Travail gratuit

Le Monde-31-12-2015Le quotidien Le Monde vient de consacrer un article à l’essor du travail gratuit qui, à travers les stages, les commandes non rémunérées, les « expériences professionnelles » vantées comme des « compléments de formation » ou des gages de « visibilité », affecte particulièrement les professions indépendantes dans le secteur des activités culturelles. Lire la suite

La personnalisation de l’actualité-2

Fort des remarques et suggestions de mes lecteurs, j’ai repris l’examen des numéros de Libération de la semaine dernière pour inclure dans mes comptages la place occupée par les différents registres de photographie d’actualité. J’en ai profité pour me limiter plus strictement aux images illustrant des sujets d’actualité, en dehors donc des sujets culturels qui sont très souvent focalisés sur des personnalités et plus proches de la promotion que de l’information. Le nombre total de photographies prises en compte est donc moins important que dans mon premier tableau. Logiquement le nombre de portraits l’est également.

J’ai pris en compte la dimension des images en reprenant les normes professionnelles rappelées par Thierry Dehesdin. Toutefois, la mise en page de Libération est souvent traître dans la mesure où les photos à cheval sur deux pages sont fréquentes : ce ne sont pas des doubles pages, mais équivalent-elles alors à une page entière, ou à une demi-page lorsqu’elles sont plus petites ? Une photo verticale occupant les deux-tiers d’une page doit-elle être comptée pour une pleine page ? Il n’est pas toujours évident de trancher. J’ai assimilé à des vignettes les images plus petites qu’1/8° de page et, dans mes évaluations de la surface totale occupée par les différents registres de photographies, j’ai considéré que les vignettes et assimilées comptaient chacune pour 1/10° de page. Au final, l’exercice est intéressant parce que ses résultats, on va le voir, sont sensiblement différents d’un simple comptage numérique. Cependant, il fait surgir des difficultés multiples pour établir des statistiques fiables.

Nombre Surface
Portraits 59 32 % 8,19 16,9 %
Personnalités politiques en action 27 14,7 % 9,64 19,9 %
Reportages ou assimilés 71 38,6 % 20,8 43 %
Visuels d’illustration 27 14,7 % 9,73 20,1 %
TOTAL 184 100 % 48,36 99,9 %

Premier constat : les portraits sont massivement des images de très petite dimension, vignettes (43) ou 1/8° de page (8). Si bien que la place totale qu’ils occupent dans le journal est moitié moindre que leur nombre. Leur impact visuel est donc faible. Ce qui conduit à se demander pourquoi on les met.

Les photographies de personnalités politiques en action sont de taille plus importante : 16 font au moins 1/4° de page et 3 font une pleine page ou la couverture du journal. Elles occupent donc une place visuelle plus importante que leur nombre. Si l’on peut parler de personnalisation de l’actualité, c’est probablement avant tout à propos de cette mise en avant des acteurs de l’actualité politique. Mais il tout aussi probable que ce trait journalistique n’a rien de nouveau.

Les clichés de reportage sont ceux qui, le plus souvent, se voient attribuer par Libération une surface importante dans ses colonnes. 22 occupent au moins une demi-page, dont trois la pleine page ou la couverture. Donc, en termes visuels, le registre du reportage reste le plus présent.

La surprise ici est de constater que la dimension accordée aux visuels d’illustration, qu’il s’agisse de photographies, de dessins ou d’infographie, est sensiblement plus importante que leur nombre. La moitié (13 sur 27) occupent au moins une demi-page, dont 3 une page entière. En définitive, si le reportage, bien qu’encore important dans Libération, voit sa place limitée, c’est peut-être moins lié à la prolifération des portraits, souvent minuscules, qu’à la publication d’images purement illustratives qui viennent égayer des articles d’information, voire en tenir lieu.

La personnalisation de l’actualité

La semaine dernière, j’ai récupéré par hasard un numéro de Libération. Comme cela fait longtemps que je ne lis plus ce quotidien, j’ai eu la curiosité de regarder à quoi il ressemblait actuellement.

