Le mode macro

Elle – Pendant les vacances, on a vu une mante religieuse. Deux, même. (souvenir)

Lui – T’as pris une photo ? (automatisme)

Elle – Non. Enfin si, mais comme j’avais pas activé le mode macro, elle est ratée. (amateure)

Lui – C’est pourtant pas difficile de savoir comment faire des photos en macro. (professionnel)

Elle – Eh bien, t’avais qu’à être là ! (excédée par ce mec qui cherche à en lui  imposer avec sa technique)

Elle : 12 ans.

Lui : 14 ans.

(dialogue saisi à la volée dans la routine photographique des gamins d’aujourd’hui)

Antécédents économiques

Premiers résultas de la recherche "panier de tomates" sur Getty Images

Plusieurs indices donnent à penser que la technologie numérique n’a pas provoqué à elle seule une transformation profonde des termes de l’échange entre les photographes et leurs partenaires professionnels. Si cette transformation s’est révélée aussi profonde et rapide, c’est plus probablement parce que le passage au numérique a amplifié et accéléré des modifications en cours au sein de la « chaîne graphique ».

Certains photographes font remonter ce scénario à l’introduction de la micro-informatique au début des années 1990 : la composition des textes sur ordinateur a affecté directement le travail de photocomposition (dans la publicité, l’édition…), appelé à s’effectuer désormais entièrement avec des moyens informatiques, y compris pour le traitement des images. Une part décisive de la pression effectuée sur les photographes pour qu’ils adoptent les nouveaux appareils numériques est venue de l’aval de la filière qui avait déjà basculé dans la PAO.

Cet alignement technologique, qui contribua à faire des photographies des fichiers informatiques à l’égal des fichiers textes, se révéla particulièrement efficace et rentable pour les entreprises commanditaires d’images, dont le souci était depuis longtemps d’en réduire le coût de production. La loi Sapin de 1993 limita les marges que les agences publicitaires avaient coutume de faire sur le dos de leurs divers sous-traitants. Dans la foulée, diverses grandes entreprises cherchèrent à se passer des agences pour réduire leurs charges. Certaines débauchèrent des créatifs pour les affecter à leurs propres services de marketing et leur faire concevoir en interne leurs campagnes publicitaires. Dans la même logique, les groupes assez importants, les entreprises les plus fortes consommatrices d’images (comme dans la distribution ou la vente par correspondance) embauchèrent des photographes et infographistes pour assurer elles-mêmes la production des visuels dont elles avaient besoin pour illustrer leurs catalogues. Aujourd’hui, certains fabricants font même produire les photos directement dans les pays où ils ont délocalisé leur production.

De nombreuses autres, cependant, continuèrent à faire appel à des photographes indépendants, mais en leur imposant des conditions économiques de plus en plus sévères, tirant parti de ce que ces professionnels ne pouvaient pas se passer de leur volume de commande. Voici le témoignage d’un ancien photographe de publicité sur la dégradation des termes de l’échange :

En argentique, il a longtemps travaillé pour une enseigne de grande distribution avant d’arrêter parce qu’elle tirait déjà les prix vers le bas. Mais elle est revenue vers lui lorsqu’elle s’est rendue compte qu’il était l’un des premiers photographes à être passé au numérique. Ce client lui assurait 15 jours de travail par mois, lui permettant ainsi d’amortir rapidement son nouveau matériel numérique, acheté pourtant très cher. Rapidement, d’autres photographes, intéressés par ce marché profitable, ont démarché la même enseigne, qui a trouvé son intérêt à les mettre en concurrence. Ils ont investi à leur tour dans le numérique puisque c’était la condition pour traiter avec ce client, mais en payant leur nouveau matériel moins cher puisque, entre-temps, les prix avaient baissé. Ils ont donc pu proposer des prestations moins onéreuses. Cette enseigne s’est mise ainsi à faire travailler une dizaine de studios photographiques de la même région. « C’était une vache à lait, mais c’était à double tranchant » car c’était ce client incontournable qui fixait les prix des photos « Ils disaient : ‘La petite ambiance – ‘petite ambi’1-, c’est 150 € ; la grosse ambiance2, peut-être 300 € ; le packshot ((La photo d’un produit isolé sur un fond blanc.)), 50 €, quelque chose comme ça. Ils payaient les coursiers pour aller et revenir, les CD. Maintenant, tous ces prix-là, on peut les diviser par deux certainement. Maintenant, le photographe paie ses CD. L’enseigne paie le coursier pour lui apporter les produits, mais pour remporter les produits et les CD, c’est le photographe qui paie. Soit 30 € la course, quelque chose comme ça. Ils gèrent bien leur système. Un packaging, ça se vendait 4000 F. [en argentique], maintenant ça doit être 500 €. Et vous passez autant de temps. C’est le marché. »

Il cite l’exemple d’une commande de photos de tomates dans un panier : « C’est une ‘mini-alim’, une petite ambiance, parce qu’il y a une tomate tombée du panier et une petite feuille… » Le photographe a vendu cette image au service régional de cette grande enseigne, qui l’a aussitôt mise en ligne sur un serveur national accessible à toutes leurs autres antennes régionales pour des réutilisations possibles. « Maintenant, ils demandent de faire la même photo, mais de photographier aussi le panier tout seul et les tomates toutes seules. La première photo coûte un certain prix et les suivantes sont dégressives parce qu’il y a moins de boulot. Vous ne pouvez absolument pas parler de droit d’auteur : ils ont acheté une image, un point c’est tout. N’empêche qu’ils en font différentes utilisations. Si on voulait appliquer le droit d’auteur, ils l’auraient dans le chou, mais à ce moment-là, on ne ferait plus de photos pour eux. Personne n’a envie de les perdre comme clients. »

