Un catalogue pour Apple

Le Musée des Arts et Métiers présente depuis le 3 juin dernier une exposition consacrée à la télévision depuis ses origines, intitulée Culture TV.

Pour l’occasion, un catalogue a été conçu, mais sous une forme exclusivement numérique. Il s’agit d’une application téléchargeable sur tablette. Mais pas n’importe laquelle : en effet, seuls les IPad peuvent en bénéficier puisque que ce catalogue numérique a été mis au point par le développeur SmartApps.

Je m’interroge sur cette restriction de l’accès au catalogue d’une exposition présentée dans un musée public aux seuls possesseurs d’une marque particulière de matériel multimédia, qui plus est gratuitement. S’en trouvent exclus ceux, et ils sont très nombreux, qui se sont équipés chez les concurrents d’Apple, sans compter tous ceux qui ne possèdent aucun matériel de ce type. Il faut croire que le Musée des Arts et Métiers a bénéficié avec Apple de conditions financières intéressantes pour réaliser ce catalogue à moindre coût, mais le résultat est décevant pour ceux que le sujet de cette exposition intéresse et qui auraient apprécié de pouvoir en explorer le catalogue à leur guise. J’y vois une logique de privatisation qui ne dit pas son nom – une logique déjà largement mise en œuvre à la télévision justement, dans le domaine du sport dont il est tellement question en ces jours de Coupe du monde. Le Musée des Arts et Métiers aurait mieux fait de s’inspirer d’un autre modèle.

Devant la télé – 3

Une famille américaine regarde la télévision en 1958 | National Archives and Records Administration

Troisième moisson de comptes rendus d’observation réalisés par mes étudiants de Licence 3 sur le thème : comment regarde-t-on la télévision dans votre famille ou votre entourage immédiat ?

On retrouve certaines constantes constatées au cours des deux années précédentes (voir Devant la télé et Devant la télé – 2) :
– la présence incontournable de la télévision chez les classes moyennes et populaires, comme fond sonore souvent omniprésent, comme accompagnement des repas et surtout comme programme obligé des soirées ;
– l’organisation de l’espace domestique en fonction du téléviseur afin de lui accorder la meilleure visibilité ; en particulier le passage aux cuisines à l’américaine obéit souvent au désir de pouvoir voir la télévision depuis la table sur laquelle on mange le plus souvent ;
– la distribution des places, à table ou sur le canapé, qui intègre pour une large part l’ouverture qu’elles donnent sur le téléviseur : le privilège des meilleures places est le plus souvent masculin (père, fils aîné), y compris – et ce n’est pas le moins étonnant – dans certaines colocations étudiantes mixtes ;
– le caractère proprement organique du rapport à la télévision chez les jeunes qui ont disposé d’un téléviseur dans leur chambre dès l’adolescence, voire avant pour certains : ceux-là ne peuvent vivre sans la présence d’un téléviseur en marche, ils l’allument dès qu’ils rentrent dans leur appartement et certains ne peuvent tout bonnement pas s’endormir sans le ronronnement rassurant du petit écran (dans une famille, on laisse la télé allumée en permanence, y compris lorsqu’il n’y a personne à la maison, parce que ça rassure les chiens !).

Mais on constate également plusieurs nouveautés perceptibles.

Tout d’abord dans le registre des activités déployées devant la télévision ou, plus exactement, pendant que la télévision est allumée. Ces activités, on l’a déjà vu, sont multiples et changeantes. Les femmes en déploient plus que les hommes, plus concentrés sur l’écran et moins impliqués dans les tâches domestiques. La nouveauté est dans la nature de ces activités : on perçoit en effet un transfert depuis des passe-temps traditionnels comme la lecture (du journal, de magasines, plus rarement de livres), la réalisation de mots croisés ou de sudoku, le tricot ou le repassage pour les femmes, etc., à des activités sur des écrans : smartphone, ordinateur, voire tablette numérique. Ceci se constate même les adultes, qui consultent leurs mails ou jouent à Candy Crush tout en jetant un œil à une série télévisée. On continue donc à faire quantité de choses devant la télé, mais de plus en plus devant des écrans.

La multiplication des téléviseurs et des écrans dans les intérieurs domestique engendre une séparation de plus en plus nette des pratiques télévisuelles : pas seulement entre les parents et les enfants (phénomène qui s’est accentué depuis déjà des années), mais désormais au sein du couple parental. Dès lors qu’il y a un téléviseur dans la chambre conjugale, en plus de l’écran principal du salon, il n’est pas rare de voir l’homme ou la femme partir directement dans la chambre, sitôt le dîner terminé, pour aller voir son programme préféré, laissant l’autre à son désœuvrement dans le salon où il zappe pour voir ce qu’il y a à la télé ce soir-là. Ce sont plus souvent les hommes qui se retranchent ainsi dans leur propre consommation audiovisuelle (elle peut se faire tout aussi souvent sur leur ordinateur portable)1. Cette séparation des pratiques, rendue très facile par la multiplication des écrans, permet peut-être de soulager les dissensions qui se manifestent souvent entre les conjoints, pas toujours d’accord sur les programmes qu’ils souhaiteraient regarder ; de même que la multiplication des écrans offre aux enfants des possibilités beaucoup plus étendues pour contourner, voire ignorer le contrôle parental – lui aussi objet de fréquentes divergences entre le père et la mère. Cette « séparation de corps » audiovisuelle anticipe parfois le véritable divorce qui consacre alors, dans de multiples domaines, les divergences de goûts et de pratiques entre les anciens conjoints.

Il en résulte au quotidien une difficulté de plus en plus grande à s’accorder sur un programme qui agréerait à tous les membres de la famille, chacun sachant qu’il bénéficie toujours d’un écran de substitution sur lequel il pourra regarder ce qui lui plaît davantage. Le spectacle télévisé conserve sa dimension familiale et sa capacité à réunir à certains moments tous les membres de la famille, mais cette fonction de rassemblement devient de plus en plus fragile et limitée dans le temps.

Autre tendance perceptible, dans la suite de la précédente : le passage progressif de la télévision à l’ordinateur (ou à la tablette numérique). On le remarque désormais chez les adultes, dont beaucoup sont devenus adeptes du visionnage de certains programmes télévisés sur leur support informatique, où ils peuvent en particulier sauter les publicités. Cela vaut surtout pour les séries et pour les films, qui remplacent de plus en plus souvent les programmes proposés en direct par les différentes chaînes. Il en résulte que la télévision est délaissée (c’est très relatif…), mais au profit d’autres écrans qui permettent de la regarder autrement. Là encore, le spectateur exerce de plus en plus son arbitraire audiovisuel pour ne regarder que ce qu’il veut, voire pour en regarder plus comme ces passionnés de football qui vont combiner un match en direct à la télé et un autre en streaming sur leur ordinateur.