Ce qui m’a aussitôt surpris, c’est le grand nombre des portraits illustrant ce numéro : pas moins de 26 ce jour-là, sur un total de 42 photographies publiées. Le reste était composé de 10 clichés de reportage (ou assimilés), 3 photos représentant des personnalités politiques en action et 3 visuels d’illustration de thèmes divers.

Je n’aurais pas imaginé voir l’actualité réduite à ce point aux portraits de ceux ou celles qui font l’actualité. Certes, c’est une tendance clairement repérable dans les médias depuis quelques décennies. D’ailleurs, le registre du « people » ne s’est jamais aussi bien porté ; il assure de confortables gains aux agences de presse, d’autant moins disposées par conséquent à risquer de l’argent sur des reportages dont elles ne peuvent escompter aussi aisément la publication dans les journaux ou les magazines.

Pour ne pas extrapoler trop hâtivement à partir d’un cas particulier, j’ai pris la peine d’examiner tous les numéros de Libération parus la semaine dernière. Je n’ai pas pris en compte les rubriques culturelles ou télévision, dans lesquelles l’information est toujours très personnalisée. Voici ce qu’il ressort de mes comptages :

Portraits 82 40 %
Personnalités politiques en action 23 11,2 %
Photos de reportage (ou assimilées*) 81 39,5 %
Visuels illustratifs 14 6,8 %
Dessins 5 2,5 %
TOTAL 205 100 %

* Par exemple des paysages.

Le numéro que j’ai eu entre les mains se révèle donc atypique, mais pas tant que cela. De fait, la proportion des portraits avoisine les 50 %, si l’on considère que les clichés représentant des personnalités politiques en action ne sont jamais très loin du registre du portrait (cadrage serré évacuant le contexte, accent mis sur les visages et leurs expressions). Près de 10 % des illustrations sont de pures illustrations, qu’il s’agisse de photographies ou de dessins. Si bien qu’il ne reste plus guère que 40 % des clichés issus de reportages d’actualité ou, du moins, donnant à voir quelque chose plus ou moins en lien avec l’actualité dont il est question dans les articles. C’est bien peu.

Il est loin le temps où Libération faisait figure de référence en matière de photographie de presse, imposant dans le concert des quotidiens un regard à la fois décalé et créatif sur l’actualité. Le temps des photographes-auteurs et de l’agence Vu.

Pour une révision de ces données chiffrées, voir le billet suivant.

Diplopie – suite

Hier soir, à la fin d’un reportage du 19/20 de FR3 sur les destructions provoquées par la tornade qui a frappé les environs d’Oklahoma City, aux USA, sont apparues fugitivement des images d’hommes en uniforme (pompiers, militaires ?) qui dressaient sur des ruines un mat portant le drapeau américain. Plusieurs reportages depuis, à la télévision comme à la radio, ont insisté sur ce geste, collectif ou individuel, effectué par des Américains directement touchés par la catastrophe, consistant à arborer la bannière étoilée sur les vestiges des bâtiments privés ou publics pour signifier qu’eux-mêmes et leur pays s’en sortiraient.

En apercevant la séquence d’hier soir, je n’ai pu m’empêcher de penser au livre Diplopie (Paris, Le Point du jour, 2009) dans lequel Clément Chéroux s’est appliqué à passer en revue les photos de presse qui ont représenté les attentats du 11 septembre. Il y distinguait en particulier l’image, devenue emblématique, de ces pompiers hissant le drapeau américain sur les décombres des tours du World Trade Center. Et il faisait le lien avec une autre icône américaine, bien antérieure, représentant cette fois des soldats américains reprenant possession d’une île du Pacifique au cours de la Seconde Guerre Mondiale.

L’épisode d’hier me semble apporter un prolongement intéressant à la réflexion de Clément Chéroux sur la récurrence des images et leur reprise d’un événement à l’autre. Car ici, avant même que l’image apparaisse sur les écrans, c’est un geste qui est refait. Est-il commandé ou spontané, je l’ignore. Ce qui compte, c’est de voir ritualisé un tel geste, comme si l’image, glorifiée par l’Histoire, entrée dans légende nationale, inspirait désormais un mode de comportement obligé en cas de désastre, qu’il s’agisse d’un attentat terroriste ou d’une catastrophe naturelle. Un comportement obligé, c’est-à-dire un rituel.

