Photo de famille ou de pub

Dimanche dernier, dans les rues piétonnes de Sion (Valais Suisse) :

A quelques dizaines de mètres de distance, je repère deux types de photos qui me frappent par leur similitude, sinon par leur destination :

– des portraits de famille, dans la vitrine d’une boutique de photographie, réalisés par un photographe professionnel, échantillons de ces « beaux » portraits dont se languissait une femme de 70 ans que j’ai rencontrée récemment : « Aujourd’hui, les enfants ne vont plus chez le photographe parce que leurs parents ont déjà plein de photos. Mais ces photos numériques ne restent pas. Tandis que les autres, elles restaient. On a tous nos belles photos d’enfants. Mes enfants en ont, mais pas mes petits-enfants. »

– dans la vitrine d’un magasin de vêtements, ce cliché publicitaire représentant des enfants d’âge différent, soudés comme une fratrie. On a beau savoir qu’il s’agit d’enfants-mannequins, réunis par une agence pour les besoins de cette publicité, on est tout de même frappé par la similitude formelle avec les vrais portraits de famille (même si ici, l’adulte a disparu).

Cet exemple n’est qu’un parmi de nombreux autres de l’utilisation, aujourd’hui de plus en plus fréquente, des canons formels de la photographie de famille dans la communication et la publicité.


Voir-Etre vu

Photo : Michaël Meyer

Vendredi dernier à l’Université de Lausanne,  Michaël Meyer a soutenu avec succès une thèse de sociologie visuelle que j’avais eu le plaisir de co-diriger avec Gianni Haver, professeur de cette même université.

Voici le résumé que son auteur donne de cette recherche intitulée
Pour une sociologie visuelle du monde policier. Regards, visibilité et médiatisation de la police lausannoise :

« Ma recherche propose l’étude sociologique de trois dimensions visuelles du travail policier en rue. Chaque dimension constitue une partie de la thèse :
l’observation comme ressource professionnelle des policiers (voir),
leur visibilité en rue (être vu)
et  la figuration médiatique de la police (vu dans les médias).

Cette thèse est construite comme un compte-rendu méthodologique quant à l’usage des images dans l’objectif d’étudier ces trois dimensions.
Dans ces trois parties, l’analyse s’élabore de manière croisée à partir des contextes intermédiatiques et de face-à-face sur lesquels l’expérience du policier se construit. Une « culture visuelle » de la police circule entre imaginaire médiatique et réalité du travail. Pour comprendre cette circulation, je recours à la « stimulation photographique », méthode de présentation des images aux enquêtés et de récolte de leurs commentaires.
Si ma recherche s’intéresse au travail de police et aux compétences visuelles, elle relie aussi l’étude des médias et l’analyse des interactions situées engendrées par la diffusion de représentations médiatiques de la police.

A la croisée de la sociologie de la police, de la sociologie de l’image et de la sociologie des médias, cette thèse montre que la sociologie visuelle peut constituer une ressource méthodologique pour renouveler l’étude des groupes professionnels dans la société médiatique. Les méthodes visuelles utilisées permettent d’ouvrir une analyse de la société comme système de regards et de constituer la visibilité en objet et en catégorie analytique pour les sciences sociales. »

Un article en ligne de Michaël Meyer : « Copwatching et et perception publique de la police. L’intervention policière comme performance sous surveillance ».