textes. Mais n’est-ce pas là une option datée,  héritée de la tradition des ciné-clubs – auxquels nous avons participé nous-mêmes pendant nos études -, devenue totalement étrangère au mode de vie des étudiants actuels ? Avons-nous seulement devant nous des jeunes gens qui vont encore au cinéma ? comment consomment-ils les films et lesquels ? A l’heure où l’utilisation des ordinateurs et d’internet leur devient naturelle, voient-ils des films autrement que sur DVD, voire sous forme d’extraits, de bandes-annonces ? Il est arrivé lors d’une de nos séances cinéma, consacrée à un film plus long que les autres, que les étudiants présents donnent des signes de lassitude, comme s’ils n’avaient pas (plus) la patience de regarder aussi longtemps, en continu, une œuvre cinématographique d’une heure et demi. La culture du fragment et du mélange des genres est-elle encore compatible avec l’attention durable et la concentration requises par un long-métrage ? Surtout pour un type de cinéma qui ne procure pas immédiatement le plaisir du divertissement, mais requiert l’effort de la découverte et de la réflexion.

Bref, sommes-nous devant une simple difficulté d’organisation ou bien, plus profondément, face à une différence culturelle, source d’étrangeté et d’indifférence ?

Éléments d’explication et suggestions d’autres formules possibles sont les bienvenus.

Nos adolescents

Flous romains

Ma fille rentre d’une semaine de voyage scolaire à Rome. Crevée et peu enthousiaste (« Fallait marcher », Rome, c’est plein de « tas de pierres »), elle a rapporté quand même des photos des sites visités, à la demande expresse de sa mère, il est vrai, sans quoi il est très probable que les autoportraits et les photos de ses copines auraient constitué l’essentiel de ses souvenirs photographiques de ce voyage peu mémorable à ses yeux (un tiers seulement, cette fois-ci sur un total de près de 350 clichés – à noter que l’appareil photo faisait partie des objets recommandés par les enseignants organisateurs du voyage).

Prenant ces photos « touristiques » sur le mode du pensum, dans le contexte de visites au cours desquelles j’imagine que leurs professeurs s’employaient à éviter la dispersion de leurs groupes, à faire recoller les retardataires, tout en dispensant les éléments de connaissance qu’ils jugeaient indispensables de transmettre en pareil cas, ma fille a pris beaucoup de photos à la volée, par acquis de conscience, histoire de…, il en restera bien quelque chose… Ce qui donne un reportage surréaliste sur les hauts-lieux de Rome, revisités par un œil distrait qui glisse sur les monuments sans les regarder, plus vite que le temps nécessaire à la prise de vue. Le résultat est détonant et du même coup intéressant sur le plan esthétique. Il nous montre Rome sous un jour différent, capté par l’œil mécanique d’un appareil photo manié par une jeune fille indifférente à ce qu’elle voit, absolument pas impressionnée par la valeur culturelle consacrée de ces lieux, pour laquelle des millions de touristes se déplacent du monde entier. Un sorte de « flou artistique », pourrait-on dire si la préoccupation de l’art était présente. Mais justement, elle en est totalement absente.

°°°

Environnement dédié

Mon fils aîné (bientôt 15 ans) a invité hier soir son ami Tom à venir dormir à la maison. Sitôt arrivé chez nous, ce dernier s’emploie à connecter sur internet son Ipod Touch pour montrer une vidéo d’un groupe de filles qui chante une chanson « trop puissante ». L’opération lui prend du temps car il faut se raccorder au wi-fi local, ce qui ne va pas de soi. Mais il y parvient, après plusieurs essais infructueux – pour réussir ce genre d’opération essentielle, les adolescents ont une obstination et une persévérance qu’on ne leur connaît pas pour grand-chose d’autre. Une fois l’engin connecté, il accompagnera toutes les allées et venues de Tom qui ne s’en sépare jamais, hormis pendant la durée du repas.