Au-delà du jeu des images, entre les images, qui a cours dans les médias et qui contribue à conformer la représentation de l’actualité à quelques poncifs récurrents, on aperçoit ici que certaines images peuvent s’ancrer dans la réalité des comportements au point d’inspirer des gestes conformes à la représentation canonique de certaines situations. Les gens font alors ce que l’imagerie espère montrer d’eux en pareil cas, selon une sorte de logique circulaire qui ne sépare plus les images de la ritualisation des pratiques.

Stéréotypes russes

Lorsque j’expose aux étudiants d’Info-Com, à qui je fais un cours sur la photographie de presse, le tournant récent vers un usage de plus en plus illustratif, symbolique, des images d’actualité, je leur présente en particulier comme jalon historique la nouvelle version que le quotidien Libération lança en 1994, caractérisée par un recours amplifié aux images et surtout à des clichés plus emblématiques qu’informatifs.

Un exemple de ce type d’image et de ce type d’usage des images est la Une que ce quotidien consacra le 20 décembre 1999 à des élections législatives en Russie. On y voit l’intérieur d’un bureau de vote qui ne nous apprend qu’une chose : les Russes votent dans des bureaux de vote ! Mais plusieurs détails de l’image sautent aux yeux : tout d’abord le rideau rouge des isoloirs. Nous sommes en 1999 et les clichés hérités de l’URSS ont la vie dure : le rouge continue d’être associé à l’idée que nous nous faisons des Russes. D’ailleurs, ce jour-là, Libération accorde le losange de son titre à la couleur des isoloirs. Et surtout, les Russes que nous voyons voter sont des soldats. Il peut y avoir une connotation politique à ce choix de montrer des militaires effectuant leur devoir civique : ils seraient le meilleur exemple que la démocratie est bien entrée dans les mœurs, huit ans après l’effondrement de l’URSS. Je crois néanmoins que les militaires présentent ici avant tout un intérêt visuel : ils arborent tous des grosses bottes et une chapka, offrant ainsi un autre stéréotype bien ancré, celui des Russes affrontant l’hiver avec ces vêtements « typiques » (nous sommes en décembre, effectivement). Au final, cette photo nous permet de comprendre, au premier coup d’œil, que nous sommes en présence d’électeurs russes puisqu’elle vérifie les a priori les plus communs que les Occidentaux continuent de véhiculer à leur propos.

(Captures d’écran des sites de RFI, La Croix, Le Parisien et RTBF)

Aujourd’hui, nouveau jour d’élection en Russie, j’ai voulu voir ce qu’il en était des clichés publiés par la presse. Premier constat : on ne nous fait plus le coup de la couleur rouge. Peut-être n’y a-t-il plus de rideaux rouges dans les bureaux de vote. Les couleurs de la Fédération de Russie semblent omniprésentes. Mais ô surprise ! les photos utilisées pour illustrer les premiers articles relatant le déroulement de ce scrutin présidentiel nous montrent de nouveau beaucoup de militaires faisant leur devoir de citoyen. Bottes et chapkas sont au rendez-vous. Certes, nous sommes encore en hiver1, mais je suis sûr que, dans quantité de bureaux de vote des grandes villes russes, on peut voir des citoyens habillés autrement.

Photo d'électeurs sibériens en décembre 2011, reprise du site http://rt.com

Si bien que l’impression qui se dégage de cette continuité est surtout celle de la permanence des stéréotypes et donc, à l’appui, d’un usage de plus en plus signalétique des photos de presse, de moins en moins destinées à informer, à donner à voir des faits, qu’à signaler aux lecteurs la thématique des articles grâce à l’emploi de codes de reconnaissance stéréotypés.

PS : Vous trouverez quantité d’autres billets consacrés à ces usages illustratifs de la photographie de presse sur Culture visuelle.