Sans surprise, c’est chez les étudiants que l’on trouve le plus souvent ces combinaisons d’écrans, redoublées par les échanges de messages en continu via leurs smartphones. La description détaillée, minute par minute, que certains ont donnée de leurs activités devant la télévision fait d’ailleurs apparaître non seulement un émiettement de leur attention d’un écran à l’autre, mais également un émiettement de leurs actions : allées et venues incessantes, tâches domestiques fragmentées, entamées, abandonnées, reprises, combinées, dispersées, etc. On les dit multi-tâches à partir de tout ce qu’ils sont capables de faire en même temps devant un écran ; mais ils le sont plus encore dans la manière éclatée dont ils déploient leur énergie entre des activités simultanées et discordantes.

  1. L’accroissement de cette consommation solitaire est confirmée par les dernières statistiques de l’INSEE. []

Tous devant l’écran

Capture d'écran du site de laDepeche.fr

C’est une publicité pour un opérateur de téléphonie mobile. Je l’ai aperçue une seule fois à la télévision et ne l’ai pas retrouvée sur Internet. Je vais donc la raconter brièvement.

On suit plusieurs personnes, jeunes, dans leurs occupations respectives. Chacune a bien sûr un écran, smartphone, tablette ou ordinateur portable, sur lequel il jette de temps en temps un coup d’œil à un match de foot en cours. Tout en faisant autre chose, grâce précisément aux potentialités et à la rapidité d’exécution offertes par la 4 G.

Puis l’action s’intensifie sur le terrain de foot. Une équipe est à l’offensive. Nos spectateurs se font plus attentifs, sensibles à la montée de la tension dramatique. En même temps, et sans se concerter, ils se déplacent dans l’appartement (on peut supposer qu’ils partagent une colocation) jusqu’à se retrouver tous assis dans le canapé du salon face à l’écran plat du téléviseur où ils assistent en direct au but qui les fait exploser de joie, ensemble, comme le feraient des supporters dans les tribunes du stade.

La pertinence sociologique de cette publicité vient de ce qu’elle met en scène la diversité actuelle de consommation des images télévisées et en même temps la fonction collective que continue de remplir le téléviseur (unique ou principal selon les situations), synonyme encore maintenant de programmes regardés ensemble. La fonction familiale ou fédératrice du spectacle télévisé n’a pas disparu, même si elle est devenue plus sélective et moins régulière. De même, à l’heure des écrans en surnombre, la télévision demeure synonyme de spectacle en direct, comme c’était le cas à son origine. Particulièrement pour le sport, comme actuellement pour les jeux olympiques d’hiver.

Qui est (encore) devant la télé ?

Le dossier d’un récent supplément télévision du journal Le Monde s’intitulait « Chercher l’audience », avec pour chapeau : « Télévision de rattrapage, visionnage sur tablette, nouvelles chaînes de la TNT… Le comptage des téléspectateurs devient de plus en plus complexe ».

On y apprend que le nombre de foyers équipés par Médiamétrie du boîtier qui permet de suivre en temps réel leur consommation de programmes télévisés est passé en 2008 de 3600 à 5000, afin de pouvoir mesurer les performances des chaînes de la TNT ; qu’à partir de ce début 2014, l’audience de 19 chaînes sera ainsi auscultée quotidiennement, au lieu de 7 seulement en 2006. Le boîtier est capable de détecter si une émission est regardée en direct ou en différé.

Dans les familles du panel, chaque membre dispose de son propre numéro d’identification afin d’ouvrir la possibilité de suivre la consommation des uns et des autres. Chacun doit s’identifier lorsqu’il commence à regarder la télévision et se déconnecter dès qu’il a fini. L’écho général de Médiamétrie est que les gens « jouent le jeu ». On peut même inscrire des invités, si le cœur leur en dit, à condition qu’ils déclarent leur sexe et leur âge.

Capture d'écran du site Stratégies.fr

La convention signée par les « panélistes » stipule que chacun s’engage « à déclarer systématiquement sur l’audimètre ses entrées et sorties de la pièce dans laquelle le téléviseur est allumé (par le biais de la télécommande de l’audimètre) ». Le critère retenu est donc l’exposition aux programmes télévisés plus que le fait de les regarder activement. Car le fait d’être dans la même pièce que le téléviseur ne signifie pas qu’on y vient pour le regarder. Certes, le panéliste qui appuie sur la télécommande signifie certainement qu’il commence à regarder un programme ; lorsqu’il appuie de nouveau sur le boutin « Fin », il indique également à coup sûr qu’il cesse de regarder l’écran. Mais entre les deux, qu’aura-t-il fait ? Les mesures de Médiamétrie reposent sur l’hypothèse que la télévision se regarde comme le cinéma, assis devant l’écran à ne faire que contempler les images. L’illustration choisie par Stratégies.fr est révélatrice de cette représentation du téléspectateur, investi, concentré, exclusif.

La réalité est toute autre. Les quelques observations disponibles révèlent que les gens font plein de choses devant et autour de l’écran de télévision (voir en particulier mes billets Devant la télé et Devant la télé – 2) : ils vont et viennent, font la cuisine, mangent, débarrassent la table, discutent, téléphonent, consultent leurs SMS, font des mots croisés, tricotent, repassent, etc. Le tout sans forcément quitter la pièce. Leur degré d’attention est très variable, le plus souvent flottant, sans parler de ceux qui s’endorment rituellement dans le canapé. Peut-être que les volontaires pour intégrer le panel de Médiamétrie sont des téléspectateurs particulièrement assidus, opiniâtres, qui ne font rien d’autre que regarder les programmes. Mais c’est peu probable. La télévision est un « meuble », comme disait Jean-Luc Godard, un membre attractif, mais un meuble parmi d’autres. On n’est pas constamment devant et à son écoute lorsqu’il est allumé.