Quand je lui demande pourquoi cette entreprise ne réutilise pas des clichés de photothèques en ligne, il réponde : « Moi aussi, je me demande pourquoi. S’ils se débrouillaient bien, ils arriveraient à faire des économies là-dessus. Je ne sais pas s’ils cherchent à faire des économies là-dessus. A mon avis, ils les ont déjà faites (rire) ! »

  1. C’est-à-dire une nature morte de petite dimension composée de cinq-six produits. []
  2. Une nature morte plus importante composée de produits plus volumineux : morceaux de viande, poissons, bourriches d’huîtres…), peut-être 300 € ; le packshot ((La photo d’un produit traité isolément sur un fond blanc. []

La résistible transition vers le numérique

Je signalais dans mon billet précédent que nombre de photographes avaient retardé leur passage au numérique en se contentant dans un premier temps de numériser leurs clichés argentiques. Pour la plupart, cette transition s’est achevée en 2004 avec le passage à la prise de vue numérique. L’actualité nous montre pourtant que certains grands noms de la photographie sont encore dans cette phase de transition qui repose sur la séparation de la prise de vue – toujours argentique – et de la valorisation des images – entièrement numérique.

La vaste série sur la France que Raymond Depardon présente actuellement, sous la forme d’une exposition à la BnF et d’un livre, a été réalisée entièrement à la chambre 20 x 25. Lorsqu’il l’a entamée, en 2004, Depardon pouvait, comme beaucoup de ses confrères, considérer que les appareils numériques ne valaient pas, loin s’en faut, leurs antécédents argentiques, particulièrement dans le domaine des grands formats. Pour conserver ensuite l’unité de fabrication de la série, forte au final de 7 000 clichés, il a bien fallu continuer avec le même matériel. Il est probable, toutefois, que l’option technique adoptée par Depardon revêtait une véritable signification esthétique et esthétique puisqu’il écrit lui-même dans son ouvrage : « Cette posture de la chambre posée sur un pied, tel un chevalet, est l’essence même de l’acte photographique. »

Mais le plus intéressant n’est pas là. En effet, l’argentique chez Depardon s’est limité à la prise de vue. Ensuite, les photographies réalisées à la chambre ont été scannées et les fichiers numériques ainsi obtenus, refaçonnés grâce à des logiciels de traitement d’image. En partie, nous dit-on, pour rectifier les défauts des pellicules argentiques. Mais aussi, selon Jacques Hénaff qui a assuré ce travail de post-production, parce que le numérique permet « d’exploiter toute la richesse des images très lumineuses issues des chambres 20 x 25 ». L’autre explication de ce passage après coup au numérique réside probablement dans la destination des images : l’exposition de la Bnf présente une installation de 36 photos tirées en grand format (200 x 165 cm). On ne peut plus réaliser aujourd’hui d’aussi grands tirages en argentique, faute de papier. La numérisation des images était donc devenue le seul moyen de permettre cette transformation formelle des clichés d’origine en autant de tableaux d’art.

Un autre exemple intéressant de cette résistible transition vers le numérique est offert par les dernières productions de Sebastiao Salgado. Lui aussi a entamé en 2004 une vaste fresque photographique, intitulée Genesis. Il l’a réalisée jusqu’en 2008 avec son matériel de prise de vue argentique coutumier et en consommant des milliers de rouleaux de pellicules noir et blanc. Il a opté d’emblée pour un format 4,5 x 6 en vue des tirages grand format qui ne manqueraient pas de lui être commandés pour des expositions à travers le monde. Mais peu à peu, les difficultés croissantes rencontrées pour poursuivre cette production argentique, en particulier pour réussir à s’approvisionner en papier, l’ont poussé à s’équiper d’un nouveau boîtier numérique, dont il reconnaît qu’il lui a facilité grandement le travail : « Changer de rouleau de film, en moyen-format, peut être très problématique dans beaucoup de cas. Le numérique te donne une facilité de travail immense. Et la qualité est supérieure au 4,5 x 6 sans aucun problème. »1 Bref, Salgado légitimerait à son tour la victoire technique du numérique sur l’argentique.

Détail du dossier de "Réponses Photo"

Or, là encore, le plus intéressant est ailleurs. En effet, Salgado, qui fera certainement tirer ses grands formats sur des imprimantes à jet d’encre, a décidé de revenir au négatif argentique pour être en mesure de poursuivre la production de tirages de collection destinés aux galeries et aux connaisseurs, qui ne jurent que par le tirage baryté. A l’inverse donc de Depardon, Salgado photographie désormais en numérique, mais retourne à l’argentique pour la finalisation de ses images, grâce à un « imageur » qui reproduit les fichiers numériques sur du film. Il est intéressant en outre de repérer les nombreux détails qui révèlent à quel point Salgado se sert de son appareil numérique comme s’il s’agissait toujours d’un boîtier argentique : il en a déconnecté l’écran pour ne jamais être tenté de le regarder, il refuse de voir ses images sur un écran d’ordinateur, mais exige au contraire qu’on continue à lui préparer des planches contacts sur papier, puis des épreuves de lecture 13 x 18 sur lesquels il effectue son tri d’images et porte ses options plus avancées de tirage.

A la différence de quantité d’autres professionnels de la photographie, ces deux grands noms du métier ont les moyens d’imposer les solution techniques qui leur agréent, voire même de faire produire aux fabricants pour leur seul usage des matériels, des consommables qui n’existeraient pas autrement. Ils se ménagent ainsi une niche privilégiée entre argentique et numérique que beaucoup d’autres pourraient leur envier.

  1. interview parue dans le hors-série n° 10 de Réponses Photo, mai 2010, Pourquoi le noir et blanc ?, qui consacre un dossier entier à ce travail de Salgado. []

Technologie obligée

Nikon D1, appareil réflex numérique sorti en 1999. Seulement 2,7 millions de pixels.