  1. Il faut dire, à la décharge des rédactions photos, que les premiers articles consacrés aujourd’hui à ces élections puisent forcément dans les premiers clichés disponibles, qui ont pour la plupart été pris dans l’Est de la Russie, là où le climat est le plus rude. Il n’empêche : la photo ci-contre montre qu’on peut y rencontrer des électeurs moins « typiques ». []

Marronnier

Fruit de la compilation de 160 couvertures des trois news magazines français de 2009 à début 2012, l' »hebomator » permet de générer automatiquement et au hasard la Une d’un magazine avec tout le matériel sémantique ressassé à longueur d’année par ces organes de presse.

Chacun peut essayer.

Il manque juste la possibilité d’y associer une image.

L'invasion des écrans géants

Surprise en arrivant chez le marchand de journaux : désormais, un écran géant nous y accueille dès l’entrée. Installé par l’entreprise Insert, qui assure déjà la publicité des contenus de presse à l’extérieur du magasin, il fait dérouler des publicités, des annonces de films et des messages d’auto-promotion pour le petit commerce local.

La patronne m’explique qu’ils ont dû revoir l’agencement du magasin pour faire place à cet encombrant écran. Le tourniquet des journaux a été remisé derrière. Impossible pour les clients qui entrent de ne pas voir d’abord cette surface lumineuse qui diffuse en continu ses animations commerciales (muettes, il faut le préciser). De part et d’autre du comptoir, il y a également deux écrans plus petits qui présentent d’autres annonces, dont certaines sur le contenu des parutions de presse.

Quelle est l’efficacité de ces écrans ? Difficile de le dire après seulement quelques jours. Ces écrans ont été installés pour une période d’essai d’un mois. Ils rapportent au commerçant une petite redevance, dont il doit soustraire le coût de l’alimentation électrique. La patronne ne sait pas si elle les conservera ensuite. Mais « les clients en parlent. Alors, du moment que ça fait parler… »

Au moment où des quotidiens suppriment leur version papier au profit de leur site internet, il est frappant de voir les écrans numériques envahir ainsi les temples de la presse. A quand une maison de la presse qui afficherait en continu le contenu de journaux ou de magazines entièrement virtuels ? Il reste à en trouver le business plan.

Tendance : images

Le dernier numéro papier de La Tribune, paru ce lundi, présentait un cahier intérieur qui résumait l’histoire de ce journal, annoncée par la formule : « 27 ans, 4.903 numéros et puis s’en va ».

Quatre pages de unes échelonnées de 1987 à 2011 donnaient un aperçu des modifications de maquette subies par ce quotidien.

L’évolution est frappante : partie d’une formule dans laquelle le texte dominait sans partage, à l’instar des quotidiens « sérieux » comme Le Monde, qui continuait alors de refuser la photographie, elle est passé progressivement à une formule en partie illustrée et rehaussée de gros titres en gras, puis à une formule en couleurs (« Du coup, c’est toute l’économie et la finance qui prennent un coup de jeune. »), pour finir par une Une hyper-visuelle dans laquelle la photographie occupe la place principale.

On voit s’affirmer ainsi de plus en plus le modèle visuel de la télévision dont la couverture de l’actualité passe pour une large part par le dispositif de l’interview : un acteur ou un témoin privilégié de l’actualité parle de ce qui se passe ou de ce qu’il faut en comprendre.

Cet exemple n’apporte rien que nous ne sachions déjà. Simplement, il offre un raccourci saisissant d’une évolution effective dans toute la presse quotidienne, marquée par l’emprise croissante de l’image, sinon de la photographie. Entre-temps, même Le Monde s’y est mis.

Spécimens ou individus ?

Je publie dans le numéro de la revue L’Homme qui paraît ces jours-ci un article consacré aux usages incertains du portrait photographique par les anthropologues tout d’abord, puis par les photographes documentaires, enfin par les spécialistes actuels de la communication.

Comme il arrive souvent, cet article paraît sans illustrations, alors même qu’il ne parle que d’images. Les délais et l’absence de moyens expliquent largement cette anomalie. Je me propose d’y remédier en partie en proposant ici une bonne partie de l’iconographie qui aurait avantageusement complété mon texte. Je me contenterai de résumer le propos de celui-ci car la revue L’Homme met son contenu en ligne sur un site payant, que je ne peux donc pas concurrencer par une publication gratuite.