Il y a quelques années, un projet a été conçu d’un boîtier capable de détecter les mouvements devant le téléviseur. Il aurait présenté l’avantage de s’assurer que ce dernier n’avait pas été laissé allumé et qu’il ne diffusait pas ses programmes dans le vide. L’idée de ce boîtier observateur n’a pas dépassé le stade du projet car il était à l’évidence trop intrusif pour être accepté dans des intérieurs privés. Il ravivait cette inquiétude originelle que si la télévision offrait le spectacle du monde extérieur, qu’est-ce qui garantissait qu’elle ne fournissait pas à l’extérieur le spectacle de la vie privée des téléspectateurs ? Le développement de tous les dispositifs de télésurveillance pourrait aisément renforcer cette crainte, que nombre de personnes âgées conjuraient en voilant l’écran d’un napperon ou d’un simple torchon lorsqu’il était éteint. On ne sait jamais…

La mesure de l’audience télévisée est donc une convention : elle quantifie assez précisément l’exposition des individus aux programmes télévisés, ce qui suffit somme toute aux annonceurs. Dès lors qu’ils sont tous d’accord pour prendre les statistiques de Médiamétrie comme critère commun, le marché de la publicité peut s’organiser et fixer ses prix.

La nouveauté aujourd’hui provient de la multiplication des écrans qui viennent concurrencer le monopole de l’image longtemps conservé par la télévision. Si les gens regardent de plus en plus les programmes sur leur ordinateur, leur tablette ou leur smartphone, il devient impératif pour les différents partenaires de la production et de la diffusion audiovisuelle de connaître dans quelle mesure et selon quelles modalités. Autant on s’est contenté pendant des décennies d’une mesure globale de l’audience, peu curieuse des usages effectifs, autant la période actuelle crée la nécessité d’entrer dans le détail de ce que les gens font désormais avec leurs différents écrans. Ceux qui réfléchissent en particulier à l’avenir du téléviseur, aux fonctionnalités nouvelles qu’on pourrait lui adjoindre pour qu’il conserve sa place centrale dans le foyer, ressentent le besoin impératif de connaître les habitudes et les attentes des consommateurs afin de ne pas développer des applications qui ne trouveraient pas leur public. Ainsi, des ingénieurs aux publicitaires, tout le monde s’intéresse désormais aux pratiques effectives de consommation de la télévision. C’est une véritable nouveauté.

L’écran de la discorde

Première page affichée par Google Images sur le thème "Famille devant la télévision"

Regarder la télévision demeure pour une large part une activité familiale, en dépit de la multiplication des écrans dans les intérieurs domestiques. Il y a toujours un téléviseur central, souvent de grande taille aujourd’hui, devant lequel se retrouvent les différents membres d’une même famille, ne serait-ce que pour regarder quelques programmes d’information ou de divertissement. Ces moments deviennent peut-être fugitifs, mais ils ne disparaissent pas complètement, tant la télévision  est marquée depuis son origine par son caractère de loisir familial.

C’est également pourquoi elle reste un enjeu important dans les stratégies éducatives, qui émergent, pas toujours facilement, d’un consensus entre les parents – consensus soumis à de nombreux et souvent insidieux ajustements, sources de discordes souvent, au point  de voler en éclats lorsque les parents se séparent.

« Nous, affirme la mère (professeur), on n’est pas très télé. Si, on aime la télévision. Mon mari (directeur financier) pourrait la regarder beaucoup, les enfants aussi. Mais en fait, on a une vieille télé pas bien grande et on en n’a aucune dans les chambres parce que l’on sait que, sinon, on serait avec la télécommande à la main. »
Son fils, âgé de  8 ans : « Papa, il a dit qu’au grenier, on va aménager et qu’on pourra mettre dedans un écran géant de cinéma ! »
La mère : « Voilà ! Il est question qu’on aménage le haut, et le père et le fils fantasment sur un home cinéma ! » Elle-même n’est pas trop d’accord : « Parce que je les connais : ils seront toujours devant la télé. On ne sortirait plus, plus de vie sociale.
»1

On trouve ici un trait fréquent : c’est la mère qui s’investit le plus dans la transmission de certaines valeurs culturelles à ses enfants, ce qui se traduit assez souvent par un contrôle du temps qu’ils peuvent passer devant la télévision et des programmes qu’ils y regardent. Du moins tant qu’ils sont encore petits. Ce trait est nettement plus marqué dans les familles à fort capital intellectuel, mais il est également présent dans des familles plus populaires où de nombreuses mères ne se soucient pas moins de « cultiver » leurs enfants.

Souvent, le père se montre plus passif dans cette entreprise, quand il ne constitue pas un contrepoids dont les enfants essaient de profiter.

Ce garçon de 11 ans n’a pas le droit de regarder la télévision après le dîner, sauf le dimanche soir, mais seulement jusqu’à la première pause de publicité. Toutefois, il regarde les matchs de foot, « jusqu’à la fin, même s’il y a prolongation », même en semaine. Il le fait en compagnie de son père. « Sans mon père, je ne pourrais pas regarder. » (Les deux parents ont des postes de responsabilité dans le commerce)

Il y a donc très souvent du jeu dans le contrôle parental et du même coup une marge de manœuvre que les enfants savent parfaitement investir. L’âge à partir duquel ils gagnent le droit de regarder ce qu’ils veulent quand ils le veulent dépend d’ailleurs pour une bonne part de la solidité de l’accord éducatif entre le père et la mère.

Cet équilibre souvent précaire et malmené en permanence par la pression des enfants est rompu si les parents se séparent. On constate alors que chacun met en place de son côté le régime de consommation de la télévision qu’il souhaite, si bien que l’écart se creuse entre les deux. En passant de chez l’un à chez l’autre, les enfants sont soumis à des discordances culturelles devenues nettes, qui se traduisent par des équipements multimédias différents et des pratiques disproportionnées.

Chez sa mère (cadre dans un service de l’emploi), ce garçon de 11 ans n’a droit qu’à 30 mn d’écran par jour, après les devoirs, télévision ou jeu vidéo. Il parvient peu à peu à étendre ce créneau à 40-45 mn. Pas de télévision ni le matin, ni le soir des jours d’école. Le week-end, en revanche, il la regarde entre 1 h et 1 h 30.
Chez son père (éducateur spécialisé), il dîne devant « Le grand journal » sur Canal +. Il peut regarder la télé jusqu’à 21 h.

Chez sa mère, il doit demander l’autorisation pour allumer la télévision et elle reste toujours à proximité pour surveiller ce qu’il regarde. Elle enregistre certains reportages ou films qu’elle estime appropriés et les regarde à petite dose avec lui le week-end. Elle est persuadée qu’il regarde beaucoup la télévision chez son père ; elle ne l’en restreint que davantage.

Dans ces contexte conflictuels, les enfants essaient de tirer profit au maximum de la ruine des normes communes à leurs deux parents, voire, s’ils en ont les moyens, de ne plus dépendre d’eux pour accéder aux programmes télévisés. L’acquisition d’un ordinateur portable peut être un moyen efficace d’y parvenir.

