Des images pour la sociologie. Méthodes et questionnements

Jeudi prochain, 20 février à 14 h, je présenterai une conférence consacrée au Précis de photographie à l’usage des sociologues, que j’ai co-écrit avec Michaël Meyer.

Cette conférence s’inscrit dans le cycle « Chercheurs à la BU« , organisé par la Bibliothèque universitaire de Lettres, Sciences Humaines et Sociales, située sur le campus Tertre de l’Université de Nantes.

Elle débutera à 14 h dans la salle de formation du 1er étage.

Complément du 25 mars 2014 :

La vidéo de cette conférence est en ligne sur le site de Télénantes.

Les usages de la photo et du film en sciences sociales. Exemples de mobilisations et de dispositifs participatifs

C’est la prochaine séance du séminaire méthodologique transversal du laboratoire CITERES : « Écrire et réfléchir les sciences humaines et sociales ».

PROGRAMME :

La photographie et le film comme outils de connaissance dans les champs urbain et des mouvements sociaux
Cécile Cuny-Robert, Maître de conférences en aménagement et urbanisme, Lab’Urba, Université Marne la Vallée Paris Est,et Héloïse Nez, Maître de conférences en sociologie, CITERES,Université de Tours.
Filmer et utiliser des matériaux sonores et visuels pour décrire et analyser les rassemblements protestataires à Moscou
Perrine Poupin, Doctorante en histoire, Centre d’études des mondes russe, caucasien et
centre-européen (CERCEC), EHESS Paris.
Discutante : Hélène Bertheleu, CITERES, Université de Tours.
Faire entendre la parole citoyenne par le recours au film. Enjeux théoriques et méthodologiques
Laura Seguin, Doctorante en aménagement de l’espace, CITERES, Université de Tours.
Discutant : Patrice Melé, CITERES, Université de Tours.

Ce séminaire aura lieu le jeudi 16 janvier, de 14h à 17h Université François Rabelais 3, rue des Tanneurs, Tours, Salle 310.

Précis de photographie à l’usage des sociologues

Tel est le titre du manuel que Michael Meyer, de l’Université de Lausanne, et moi-même venons de consacrer aux usages possibles de la photographie dans les enquêtes de sociologie.

Ce livre veut donner aux étudiants des outils pratiques pour utiliser les images avec à-propos et rigueur. Il montre ce que l’on peut faire concrètement avec un appareil photo dans le cadre d’enquêtes sociologiques. Il livre une batterie de conseils techniques, tant la maîtrise de l’outil photographique semble indispensable pour assurer la prise de vue sur le terrain et obtenir des images de qualité. Il n’oublie pas les questions de restitution et de publication qui se révèlent souvent difficiles. Il s’agit ici, plus qu’ailleurs, de faire preuve d’imagination et probablement de miser sur les possibilités ouvertes par les outils multimédias.

Davantage d’informations sur cet ouvrage édité par les Presses Universitaires de Rennes, avec le concours de l’Université de Nantes.

Compte rendu sur l’ouvrage : lectures.

Télé-observation

J’ai demandé à des étudiants de Licence 2, dans le cadre d’un TD consacré à la sociologie des cultures, de décrire en détail l’intérieur de l’habitation de leurs parents, du moins des pièces de réception (entrée, salon, salle à manger, voire cuisine) en vue d’appréhender concrètement des signes révélateurs des goûts et des pratiques culturelles. Je leur ai proposé de le faire dans leur famille pour que l’exercice leur paraisse plus simple à effectuer. Mais j’avais imposé comme condition qu’ils travaillent en binôme afin d’allier, sur chaque lieu d’observation, le regard familier de l’enfant de la maison et le regard extérieur du visiteur étranger.

C’est là que les choses se sont compliquées. Certains étudiants ne sont pas originaires de la région nantaise et, de surcroît, dans un binôme donné, les familles respectives ont pu se révéler être très éloignées géographiquement. Il n’a donc pas toujours été possible à ces étudiants de se déplacer les uns chez les autres.

Qu’à cela ne tienne : ils ont facilement trouvé une solution, technologique et visuelle. Chacun a photographié et filmé l’intérieur de ses parents et a transmis le tout à son partenaire. Ce dernier a ensuite procédé à l’observation et à la description demandées à partir de ces documents visuels. De la télé-observation en somme.

