Ancienneté de la retouche

Les tirages d’exposition en grand format donnent parfois la possibilité d’entrer dans le détail de certaines images photographiques et d’y déceler des traces discrètes, mais visibles d’un travail de retouche.

C’était le cas sur ce panneau présenté à La Gacilly dans le cadre d’une exposition sur la photo de mode allemande des années 1960. On y voit la reproduction d’une photo en noir et blanc de Lo Olschner montrant un mannequin qui porte une « robe de sommeil par Vollmöller ».

Constellé de fines gouttes de pluie, ce grand tirage permet de déceler les traces de grattage qui ont permis ici d’affiner le cou du personnage, là d’estomper les rides de ses doigts. Ce minutieux travail réalisé sur le négatif, nécessitant des outils empruntés au matériel des graveurs et des peintres de miniatures, faisait partie des opérations de finition normales pour ce type de photographie prestigieuse, comme pour le registre du portrait lorsque le client y mettait le prix.


Photoshop a repris les mêmes outils pour composer les fonctionnalités de son logiciel de retouche.

Post-production mondialisée

Un ami photographe me fait part d’un mail commercial qu’il vient de recevoir de la part d’un important studio de retouche qui lui propose ses services. Le piquant de l’affaire est que ce studio se situe en Inde, à New Delhi. Il revendique une expérience de 20 ans et assure que ses retoucheurs très qualifiés travaillent dur, sans compter leur temps, pour satisfaire leurs commandes le plus vite possible à un coût raisonnable. On peut envoyer une ou deux photos pour tester gratuitement le savoir-faire de URetouch, et pour ce faire, ils fournissent un login et un mot de passe. Ils espèrent ainsi élargir leur clientèle dont ils assurent qu’elle a déjà une extension mondiale. Pour connaître les tarifs de leurs prestations, il faudrait se servir de leurs modes d’identification, ce qu’on n’a pas forcément envie de faire pour ne pas risquer de se voir ensuite harceler par des relances commerciales.

Cette annonce me fait penser aux propos du gérant d’un studio de photographie publicitaire et industrielle que j’ai rencontré récemment. Il s’inquiétait de l’essor rapide de la 3 D qui, selon lui ne fera que renforcer la concurrence et la mondialiser. Tant qu’il fallait apporter les produits à photographier (pour l’essentiel, des meubles dans ce studio), la plupart des clients s’adressaient à des photographes proches, à tout le moins en France. Avec la 3D, plus besoin du produit : on peut adresser l’image de synthèse de son prototype, avant même d’entamer la production, à des professionnels du montage numérique n’importe où dans le monde. Il évoquait le cas de l’Inde, justement. Actuellement, la concurrence vient surtout de studios espagnols qui pratiquent des tarifs plus bas qu’en France.

On perçoit, à travers ces deux exemples, que la mondialisation des échanges d’images numériques par le biais d’internet menace déjà directement les réseaux locaux de chalandise qui ont permis à nombre de studios ou de photographes indépendants de maintenir jusque-là leur activité. Selon ce gérant de studio, cependant, partager la même langue reste très important pour bien s’entendre avec le client1. « Maintenant, ce qui est sûr, c’est que le client qui voudra des visuels 3D propres, pas cher, on aura du mal. »

  1. « First test us by giving us 1 or 2 sample image and mail us instruction as to what retouching has to be done and we would do it free of cost. we assure that we would be up to your quality mark » – extrait du mail envoyé par URetouch. []

Imagerie standard

Portrait Professional est un logiciel de retouche des visages destiné à produire des portraits conformes à « la beauté humaine ». Selon les termes mêmes de  son argumentaire de vente, « Portrait Professional a été formé à l’apparence humaine. Des centaines de photographies de visages humains ont été montrées au logiciel et des techniques mathématiques sophistiquées ont été utilisés afin de créer une base de donnée de l’apparence et de la beauté humaine. Le résultat est un logiciel « connaissant » quels changements rendront un visage donné plus séduisant. Cela permet à tout photographe de réaliser un portrait naturel et impeccable de manière facile et rapide. Tout ce que vous avez à faire est de décider jusqu’à quel point vous voulez améliorer la texture et le lissage, réduire les rides et les taches sur la peau ; et jusqu’à quel point vous voulez subtilement remodeler le visage pour le faire paraître plus mince ou plus jeune. Portrait Professional peut permettre au photographe moyen de réaliser des portraits de haut niveau en quelques minutes. Le logiciel peut vraiment donner à vos portraits ou à vos mariées l’apparence d’une star de magazine. »

L’argument-choc de ce logiciel est qu’il est à la portée de tous, à la différence des logiciels les plus répandus de retouche comme Photoshop – avis confirmé par des photographes professionnels. Il est de surcroît très bon marché.