Chez sa mère (aide soignante dans un hôpital), depuis qu’il s’est acheté son propre ordinateur, cet adolescent de 17 ans ne descend quasiment plus regarder la télévision sur l’écran du salon. Sachant, en outre, que sa mère a désormais son propre écran dans sa chambre, ils ne partagent quasiment plus aucun moment devant la télévision. Il s’est payé son ordinateur contre l’avis de ses parents, et particulièrement de son père (enseignant dans un lycée), très hostile à « ces symboles de la société de consommation ». Mais depuis le divorce, cet homme n’a plus guère d’emprise sur son fils. « C’est mon argent : j’en fais ce que je veux », affirme ce dernier. Sa mère s’insurge devant le temps qu’il passe sur son ordinateur, elle lui demande régulièrement d’arrêter, mais il continue sans lui prêter attention. Elle ne contrôle pas davantage ce qu’il y fait. « De toute façon, dit-elle, je ne comprends rien à ses trucs. »

Car, à l’inverse de la télévision, l’ordinateur est un outil essentiellement individuel, dont l’usage échappe beaucoup plus facilement au contrôle et à l’entendement des personnes extérieures. La généralisation des ordinateurs portables parmi les jeunes pourrait porter un coup d’arrêt aux usages collectifs de la télévision parce qu’elle engage avec les programmes télévisés un rapport désormais personnel, loin le plus souvent du regard des autres.

  1. Cet échange, comme toutes les cas concrets évoqués dans ce billet proviennent d’enquêtes réalisées par des étudiants de Licence 3 de sociologie. []

Devant la télé – 2

Capture d'écran du site du Nouvel Observateur du 2 juillet 2012

Une nouvelle fournée de comptes rendus d’observation sur les manières de regarder la télévision rédigés par mes étudiants de Licence 3 de cette année apporte des confirmations et des éléments nouveaux par rapport à la première synthèse présentée l’an dernier.

Tout d’abord, la présence incontournable de la télévision dans ces familles qui pour l’essentiel appartiennent aux classes populaires ou aux petites classes moyennes. On allume la télévision tous les jours, des heures durant, en particulier pendant les repas (20 cas sur 27). Ces repas sont d’ailleurs en partie conditionnés par ce qui se passe à la télé : une séquence plus intense, dans un journal télévisé ou une émission de jeu, suspend non seulement les conversations, mais aussi les fourchettes. D’autre part, l’intérêt pour les programmes diffusés perturbe parfois directement le déroulement des repas : l’un part manger son dessert devant la télévision ; un autre quitte la pièce pour aller regarder quelque chose en particulier dans sa chambre. A cet égard, l’attribution des places à table revêt une importance stratégique : il n’est pas rare que le père, et les fils, s’octroient celles qui font face au téléviseur, tandis que la mère, et les filles, lui tournent plus souvent le dos.

Généralement, la télévision reste allumée lorsque la famille reçoit des invités. Un étudiant va jusqu’à écrire : « Nous entourons la télévision », tellement elle lui apparaît comme un acteur actif de ce type de réunions au cours de laquelle la conversation connaît parfois des creux que le divertissement télévisé permet de combler habilement.

Parmi les comportements individualisés au sein de la famille, il faut citer également l’utilisation du casque qui permet de regarder, et d’écouter, une émission en solo sur le téléviseur commun. Certains adolescents font de même avec leur Play Station.

Environ la moitié des familles de cet échantillon spontané possèdent plusieurs téléviseurs. Celles qui n’en ont qu’un sont soit des personnes vivant seules (ce qui arrive assez fréquemment à la suite d’un divorce ou d’une séparation), soit des jeunes, célibataires ou en couple, soit, mais c’est beaucoup plus rare ici, des familles plutôt intellectuelles qui ne valorisent pas la télévision. Ce sont les seuls cas où la télévision est prohibée du repas, au motif de respecter la convivialité de ce moment passé ensemble. Notons cependant que, dans certaines familles populaires où la vie est devenue impensable sans la télévision, assimilée à un véritable « animal de compagnie », la regarder ensemble est considéré précisément comme ce qui rassemble les membres de la famille.

Avoir plusieurs téléviseurs permet de jalonner tous les instants de la journée : par exemple, cette grand-mère qui vit seule la regarde dans sa cuisine lorsqu’elle prépare le déjeuner (le matin, elle écoute la radio1), l’après-midi dans le salon au moment de sa sieste et le soir dans sa chambre avant de s’endormir. A l’opposé, dans certaines familles nombreuses, il a été décidé de multiplier les téléviseurs afin de réduire les conflits entre les enfants sur les programmes, forcément divergents, que les uns et les autres souhaitent regarder.

Ayant grandi avec la télévision, les jeunes de 20 ans d’aujourd’hui l’ont intégrée à leur vie quotidienne, particulièrement ceux qui en ont une dans leur chambre depuis des années. Certains ne peuvent pas s’endormir sans le petit écran. Même sans aller jusque là, très tôt les enfants mémorisent les musiques des publicités, intègrent ce qu’ils ne doivent pas regarder, etc. Encore que, dans les familles populaires, le contrôle parental semble peu soutenu.

C’est dans les familles plus aisées ou cultivées que l’on rencontre les préventions les plus explicites à l’égard de la télévision. Mais l’observation en situation révèle souvent des comportements contradictoires. Ainsi, cette mère diplômée, réfractaire au « tout télé », se laisse tenter tout de même par une émission de vidéo gags tout en se faisant reproche de la regarder. Lorsque le couple parental est composé d’individus au parcours social et culturel différent, les divergences sont fréquentes.

En fait, ces contradictions sont plus répandues qu’on pourrait le croire. Dans beaucoup de cas, en effet, on constate que les gens se laissent prendre par « ce qu’il y a à la télé » (sachant qu’ils n’ont pas choisi une émission en particulier) et en conçoivent une certaine mauvaise conscience : l’homme parce qu’il va s’endormir encore une fois devant le poste, la femme parce qu’elle sait bien qu’elle aurait mieux à faire, l’un ou l’autre parce que, immanquablement, ils se mettent à grignoter petits gâteaux, chocolat…, alors que c’est très mauvais pour leur ligne. On pourrait multiplier les exemples. L’autre manifestation de cette gêne est la fréquence des remarques sarcastiques, des propos ironiques sur telle ou telle émission « particulièrement nulle », mais que l’on regarde quand même. Ce dédoublement de personnalité s’observe très fréquemment. Il conduit à douter fortement des sondages relatifs à la télévision, qui font régulièrement apparaître le scepticisme des téléspectateurs, particulièrement à l’égard des émissions d’information ; alors qu’on sait par ailleurs que la télévision demeure la principale source d’information des Français.

