Un rituel sans images

La participation à un enterrement vient de me donner l’occasion de réaliser qu’il s’agissait d’un rituel sans images, et en particulier sans photographies. Contrairement à la plupart des rituels qui scandent la vie depuis la naissance, tous copieusement photographiés, les obsèques se déroulent sans que personne ne sorte d’appareil photo. Du moins les obsèques des gens ordinaires. Car il en va tout autrement avec les enterrements de célébrités : dans ce cas, l’image est omniprésente pour montrer les célébrités venues rendre hommage à la célébrité défunte.

La seule présence photographique est celle, désormais, du portrait du défunt présenté sur son cercueil pendant la cérémonie religieuse, puis transporté au cimetière en même temps de son cercueil. Sinon, l’ensemble du rituel se déroule sans laisser aucune trace photographique ni filmique.

Est-ce lié à la signification symbolique de l’enterrement qui vise à opérer la séparation avec la réalité physique du défunt et donc à le verser dans le registre symbolique du souvenir ? Mais cela est contredit par la floraison des images, de plus en plus photographiques, sur les tombes, comme j’ai pu le constater dernièrement dans des cimetières vendéens. Contredit également par la profusion photographique qui caractérise les autels domestiques dédiés aux personnes décédées.

N’est-ce pas dû plutôt à nos conventions du deuil et du chagrin qui interdiraient d’en fixer des images (mais la peinture religieuse en est pleine), ou encore qui, dans de telles circonstances, font de chacun une anti-thèse du sujet photographiable ? Pourtant les larmes sont l’un des signes émotionnels les plus forts, au moins autant que le sourire.

Quelles qu’en soient les causes, voici donc un rituel important qui se déroule sans image et ne laisse pas de trace.

Complément du 22 novembre 2012 :

Par coïncidence, je suis tombé hier soir dans Télérama sur un petit article qui traitait d’un nouveau service proposé par le crématorium du Père Lachaise : les obsèques filmées à l’intention des personnes qui ne peuvent pas y participer du fait de leur éloignement géographique.

Figures de la disparition-2

La disparition de la jeune Laëtitia à Pornic donne lieu depuis plusieurs jours à de nombreux reportages à la télévision et dans la presse écrite, largement illustrés. On y retrouve une iconographie aujourd’hui largement répandue, centrée sur la diffusion et l’exploitation médiatique d’une ou plusieurs photos de la personne disparue.

Dans le cas présent, une première photo de la jeune fille a été rendue publique officiellement par la gendarmerie en charge de sa recherche – photo certainement demandée à la famille d’accueil pour permettre les investigations.

Cette photo a été largement reprise par la presse :

A noter que les droits de cette image sont attribués à la Gendarmerie nationale et à l’AFP, probablement en charge de sa diffusion. Dans d’autres publications, c’est la mention D.R. qui apparaît.

Tirée en grand à de nombreux exemplaires, ce cliché et un second apparu entre-temps ont également été exhibés lors d’une manifestation silencieuse ou affichés pour réclamer la vérité sur cette disparition et que justice soit faite, selon la reprise d’un rituel désormais obligé qui remonte aux manifestations des Mères de la place de Mai à Buenos Aires sous la dictature argentine, repris lors de chaque prise d’otages.

Capture d'écran du Progrès.fr

Ces photographies, d’origine privée, deviennent rapidement incontournables parce que ce sont les seules disponibles de la personne recherchée, invisible puisque disparue. Avide d’images, même lorsqu’il n’y en a pas, la presse se focalise sur ces portraits dont elle n’est pas l’auteur : les photo-reporters les photographient, les caméramans les filment ; ils filment les photographes qui les photographient…

Capture d'écran de TF1.fr, journal de 20 h, 20 janvier 2011

Enfin, cette image devient l’intermédiaire obligé pour les acteurs du drame dans leur confrontation avec les médias :

Photos du journal 19-45 de M6

23 janvier 2011

Personne n’est préparé à vivre un tel drame. Pourtant, on constate que le rituel photographique adéquat se met en place immédiatement parce que tout un chacun, spectateur du drame vécu par les autres dans les cas de disparitions, de prises d’otages ou de crash aériens, a vu comment construire le personnage attendu par les médias. Ainsi, les mêmes gestes se répètent, spontanés ou pilotés par les journalistes, aboutissant à ce langage visuel commun de la douleur et de l’indignation.

Télérama, n°3131, 13 janvier 2010