Les entretiens que Dominique Sagot-Duvauroux et moi-même réalisons actuellement dans le cadre de notre enquête sur les transformations de la profession de photographe sous l’effet du numérique nous donnent déjà une première indication importante : la plupart des professionnels qui avaient derrière eux de nombreuses années de carrière n’ont pas adopté la technologie numérique de leur plein gré. Ils étaient bien placés en effet pour se rendre compte que les premiers boîtiers numériques réflex destinés aux professionnels affichaient des propriétés techniques nettement inférieures à celles des boîtiers argentiques qu’ils utilisaient depuis des années. Surtout ceux qui travaillaient essentiellement avec des moyens formats, voire des chambres grand format. Un photographe de publicité qui réalisait ses clichés sous la forme d’Ekta de format 20×25 ne pouvait que déplorer la surface minime des premiers capteurs numériques. Un photographe d’architecture qui lui aussi utilisait une chambre avec redressement, bascule et décentrement, ne retrouvait rien d’équivalent dans le nouveau matériel. D’ailleurs, nombre de ces photographes ont continué à réaliser leurs photos en argentique, investissant seulement dans des scanners pour être en mesure de numériser leurs diapositives.

Cette période de transition a duré entre 2000 et 2004. Puis, de fait, quasiment tous sont passés au numérique, pas plus convaincus pour autant des qualités techniques des nouveaux boîtiers. Il faudra attendre 2006 pour que de nouveaux modèles, beaucoup plus performants, avec en particulier des capteurs au format 24×36, leur semblent s’approcher des performances de l’argentique. Aujourd’hui, l’écart est comblé et certains estiment même que le numérique a dépassé l’argentique.

Pourquoi donc des professionnels à la pointe de leur savoir-faire technique ont-ils adopté une nouvelle technologie qu’ils savaient pertinemment moins bonne ? Les raison invoquées laissent apparaître qu’ils n’ont pas eu le choix :

– Soit parce que des clients dont ils ne pouvaient se passer leur ont réclamé les images en format numérique, pour se les faire communiquer plus facilement et plus rapidement, mais aussi et surtout pour pouvoir en faire ensuite ce qu’ils voulaient. Certains photographes de publicité se sont équipés entièrement en numérique le jour où un gros client leur a mis en main le marché dans ces termes.

– Soit parce que l’aval de la chaîne graphique (photograveurs, imprimeurs), déjà en train de basculer dans le numérique, allait leur imposer ces nouveaux formats d’images.

– Soit enfin parce qu’il leur est devenu de plus en plus difficile de continuer à traiter eux-mêmes leurs images argentiques du fait que les fabricants cessaient de produire les produits dont ils avaient besoin. Certains studios de publicité ont dû arrêter leur machine de tirage de clichés faut de pouvoir l’alimenter ou encore la remplacer.

Au final, les photographes ont subi la loi de leurs clients, des transformateurs de leurs images et des fabricants. Ces derniers étant probablement ceux qui les ont contraints le plus dans ce chemin forcé vers le numérique. Lorsqu’un photographe qui avait pignon sur rue depuis dix ou vingt ans, avec une clientèle régulière, un studio, des équipements et du matériel argentique amorti, s’est vu subitement contraint de racheter entièrement ses appareils et de s’équiper en informatique, le choc financier a été rude. Il faudrait d’ailleurs estimer combien de photographes ont buté sur l’obstacle et préféré quitter la profession ou se reconvertir. Par la suite, les fabricants de matériel numérique n’ont eu de cesse, dans le domaine photographique comme dans les autres, d’entraîner les consommateurs dans une spirale d’achats et de rachats : en multipliant les nouveaux modèles (beaucoup de photographes ont ainsi acheté successivement 3 à 5 boîtiers entre 2002 et 2010), ; en rendant les optiques argentiques incompatibles avec les nouveaux boîtiers numériques et même parfois les optiques numériques incompatibles avec les nouveaux boîtiers de la même marque ; en imposant marque par marque des logiciels de capture d’image ; en obligeant à acheter des mises à jour, voire à racheter de nouvelles versions des logiciels de traitement ou d’archivage ; etc. Bref, l’économie du passage au numérique aura été particulièrement dépensière. Encore qu’il faille nuancer car, dans le même temps, les photographes ont économisé les charges courantes de pellicules et autres consommables dont le montant annuel était souvent bien supérieur au prix d’achat d’un nouvel appareil.

Aujourd’hui, beaucoup de photographes semblent considérer qu’ils disposent enfin de matériels de prise de vue comparables, voire supérieurs techniquement à l’argentique et, surtout, d’une utilisation plus simple. La question étant de savoir si la pratique de leur métier  a changé : s’ils font toujours de la prise de vue comme avant ou s’ils ont modifié leur manière de faire en misant sur les possibilités de traitement, de retouche des images sur ordinateur. Sont-ils encore et avant tout des photographes, ou de plus en plus des photographes-infographistes ? Les avis sont très partagés et dépendent des situations particulières.

A la question : Qu’est-ce que le numérique fait gagner aux photographes ?, un photographe de publicité nous répond : « Nous ? Rien. » Il leur permet d’aller plus vite, « mais est-ce que c’est un gain ? Je ne suis pas sûr. On a gagné du stress. A peine fini les photos, le client voudrait déjà avoir les fichiers prêts à envoyer à l’imprimeur. »

Autres billets sur le même thème :

Dominique Dugot-Savoroux : Quels modèles économiques pour les marchés photographiques à l’ère numérique ?

Sylvain Maresca : Photographes : sociologie d’une profession mal connue ; Des « produits » pour un marché mondial.

