Toujours moins

Au risque de me voir de nouveau interpellé par un acteur économique mécontent de cette mauvaise publicité, je reviens aujourd’hui sur la question des stages proposés à des apprentis photographes. A la suite de mon billet précédent, je suis allé par curiosité sur la plateforme Kap’Stages où avait été publiée l’offre de stage discutée pour voir s’il y en avait d’autres et lesquelles.

9 offres de stage sont disponibles pour photographes. Parmi les nouveauté, hormis la proposition d’une école de danse salsa qui souhaite voir réaliser des vidéos “teasers” et des photos sur ses cours, ses répétitions et ateliers chorégraphiques,  ses spectacles et l’établissement, le tout pour moins de 300 € par mois, on trouve surtout répétée 7 fois l'”offre” du site Foire.Discount.com qui propose à son tour un stage non rémunéré, avec pour mission de réaliser des packshots de produits divers ainsi que la post-production et la mise en ligne. Rien de bien nouveau dans le monde merveilleux du travail gratuit. A ceci près que ledit stage est “à distance” : “Vous êtes passionné de photographie et/ou d’infographie et vous vous sentez capable de réaliser des clichés d’objets de petite taille par vos propres moyens (en installant par exemple chez vous un mini studio photo de votre conception). Vos réalisations seront ensuite mises en ligne sur le site d’e-commerce le plus visité à l’échelle planétaire.” En clair, achetez vous-même votre matériel, bidouillez-vous un atelier de prise de vue entre la cuisine et la salle de bain, et lancez-vous dans l’aventure de la production photo autonome avec cette chance inespérée d’une diffusion mondiale. Une sorte de reprise loufoque du slogan politique : “Penser globalement, agir localement”.

Et qu’on n’aille pas arguer ici qu’il puisse y avoir un quelconque encadrement du ou des stagiaires. Ou alors un télé- ou un e-encadrement, pour une e-professionnalisation.

Ce qui me rassure, c’est que cette “offre” est proposée depuis près d’un an. Soit elle n’a intéressé personne (version optimiste), soit elle traîne sur ce site qui ne fait pas le ménage régulièrement de son contenu (version pessimiste).

Informatique et gratuité

Gilles Danger m’a communiqué dernièrement cette annonce de stage qu’il avait trouvée sur le site www.kapstages.com :

Je passe sur le fait que le stage est gratuit : sa durée est calculée pour ne pas atteindre les trois mois au delà desquels il deviendrait obligatoire de rémunérer le stagiaire. On peut imaginer qu’il suffit de faire se succéder des stagiaires de deux mois en deux mois pour s’assurer une force continue de prise de vue sans bourse délier.

Il suffit d’aller jeter un coup d’œil au site de Planète Destock pour se rendre compte que l’essentiel de leurs visuels sont des photos basiques de produits ; ce que, dans le métier, on appelle des packshots. Voilà donc des stagiaires appelés à photographier à la chaîne et gratuitement pendant toute la durée de leur stage.

Avec toutefois une petite plus-value du côté de la post-production des images, qu’ils seront probablement chargés de retoucher (a minima), d’indexer et de mettre en ligne sur le site.

Car le plus extraordinaire dans cette annonce est la spécification des compétences requises : “Vous aurez besoin d’avoir les compétences informatiques suivantes : photographie” !

Si l’on considère cette offre de stage comme la préfiguration d’un exercice professionnel de la photographie, on en déduit que le stagiaire est un jeune photographe qui se prépare à travailler gratuitement sur un ordinateur. Belle définition “discount” de l’avenir du métier !

Voir d’autres billets sur la profession de photographe.