Je n’avais pas anticipé ce type d’obstacle et encore moins la facilité avec laquelle ils l’ont effacé. Cet exemple me semble montrer avec évidence combien ils appartiennent à une génération de l’image qui s’en sert en permanence, pour communiquer, se divertir, mais également, en cas de besoin, pour travailler.

Voici le bilan de cette opération par l’un de ces télé-observateurs : « Le principal avantage est que par le biais des photos et des vidéos, nous ne pouvions pas oublier d’observer tel ou tel objet. Grâce aux photos, le lieu d’enquête est figé et l’observation en est facilitée. Cependant, les limites sont que la qualité de certaines photos a pu poser des difficultés d’identification de certains objets. De plus, l’enquêteur n’est pas immergé dans son terrain d’enquête et ne peut pas s’imprégner de l’ambiance du lieu. »

Le recours à la photographie par souci d’exhaustivité a également animé certains étudiants inscrits dans un autre de mes cours, en Licence  3, consacré cette fois à la sociologie des images. Je leur avais demandé d’effectuer un relevé le plus complet possible des images qu’ils rencontraient dans l’environnement immédiat de leur lieu d’habitation. Un bon tiers d’entre eux a mentionné dès le début de leur compte rendu qu’ils avaient photographié systématiquement tout ce qu’ils voyaient, puis que, de retour chez eux, ils avaient travaillé d’après leurs clichés, afin de s’assurer de ne rien laisser passer. « J’ai choisi le recours à la photographie, explique cette étudiante, pour relever les images avec plus de précision. J’ai ensuite trié mes clichés dans des thèmes spécifiques. » Ils ont expérimenté ainsi un procédé régulièrement employé dans les opérations d’observation, lorsqu’il est question d’effectuer des relevés systématiques de configurations matérielles, comme des décors domestiques ou des environnements publics.

La facilité qu’il y a désormais à photographier et à filmer avec un téléphone portable explique certainement qu’autant d’étudiants aient adopté cette option méthodologique. La prise de notes photographiques est indéniablement en train d’entrer dans les mœurs de cette génération.

Du discours recueilli au discours publié

Je livre ici le texte d’un étudiant en Master 2 de sociologie, Matéo Sorin, dans lequel il a dépassé largement les consignes que j’avais fixées en vue de la réalisation d’un dossier, pour proposer une analyse minutieuse, très fine de la forme et de l’enjeu des citations dans les produits journalistiques. Je suis heureux de donner de la sorte à son travail une visibilité plus grande.

°°°

Au même titre que les sociologues, les journalistes produisent des « objets » (textes, vidéos, audio, …) à partir d’un même terrain, la société. Pour ceux qui les reçoivent, ces objets sont sensés être une représentation de la réalité. Mais par définition, une représentation n’est pas la réalité. La subjectivité de l’auteur, journaliste ou sociologue, participe à la construction de son discours. Dans le choix d’un sujet plutôt qu’un autre, d’un interlocuteur, des questions posées, ceux qui produisent des discours sur la société dirigent leur regard en fonction de leur perception du monde et des contraintes dues à leur activité. La réception est également empreinte de subjectivité puisque deux personnes peuvent interpréter différemment le même article.

En sociologie, nous sommes amenés à réfléchir continuellement aux outils à mettre en place pour faire en sorte que les représentations que nous construisons de la société soient le moins possible éloignées de la réalité. Les débats opposant méthodes quantitatives et qualitatives, observations macro et micro, même s’ils sont souvent caricaturés, font état de querelles épistémologiques continues sur la manière d’étudier et de décrire la société.

Les sociologues et les journalistes partagent certains outils pour appréhender le monde qu’ils étudient. Bien qu’ils ne le conduisent pas de la même manière, ni avec les mêmes objectifs, les uns comme les autres utilisent souvent l’entretien pour recueillir la parole d’un individu. C’est sur la question de l’exploitation qui est faite des paroles recueillies que je vais me pencher maintenant en prenant pour matériaux quelques portraits réalisés dans le cadre du projet Une année en France initié en 2012 par le journal Le Monde. Les portraits réalisés pour ce projet permettent d’étudier cette question car, pour une même personne, il existe parfois trois portraits : un premier article publié sur un blog, un second portrait vidéo intégré au web-documentaire intitulé Une année en France et un troisième sous forme d’article publié dans le livre Une année formidable en France (Paris, Ed. Les Arènes, 2012).