Des "produits" pour un marché mondial

Voici l’exemple d’un photographe professionnel, spécialisé dans la photo industrielle : il produit des images en série pour illustrer des catalogues d’entreprises dans différents secteurs d’activité. Il est à la tête d’un studio qui emploie une dizaine de personnes. Pour réaliser le même chiffre d’affaires qu’il y a dix ans, il produit aujourd’hui beaucoup plus d’images, beaucoup plus rapidement, pour environ 200 clients différents. Son commercial prospecte sans relâche.

Avec le passage au numérique, ce photographe a abandonné toute préoccupation du droit d’auteur. Il fabrique des « produits » pour une économie de marché. « Le fichier, dit-il, une fois que vous le livrez, vous ne pouvez plus le suivre. C’est fini. »

Pourtant, son nom apparaît comme signature de certaines de ses images… sur fotolia !
Car, après avoir essayé de créer sa propre photothèque sur internet, sans grand succès commercial, il a mis en ligne quelques dizaines de clichés d’illustration sur ce site tant décrié par nombre de ses confrères, et il s’en porte bien car il affirme en tirer régulièrement des revenus. Selon lui, le prix de vente est certes bas, mais il est amplement compensé par le nombre de ventes puisqu’il s’agit d’une photothèque « mondialisée ». Au bout du compte, il gagnerait sur chaque image l’équivalent de ce qu’il pouvait gagner auparavant par le biais d’une agence. A charge, bien entendu, de mettre sur fotolia des clichés « basiques », sans connotation culturelle particulière, susceptibles d’être achetés partout dans le monde (occidental).

Sur le même sujet : Photographes : sociologie d’une profession mal connue

Le marché du narcissisme


« Avec le ST550, fini les photos ratées. Le double écran vous apporte de multiples avantages. Vous êtes à la fois le photographe et le sujet. Vous réaliserez facilement de meilleurs autoportraits dès le premier essai.
Mais ce n’est pas tout! En mode Enfants, une animation rigolote s’affiche sur l’écran LCD avant pour attirer l’attention de l’enfant pendant la prise de vue.
Grâce au retardateur, affichez le compte à rebours et voyez immédiatement la photo que vous venez de prendre. »

(captures d’écran sur le site www.samsung.com/fr)

Dans le même esprit, la console de jeux Nintendo DSi intègre déjà deux objectifs photo dont l’un est orienté vers l’utilisateur.

Quand on voit la proportion d’autoportraits que les adolescents réalisent avec leur appareil photo ou leur téléphone portable, force est de reconnaître que les fabricants de matériel savent faire preuve d’une remarquable capacité de réaction pour les attirer avec de nouveaux gadgets pré-adaptés à leur boulimie narcissique.

Retour de vacances


Ma fille vient de rentrer de trois semaines de vacances passées au Sénégal, dans la maison d’une famille amie franco-sénégalaise.

Dans un précédent billet, j’avais déjà donné une première description de sa pratique de la photographie, avant tout ludique et « bidouilleuse ». Nous venons d’en avoir un nouvel aperçu avec les photos qu’elle a rapportées sur l’appareil numérique que nous lui avions confié pour ce voyage.

Elle n’a pas chômé puisqu’elle a réalisé pas moins de 211 images, dont 53  sont des retraitements de clichés pré-existants ou de purs effets lumineux. Les photos prises « d’après quelque chose  d’existant » se limitent donc à 158 (ce qui fait déjà un beau total !).

Sur le lot, 38 clichés peuvent être qualifiés de « documentaires » puisqu’ils ont été pris pour fixer la trace d’un lieu, d’un animal ou d’un fruit singulier, étonnant ou exotique. Les animaux l’emportent de loin dans cette série : margouillat, pigeon, vautours, oursins, crabe… Les lieux sont très peu représentés, les paysages encore moins, à la grande déception des parents que nous sommes qui espéraient bien découvrir quelques vues de Dakar ou du bord du mer. Manifestement, aucun projet de reportage n’a germé dans l’esprit de notre fille qui n’a donc pas vu l’intérêt de prendre des photos pour nous montrer où elle avait été et à quoi ça ressemblait. Les seuls clichés qui s’apparentent à des paysages ont été réalisés pour essayer le fixer les couleurs du ciel au  couchant.

Enfin, et surtout, 52 photos sont des autoportraits. A défaut de découvrir le Sénégal par les yeux de notre fille, nous aurons eu tout loisir de la voir telle qu’elle-même se voit ou se donne à voir. Cela méritait bien un aller et retour en Afrique !

Ciné-village

Je présente cette fois un extrait du mémoire que Florian Guinaudeau, étudiant de sociologie de l’Université de Nantes, vient de consacrer à une salle de cinéma située à La Ferrière, une petite ville de Vendée distante de 10 km de La Roche-sur-Yon. Sous le titre Lumière sur une salle obscure vendéenne, il s’attache à reconstituer la genèse de ce cinéma, sa gestion associative, son insertion dans la vie locale, sa programmation et son public, à partir d’observations très fines sur le terrain ainsi que de chiffres détaillés récoltés sur les 10 dernières années d’exploitation – au cours desquelles s’est ouvert un multiplexe à La Roche-sur-Yon. On y découvre un cinéma qui marche bien, labellisé « Art et essais », fréquenté aussi bien pour sa programmation que pour sa proximité et son ambiance familière.

