Donner dans le panneau

En ce dernier jour du mois d’août, je présente deux panneaux drolatiques aperçus lors de mes vacances.

A l’entrée de ce village, vous êtes avertis que les voitures (ouf !), les vélos (ah bon ?) et les piétons, donc vous-mêmes, n’avez pas le droit d’avancer à plus de 20 km/heure. Vous voilà rassurés car vous étiez partis pour une promenade tranquille, pas pour un jogging musclé. Et puis, avant de ressortir de cette charmante bourgade, l’interdiction est levée : est-ce à dire que vous devez repartir au plus vite, sans ralentir votre foulée en dessous de 20 km/h ?

Que peut-on espérer raisonnablement trouver lorsqu’on en a fini avec plus rien ?

Allez, ce n’est que la fin des vacances !

Sens obligé

Panneau-sens-interditLa signalisation routière nous délivre des messages impératifs sous la forme d’images normalisées, codifiées. Dès lors que nous les avons intégrées, nous les appréhendons comme une autre forme de texte, même si elles n’en délivrent aucun. Devant un panneau de sens interdit, par exemple, il devient très difficile d’y voir encore un rond rouge barré en son milieu par un long rectangle blanc.

Et pourtant, il suffit parfois d’une légère modification pour que le sens obligé s’efface et que nos yeux retrouvent l’image sous-jacente.

Panneau-sourire

Et pour que le sourire l’emporte sur l’interdit.