La loi des grands nombres

Sous le titre : « Spécial amateurs : le plus grand concours photo du monde », la revue Photo célèbre le trentième anniversaire de son concours annuel. Elle se félicite d’avoir reçu pour l’occasion 50 000 images en provenance du monde entier. Ce grand nombre est valorisé comme le signe indéniable du succès de ce concours photo et de sa large ouverture aux amateurs : « Nos amateurs sont formidables ! Le concours fête ses 30 ans ! 50 000 photos venues de plus de 70 pays ! »

L’intérêt de ce numéro est de nous livrer les portraits des lauréats de l’an passé, ceux que la revue a distingués, ainsi que les gagnants des nombreux concours sponsorisés par diverses marques de matériel photographique et quelques fondations. Au total, 27 heureux bénéficiaires.

14 sont des photographes professionnels, 12 sont des amateurs ou, du moins, des photographes non professionnels (l’information manque pour le 27 ème). Parmi ces derniers, on compte trois habitués des concours, des expositions de photographie ou d’art. Deux sortent d’écoles d’art ou assimilées, et exercent une profession liée aux images (par exemple : web designer). Un autre est en stage dans un gros studio après avoir fait une école de photo. Autant dire que seulement 6 lauréats peuvent passer pour de véritables amateurs, pratiquant la photo comme un simple passe-temps, même passionnel.

Il faudrait se garder de tirer des conclusions définitives de ce comptage, qui porte uniquement sur le concours 2010. Il révèle néanmoins une disproportion considérable, non seulement quantitative, mais également qualitative, entre les candidats et les lauréats. Il n’est pas étonnant que ces derniers ne soient qu’une poignée : telle est la loi des concours. Mais surtout, il est frappant qu’un concours qui se vante d’attirer des milliers d’amateurs consacre avant tout des professionnels ou quasi-professionnels. Les membres des jurys de ces concours exerçant leur jugement uniquement sur les photos qui leur sont soumises, on mesure ainsi combien sont dominants les critères esthétiques qui ont cours dans la photographie professionnelle et comment ils contribuent à retenir les candidats qui s’y conforment le mieux, des professionnels tout d’abord, puis des quasi-professionnels. « La qualité de vos images est bluffante ! », s’écrient les éditorialistes de Photo en hommage à cette foule de candidats. Et pour cause…

En complément, voir mes billets sur les amateurs et l’esthétique photographique.