Continuer la lecture

Les boîtes à chaussures

Une vie jalonnée par des appareils photo

« J’en ai un plein carton de photos. Mais bon, il faudrait que je prenne le temps… et l’envie. Si, parfois, j’en ai envie, mais je n’ai pas le temps. Je me dis : ‘Cela peut attendre. Les photos, ça peut attendre. Ce n’est pas urgent. »

A 78 ans, Claudine n’a jamais pris le temps de composer un album avec les photos qu’elle conserve entassées dans un carton. D’ailleurs, en y repensant, elle se rend compte que ses parents n’en avaient pas non plus. Sa mère, maîtresse femme qui dirigeait un hôtel-restaurant, avait acheté un appareil photo dès les années 1930, dont elle se servait très peu faute de temps. C’est également  parce qu’elle se consacrait entièrement à faire tourner son affaire, au point de mettre ses enfants en nourrice, puis en pension, qu’elle n’a jamais pris le temps de classer ses photos ni de composer ne serait-ce qu’un album. « C’était comme ça. Comme chez moi », dit aujourd’hui sa fille. J’ai suivi son exemple apparemment, sans le vouloir. »

Pour justifier un album, il faut une famille. Or, la guerre de 1914-1918 avait fauché les grands-pères des deux côtés. Le deuil, omniprésent, avait débouché sur des sépultures plutôt que sur des albums. Les femmes ont pris en main les affaires et délaissé la famille. Elle se souciaient de leur entreprise plus que de voir grandir leurs enfants. A quoi bon des photos, dans ces conditions ?

Puis, Claudine a beaucoup déménagé au cours de sa vie parce que son mari, inspecteur des impôts, changeait d’affectation très souvent. Cette vie itinérante a contribué à maintenir dans les cartons ce qui n’était pas nécessaire à la vie quotidienne. En particulier les photos.

A la mort de sa mère, Claudine s’est partagé avec sa sœur celles qu’elle a réussi à retrouver. Elle n’avait jamais demandé à sa mère de les lui commenter si bien qu’elle découvrait sur certaines des inconnus complets. Bien qu’elle soit consciente que le même sort guette ses propres photos si elle les laisse en vrac sans aucune information, elle n’en fait pas davantage.

Depuis cinq ans, elle possède un ordinateur. Elle y dépose les photos qu’elle fait à présent avec un petit appareil numérique. Elle reçoit également des clichés de sa fille, parfois de ses petits-enfants, mais également d’une nièce, férue de photographie, qui vient par exemple de lui communiquer 1 300 photos prises lors d’un mariage récent ! Les photos s’entassent dans son ordinateur. Elle pense qu’elle devrait en faire tirer certaines sur papier car c’est à ses yeux la seule forme aboutie d’une photographie. Mais elle ne le fait pas. Au fond, son ordinateur n’est jamais que la nouvelle boîte à chaussures dans laquelle s’accumulent ses photographies.

Les bijoux photographiques

Je présente ici deux aperçus de la recherche menée par Lauriane Thiriat, étudiante à l’École nationale supérieure Louis Lumière, pour l’obtention de son diplôme de fin d’études, que j’ai eu le plaisir de diriger. Elle a choisi d’explorer un usage des images photographiques, à la fois très répandu et peu étudié : les bijoux et objets photographiques. De fait, son mémoire1 détaille surtout les pratiques du XIXe siècle et celles de notre époque numérique. Les extraits que je reproduis ici illustrent ces deux époques très éloignées.

 » La question de l’aura

Les objets photographiques, particulièrement au XIXème siècle, étaient des pièces uniques. La photographie originale de l’époque, l’orfèvrerie, les cheveux ou les notes écrites n’étaient pas reproductibles à l’identique. C’étaient donc des objets « auratiques », au sens que leur donne Walter Benjamin1. Tout d’abord, dans le cas des pièces primitives utilisant des daguerréotypes, la photographie n’était pas reproductible : il n’en existait qu’un exemplaire. Il en va de même pour les boîtes, broches ou autres bijoux anciens, qui rivalisent de détails fins et précieux. Chaque objet possède un rôle particulier et une signification précise, selon la personne photographiée, le lien qui l’unissait au porteur ou commanditaire, et l’occasion de sa fabrication. Il n’est pas destiné à être fabriqué en série ; bien au contraire, il doit être parfaitement adapté à une situation donnée, unique.

Dès lors, on peut considérer ces objets photographiques comme des formes nouvelles de « reliques païennes ». La relique était une partie du corps d’un saint, conservé dans un reliquaire, et destinée à être utilisée lors de rites religieux, ou à être vénérée individuellement. Les reliques chrétiennes étaient très nombreuses, bien que rarement authentiées. Si elles ne consistaient pas toujours en des fragments réels d’un saint, leur valeur n’en était pas moins immense pour les croyants. Elles servaient de lien entre le matériel et le spirituel, l’objet et le divin. Un objet photographique fonctionne de la même manière, surtout lorsqu’il contient un fragment capillaire. La relique contenue n’est pas divine, mais provient du corps d’un être cher, aimé, à l’instar des reliques chrétiennes provenant d’un corps saint. Il ne s’agit pas de la même forme d’amour, mais le lien est comparable.

Si les reliquaires religieux fixes étaient possédés par l’Église, la noblesse se faisait fabriquer des reliquaires transportables, afin de disposer d’un lieu matériel de recueil religieux2. Le peuple pouvait voir les reliquaires dans les lieux de culte, mais ne possédait pas de tels objets. La vulgarisation de l’objet reliquaire sous la forme d’un objet photographique permet au plus grand nombre d’acquérir un « lieu » de recueillement transportable. Bien que non religieux, ce type d’objet est tout de même tourné vers le transcendantal, dans son rapport à des personnes décédées ou éloignées.

