Belles images


« Soyons honnêtes, le G20 n’intéresse pas grand-monde. On en reparlera à deux reprises quand les sommets de Deauville (en mai) et de Cannes (en novembre) feront de belles images. »

(Chronique économique de Dominique Seux sur dans le 7-9 de France Inter)

Capture d’écran du site http://www.actustar.com/images/1898/la_semaine_des_people_en_images_3.htm

Evénement avec ou sans photo

Rencontre Obama dalai-lama

Considérons trois événements plus ou moins récents.

Tout d’abord cette rencontre entre le président américain et le dalaï-lama, le 18 février dernier à la Maison Blanche, malgré la colère prévisible du gouvernement chinois. Plusieurs précautions avaient pourtant été prises par le protocole présidentiel pour, sinon minimiser l’événement, du moins le rendre moins voyant : la rencontre n’aurait pas lieu dans le Bureau ovale, mais dans une autre pièce, la salle des Cartes ; le visiteur serait introduit discrètement dans la Maison Blanche, à l’abri des objectifs des médias ; cette rencontre serait présentée comme « privée ». L’enjeu était manifestement d’éviter toute image. Un événement jugé digne de ce nom par les médias ne saurait se concevoir sans traces visuelles diffusables à l’envi. Si bien que, à l’inverse, un événement sans image apparaît minimisé, relativisé, relégué pour ainsi dire dans le registre indistinct du « privé », du « off record ».

Introduisons ici un détour par un autre événement, plus ancien : la rencontre, 12 septembre 2006, également à la Maison Blanche, entre Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur et surtout candidat à l’élection présidentielle, et le président George Bush. L’enjeu de cette rencontre était d’importance pour le futur président français. D’intenses tractations eurent lieu pour, non seulement permettre cette confrontation que ne prévoyait pas le protocole de la présidence américaine, mais encore en obtenir une photo diffusable. Aussitôt le cliché du photographe officiel de la Maison Blanche mis en ligne par les agences Reuters et AFP, « l’entretien, non officiel, a été officialisé ».

Rencontre Bush Sarkozy

Avant la rencontre entre Barack Obama et le dalaï-lama, la presse s’est largement fait l’écho de cette absence prévisible, calculée, diplomatique, d’images, comme si, cette fois, l’événement serait autant son invisibilité que la rencontre elle-même entre les deux hommes. « Entretien privé loin des caméras » (lci ft1.fr, 18 février) ; « Barack Obama prendra d’ailleurs soin de ne pas apparaître en public avec son invité » (L’express.fr, 18 février) ; « La photo d’une poignée de main dans le bureau ovale de la Maison Blanche aurait choqué les Chinois » (France Inter, journal de 7 h 30, 18 février) ; etc.

De fait, la rencontre a bien eu lieu – ce qui, après tout, constitue le point décisif dans cette affaire – et surtout, elle a été plus médiatisée que prévu :

– d’une part, la Maison Blanche a diffusé elle-même une photo de la conversation entre Barack Obama et le dalaï-lama ;

– mais encore – entorse, semble-t-il exceptionnelle, au protocole des visites -, le leader tibétain s’est exprimé devant les journalistes avant de quitter la résidence du président américain.

Dalai lama a la Maison blanche

Ainsi, après avoir tant annoncé, « pré-vu », que cette rencontre resterait invisible, c’est au contraire sa mise en images qui est apparue, au bout du compte, comme l’événement majeur et peut-être la provocation suprême pour les autorités chinoises qui, sinon, auraient sans doute réussi plus facilement à la passer sous silence.

Le « passage à l’image » semble donc décisif dans ce type d’événement : non pas qu’il suffise à lui seul à « faire l’événement » – après tout, image ou pas, la rencontre a bien eu lieu ; mais son redoublement en images, sur le moment, puis au delà, par la reproduction et la communication médiatique, achève d’en faire un événement impossible à ignorer et, s’agissant d’un affront diplomatique, impossible à pardonner.  » La Maison Blanche a réservé un accueil très calculé au leader tibétain. Pour irriter la Chine juste ce qu’il faut. » (Ouest-France, 19 février)

Cependant, et pour relativiser le caractère forcément trop affirmatif de la conclusion précédente, il ne suffit pas qu’une rencontre officielle ait été photographiée pour qu’elle constitue pour autant un événement important, décisif. Ainsi, le matin du dernier sommet franco-allemand, qui s’est tenu à l’Elysée le 4 février 2010, le chroniqueur économique de France Inter faisait part de son scepticisme sur la portée effective de cette rencontre et concluait sur cette formule : « Il y aura une belle photo… » – sous entendu : une image de pure forme, sans véritable signification politique.

Sommet franco-allemand-04-02-2010

France 2.fr, 4 février 2010

La bonne distance

Mardi 9 février, Nicolas Sarkozy a visité une usine de nettoyage industriel à Cormeron, dans le Loir et Cher. Le lendemain, Canal + en a présenté un résumé satirique dans son émission en clair, le Grand Journal.

On y aperçoit certains salariés de l’usine qui photographient ou filment le chef de l’État au moment où celui-ci traverse leur atelier, entouré de plusieurs ministres et autres officiels. Sarkozy, à qui la présence de ces photographes amateurs n’a pas échappé, les apostrophe d’un « Merci pour ceux qui ont pris des photos » et se rapproche d’eux pour échanger un bon mot. A-t-il reçu leurs prises de vue pour un hommage de plus, lui qui est habitué à la présence des objectifs des médias lors de chacune de ses apparitions publiques ? Y a-t-il vu un signe qu’au fond le petit peuple, celui des vrais travailleurs, le soutient et s’enorgueillit de pouvoir le photographier en vrai ?

L’adhésion politique n’a probablement pas grand-chose à voir avec le fait de sortir son appareil en pareille circonstance. La visite du président de la République est un événement exceptionnel qui, à ce titre, « mérite la photo », comme on dit. Ainsi pourront-ils montrer à leurs proches qu’ils y étaient avec cette preuve en image, mais également conserver un souvenir suggestif de cet instant hors du commun. On retrouve le même réflexe chez cette Niçoise interviewée sur France Inter, qui s’émerveille des extravagances de l’hiver : « Il neige, c’est magnifique ! Je suis descendue sur la Croisette juste pour faire des photos, tellement c’est beau. » (Journal de 7 h, 11 février 2010)

Mais, dans le cas de la visite de Sarkozy, il y a peut-être autre chose : photographier ou filmer nécessite de prendre du recul, de se mettre à distance. C’est bien ce qui frappe dans cette séquence : le président avance au milieu d’un petit groupe compact de responsables et de journalistes, tandis que les employés-photographes se tiennent à plusieurs mètres, en surplomb sur une coursive pour avoir un meilleur point de vue. Ils ne sont pas au contact du chef de l’État qui devra combler l’écart physique avec eux en se rapprochant délibérément.

Le fait de photographier les conduit à se retrancher de l’événement, auquel ils assistent en spectateurs plutôt qu’en acteurs. Quand on a les mains occupées à manier l’appareil dont, de surcroît, on surveille l’écran, on ne peut pas rencontrer le regard de l’homme politique, encore moins répondre à son offre de poignée de main.

Bien sûr, faute de connaître suffisamment la situation de cette usine et de ses salariés, je m’aventure ici dans la spéculation. Mais je me demande si la décision de photographier cette scène, plutôt que de s’y mêler comme les autres, n’a pas constitué pour certains une manière honorable, élégante, de faire passer pour l’hommage dû au président de la République ce qui n’était en réalité qu’une prudente prise de distance.