Puis, une fois la table débarrassée, il sort le DVD d’Inception qu’il a apporté pour le visionner avec mon fils au cours de la soirée. Je les soupçonne d’avoir clairement prévu la chose avant de nous annoncer cette invitation impromptue : pour ce genre d’initiative, nos adolescents font preuve d’un sens de l’anticipation et de l’organisation sur le pouce que nous leur connaissons rarement pour autre chose… Tom est un gamin qui possède tout ce dont un ado peut rêver : Play Station, Nintendo DS, jeux vidéos sur ordinateur, plusieurs Ipod, au point même d’en revendre un parce qu’il n’en a pas l’usage. Son père est un mordu d’ordinateur et de jeux vidéos. Tom va voir à leur sortie tous les films dont parlent les médias et ses parents achètent quantité de DVD.

Il lui paraît donc normal de se déplacer avec son environnement technologique et visuel habituel pour transposer ailleurs que chez lui l’univers d’images dont il l’habitude chez lui. Un peu comme ces systèmes en ligne dits « nomades » qui permettent désormais de disposer de son environnement de travail informatique partout où l’on se trouve. Mon fils applaudit car il n’a ni Ipod Touch, ni consoles de jeux (à part une Nintendo obsolète qu’il ne touche plus depuis plusieurs années) et que nous n’achetons pas de DVD de blockbusters américains. Heureusement que Tom vient « dormir » quelquefois à la maison.

Pour d’autres billets restituant des observations sur le rapport aux images des enfants ou adolescents.

Le marché du narcissime – 2

J’ai consacré récemment un billet à ces nouveaux appareils photo qui proposent un double écran afin de permettre à leur utilisateur de réaliser des autoportraits en contrôlant leur image devant l’appareil tenu à bout de bras.

Aujourd’hui, ma fille, âgée de 13 ans, dont j’ai déjà donné quelques aperçus de ses pratiques photographiques, a décidé de s’acheter son premier appareil. Et je vous le donne en mille : elle a opté pour le Samsung dont la publicité m’avait frappé, précisément parce qu’il est conçu pour les autoportraits. J’assure que je ne suis pour rien dans son choix.

Lors de son récent anniversaire, elle a passé l’après-midi avec ses copines à se prendre en photo, à se filmer dans les tenues les plus sophistiquées, les poses les plus sexy, le maquillage le plus étudié. Aucun autre sujet ne leur semblait plus digne de la photographie, de même qu’aucun loisir ne leur semblait plus digne de l’occasion que la pratique de la photographie. A cet âge-là, la photo obligée des bougies que l’on souffle sur le gâteau est depuis longtemps oubliée.

Figures de la disparition-2

La disparition de la jeune Laëtitia à Pornic donne lieu depuis plusieurs jours à de nombreux reportages à la télévision et dans la presse écrite, largement illustrés. On y retrouve une iconographie aujourd’hui largement répandue, centrée sur la diffusion et l’exploitation médiatique d’une ou plusieurs photos de la personne disparue.

Dans le cas présent, une première photo de la jeune fille a été rendue publique officiellement par la gendarmerie en charge de sa recherche – photo certainement demandée à la famille d’accueil pour permettre les investigations.

Cette photo a été largement reprise par la presse :

A noter que les droits de cette image sont attribués à la Gendarmerie nationale et à l’AFP, probablement en charge de sa diffusion. Dans d’autres publications, c’est la mention D.R. qui apparaît.

Tirée en grand à de nombreux exemplaires, ce cliché et un second apparu entre-temps ont également été exhibés lors d’une manifestation silencieuse ou affichés pour réclamer la vérité sur cette disparition et que justice soit faite, selon la reprise d’un rituel désormais obligé qui remonte aux manifestations des Mères de la place de Mai à Buenos Aires sous la dictature argentine, repris lors de chaque prise d’otages.