En outre, les photographies peuvent être utilisées dans les rituels divinatoires. Durant la première guerre mondiale, les femmes gardaient les photographies que leur fiancé leur envoyaient du front. Une valeur plus grande était accordée au cliché s’il était accompagné d’un petit message au dos. Les femmes les conservaient sur elles constamment :

«Il leur fallait en effet pouvoir facilement sortir la photographie de leur sac à main pour communiquer avec le portraituré, au cours des consultations régulières de voyantes ou de diseuses de bonne aventure où passait l’essentiel de leur allocation en temps de guerre3 ».

Aujourd’hui encore sont commercialisés des manuels de divination utilisant la photographie, pour influer sur le cours du destin ou recevoir des informations sur la personne portraiturée. Selon l’auteur de l’un de ces livres, « la photo est la forme de témoin la plus puissante (supérieure même aux « témoins corporels ») qu’eût jamais engendré le monde moderne4 ».

Le pouvoir de la photographie portée en temps de guerre et d’éloignement familial est difficile à mesurer, mais des témoignages évoquent son caractère magique et protecteur, comme un talisman. Irène Jonas rapporte le cas d’une femme qui découvre qu’une photographie la représentant a aidé son père a survivre aux camps nazis :

«Il avait une photo, c’était moi… Il a réussi à la garder, je ne sais pas comment il a fait et il est rentré avec… Je me demande bien comment il a fait, est-ce qu’il l’a cousue dans une poche… Un jour dans une conversation, papa ne parlait pas de ça, donc je n’ai pu entendre que des bribes, mais j’ai entendu mon père dire, «cette photo de Denise m’a aidé à revenir»… Je ne sais pas si je l’ai cette photo, il y en a une qui est toute abîmée, ça pourrait être celle-là5

La forme photographique, lorsqu’elle est considérée comme « originale», entretient donc un rapport fort avec le transcendantal. Dans le cas d’une copie, son pouvoir est amoindri ou inexistant. »

(…)

 » Les objets photographiques transportables contemporains

Une offre très diversifiée pour un succès mitigé

L’étendue de l’offre actuelle d’objets photographiques préfabriqués et personnalisables est impressionnante. Il suffit de se rendre sur un site Internet spécialisé dans ce type de produits pour s’en rendre compte6. Le site Mypix.com revendique plus de 300 objets différents, « tendance et de qualité7». Toutes sortes d’objets transportables sont disponibles : sacs en toile, portefeuilles, trousses, stylos, briquets, gourdes, étiquettes, règles, vêtements, peluches, jeux de cartes, décorations pour téléphones portables ou ordinateurs, bijoux, etc. La liste n’est pas exhaustive. Les technologies utilisées font principalement appel à la sublimation thermique (sur les supports céramique, cartons, plastiques, tissus) et à la gravure laser (sur les supports en verre ou en cristal).

Les objets sont personnalisables depuis une plateforme numérique via un logiciel utilisable en ligne ou téléchargeable sur son ordinateur personnel. Dans le cadre d’une utilisation en ligne, l’utilisateur envoie ses photographies sur la plateforme de l’entreprise, puis les redimensionne et les déplace sur l’objet. Il peut même appliquer des effets, comme la transformation en noir et blanc ou en sépia, une accentuation des contrastes, l’ajout de décorations, etc. Une fois satisfait du résultat, il passe commande et l’objet ainsi créé est livré en quelques jours à son destinataire. Malgré le peu d’informations disponibles sur le site quant à la provenance de ces objets, il semblerait qu’une partie soit fabriquée en Chine, dans des usines spécialisées dans ce type de production.

Ces objets photographiques sont généralement offerts comme cadeaux plutôt que créés pour soi-même. Ils sont d’ailleurs répertoriés dans la catégorie « objets et cadeaux photo » chez MyPix.com, « produits cadeaux », chez fotoinsight.eu, ou encore « cadeaux photo », chez Kodak Gallery. C’est à l’occasion d’évènements marquants que se commande ce type de présent : anniversaire, mariage, fête de famille… La principale valeur accordée à ces cadeaux provient de leur personnalisation, qui confère à l’anodin porte-clef un sens fort pour qui l’offre et qui le reçoit. Dans un contexte d’achat personnel, ce type d’objet peut faire office de souvenir d’un voyage lointain, d’un animal domestique…

Acquérir ce genre d’objets est une pratique encore assez peu répandue. En 2009, seuls 8% des Français ont déjà fait réaliser un objet photographique, transportable ou non8. Les femmes en sont plus friandes que les hommes, puisque 9% d’entre elles en ont déjà fait commande, contre 5% des hommes, en 20089.

Les objets vendus sur ces plateformes Internet ne sont pas d’une très grande qualité, et de ce fait résisteront mal à une utilisation normale. Le design de ces objets brille par sa banalité : les supports sont le plus souvent blancs, que ce soit pour les tee-shirts, les sacs ou les mugs. Les formes des bijoux sont identiques d’un site à un autre ; ceci confirme l’idée que la production est localisée dans une poignée d’usines fournissant plusieurs enseignes sans distinction flagrante de produits. Les mêmes objets font office de cadeaux d’entreprise ou de support publicitaire. Seule la photographie et/ou le texte que le client aura décidé d’y insérer rendra l’objet unique. Les technologies numériques employées permettent de faire un ou des milliers d’exemplaires indifféremment.

Les solutions à la maison et la personnalisation par la photographie

D’autre part, des produits permettent de réaliser soi-même ces objets photographiques en profitant des technologies modernes : l’impression de supports transférables sur tissu, via une imprimante jet d’encre ou laser domestique, s’est largement diffusée ces dernières années. Ces papiers spéciaux sont vendus seuls ou en kit avec un sac en toile, un tablier, ou un tee-shirt sur lesquels appliquer le transfert10. Le principe est le suivant : on imprime une image sur le papier à transfert, que l’on découpe ensuite au plus près. On positionne l’image sur le tissu, et on applique un fer à repasser sur la surface de l’image, qui vient se coller sur le tissu sous l’effet de la chaleur. D’autres papiers spéciaux imprimables sont disponibles : le papier-tatoo11 dont on détache une fine pellicule que l’on applique sur la peau (l’encre n’étant pas directement en contact cutané), le papier magnétique12 pour fabriquer des magnets.