La reconstruction des discours dans les vidéos

Capture d'écran du site Une année en France - Je n'ai pas trouvé le moyen d'intégrer directement les vidéos dans ce blog. Pour les visionner, se reporter au site en cliquant sur l'image ci-dessus.

En regardant attentivement, il est possible de voir les traces du montage dans plusieurs portraits vidéos. Dans le portrait de Jean-Yves Caullet, on observe qu’une phrase a été reconstruite ou au moins coupée (2′ 11 »). La phrase qu’on entend est la suivante :

« […] si l’on veut que les gens se répartissent à peu près naturellement pour mettre en valeur l’ensemble du territoire, il faut ### qu’ils trouvent à des distances à peu près correctes finalement l’accès aux différents réseaux, physiques ou virtuels, qui font qu’ils n’ont pas l’impression de vivre de manière déclassée. ».

Entre « il faut » et « qu’ils trouvent » il y a un fondu de l’image qui indique qu’entre ces deux morceaux le député-maire d’Avallon a dit autre chose. Le cadre n’ayant pas bougé, on ne perçoit pas forcément cet effet au premier visionnage. On peut penser qu’il s’agit d’un plan séquence et on a donc l’impression d’entendre une phrase originale alors qu’elle a été reconstruite.

Dans le portrait de Sophie Wintzer, apprentie charpentière, il y a également un phrase qui est reconstruite (1′ 54 ») :

« Quelque chose de plus manuel mais aussi quelque chose de, de manuel qui associe aussi à une dimension ### intellectuelle, enfin c’est pas un geste bête qu’on répéterait à l’infini […] ».

Ici, on remarque le raccord car la tête de l’interlocutrice change soudainement de position, mais également parce que, en arrière plan, un homme change de position subitement entre deux images.

Si le raccord est mal fait, d’autre indices peuvent également témoigner du montage, comme c’est le cas dans le portrait de Noëlle Herrenschmidt (1′ 00 »).

« […] c’est ce qui s’est passé en septembre dernier. ### C’est pour ça que dans mon idée, l’idée de se dire on va faire ça à la rentrée en septembre, les gens reviennent de vacance, c’est une bonne date […] »

Ici, la vidéo donne l’impression qu’entre deux phrases l’interviewée reprend sa respiration, puis continue son propos. Le plan est plus serré lors de la deuxième partie ce qui peut laisser penser qu’il y avait deux caméras sur place et que la même séquence sonore a été enregistrée sous deux angles. Il y aurait alors une scène continue dans la réalité, une bande sonore ininterrompue et deux plans issus de deux caméras ayant filmé en même temps. Pourtant, l’ensemble des vidéos du projet Une année en France laisse penser qu’elles ont été faites avec une seule caméra. Cela donne un premier indice qui va dans le sens d’une reconstruction du discours. Deuxièmement, en écoutant attentivement on entend deux respirations. La première vient du premier plan et termine la phrase « […] c’est ce qui s’est passé en septembre dernier », alors que la seconde respiration précède la phrase « C’est pour ça que dans mon idée […] ». En ne coupant pas le son de la respiration entre ces deux phrases, il est probable que le monteur ait voulu d’une part donner du rythme à la vidéo, mais également produire un effet de réel invitant le spectateur à penser que cette vidéo montre la réalité puisque qu’on respire généralement entre deux phrases. Si ces deux objectifs n’avaient pas été les siens, il aurait pu laisser un temps sans son entre ces deux phrases.