Voilà donc un outil informatique susceptible de remodeler n’importe quel visage pour le conformer aux standards de la « beauté » tels qu’ils ont été préalablement définis et standardisés par une approche statistique. Ou l’impeccabilité de la science au profit d’une beauté impeccable.

Cette conception – selon laquelle le nombre tient lieu de norme – me rappelle le prototype-canular proposé par cet étudiant allemand en art d’un appareil photo susceptible de prévoir, dès la prise de vue, le degré de réussite esthétique des clichés. Il lui suffisait d’intégrer au boîtier un logiciel d’évaluation esthétique, lui même construit à partir des jugements émis par des centaines d’internautes sur les qualités esthétiques de photos mises en ligne.

Cette certification par le nombre dessine une tendance probablement plus large et aux effets plus massifs, standardisants : la multiplication des forums, des sites de partage d’images, etc., qui fonctionnent non seulement sur la communication des images, mais également, et peut-être surtout, sur leur commentaire par les internautes, contribue à faire émerger une sorte de norme statistique de qualité, mesurée de fait au nombre de commentaires récoltés par les différentes images. Certaines grandes banques d’images surveillent en permanence ces forums pour repérer les images saillantes et, le cas échéant, proposer à leurs auteurs de les commercialiser par leur intermédiaire. Ainsi se crée une articulation profitable entre l’activité de partage et de commentaire développée par des amateurs, ou du moins des internautes sans objectif commercial, et des acteurs économiques qui, eux, tirent profit de ces échanges gratuits de productions et d’avis pour distinguer les images susceptibles de capter le plus sûrement l’intérêt de leurs clients. Comme si les internautes réalisaient bénévolement des repérages et des études de marché dont il ne restait plus aux entreprises qu’à tirer les leçons1.

En misant ainsi sur une forme d’évaluation qui repose sur le nombre – plus une image est commentée (en quelque terme que ce soit), meilleure elle est -, se formaliserait une imagerie standard, au goût de tous ou, du moins, du plus grand nombre, qu’il ne resterait plus qu’à traduire en commandes informatiques pour être en mesure, comme Portrait Professional, de fournir aux amateurs les outils préalablement adaptés aux goûts que eux-mêmes ont contribué à faire émerger. Succès garanti.

Je remercie Gilles Danger et Stéphane Mossé qui ont attiré mon attention sur ce phénomène.

  1. Il semble que l’on retrouve sensiblement le type d’articulation entre les fabricants d’appareils photos et les très nombreux forums de discussion sur les qualités et défauts respectifs de ces matériels ; certains fabricants ouvrant eux-mêmes des forums  sur internet à cette fin. []

Retouche


Clin d’œil photographique aux débats passionnés qui se sont développés récemment sur Culture visuelle au sujet de la retouche numérique et de son emprise sur l’imagerie actuelle de la presse et de la publicité.

La retouche est-elle une invention du numérique ou plutôt l’héritage de l’histoire de la photographie depuis ses origines ?

J’aime bien également l’injonction de ne pas stationner (sur ce débat ?) sous peine d’enlèvement.

Transparence des publicitaires

Pub-La-Redoute-2010-2

Alors que le recours systématique à la retouche numérique dans la photo de publicité et de mode fait débat aujourd’hui, certains publicitaires affichent la couleur d’une manière transparente.

C’est le cas de la dernière campagne pour le site internet de La Redoute : on y voit le corps ou les attributs des mannequins s’évaporer en un nuage de pixels exagérément grossis. Cet artifice graphique révèle que, sous le modelé, le drapé, la pose ou la lumière d’une photo de mode reproduite sur le site de La Redoute, chaque pixel a été retravaillé pour aboutir à cette perfection formelle. Libre à certains de prendre pour la réalité ces images de la beauté idéale : les ressorts de cette illusion leur sont pourtant bel et bien révélés.

Pub-La-Redoute-2010-1Pub-La-Redoute-2009-2

Pub-La-Redoute-2009-1

Complément  (9 mars) :

Suite aux suggestions des uns et des autres sur le possible message concret formalisé par cette pixélisation des visuels proposés par La Redoute dans sa dernière campagne publicitaire, voici deux aperçus de sa nouvelle collection printemps telle qu’elle est présentée dans un catalogue additionnel, dans lequel est clairement annoncé que d’autres modèles sont à découvrir sur le site internet, et uniquement là. L’envolée des pixels formaliserait donc plutôt une incitation à se reporter au site – qui constituera peut-être dans un avenir proche l’unique vitrine et interface commerciale de La Redoute.

Catalogue-La-Redoute-1 Catalogue-La-Redoute-2