La personnalisation (ou son anglicisme customisation) est le maître-mot actuel. Tout devient personnalisable grâce à ces supports d’impression. Ici et là fleurissent des exemples frappants de cet engouement sur les objets du quotidien. Cependant, la plus-value de tels produits n’est pas dans la satisfaction de besoins fondamentaux. Pour un tee-shirt, un porte-clé, ou n’importe quel autre de ces objets, il est peu probable que la commande se passe sur un site proposant la personnalisation. Ces objets séduisent pour la photographie, unique et soigneusement choisie, qu’ils arborent. Quelquefois, l’ordre entre l’utilité de l’objet et sa personnalisation semble renversé : une banque propose à ses clients de personnaliser leur carte bancaire avec une photographie, un dessin, ou toute autre image que l’on souhaite voir – et montrer – lors du passage en caisse13. Posséder une carte bancaire relève davantage d’un besoin rendu nécessaire par la structuration financière de notre mode de vie que par un désir esthétique ; son visuel impersonnel se décline sur la gamme des produits de la banque. En offrant l’opportunité de customiser sa carte de crédit, les commerciaux de cette banque proposent de sentimentaliser notre rapport à l’argent. »

1 Walter Benjamin, L’oeuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, Paris, Allia, 2006. Un objet auratique est unique et porte les traces de l’Histoire, il peut être associé aux cultes. L’aura disparaîtrait selon Benjamin avec les procédés de reproduction à l’identique, comme la photographie.
2
Romain Terriere, Reliques et totems, mémoire de master recherche deuxième année Arts plastiques, sous la direction de Daniel Danetis, Université de Paris 8, 2007.
3
Bertrand Mary, La photographie sur la cheminée, Naissance d’un culte moderne, Paris, Métailié,1993, p. 220.
4
Jean De L’Hosanière, Le Grand Livre de la voyance sur photo. Technique et pratique pour agir à distance – Influencer et protéger – Magnétiser une photo, s.l., Editions Trajectoire, 2001, 4ème de couverture.
5
Irène Jonas, Mort de la photo de famille ? De l’argentique au numérique, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques Sociales, 2010, p.31.
6
Voici quelques exemples de ces sites :
http://www.fotoinsight.eu/; http://www.mypix.com/fr/fr/home/; http://www.cadeauphoto.com/home/index.html.
7
source: http://www.mypix.com/idee-cadeaux-photo/4-frfr_onglet.html, consulté le03/05/2010.
8
http://www.ipsos.fr/CanalIpsos/articles/images/2904/diaporama.htm, p.42.
9
http://www.ipsos.fr/CanalIpsos/articles/images/2677/diaporama.htm, p.43.
10
http://www.papier-photo.com/impression/papier-transfert.html
11
http://www.papier-photo.com/papiers/BTAT3-400-Papier-tatoo—creez-des-tatouages temporaires. html.
12
http://www.papier-photo.com/papiers/BMET1-394-Papier-magnetique-imprimante-jet-dencre.html.
13
http://www.lcl.com/fr/actualites-lcl/communique-presse/communiques/personnalisation-carte-lcl.jsp.

http://laurianethiriat.dphoto.com/
  1. L. Thiriat, Porter l’image d’un proche sur soi : du petit objet photographique à l’image numérique, ENS Louis Lumière, 2010. []

Souvenirs au sec

Entendu ce matin dans un journal de France Inter le témoignage d’une femme dont la maison a été dévastée par les brutales inondations qui ont frappé dernièrement le département du Var. Elle s’employait à déblayer l’intérieur, souillé par la boue, à nettoyer ses meubles et à étendre sur la pelouse au soleil les quelques photos qu’elle avait pu récupérer. Elle y tenait pour leur valeur de souvenir, alors qu’elle reconnaissait que tout le reste, pour désastreux que ce fût, n’était que « matériel ». Elle ne parlait pas de lettres ou de papiers qu’elle aurait pu également récupérer, seulement des photos.

En l’écoutant, je me demandais : et si toutes ses photos étaient stockées sur le disque dur d’un ordinateur ? Qu’en resterait-il après le choc de l’inondation et plusieurs jours passés sous la boue ? Peut-on faire sécher un ordinateur au soleil avec l’espoir de le voir redémarrer ?

J’ai rencontré, il y a quelques jours, une femme de 68 ans qui réalise aujourd’hui ses photos avec un appareil numérique, mais qui s’applique scrupuleusement à les faire tirer sur papier, sauf celles qu’elle juge ratées, pour en garnir des albums soigneusement étiquetés et rangés sur des étagères, comme les volumes tangibles d’un récit qu’elle ne demande qu’à réactiver à la demande de ses visiteurs. Elle ne peut se passer de cette concrétisation-papier, héritée de sa déjà longue expérience de la photo argentique, surtout parce qu’elle ne parvient pas à considérer l’ordinateur ou les divers supports numériques comme des aboutissements de la photographie. A-t-elle déjà songé que ces albums représentent également une assurance contre les catastrophes ?

Un simple point de départ

Ma fille de 12 ans a passé l’après-midi d’hier à un anniversaire avec quatre copines. Leur principale occupation aura été d’aller faire des photos dans le parc voisin. Deux d’entre elles avaient apporté leur appareil. Elles ont réalisé une multitude de portraits des unes et des autres, avec une recherche d’angles de vue surprenants pour faire apparaître, par exemple, le château du parc dans la paume de celle qui posait, ou sur sa tête, etc. Au total, près de 130 clichés !