Dans cet article, je suis remonté dans le temps jusqu’à l’utilisation de la photographie par les anthropologues du XIXe siècle, intéressés très tôt à fixer en images les différents « types » physiques humains à travers le monde. Entre leurs mains, le portrait photographique généra une contradiction entre leur intention catégorisante, généralisante, et l’inévitable personnalisation des clichés récoltés. Souvent, la légende était utilisée pour tenter de réduire ce « bruit » visuel, sans toutefois y parvenir complètement.

Roland Bonaparte, Portrait d'un Lapon, 1884

Gravures illustrant un article de Roland Bonaparte sur les Lapons, La Nature, juillet 1885. Au passage, Anders Larsen Tommar est devenu un "type lapon".

La mise au point d’un protocole strict de prise de vue tenta d’imposer la dimension scientifique de ces clichés qui n’en demeuraient pas moins des portraits individuels. Alphonse Bertillon, par exemple, l’initiateur de la photographie policière, conçut un studio destiné à l’anthropométrie1, ce qui n’enlève rien cependant aux flottements perceptibles dans les images produites.

Portrait normalisé d'un "indigène" nommé

Nudité anthropométrique (du même individu ?)

Pose folklorisante (le même que sur la précédente)

Portrait composite "dans le style" de Francis Galton

Face à l’irréductible personnalisation des portraits anthropologiques, certains comme Francis Galton (le cousin de Darwin) ou Arthur Batut en France cherchèrent à superposer plusieurs portraits pour élaborer une effigie « composite » qui, à la manière des statistiques, aurait éliminé l’anecdote individuelle pour faire ressortir les traits communs.

Finalement, la tentation photographique des anthropologues s’épuisa assez vite et la photographie se réduisit bientôt à un outil parmi d’autres dans leur panoplie de voyageurs.

Son usage signalétique fut repris à partir des années 1930 par certains photographes documentaires qui s’efforcèrent à leur tour d’utiliser le portrait pour composer des fresques sociales, grâce à des partis-pris formels apparemment impeccables (fond neutre, pose frontale, intitulé générique, mise en série), mais au prix d’ambigüités omniprésentes. Citons l’antécédent des Hommes du XXe siècle,

Irving Penn photographiant en Nouvelle Guinée (capture d'écran du site http://www.artknowledgenews.com)

imposante série sur la population allemande par August Sander2. Plus tard, les séries d’indigènes réalisées en Afrique par Irving Penn (Worlds in a Small Room, 1974), d’autres fresques fameuses comme In the American West par Richard Avedon (1985), ou encore plus récemment en France les Portraits de Français réalisés par Despatins et Gobeli pour la Mission photographique de la DATAR (1984) ou les séries d’uniformes de Charles Fréger.

Un leitmotiv revient dans la plupart de ces séries à vocation documentaire : l’usage de légendes qui catégorisent les personnes photographiées, comme l’ont fait longtemps les anthropologues :

Dorothea Lange, The Migrant Mother, 1936

Je détaille dans l’article les nombreuses ambigüités, ambivalences et contradictions qui apparaissent dans beaucoup de ces séries de portraits à visée documentaire.

Et je termine en pointant que, aujourd’hui, la presse et la communication ont largement repris cette veine signalétique du portrait pour donner corps cette fois à des représentations théoriques, fictionnelles, illustratives, de groupes sociaux ou professionnels, ou pour personnaliser des situations multiples. Voici quelques exemples de ces « portraits sans individus » :

2008

2011

2009

2007

2008

2010

  1. Cf. Alphonse Bertillon, Dr. A. Chervin, Anthropologie métrique. Conseils pratiques aux missionnaires scientifiques sur la manière de décrire des sujets vivants et des pièces anatomiques – Anthropométrie, photographie métrique, portrait descriptif, craniométrie, Paris, Imprimerie Nationale, 1909. []
  2. Cf. l’étude que je lui ai consacrée dans mon livre La photographie, un miroir des sciences sociales, Paris, L’Harmattan, 1996, chapitre 1. []

Un droit gratuit

J’ai été surpris par ces publicités pour le site internet de 20 minutes qui sont visibles actuellement sous les abribus parisiens, avec pour slogan : « L’information est un droit ». N’ayant pas tout de suite compris que ce n’était pas le quotidien gratuit qui était vanté ici, mais son site internet, je n’ai pas non plus réalisé aussitôt que cette publicité annonçait la possibilité de lire gratuitement ce journal aussi bien sur un téléphone portable que sur un Ipad.