Une amie documentariste m’a récemment dévoilé quelques ficelles du montage vidéo. Une des difficultés de ceux qui montent des interviews filmées est de réaliser une vidéo qui ne transgresse pas l’esprit des propos tout en ayant pour matériaux des phrases parfois grammaticalement incorrectes, des mots inaudibles, des hésitations, des bruits parasites ainsi que des contraintes de format. Pour réussir cet exercice, il arrive qu’au montage, une syllabe d’un mot soit utilisée pour terminer un autre mot qui a été mal prononcé. Les hésitations et les « heuu » sont généralement supprimés. Il peut arriver que des phrases entières soient reconstruites lorsqu’elles ne sont pas correctes. L’ordre des mots est alors modifié et certains mots peuvent être ajoutés (par exemple « ne » et « pas » dans une phrase négative). Si l’interview est assez longue, le corpus de sons prononcés peut être suffisant pour aller jusqu’à construire un mot qui n’a pas été prononcé. Cependant, c’est une tâche qui demande beaucoup de travail étant donné que les intonations et les manières de prononcer une même syllabe sont nombreuses. Selon cette documentariste, les plans de coupe dans les documentaires masquent généralement une coupure dans la bande son. Elle affirme qu’il arrive fréquemment qu’une respiration soit ajoutée entre deux phrases qui dans la réalité ne se suivent pas. La respiration sert d’une part à effectuer la jonction entre les deux phrases pour reproduire au plus près la bande son qui aurait été captée si elles avaient été prononcées à suivre ; d’autre part, elle sert à donner du rythme à la vidéo.

Finalement, filmer un visage qui s’exprime induit un effet de réel, mais n’est pas la garantie que la scène se soit passée ainsi en réalité (par exemple à 2′ 40 » dans la vidéo de Jean-Yves Caullet). Les plans de coupe servent en partie à masquer les coupures dans la bande sonore en donnant l’illusion d’une continuité. Il ne faut pas en conclure que les interviews diffusées transgressent d’une manière générale les propos des interviewés en leur faisant dire des choses qu’ils n’ont pas dit, mais plutôt que, pour des raisons esthétiques, dans un souci de fluidité et de compréhension, il est très fréquent que ce qui est montré à travers du son et des images comme étant la réalité ait été non seulement coupé et monté, mais également parfois modifié.

Des citations modifiées

Il semble admis que pour le lecteur d’un article de journal ou de revue scientifique, la présence des guillemets encadrant une phrase en italiques indique qu’il s’agit d’une citation de propos émanant de quelqu’un de différent de l’auteur. Il peut s’agir d’extraits d’un texte ou bien d’un discours. Quand les propos de l’auteur original sont transformés, les règles de typologie en usage imposent d’adapter la citation en remplaçant la partie tronquée par trois points entourés de crochets1, et en signalant l’ajout ou le remplacement d’un mot par un autre en l’encadrant de crochets. Ainsi, le lecteur peut différencier le discours original et l’adaptation qui en est faite par la personne qui l’utilise dans sa production.

Dans les faits, il arrive fréquemment que les citations, pourtant entre guillemets, ne soient pas la transcription exacte des paroles de l’interviewé. Les portraits étudiés ici permettent d’illustrer cette affirmation. Plusieurs portraits ont d’abord été publiés sur le blog d’un journaliste avant d’être retravaillés pour paraître dans la version papier du documentaire. Voici quelques citations issues de ces deux sources :

Interviewé Blog « Avallon » http://avallon.blog.lemonde.fr/ Une année formidable en France (livre)
Jean-Yves Caullet « Nous, on est juste en train de se demander si on va mourir ou pas. Alors, tant qu’on est sur le ring, on prend des coups, mais on se bat. Si on descend du ring, c’est fini » « Nous ici, on est juste en train de se demander si on va mourir ou pas. Alors, tant qu’on est sur le ring, on prend des coups, mais on se bat. Si on descend du ring c’est fini […] »
« Si nous, on lâche, que restera -t-il entre Auxerre et Dijon? Dans un pays comme la France, ce serait tout de même dommage de perdre des morceaux du jardin » « Si on descend du ring c’est fini et il ne restera rien entre Auxerre et Dijon. Dans un pays comme la France, ce serait tout de même dommage de perdre des morceaux de jardin. »
Vincent Picq « Aujourd’hui, on nous reproche d’être loin, dans un désert vert. Eh bien! on l’assume et on le retourne: vous êtes en plein Morvan, vous n’avez ni nuisances sonores, ni olfactives, vous avez une belle vue, beaucoup de lumière. » « Aujourd’hui, on nous reproche d’être loin, dans un désert vert. Eh bien ! On l’assume et on le retourne : vous êtes en plein Morvan, sans nuisances sonores ou olfactives, vous avez une belle vue, beaucoup de lumière. »
« Le plus souvent, poursuit Vincent Picq, la décision de venir ou pas s’installer en province, bascule sur peu de chose. » « Le plus souvent, poursuit Vincent Picq, la décision de venir ou pas s’installer en province se joue à peu de choses. »

