Photo de famille ou de pub

Dimanche dernier, dans les rues piétonnes de Sion (Valais Suisse) :

A quelques dizaines de mètres de distance, je repère deux types de photos qui me frappent par leur similitude, sinon par leur destination :

– des portraits de famille, dans la vitrine d’une boutique de photographie, réalisés par un photographe professionnel, échantillons de ces “beaux” portraits dont se languissait une femme de 70 ans que j’ai rencontrée récemment : “Aujourd’hui, les enfants ne vont plus chez le photographe parce que leurs parents ont déjà plein de photos. Mais ces photos numériques ne restent pas. Tandis que les autres, elles restaient. On a tous nos belles photos d’enfants. Mes enfants en ont, mais pas mes petits-enfants.”

– dans la vitrine d’un magasin de vêtements, ce cliché publicitaire représentant des enfants d’âge différent, soudés comme une fratrie. On a beau savoir qu’il s’agit d’enfants-mannequins, réunis par une agence pour les besoins de cette publicité, on est tout de même frappé par la similitude formelle avec les vrais portraits de famille (même si ici, l’adulte a disparu).

Cet exemple n’est qu’un parmi de nombreux autres de l’utilisation, aujourd’hui de plus en plus fréquente, des canons formels de la photographie de famille dans la communication et la publicité.