Qu’ai-je vu alors ? Avec en tête la récente annonce que 20 minutes venait de résilier son abonnement au fil photographique de l’AFP, trop cher aux yeux de ses responsables, j’ai interprété cette publicité comme un appel à peine voilé aux amateurs, incités à alimenter le journal en images grâce à leur téléphone portable. Dans cette logique, le droit à l’information serait par nature gratuit puisque ce seraient les lecteurs eux-mêmes qui en composeraient la matière.

Ce n’est probablement pas le message qu’ont voulu faire passer les auteurs de cette campagne. Toutefois, les visuels retenus entretiennent une ambiguïté entre le téléphone portable comme émetteur ou récepteur des images qui n’est probablement pas faite pour rassurer les professionnels du photo-reportage, nombreux à dénoncer la concurrence, réelle ou chimérique, des amateurs.

L’image et la presse

Konstantin Soitzner, Un lecteur du Petit Journal, date ?

Un lecteur du Petit Journal, peint par Konstantin Stoitzner, date ?

La vie sociale des images – chapitre 11.


Longtemps, la fabrication artisanale des images, comme celle encore des fameuses images d’Epinal au début du XIXe siècle, demeura la seule production de masse à destination des classes populaires. L’arrivée de la presse allait modifier cette situation bipolaire – caractérisée d’un côté par la gravure et l’imprimerie au service d’une élite cultivée et, de l’autre, par un petit artisanat issu en droite ligne du Moyen-Age produisant au pochoir des vignettes pour le bas peuple. Les journaux et magazines illustrés devinrent les principaux diffuseurs d’images.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE


Soutenance de thèse "Les photographies dans le journal Libération", par Louise Charbonnier

invitation soutenance

Louise Charbonnier soutiendra sa thèse, intitulée « Les photographies dans le journal Libération, généalogie et caractéristiques d’une stratégie de distinction », le 23 novembre à l’Institut d’Etudes politiques de Lyon,  à 14 h 30, devant un jury composé de Jean-Claude SOULAGES , Professeur des universités, Université Lyon 2, Martine JOLY, Professeur émérite, Université Bordeaux 3, Claude CHABROL Claude, Professeur émérite, Université Paris 3, Jean-François TÊTU , Professeur émérite, Université Lyon 2, et André GATTOLIN, expert, Université Paris 3

Résumé :

Mobilisant le versant indiciel du signe photographique, la photographie de presse référentielle relève d’un dispositif de monstration du réel, porteur d’une promesse épistémique et d’une posture médiatique pédagogique. Une approche sémiodiscursive de la photographie de presse tente dans un premier temps de comprendre comment l’emprise de la vision photographique, et l’imaginaire de vérité techniciste de la preuve par l’image, sont mis en abyme et intentionnellement présupposés dans la stratégie testimoniale mise en œuvre par le discours d’information médiatique. On essaye ici de mettre au jour les facteurs d’activation de ce prédiscours, ses marques indirectes d’appel.

Guidé par le même fil rouge qui avait motivé nos précédentes recherches – la notion princeps de regard –, on analyse alors en quoi les photographies de Libération peuvent se démarquer de cette figure imposée qu’est la photographie testimoniale, pour mettre en scène un regard singulier et décalé de l’instance médiatique sur le monde. En rupture avec les standards journalistiques attendus, la stratégie de Libération repose en effet sur une réécriture photographique sophistiquée de l’actualité – un réel art de faire visant des effets de connivence avec son lecteur. Praxis photographique, postures énonciatives, formes textuelles, procédés, visées communicationnelles, et fonctionnalités du cadre : les typologies et analyses élaborées dans cette thèse permettent de décrypter la stratégie de distinction de ce quotidien, études de cas à l’appui.