Chaque vidéo présentée dans le web-documentaire est accompagnée d’une phrase entre guillemets (sans doute censée illustrer le sujet de la vidéo). Là aussi, il y a des écarts entre les phrases enregistrées et celles entre guillemets.

Interviewés Bande sonore vidéo Citation entre guillemets
à côté de la vidéo
Amandine et Benoît
(2′ 04 »)
« On dit qu’on aide les gens, mais on les aide pas tellement que ça en fait. » « On dit qu’on aide les gens mais on ne les aide pas tant que ça »
Roch Fernandez et Claude Lestocard

(2’15 »)

« On le voit par rapport aux visites du site internet qui ne cesse de croître, au chiffre d’affaire du site internet qui ne cesse de croître, alors que la crise économique, quand on entend, quand on ouvre, enfin on ouvre les journaux ou on écoute la radio, tout le monde se plaint entre guillemets. » « Nous ne cessons de croître alors que tout le monde se plaint de la crise »

Il arrive aussi qu’il y ait un écart entre le discours enregistré et la citation entre guillemets présente dans le livre.

Interviewés Bande sonore vidéo Une année formidable en France
(livre)
Amandine et Benoît

(0’14 »)

Benoît : « On veut pas s’enrichir, on veut pas devenir milliardaire avec la friterie. Nous on veut juste vivre bien en fait .. »

Amandine : « tout en essayant de progresser… »

Benoît : « tout en essayant ouais de progresser quoi. J’veux dire nous notre objectif dans la vie c’est d’arriver à prendre un salaire tous les deux par rapport à la friterie, après ça serait avoir une maison, comme tout le monde quoi j’pense. »

« On ne veut pas s’enrichir, assume Benoît. On ne veut pas devenir milliardaire avec la friterie. On veut juste vivre bien tout en essayant de progresser. Notre objectif, c’est d’arriver à prendre un salaire et après ce serait une maison. Comme tout le monde, je pense. »

Dans le premier cas (différences entre les citations du blog et du livre), il est surprenant de constater des écarts puisque les discours ont été transcrits en mots une première fois pour apparaître sur le blog, puis parfois modifiés pour le second support de publication. Étant donné que les portraits du livre sont composés en grande partie d’extraits des blogs, il est évident que les portraits du livre ont été réécrits à partir de ceux des blogs. Les citations utilisées ne proviennent donc pas du carnet de notes du journaliste, ce qui aurait pu expliquer des petites différences. Les écarts entre les citations relèvent donc d’une action intentionnelle de la part des auteurs et non d’une erreur de transcription. Ces modifications ne transgressent pas vraiment le sens des phrases et elles ne les raccourcissent pas non plus. Quel est alors leur intérêt ? Peut être dans un souci de fluidité pour que le texte soit plus limpide à la lecture ? Et finalement, quelle est la phrase originale qui a été prononcée ? N’ayant pas accès aux rushs ni aux carnets de notes, il n’est pas possible de répondre à cette question. Sans savoir en vue de quoi ces citations ont été modifiées, elles témoignent du fait que la congruence entre la réalité (ce qui a été dit) et le produit journalistique n’est pas strictement ce vers quoi tendent les journalistes dans leurs productions pour rendre compte du monde.