Partie sur cette lancée boulimique, ma fille a mitraillé les fleurs de la roseraie où nous sommes allés nous promener aujourd’hui. A peine en apercevait-elle une qui lui plaisait, qu’elle la photographiait. Puis, aussitôt fait, elle partait vers une autre, sans plus aucun regard pour la rose précédente. Aucune pause, pas un seul moment d’arrêt pour contempler : elle photographiait et ne faisait que ça. 128 photos saisies en moins d’une heure !

En réalité, elle ne faisait pas que photographier. Elle a passé en effet beaucoup de temps à retravailler ses photos directement sur l’appareil, pour les recadrer, en modifier l’éclairage, les virer en bleu ou rouge, les inverser, etc. Une dizaine de ces recompositions ont été enregistrées à leur tour sur la carte mémoire de l’appareil. Dans la voiture, sur le chemin du retour, elle en était encore à bidouiller ses images.

Mettez donc un appareil numérique dans les mains de ces enfants : ils vont s’en servir non pas pour photographier ce qu’ils voient – ce qu’ils font, bien entendu, au détriment d’ailleurs de la simple observation ou contemplation des choses -, mais plutôt pour voir ce qu’ils photographient. Car, pour eux, l’image saisie à l’instant n’est que le point de départ de manipulations multiples qui concentrent leur intérêt, au détriment de tout le reste. Ils jouent avec l’appareil comme ils le feraient avec une console de jeu.

Mon plus jeune fils, qui n’a que 7 ans, est encore plus radical dans son utilisation de l’appareil photo : ce qu’il recherche, ce sont des images en soi, de purs effets visuels pour lesquels il recourt à des bougés, des surexpositions, des inversions de couleurs. C’est un photographe abstrait qui n’a cure de la réalité des choses. Pour lui, l’appareil est un outil de création visuelle, en aucun cas un instrument d’enregistrement. On est loin du reportage et de la trace photographique.

L'écran vide – suite

Je complète aujourd’hui un billet précédent sur les usages incertains des cadres photos numériques par une nouvelle observation réalisée dernièrement chez Denise, une femme de 59 ans.

Elle a abandonné il y a deux ans son emploi d’infirmière pour revenir vivre dans la maison familiale et s’occuper à plein temps de sa mère, âgée d’au moins 90 ans, qui ne bouge plus guère du canapé placé devant la télévision.

Le reste de la famille, petits-enfants et arrière-petits-enfants ne vit pas à proximité. C’est pourquoi, pour entretenir les liens familiaux que menace l’éloignement, Denise (qui, elle, n’a pas eu d’enfants) avait acheté un ordinateur connecté à internet et équipé d’une web-cam pour permettre à sa mère de voir ses descendants. « Je voyais son visage s’animer quand elle voyait la petite [sa dernière arrière-petite-fille]. C’était seulement deux secondes, mais ce n’était pas grave : elle l’avait vue. On pouvait même la suivre un peu dans l’appartement, la voir jouer, la voir évoluer dans son milieu. » Ils se connectaient environ une fois tous les 15 jours. L’ordinateur ne servait qu’à ça.

Malheureusement, la maison a été cambriolée : la télévision et l’ordinateur ont été volés, entre autres choses. « Le reste, je m’en fous, déclare Denise, mais la télé et l’ordinateur, ils n’auraient pas dû y toucher. » Elle a racheté aussitôt un téléviseur grand format car sa mère ne saurait s’en passer. Mais pas l’ordinateur, faute de moyens. « Cela ne me manque pas beaucoup de ne plus l’avoir. Il y a juste la web-cam qui me manque pour ma mère. »

Récemment, l’une de ses nièces leur a offert un cadre photo numérique. « Maman a plaisir à le regarder. » Mais les photos ne sont pas souvent renouvelées. « Les poupons, on commence un peu à en avoir marre. C’est depuis longtemps les mêmes. » Finalement, ils ne l’allument plus guère.

Dans le salon trône une grande photo dans un cadre en bois ovale. On y voit le portrait des quatre petits-enfants, photographiés il y a six ans dans un studio professionnel. Denise les avait emmenés spécialement chez un photographe du centre-ville pour réaliser ce portrait de groupe destiné à sa mère. Faute d’ordinateur et de nouvelles photos sur le cadre numérique, c’est encore ce cliché à l’ancienne que l’aïeule regarde le plus.

L’ère de la télévision

Camping sauvage en Ariège, 2001 (photo : Sylvain Maresca).

 

Les images dans la société – chapitre 18

Si l’on considère la télévision selon l’angle du rapport entretenu par les spectateurs à l’image, on doit considérer ce nouveau médium comme le vecteur d’une réappropriation privée des images animées. La télévision permet de les regarder à son domicile. Couplée au magnétoscope, elle a étendu cette possibilité puisque l’on peut désormais regarder des films non seulement chez soi, mais encore le jour et à l’heure de son choix, et même, pourquoi pas, en s’attardant uniquement sur une séquence en particulier. Le rapport aux images filmées n’en devient pas plus actif pour autant, il entre simplement dans l’ordre des comportements privés. La télévision affranchit la consommation des images animées de la fréquentation des lieux publics spécialisés que sont les cinémas. A cet égard, elle est un outil de privatisation.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

L'absence au présent – suite nippone

IMGP1618-72 dpiPour compléter mes billets précédents (La galerie des ancêtres, L’absence au présent)  qui posaient la question du deuil confronté à la troublante présence des photographies des morts, je propose ici un rapide résumé de la très intéressante recherche présentée par Fabienne Duteil-Otaga lors du colloque Arrêts sur images, qui vient de se dérouler au musée du Quai Branly.

Continuer la lecture