Dernier point qui ressort des comptes rendus de cette année : le sur-équipement multimédia des jeunes générations. Ils regardent la télévision aussi souvent que la génération de leurs parents, reproduisant en particulier ce comportement des personnes seules qui l’allument dès qu’elles rentrent chez elles, pour avoir « une présence ». Mais, le plus souvent, le téléviseur diffuse ses programmes en arrière-plan tandis qu’ils regardent l’ordinateur portable posé sur leurs genoux, sans compter leur téléphone, leur tablette ou leur console de jeux. On peut observer alors ce comportement surprenant : allumer la télé, s’asseoir dans le canapé en face, ouvrir son ordinateur et y lancer des vidéos tout en prêtant une oreille, plutôt qu’un œil, à ce qui se passe dans la série diffusée sur le petit écran ; voire décider de démarrer un film en streaming sans interrompre pour autant le programme télévisé. Ainsi se compose un environnement multi-écrans dans lequel la télévision n’occupe pas souvent la place principale, mais où elle semble demeurer néanmoins indispensable. Les séries seraient peut-être plus souvent regardées à la télévision et les films en DVD ou streaming sur l’ordinateur. Mais l’inverse se produit, par exemple lorsque les fans d’une série ne peuvent attendre sa télédiffusion et en regardent la dernière saison en v.o. sur leur ordinateur.

On comprend que les fabricants de téléviseurs cherchent de plus en plus à en faire des interfaces multimédias afin que le téléviseur ne perde pas son importance face à la concurrence des autres écrans qui meublent désormais le quotidien des jeunes générations.

  1. Effet de génération ? Du temps où l’on déjeunait en écoutant Le jeu des 1000 Francs. []

Mémoire Replay

Notre fille entreprend de nous détailler le menu préparé par un concurrent de l’émission de M6 Tof Chef. Elle se souvient de l’entrée dans les grandes lignes, pas dans le détail de la recette. Pour le plat principal, les souvenirs lui reviennent plus difficilement. Quant au dessert, c’est le trou noir.
– Quand même, c’était hier soir.
– Oui, je sais, mais bon…
– Et tu ne t’en souviens pas ?
– Ben non. Mais de toute façon on peut le revoir sur M6 Replay.

Sa réponse m’a fait penser au dossier que Télérama consacre cette semaine à « Notre cerveau chamboulé », avec pour questionnement : « Lecture en diagonale, perte de concentration… le Net et les technologies numériques bousculent nos façons de penser. Faut-il s’en inquiéter ? Pas forcément… »

Ce dossier évoque notamment une étude américaine sur les moteurs de recherche, publiée en 2011 dans la revue Science, qui démontrerait que « l’on se souvient moins bien des informations que l’on sait pouvoir retrouver sur notre ordinateur [ou ici sur M6 Replay] que de l’endroit où elles sont stockées » (p. 23). D’ailleurs je note que ma fille trouve désormais inutile d’enregistrer sur la box les émissions que nous ne pouvons pas regarder lors de leur diffusion puisque nous pourrons les voir pendant une semaine grâce au service TV à la demande.

Autre séquence : je discute musique avec mon fils et en viens à lui parler du groupe anglais UB40 que j’ai beaucoup apprécié. Comme ce nom ne lui dit rien, j’entreprends de lui expliquer. Mais, sans attendre la fin de mon rapide exposé, il pianote sur son Ipod Touch et presque immédiatement lance une de leurs chansons les plus connues. « Ah, c’est ça ! Ouais, je connais. » L’énigme UB40 est élucidée.

Pas de mémoire sans le support informatique d’un côté ; de l’autre, une mémoire décuplée avec.

L’écran de la fuite

Entendu ce matin sur France Inter, dans un reportage sur la jeunesse algérienne (Le Zoom de la rédaction, à 7 h 15), cette expression saisissante dans la bouche d’un homme qui a déjà tenté l’expérience de l’émigration clandestine en France d’où il s’est fait refouler :

« Ici, on voit la France comme une télé en couleur. En Algérie, l’avenir est en noir et blanc. »

Il compte retenter le coup bientôt, en Espagne cette fois. Où la télé a de meilleures couleurs ?

Le règne de l'allégorie

Pour préparer un séminaire consacré à « la société à l’écran », c’est-à-dire à la représentation des phénomènes sociaux dans les reportages, les documentaires ou les films de fiction, je me suis plongé depuis peu, pour commencer, dans la lecture des travaux de recherche consacrés aux journaux télévisés. C’est ainsi que j’ai lu l’ouvrage de Jacques Siracusa, Le JT, machine à décrire. Sociologie du travail des reporters de télévision (Bruxelles, De Boeck Université, 2001).

Fruit d’un long travail d’enquête et d’observation dans diverses chaînes de télévision, en particulier à l’occasion de stages multiples, cet ouvrage livre une description très détaillée des manières de travailler des différents contributeurs à la production de l’information télévisée : chefs de rédaction, journalistes, preneurs d’images et de sons, monteurs. C’est une plongée très révélatrice dans l’univers opaque de ce média omniprésent dans notre vie quotidienne et paradoxalement dérobé aux regards.

Jacques Siracusa souligne à quel point les journaux télévisés sélectionnent leurs sujets dans la presse écrite. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, l’image n’est pas le point de départ des reportages, mais bien plutôt la revue de presse, avec une attention particulière à quelques titres de référence. Le texte précède l’image et, très souvent, la conditionne : ainsi, la commande de reportages lancée par la rédaction ne se limite pas à en définir le sujet, elle en précise également « l’angle », c’est à-dire la manière de le traiter et, du même coup, de le mettre en images. Tous les sujets abordés dans les journaux ne deviennent pas des reportages télé, puisqu’il faut encore qu’ils présentent un certain potentiel visuel, mais, comme l’écrit Siracusa : « Rares sont les sujets ne reposant sur rien, c’est-à-dire absents de la littérature. »

Le rédacteur qui part en reportage a très présent à l’esprit l’angle fixé par la rédaction, qui constitue un véritable contrat moral passé avec ses supérieurs. Sur le terrain, il s’efforcera en permanence de récolter les images et les interviews cadrant avec cette ligne directrice, et délaissera les autres comme hors-sujet. « Il est donc très probable qu’un rédacteur revenant d’un reportage jugé important par ses chefs, n’ayant pas suivi la commande et leur annonçant que ‘l’important est ailleurs’, sera réprimandé. » Bref, le tournage d’un reportage ne s’apparente aucunement à une enquête avec son lot prévisible de découvertes et d’inattendus, mais à un parcours expéditif de récolte des éléments nécessaires (et juste ceux-là) à l’illustration du sujet tel qu’il a été pré-vu dans les bureaux de la chaîne.