Dans le second cas (différence entre la vidéo et la phrase qui la présente), on peut imaginer que le principal souci de l’auteur est de faire tenir une idée exprimée par l’interviewé en un minimum de mots sans la transgresser pour autant. L’écart entre les propos d’Amandine et la citation qui jouxte la vidéo témoigne également de la recherche d’esthétique. La phrase originale étant grammaticalement fausse, l’auteur a modifié celle-ci, sans s’éloigner de l’idée qu’Amandine voulait faire passer. Dans le second extrait par contre (Roch Fernandez et Claude Lestocard), le fait de résumer une phrase de 55 mots en 15 induit une perte de précision. La phrase entre guillemets ne s’éloigne pas beaucoup de l’idée que voulait faire passer l’interviewé, mais elle n’a pas été construite par lui.

Dans le troisième cas, il y a une différence entre le discours enregistré par la caméra et celui qui est publié dans le livre. Dans l’exemple d’Amandine et Benoît (0′ 14 »), les phrases sont peu modifiées, mais elles sont coupées pour faire disparaître quelques mots, expressions orales, ainsi que les contractions (« J’veux » « J’pense »). Le plus intéressant dans cet extrait, c’est le fait qu’une partie de la citation soit attribuée à Benoît (« tout en essayant de progresser »), alors que c’est Amandine qui a prononcé cette phrase, reprise ensuite par son compagnon.

En définitive, ces différents cas indiquent que ce qui semble important dans ce genre de production, ce n’est pas de transmettre le plus fidèlement possible les propos des interviewés, mais de ne pas trop s’en éloigner tout en s’autorisant des écarts par simplicité, pour des raisons esthétiques ou du fait de contraintes de format.

Le fond et la forme

Des différences de forme existent donc entre les discours originaux et leurs retranscriptions par les journalistes. Dans les exemples cités, les citations modifiées ne semblent pas s’éloigner beaucoup de l’esprit des propos originaux. On peut donc penser de prime abord que toute cette dernière partie n’a que peu d’intérêt. Mais est-ce que la modification d’une citation sur sa forme n’a pas systématiquement une incidence sur son fond ? Il me semble que oui, et je vais essayer d’expliquer pourquoi dans cette dernière partie.

Les manières de s’exprimer oralement sont des marqueurs sociaux. Le vocabulaire, les intonations, les structures de phrase, la prononciation ou encore l’utilisation des liaisons sont autant d’indices qui renseignent sur l’individu qui s’exprime. À ce titre, la suppression des contractions (transformation de « j’veux » en « je veux ») entraîne une perte d’information.

Quand le journaliste réduit en 15 mots une citation de 55 mots, tout en laissant les guillemets, cela signifie qu’il estime que la citation originale est réductible en moins de mots. Il prend également la liberté d’affirmer que ce sont ces 15 mots-là qui résument la pensée de l’interviewé. Ses choix sont forcément subjectifs puisqu’un autre journaliste n’aurait pas nécessairement fait les mêmes. Pourtant, il ne fait pas disparaître les guillemets autour de la nouvelle phrase qu’il a construite. Il attribue ainsi à l’interviewé la paternité d’une phrase qui n’est pas la sienne. Il lui fait donc dire quelque chose qu’il n’a pas prononcé, et par conséquent quelque chose qu’il n’a peut-être pas pensé.

Bien sûr, le passage de l’oral à l’écrit appauvrit déjà considérablement ce qui est retranscrit. Les intonations, la vitesse de la parole et la prononciation en sont absentes. Il ne reste que les mots qui, les uns à la suite des autres, forment des phrases construites par l’individu. Avant même la retranscription, une multitude de biais risquent de créer des décalages entre ce que pense l’interviewé et ce qu’en retransmet le journaliste ou le sociologue. Les questions posées sont interprétées par l’enquêté, il peut donc répondre à une autre question que celle qui lui a été posée2. Sa réponse est ensuite interprétée par celui qui l’écoute ou qui le lit. La sélection des passages étudiés ou publiés dépend de la personne qui le fait et relève donc de quelque chose de subjectif. Tous ces éléments peuvent entraîner des biais et finalement des écarts entre ce que pense l’enquêté et la manière dont est comprise sa pensée à l’autre bout de la chaîne. En sociologie, nous portons une attention particulière à utiliser de manière réflexive nos outils de recueil de données, d’analyse et d’écriture. Ainsi, nous essayons d’amoindrir les biais potentiels sans toutefois pouvoir les faire disparaître totalement.

