La photo-événement

Finale Superbowl-01-02-2010-Liberation.jpeg

Voici une photo d’actualité somme toute banale : à l’issue d’une compétition sportive, l’équipe gagnante ou, du moins, son capitaine ou son entraîneur sont assaillis par les photographes et cameramen de télévision pour fixer l’image qui fera la une des journaux et l’ouverture des reportages télévisés. Comme je l’ai détaillé ailleurs, tout événement digne de ce nom, c’est-à-dire jugé tel par les médias, c’est-à-dire encore « pré-vu » par ces mêmes médias, est nécessairement couvert en images1.

Dans le cas présent, il serait plus juste de dire que l’événement et ses acteurs sont « recouverts » par les médias, tant la présence de ces derniers encombre l’espace et sature l’image. C’est désormais le propre de ce type de clichés d’actualité : autant, sinon plus, que la personnalité qui fait l’événement, on y voit surtout l’encombrante présence des médias qui jouent des coudes pour en tirer peu ou prou le même cliché.

Cette photo n’échappe pas à la règle. Mais elle a ceci de particulier, pour moi tout du moins : ne connaissant pas la personnalité sportive qui suscite cette ferveur populaire et cette agitation médiatique, je suis incapable de la distinguer des photographes et cameramen, si bien que je ne retrouve pas l’agencement habituel de ce type de cliché (la figure connue d’une personnalité publique entourée des médias qui la photographient, la filment ou enregistrent ses propos). La photo se réduit pour moi à cette concentration médiatique qui « fait » l’événement.

  1. Cf. mon texte “Pré-voir l’actualité. La notion d’évènement redéfinie par la photographie de presse”, in Gianni Haver (sous la dir. de), Photo de presse, Lausanne, Antipodes, 2009, pp. 25-38. []