C’est ici qu’intervient le motif de l’allégorie. Jacques Siracusa explique que, grâce à cette technique d’expression, les journalistes produisent « un ensemble d’abstractions personnifiées » qui remplissent leurs attentes. Ils parviennent ainsi à « montrer des images où un phénomène est incarné, se dispenser d’une connaissance spécialisée, généraliser en référence à des réalités analogues et fabriquer rapidement un compte rendu clair. » Il faudrait restituer ici le détail des procédures de tournage pour montrer concrètement comment opère ce rapport allégorique à la réalité, qui ne recherche pas à proprement parler d’informations (déjà présentes dans les articles de presse lus avant de partir en reportage), mais plutôt l’illustration d’une manière de représenter la réalité.

Je trouve que cette lecture fait écho d’une manière très suggestive aux nombreux billets publiés et discutés sur Culture visuelle qui ont souligné à quel point la photographie de presse remplissait désormais une fonction plus illustrative qu’informative. De multiples exemples en ont été donnés. Il resterait à essayer de mesurer cette tendance, mais il semble bien que les images à portée symbolique, « allégorique » dirait Siracusa, l’emportent désormais sur les photos destinées à documenter une situation ou un événement.

La lecture de l’ouvrage de Jacques Siracusa – riche d’observations de première main effectuées au cœur même du dispositif télévisuel – conduit à espérer qu’une enquête aussi approfondie soit menée dans les rédactions des titres de la presse écrite. Cela ne doit pas être plus facile qu’à la télévision, où la méfiance est de rigueur à l’égard des observateurs extérieurs. Mais une telle enquête serait particulièrement utile pour comprendre comment les journaux conçoivent et traitent les images dans le processus d’élaboration des articles, mais encore, et peut-être surtout, ce qui a changé dans l’organisation du travail en leur sein qui expliquerait cette modification de leurs attentes vis-à-vis des images. Les discours des acteurs ne suffisent pas, surtout que, dans la presse comme à la télévision, les responsables se dérobent le plus souvent aux questions. Il faut pouvoir observer en situation comment travaillent ces professionnels car, comme le dit Jacques Siracusa au début de son livre : « L’étude des coulisses du journal télévisé contribue à expliquer la nature des informations présentées au public. On développera donc dans ce premier chapitre une idée plus radicale selon laquelle les informations ne dépendent parfois que de cette seule organisation des coulisses. »

Devant la télé

Ils seraient au moins 20 millions à regarder le débat entre François Hollande et Nicolas Sarkozy, nous affirmaient les médias, sur la base du chiffre (20,4 millions) atteint en 2007 pour la confrontation entre le futur président et Ségolène Royal. De fait, ils n’ont été « que » 17,79 millions selon l’AFP. Devant ce démenti mineur des auto-certitudes des médias, j’ai envie de poser la question non pas du pourquoi, mais du comment : comment ces millions de téléspectateurs ont-ils regardé le débat d’hier soir ? Ou même encore : qu’ont-ils fait pendant le débat ? Car les imaginer rivés à leur écran pendant près de trois heures pour suivre avec attention les arguments des deux candidats relève de la pure fiction. En pareil cas, comme d’ordinaire, les gens font quantité de choses pendant que la télévision diffuse ses programmes.

J’ai demandé cette année à des étudiants de Licence 3 d’observer en situation comment on regardait la télévision dans leur famille. Les liens personnels rendent possible une observation qu’il est beaucoup plus difficile d’imposer de l’extérieur. C’est en particulier pourquoi la télévision fait l’objet de statistiques récurrentes et détaillées, mais de très peu d’observations. Ce qui est particulièrement dommage, tant, dans ce domaine, les déclarations se révèlent souvent en décalage par rapport aux pratiques effectives.

Voici un premier aperçu de ce qui ressort des observations réalisées par ces étudiants (environ une trentaine). Elles ont été conduites au cours des dernières semaines, le plus souvent lors de soirées ordinaires passées au domicile de leurs parents ; quelques-uns seulement chez des jeunes dans leur propre appartement ou en colocation. Les milieux sociaux concernés sont composés essentiellement de classes populaires et de petites classes moyennes.

Premier point à souligner : la télévision impose sa présence lors des soirées domestiques. Elle est allumée et on la regarde, même très diversement, comme on va le voir. Certes, les étudiants-enquêteurs n’ont décrit que des temps familiaux avec télévision, mais il ressort de leurs comptes-rendus que cette occupation du temps de l’après-dîner n’a rien d’extraordinaire : elle est même tout à fait ordinaire.

D’ailleurs, l’espace est clairement organisé en fonction de la télévision : le salon ou la pièce où se situe le téléviseur est meublé de telle sorte que le confort se conjugue avec la meilleure visibilité de l’écran pour les personnes présentes tous les jours. C’est particulièrement clair lorsque la pièce comporte également une table pour les repas ou encore une cheminée : le ou les canapés, les fauteuils sont tournés vers la télé et non pas vers le possible feu de bois.

Je parle ici du téléviseur « principal », celui qui trône dans l’une des pièces collectives de la maison. De plus en plus, les intérieurs en comportent d’autres, installés dans la chambre des parents, celles de certains enfants, voire une salle de jeu – souvent, alors, uniquement dévolus aux jeux vidéos, sans réception des programmes. D’une pièce à l’autre se déploie une chaîne de recyclage des téléviseurs au fur et à mesure de leur renouvellement : celui du salon est souvent le plus performant, ceux des chambres les modèles précédents. Pas étonnant, dans ces conditions, que le téléviseurs principal attire plus que les autres et qu’il constitue encore largement un motif de retrouvailles familiales pour y regarder, ne serait-ce que le temps d’un JT ou d’une série, l’ensemble des personnes qui vivent sous le même toit. Ce qui ne signifie nullement une entente cordiale : souvent, au contraire, la concurrence est vive pour choisir le programme à regarder, pour contrôler la télécommande, pour imposer le silence, etc.