À mon avis, le respect strict des propos des enquêtés, quand ils sont entourés de guillemets, est une démarche qui participe à cette tentative de rendre compte de la réalité en s’en éloignant le moins possible. Contrairement aux autres biais qu’il est plus difficile de réduire, faire preuve de rigueur dans les citations en s’en tenant à ce qui a été dit est une chose facile à faire. En plus d’éviter de s’éloigner encore plus de la réalité, respecter à la lettre les propos tenus par les enquêtés est une question de respect pour la parole qu’ils ont accepté de nous donner.

  1. Imprimerie nationale, Lexique des règles typographiques en usage à l’imprimerie nationale, 2002, Paris, Imprimerie nationale, p. 52. []
  2. Patrick Lehingue et Daniel Gaxie « Comportements électoraux. Quelques leçons des récents scrutins », Savoir/Agir, n°21, septembre 2012. []

Le règne de l'allégorie

Pour préparer un séminaire consacré à « la société à l’écran », c’est-à-dire à la représentation des phénomènes sociaux dans les reportages, les documentaires ou les films de fiction, je me suis plongé depuis peu, pour commencer, dans la lecture des travaux de recherche consacrés aux journaux télévisés. C’est ainsi que j’ai lu l’ouvrage de Jacques Siracusa, Le JT, machine à décrire. Sociologie du travail des reporters de télévision (Bruxelles, De Boeck Université, 2001).

Fruit d’un long travail d’enquête et d’observation dans diverses chaînes de télévision, en particulier à l’occasion de stages multiples, cet ouvrage livre une description très détaillée des manières de travailler des différents contributeurs à la production de l’information télévisée : chefs de rédaction, journalistes, preneurs d’images et de sons, monteurs. C’est une plongée très révélatrice dans l’univers opaque de ce média omniprésent dans notre vie quotidienne et paradoxalement dérobé aux regards.

Jacques Siracusa souligne à quel point les journaux télévisés sélectionnent leurs sujets dans la presse écrite. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, l’image n’est pas le point de départ des reportages, mais bien plutôt la revue de presse, avec une attention particulière à quelques titres de référence. Le texte précède l’image et, très souvent, la conditionne : ainsi, la commande de reportages lancée par la rédaction ne se limite pas à en définir le sujet, elle en précise également « l’angle », c’est à-dire la manière de le traiter et, du même coup, de le mettre en images. Tous les sujets abordés dans les journaux ne deviennent pas des reportages télé, puisqu’il faut encore qu’ils présentent un certain potentiel visuel, mais, comme l’écrit Siracusa : « Rares sont les sujets ne reposant sur rien, c’est-à-dire absents de la littérature. »

Le rédacteur qui part en reportage a très présent à l’esprit l’angle fixé par la rédaction, qui constitue un véritable contrat moral passé avec ses supérieurs. Sur le terrain, il s’efforcera en permanence de récolter les images et les interviews cadrant avec cette ligne directrice, et délaissera les autres comme hors-sujet. « Il est donc très probable qu’un rédacteur revenant d’un reportage jugé important par ses chefs, n’ayant pas suivi la commande et leur annonçant que ‘l’important est ailleurs’, sera réprimandé. » Bref, le tournage d’un reportage ne s’apparente aucunement à une enquête avec son lot prévisible de découvertes et d’inattendus, mais à un parcours expéditif de récolte des éléments nécessaires (et juste ceux-là) à l’illustration du sujet tel qu’il a été pré-vu dans les bureaux de la chaîne.

C’est ici qu’intervient le motif de l’allégorie. Jacques Siracusa explique que, grâce à cette technique d’expression, les journalistes produisent « un ensemble d’abstractions personnifiées » qui remplissent leurs attentes. Ils parviennent ainsi à « montrer des images où un phénomène est incarné, se dispenser d’une connaissance spécialisée, généraliser en référence à des réalités analogues et fabriquer rapidement un compte rendu clair. » Il faudrait restituer ici le détail des procédures de tournage pour montrer concrètement comment opère ce rapport allégorique à la réalité, qui ne recherche pas à proprement parler d’informations (déjà présentes dans les articles de presse lus avant de partir en reportage), mais plutôt l’illustration d’une manière de représenter la réalité.

