Les usages de la photo dans la recherche en Lettres et SHS

Mercredi 6 novembre, l’équipe IconoRéseau organise une journée d’études sur ce thème à la Maison des sciences de l’Homme de Nantes, de 10 h à 17 h.

J’aurai l’opportunité d’y présenter notre Précis de photographie à l’usage des sociologues, récemment paru.

Complément du 22 novembre : un premier compte rendu de cette journée.

Archives et ressources

Je reprends actuellement un thème qui m’est cher, le portrait, à l’occasion d’un cours que j’assure à l’Université de Nantes. De fait, j’ai proposé ce cours pour reprendre ce thème sur lequel j’ai déjà accumulé quantité de documents, mais n’ai malheureusement pas pu encore finaliser grand-chose ; à la manière un peu de Roland Barthes qui disait en substance : « Vient un temps où l’on enseigne ce que l’on ne sait pas encore. Cela s’appelle la recherche. » Parti du projet d’explorer le domaine spécifique du portrait photographique, j’ai éprouvé le besoin de remonter plus avant dans l’histoire  et la sociologie de l’art pour mieux appréhender les héritages reçus par la photographie dès son invention. L’objet de mon cours actuel est précisément d’ébaucher une histoire sociale du genre artistique du portrait (résumé).

A cet effet, je reprends, développe, renouvelle, des notes prises depuis 15 ans, mais également des références iconographiques consignées ici ou là au hasard de mes lectures sur le sujet. Ce faisant, je mesure à quel point nos façons de travailler ont changé au cours de cette période.

Lorsque j’ai commencé à m’intéresser au portrait, essentiellement photographique, j’ai photographié les reproductions que je trouvais dans les livres. Les diapositives étaient alors la seule forme permettant la projection dans le cadre des cours. J’avais acheté un banc repro pour être en mesure de réaliser des clichés de bonne qualité et j’en ai ainsi fait plus de 1200 en quelques années. Une base de données informatique me permettait de tenir en continu le catalogue de ces diapos afin de pouvoir les retrouver en cas de besoin.

Au début des années 2000, la découverte des scanners et du logiciel Powerpoint m’a conduit à commencer à numériser directement les illustrations des livres, sans plus passer par la prise de vue photographique. Mon banc repro dort depuis dans la poussière d’une salle de rebut où gisent également plusieurs cadavres d’ordinateurs. Certaines de mes diapos ont été scannées pour s’intégrer à cette nouvelle économie numérique des images. Mais, peu à peu, j’ai délaissé mes classeurs de photos, encombrants, au profit d’une accumulation immatérielle d’images dans mon ordinateur.

La mise en ligne de mon livre sur Les images dans la société m’a placé dans une nouvelle perspective : celle de rechercher sur internet l’essentiel des illustrations.  Aujourd’hui, les ressources iconographiques disponibles sur la toile sont de plus en plus importantes, d’une richesse souvent surprenante. Quand, de surcroît, on traite d’un domaine consacré comme l’histoire de l’art, internet semble presque inépuisable. Je le constate tous les jours : sauf exception, la moindre mention d’un tableau débouche sur plusieurs versions de reproductions. Dans mes notes d’il y a 15 ans, j’avais consigné des titres de tableaux, des noms de peintres, sans avoir vraiment l’espoir d’en découvrir une image faute de pouvoir passer des jours en bibliothèque pour les dénicher. Je précise que Nantes a beau être une grande ville culturelle, ses ressources documentaires physiques restent limitées par comparaison avec celles qu’on trouve à Paris. Aujourd’hui, cet obstacle est en grande partie levé grâce à internet et je profite à plein des catalogues américains, anglais ou… brésiliens. Je n’éprouve plus forcément le besoin de rapatrier les images sur mon disque dur du moment que je sais où les trouver. L’accumulation le cède à la mise en relation. C’est d’ailleurs aussi ce qui se passe sur Culture visuelle par la mise en commun de nos images.

Au final (mais rien n’est fini…), en l’espace de 15 ans, mes manières de travailler ont considérablement changé, concrètement, techniquement, et les ressources dont je dispose se sont immensément développées. Le confort et la richesse du travail s’en trouve décuplée.

Sur le terrain d'une enquête

imgaccperif2

Un film de Ana-Milena Pabon, 2009. Coproduction Périphériques Productions- CEMIC, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3-Plan Large (52 ‘).

L’intérêt de ce film est de nous permettre de suivre une jeune chercheuse dans son enquête de terrain. Celle-ci s’intéresse aux incidences des médias dans la transmission de l’identité culturelle et sociale chez des jeunes de cités, dans plusieurs villes du Sud-Ouest.

L’approche de ces jeunes, méfiants vis-à-vis des journalistes, n’est pas facile. Malgré la forte empathie manifestée par l’enquêtrice, d’origine sud-américaine, les esquives sont nombreuses. Pour faciliter les contacts, mais aussi parce que les médias sont l’objet de l’étude, et tout particulièrement les problèmes d’images, la photographie est un outil central pour l’enquête : des appareils photos sont prêtés aux jeunes pour leur permettre de réaliser leurs propres images sur des thèmes imposés. Leurs clichés font ensuite l’objet d’une discussion afin d’essayer d’expliciter leurs partis-pris de représentation. Par ailleurs, un photographe réalise des portraits de chacun d’eux en vue d’une exposition à venir.

Le film suit de près l’enquêtrice dans les hauts et les bas de son investigation. Il restitue également les discussions et mises au point avec les chercheurs qui pilotent son travail. Cest à cet égard un documentaire utile pour amener des étudiants en sciences sociales à discuter concrètement de la posture à adopter en situation d’enquête. Il permet également de débattre des avantages et des inconvénients de l’utilisation des images dans un tel contexte.

Au final, un excellent support pédagogique.