Car rien n’est moins calme que le loisir télévisuel : autant la télé est durablement inscrite dans les rythmes de vie de la maisonnée, autant elle est dans la pratique négligée, regardée distraitement, conjointement à d’autres activités, dans un va-et-vient souvent incessant, plus souvent traitée comme une toile de fond que comme un point de focalisation soutenue. Une sorte d’écran de veille, comme il en apparaît sur les ordinateurs délaissés. Bref, les gens s’occupent à tout un tas de choses devant la télé.

Il reste à préciser davantage qui fait quoi car, selon qu’on est un homme ou une femme, un parent ou un enfant, les comportements diffèrent sensiblement.

De toute la maisonnée, les hommes, particulièrement les pères, sont les plus intéressés par le spectacle de la télévision. Ils la regardent jalousement, supportant difficilement d’être distraits. Ils s’emparent le plus souvent de la télécommande pour décider du programme. Les bruits alentour les dérangent, les conversations, les bavardages autour d’eux. Ils réclament souvent le silence, s’arrogeant parfois le privilège exclusif de brancher un casque qui, du même coup, prive tous les autres du son. A l’évidence, la télécommande n’est pas le seul dispositif stratégique dans une famille.

Les femmes, quant à elles, les mères surtout, sont beaucoup moins attentives pour une raison simple, qui renvoie à cette immuable division des tâches entre les sexes : elles s’activent dans la cuisine ou dans le reste de la maison, ménage, repassage, et autres corvées domestiques. Même lorsqu’elles n’ont pas d’ouvrage en cours, elles regardent plus rarement la télévision sans faire autre chose : feuilleter une revue, faire des mots croisés, consulter leur courrier… Elles vont et viennent, répondent au téléphone s’il vient à sonner, sortent le chien dans le jardin, ouvrent au chat qui gratte pour rentrer… Elles ne tiennent pas en place et aussi, nettement plus souvent que les hommes, elles parlent, commentent ce qu’elles voient.

Chez les plus âgés, les hommes s’endorment rapidement devant le programme qu’ils ont imposé, tandis que les femmes veillent plus tard, non sans avoir changé de chaîne aussitôt après.

Autre différence majeure de comportement, celle qui oppose les parents et leurs enfants (lesquels sont le plus souvent des jeunes adultes, dans les situations observées par les étudiants). Quand les premiers se posent devant la télévision pour la regarder, ils ne regardent que cet écran – même s’ils ne s’y attardent pas forcément longtemps. Ils ont leur place attitrée, leurs rituels : quelque chose à grignoter, à boire, la cigarette du soir, etc. Alors que la jeune génération suit généralement plusieurs écrans en même temps : téléphone portable, ordinateur… Pour ces derniers, la télévision ne représente qu’un écran parmi d’autres, qu’ils captent d’un œil. Quelques observations réalisées parmi un assistance composée exclusivement de jeunes révèlent à quel point la télé, bien qu’allumée, apporte une contribution secondaire à leur expérience du moment, alimentée d’écrans divers, de conversations sur place ou à distance, d’allées et venues, de sorties cigarette, etc.

Une des nouveautés soulignées par nombre de journalistes ce matin à propos du débat télévisé d’hier soir est l’intense activité de commentaire en direct qui s’est développée sur les divers réseaux sociaux, mais également sur certains sites d’informations comme Rue89 ou Owni. Les jeunes observés par les étudiants commentent eux aussi ce qu’ils aperçoivent à la télé à destination de leurs amis sur Facebook et ils en reçoivent en retour des appréciations, des conseils pour aller voir autre chose sur une chaîne différente, etc.

Cette conscience de la relativisation de la télévision dans l’éventail des pratiques d’écran des jeunes générations stimule des programmes de recherche-développement visant à intégrer les fonctions des ordinateurs dans les téléviseurs eux-mêmes afin de rendre bientôt possible sur un seul appareil le type de dialogue interactif en direct qui nécessite aujourd’hui plusieurs écrans allumés simultanément. Dans le jargon spécialisé de ces développeurs, les mots clés sont « everywhere » et « multidevice »1.

Fait intéressant : pour mieux ajuster les innovations technologiques ainsi recherchées aux besoins effectifs des consommateurs (puisqu’il s’agira tout de même de les convaincre d’ici peu d’acheter de nouveaux équipements), sont lancées des enquêtes empiriques sur la façon dont les gens regardent la télévision, comme si l’on commençait seulement à découvrir que les mesures de l’audimat – qui postulent qu’il y a toujours un téléspectateur devant un écran allumé – étaient définitivement des artefacts dépourvus de réalité.

  1. Voir en particulier sur ces questions le dossier de la revue Sciences Ouest de février 2012. []

Appareils devant caméras

Capture d'écran du site

http://www.pluzz.fr/france2

Dimanche soir, le journal télévisé de France 2 a consacré un reportage à l’incendie spectaculaire qui venait de détruire dans la nuit un entrepôt de garde meubles à Gagny. Après une série d’images et de commentaires sur l’ampleur du sinistre, l’intérêt des journalistes s’est tourné vers les riverains dont ils filmèrent rapidement les habitations. « A moins de 50 mètres, les premières maisons, elles, ont été préservées. » Il s’ensuivit une séquence d’interview au cours de laquelle on apprit que « les habitants ont pris des photos, réveillés par le bruit de l’incendie. » L’un deux montra à la caméra l’écran de son appareil photo sur lequel il faisait défiler deux clichés. « C’est ce que j’ai vu de chez moi, déclara-t-il, tenant toujours son appareil dans la main, et on sentait la chaleur de là-bas. C’était impressionnant. »

Depuis l’origine de la photographie, les incendies ont été très souvent photographiés parce qu’ils étaient particulièrement photogéniques et, de surcroît, qu’ils produisaient une intense lumière apte à impressionner même la plaque très peu sensible d’un daguerréotype de 1853. Aujourd’hui encore, l’effet spectaculaire est garanti, surtout s’il est exempt de danger.

George N. Barnard, Incendie des moulins d'Oswego, État de New-York, 1853 (daguerréotype colorié)

Dans ce reportage, le caméraman de France 2 et les voisins-photographes ont fait en quelque sorte assaut d’images, les seconds se sentant autorisés à témoigner parce qu’ils pouvaient exhiber les preuves visuelles de ce qu’ils avaient vu devant ces journalistes arrivés sur les lieux après-coup. Mais cette exhibition de photos fonctionne également comme un élément narratif au sein du reportage. Sur le même mode, certaines chaînes d’information en continu commentent à l’antenne les photos que, à leur demande, des téléspectateurs leur ont envoyées pour donner leur vision de tel ou tel sujet d’actualité (chutes de neige ou intempéries, par exemple).