Je trouve que cette lecture fait écho d’une manière très suggestive aux nombreux billets publiés et discutés sur Culture visuelle qui ont souligné à quel point la photographie de presse remplissait désormais une fonction plus illustrative qu’informative. De multiples exemples en ont été donnés. Il resterait à essayer de mesurer cette tendance, mais il semble bien que les images à portée symbolique, « allégorique » dirait Siracusa, l’emportent désormais sur les photos destinées à documenter une situation ou un événement.

La lecture de l’ouvrage de Jacques Siracusa – riche d’observations de première main effectuées au cœur même du dispositif télévisuel – conduit à espérer qu’une enquête aussi approfondie soit menée dans les rédactions des titres de la presse écrite. Cela ne doit pas être plus facile qu’à la télévision, où la méfiance est de rigueur à l’égard des observateurs extérieurs. Mais une telle enquête serait particulièrement utile pour comprendre comment les journaux conçoivent et traitent les images dans le processus d’élaboration des articles, mais encore, et peut-être surtout, ce qui a changé dans l’organisation du travail en leur sein qui expliquerait cette modification de leurs attentes vis-à-vis des images. Les discours des acteurs ne suffisent pas, surtout que, dans la presse comme à la télévision, les responsables se dérobent le plus souvent aux questions. Il faut pouvoir observer en situation comment travaillent ces professionnels car, comme le dit Jacques Siracusa au début de son livre : « L’étude des coulisses du journal télévisé contribue à expliquer la nature des informations présentées au public. On développera donc dans ce premier chapitre une idée plus radicale selon laquelle les informations ne dépendent parfois que de cette seule organisation des coulisses. »

Belleville cafés

Anthropologue-photographe, Sylvaine Conord vient de publier avec Anne Steiner, sociologue, un livre sur les cafés du quartier de Belleville, à Paris.

Fruit d’un travail d’enquête entamé en 1992 avec des étudiants de l’Université de Nanterre, enrichi de 1996 à 1998 par une nouvelle immersion dans l’univers des cafés de Belleville, complété enfin et actualisé par une dernière enquête en 2009, ce livre offre une plongée dans un monde en profonde transformation depuis vingt ans. Il présente également la particularité et l’intérêt de mêler les photographies au texte, restituant ainsi un mode d’investigation combinant d’emblée l’observation, la photographie et des entretiens avec les acteurs rencontrés sur place.

Anne Steiner, Sylvaine Conord, Belleville Cafés, Paris, Editions l’Echappée.

Ciné-village

Je présente cette fois un extrait du mémoire que Florian Guinaudeau, étudiant de sociologie de l’Université de Nantes, vient de consacrer à une salle de cinéma située à La Ferrière, une petite ville de Vendée distante de 10 km de La Roche-sur-Yon. Sous le titre Lumière sur une salle obscure vendéenne, il s’attache à reconstituer la genèse de ce cinéma, sa gestion associative, son insertion dans la vie locale, sa programmation et son public, à partir d’observations très fines sur le terrain ainsi que de chiffres détaillés récoltés sur les 10 dernières années d’exploitation – au cours desquelles s’est ouvert un multiplexe à La Roche-sur-Yon. On y découvre un cinéma qui marche bien, labellisé « Art et essais », fréquenté aussi bien pour sa programmation que pour sa proximité et son ambiance familière.

Lire la suite

Cherchez nous

Voici quelques lettres qui se dégagent en creux  d’une accumulation du même mot « moi ». La densité de ces « moi » déclinés dans plusieurs formats et polices de caractères crée une sorte de fond plus clair, surtout si on la regarde de loin. C’est d’ailleurs ainsi que nous sommes conviés à découvrir ce graphisme puisqu’il est imprimé sur une affiche. Appréhendés à plusieurs mètres de distance, les « moi » se confondent et deviennent illisibles ; seul ressort ce « nous » au bleu plus soutenu. Que signifie cette image intimement faite de textes, contrastant des « moi » innombrables qui saturent l’espace au point de s’effacer et ce « nous » qui surnage par défaut ?

Lire la suite