Capture d'écran du Progrès.fr

Ces photographies, d’origine privée, deviennent rapidement incontournables parce que ce sont les seules disponibles de la personne recherchée, invisible puisque disparue. Avide d’images, même lorsqu’il n’y en a pas, la presse se focalise sur ces portraits dont elle n’est pas l’auteur : les photo-reporters les photographient, les caméramans les filment ; ils filment les photographes qui les photographient…

Capture d'écran de TF1.fr, journal de 20 h, 20 janvier 2011

Enfin, cette image devient l’intermédiaire obligé pour les acteurs du drame dans leur confrontation avec les médias :

Photos du journal 19-45 de M6

23 janvier 2011

Personne n’est préparé à vivre un tel drame. Pourtant, on constate que le rituel photographique adéquat se met en place immédiatement parce que tout un chacun, spectateur du drame vécu par les autres dans les cas de disparitions, de prises d’otages ou de crash aériens, a vu comment construire le personnage attendu par les médias. Ainsi, les mêmes gestes se répètent, spontanés ou pilotés par les journalistes, aboutissant à ce langage visuel commun de la douleur et de l’indignation.

Télérama, n°3131, 13 janvier 2010

De la cire au cristal

Les vacances de Noël m’ont offert l’ineffable plaisir de visiter le musée Grévin en compagnie de mes enfants. Je n’y étais pas retourné depuis mon enfance.

Ce musée est le temple d’une véritable débauche photographique. Il s’ouvre sur le mannequin de George Clooney et aligne dès les premières salles une kyrielle de figures de célébrités du show-bizz à côté desquelles les visiteurs n’ont de cesse de se faire photographier. L’agitation est frénétique : chacun revendique son espace pour la prise de vue, ses quelques secondes de tête à tête avec le personnage de cire comme s’il ambitionnait d’en obtenir un autographe. Les photos prises, sur des appareils tout à fait ordinaires, voire des téléphones portables, donnent aux personnes représentées un air aussi irréel que les figures exposées.

Mais personne n’en a cure. Les enfants surtout mitraillent sans relâche, bondissant d’une star à l’autre, escamotant au pas de course les quelques salles historiques qui restent pour déboucher dans la dernière galerie où se côtoient, pêle mêle, le général De Gaulle, Gandhi ou encore Madonna. On ressort de là écœuré de photos sans trop comprendre ce qui vient de nous arriver. Chacun repart avec son lot d’images qu’il ne regardera peut-être pas avant longtemps. C’était une expérience à vivre dans l’instant, un jeu de faux semblants avec des figures en cire trop vraies pour être lucidement traitées comme de simples représentations.

Dans la boutique qui accueille opportunément les visiteurs avant qu’ils ne quittent les lieux, une nouvelle attraction s’annonce : il est possible, moyennant finances, de faire graver son portrait au laser dans un bloc de cristal. Après avoir tutoyé pendant une heure toutes ces figures si ressemblantes (à quoi, à qui ? personnellement, je n’ai jamais vu George Clooney en vrai), mais faites d’un matériau si fragile, voilà que notre propre visage peut venir s’incruster dans la transparence du verre, avec de surcroît une dimension de volume du plus bel effet réaliste. Fixation définitive du portrait, photographique encore une fois.

Décidément, tout est destiné à la photographie dans ce musée.

Le temps suspendu

Capture d'écran du site de France 2

Vendredi 3 décembre, le  journal de 13 h sur France 2 s’ouvre par un reportage sur les chutes de neige à Coutances, en Normandie. Récit classique : les habitants bloqués dans leur maison, les voitures qui ne parviennent pas à circuler, heureusement l’artisan providentiel qui met son tracteur à la disposition de ses voisins, les employés de la voirie heureux de pouvoir rendre service à la population…

Et puis, soudain, le commentaire devient rêveur. Tandis que la caméra s’élève vers le clocher de l’église, suggérant une supplique muette au ciel (Dieu ou météo, on ne sait pas), la voix off déclare : « En cette journée très spéciale, le temps semble suspendu. A chacun d’y trouver son compte. » (L’équipe de France 2 se trouve elle aussi bloquée sur place.)

On redescend sur terre en découvrant cette femme plantée devant la caméra, avec ses énormes lunettes noires qui nous annonce, guillerette : « On filme, on photographie, on est bien. »

C’est pas beau la neige ?

Revue 303

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution d’un numéro spécial de la revue régionale 303 (Pays de la Loire), consacré à la photographie.