Donc un conseil : si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté pour passer au JT, complétez votre témoignage par des photos prêtes à être montrées. Un minimum d’éditing préalable peut même être recommandé…

Famille rêvée

Voici un nouveau visuel publicitaire à intégrer dans ma série sur l’iconographie de la photo de famille exploitée par la communication.

Deux jeunes parents souriants, trois enfants, dont le petit dernier, physiquement différent des deux aînés, pourrait laisser croire à une famille recomposée. L’harmonie règle dans ce salon branché grâce aux écrans qui captent l’attention des uns et des autres : un téléviseur pour les adultes, une tablette numérique pour les enfants. Comme souvent, c’est le fils aîné qui l’a en main, sa sœur et son petit frère regardent par dessus son épaule, selon une mise en scène réaliste des relations de concurrence et de domination au sein d’une même fratrie.

Tout ce monde-là tire son bonheur commun d’avoir acquis la Neufbox Evolution de SFR, mais chacun pour ses raisons personnelles. C’est là où l’iconographie familiale trouve pleinement son efficacité médiatique : ce rassemblement de personnes d’âge et de sexe différent résume commodément la diversité entre les individus ; il permet de parcourir à bon compte des motivations diversifiées et de faire ainsi la démonstration que le produit présenté peut satisfaire tout le monde.

A l’intérieur du prospectus, chaque membre de la famille explique en quoi cette nouvelle box comble ses attentes.

La mère, est heureuse de pouvoir joindre ses trois enfants à tout moment, « sur un fixe ou sur leur mobile », sans surcoût. On comprend ainsi que ses enfants sont équipés de portables.

Le père, qui manifestement ne voit pas le jour « entre le boulot, les enfants et un minimum de vie sociale », ne rate désormais rien des matchs qu’il souhaite suivre, quand bien même il est constamment interrompu ou qu’il ne parvient pas à les regarder en direct.

Le benjamin, qui « adore quand on se fait une soirée TV en famille », apprécie l’offre de programmes proposée par les nombreuses chaînes et la vidéo à la demande, même s’il reconnaît que pour en adopter un qui plaise à tout le monde, il faut « quelques heures de négociation ».

Agée de 12 ans, la fille trouve facilement sa série préférée à partir de la grille des programmes pour s’offrir « une pause télé avant d’attaquer les devoirs ».

Quant à l’aîné, fier d’énumérer son équipement multimédia (musique sur son ordinateur, films sur un disque dur réseau, séries cultes sur le décodeur, photos de ses copains sur une carte mémoire), le téléviseur lui sert d’écran pour y retrouver toutes ses ressources numériques.

Belle famille sur-équipée, encore qu’il semble n’y avoir qu’un seul téléviseur, contrairement au multi-équipement qu’on enregistre fréquemment dans la réalité. L’adolescence s’affirme par l’auto-subsistance électronique. Hormis la mère et le plus jeune fils, tous raisonnent individuellement et satisfont leurs besoins d’écran indépendamment des autres. L’enrichissement des offres de services permet plus facilement leur coexistence qu’elle ne favorise la convivialité.

L’essor de la télévision, dans les années 1960, a marqué le début d’un processus de privatisation de la consommation des images, par opposition au cinéma, qui supposait encore la fréquentation de lieux publics. Cette tendance n’a fait que s’affirmer au cours du temps. La publicité de SFR valorise une harmonie familiale qui résulte avant tout de la satisfaction des besoins individuels de chacun de se membres, comme si le processus de privatisation avait désormais structuré le groupe familial lui-même pour en faire, dans ses consommations d’images, une somme d’individus plutôt qu’une entité collective.

En complément (8 janvier 2012) :

Capture d'écran du site turc Huzur Electrik Enerji

Une autre utilisation du même visuel, cette fois pour un site turc de vente de matériel électrique. Cherchez l’erreur !

Les problèmes actuels du droit à l'image

"Le visage flou", image reprise sur le site de la Malette Interactive Artistique Multimédia (MIAM)

Mercredi prochain, 6 avril, je présenterai une conférence sur Les problèmes actuels du droit à l’image, plusieurs fois évoqués sur ce blog.

Elle aura lieu dans le cadre de l’Université permanente de Nantes, à partir de 14 h 30.

Plus d’informations.

Equipement obligé

Capture du site de Sud-Ouest.fr, 4 fév. 2011

Lors d’un court séjour hier dans une clinique, en hôpital de jour, pour un examen qui exigeait une anesthésie générale,  j’ai pu constater que le « box » dans lequel on m’avait installé – chambre exiguë équipée du strict nécessaire – comportait néanmoins un téléviseur. Au départ, me fiant à mes souvenirs un peu anciens d’hospitalisation, j’ai pensé qu’il ne fonctionnait pas puisque je n’avais rien payé pour. Puis, réalisant qu’on ne me l’avait pas proposé, j’ai appuyé sur le bouton « ON » de la télécommande et, ô miracle, l’image est apparue, m’offrant toutes les chaînes de la TNT.

Je ne sais pas si la télévision est gratuite ou non dans le cadre d’une hospitalisation de plusieurs jours, mais je suis frappé de voir qu’ici, alors même que les patients passent peu de temps dans ce local de transition (à peine une heure avant l’intervention, tout au plus deux heures après), il a été jugé nécessaire, incontournable de leur donner accès à la télévision, comme si un temps mort aujourd’hui ne pouvait plus se concevoir sans l’anesthésie rassurante des images du petit écran.

Le temps suspendu

Capture d'écran du site de France 2

Vendredi 3 décembre, le  journal de 13 h sur France 2 s’ouvre par un reportage sur les chutes de neige à Coutances, en Normandie. Récit classique : les habitants bloqués dans leur maison, les voitures qui ne parviennent pas à circuler, heureusement l’artisan providentiel qui met son tracteur à la disposition de ses voisins, les employés de la voirie heureux de pouvoir rendre service à la population…

Et puis, soudain, le commentaire devient rêveur. Tandis que la caméra s’élève vers le clocher de l’église, suggérant une supplique muette au ciel (Dieu ou météo, on ne sait pas), la voix off déclare : « En cette journée très spéciale, le temps semble suspendu. A chacun d’y trouver son compte. » (L’équipe de France 2 se trouve elle aussi bloquée sur place.)

On redescend sur terre en découvrant cette femme plantée devant la caméra, avec ses énormes lunettes noires qui nous annonce, guillerette : « On filme, on photographie, on est bien. »

C’est pas beau la neige ?