En voici le sommaire :

« Photographie, 1842-2010 »

Direction éditoriale : Bernard Renoux

La photographie. Oui, mais lesquelles ?
Sylvain Maresca, sociologue, professeur à l’université de Nantes

L’intrusion de la photographie dans la vie quotidienne
Sylvain Maresca, sociologue, professeur à l’université de Nantes

Alphonse Poitevin (1819-1882), un photographe sarthois
Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la Photographie à la Bibliothèque nationale de France

Un essai d’approche sensible des matériaux photographiques et de leur conservation
Gwénola Furic, conservation et restauration du patrimoine photographique

Quelques images du pays
Bernard Renoux, photographe

Trois amateurs dans la Sarthe au XIXe siècle : Jean-Marie Taupenot, Dominique Gaumé et le duc de Chaulnes
Hélène Bocard, conservateur du patrimoine, Institut national d’histoire de l’art

Évolution et diversité du regard du musée sur la photographie :
l’exemple des musées d’Angers

Patrick Le Nouëne, conservateur en chef du patrimoine,directeur des musées d’Angers

La photographie aux Archives municipales d’Angers
Sylvain Bertoldi, conservateur en chef du patrimoine, directeur du service Archives-Documentation-Photothèque de la Ville d’Angers

Jean Binot et Henri Cousin, deux itinéraires de photographes amateurs au début du XXe siècle
Gildas Buron, attaché de conservation du patrimoine, musée des Marais salants

Abel Soreau, un chanoine photographe
Jean-François Caraës, président de la Société archéologique et historique de Nantes et de Loire-Atlantique

Le fonds Champenois-Rigault, portrait d’une dynastie d’entrepreneurs roussipontains
Xavier Nerrière, animateur du Centre d’Histoire du Travail

Claude Cahun, photographe surréaliste
François Leperlier, philosophe et essayiste

De l’amateur au conservateur, les collections photographiques de Joseph Stanislas Gauthier
Aurélien Armide, iconographe au musée d’Histoire de Nantes, et Krystel Gualdé, responsable de la Conservation au musée d’Histoire de Nantes

L’usage de la photographie au musée de Beaufort-en-Vallée. Quand le journaliste se fait archéologue
Sophie Weygand, conservateur en chef du patrimoine

Conservation et mise en valeur. L’exemple des collections de photographies conservées aux Archives départementales de la Vendée
Claude-Sophie Laronze, chargée d’études documentaires, Archives départementales de la Vendée

Photographies contemporaines du musée de La Roche-sur-Yon
Hélène Jagot, directrice du musée de La Roche-sur-Yon

Éclats de verre, photographies de l’Oeuvre diocésaine de projections lumineuses de la Mayenne, XIXe et XXe siècles
Isabelle Las, attachée de conservation aux Archives départementales de la Mayenne

Algérie 1900, faute de mieux
Xavier Nerrière, animateur du Centre d’Histoire du Travail

L’ardoise moderne
Thierry Pelloquet, conservateur en chef du patrimoine, service départemental de l’Inventaire du patrimoine, Conseil général de Maine-et-Loire

Erika
Bernard Renoux, photographe

Faire de l’art (avec de la photographie)
Jean-Marc Huitorel, critique d’art et commissaire d’expositions

Les images du premier atelier photographique de Saumur. La collection Georges Perrusson (1862-1946)
Véronique Flandrin, responsable des Archives municipales de Saumur

Petite généalogie d’un point de vue lavallois
Guillaume Ertaud, technicien de recherche, LAUA, ENSA, Nantes

Les photographes nantais et le littoral guérandais
Gildas Buron, attaché de conservation du patrimoine, musée des Marais salants

Les secrets de Maurice Baudet
Vincent Rousseau, conservateur au musée des Beaux-Arts de Nantes

Salade ou rôti ? Jean-Loup Trassard, écrivain photographe : de la composition du paysage à l’illusionnisme
Pierre Guicheney, écrivain, réalisateur

Art, artisanat ou commerce ? La photographie en boutique
Sylvain Maresca, sociologue, professeur à l’université de Nantes