L’ère de la télévision

Camping sauvage en Ariège, 2001 (photo : Sylvain Maresca).

 

Les images dans la société – chapitre 18

Si l’on considère la télévision selon l’angle du rapport entretenu par les spectateurs à l’image, on doit considérer ce nouveau médium comme le vecteur d’une réappropriation privée des images animées. La télévision permet de les regarder à son domicile. Couplée au magnétoscope, elle a étendu cette possibilité puisque l’on peut désormais regarder des films non seulement chez soi, mais encore le jour et à l’heure de son choix, et même, pourquoi pas, en s’attardant uniquement sur une séquence en particulier. Le rapport aux images filmées n’en devient pas plus actif pour autant, il entre simplement dans l’ordre des comportements privés. La télévision affranchit la consommation des images animées de la fréquentation des lieux publics spécialisés que sont les cinémas. A cet égard, elle est un outil de privatisation.

Télécharger l’intégralité du chapitre.

TABLE DES MATIÈRES DU LIVRE

Petite chronique du Haut Atlas – 3

Dans le petit bourg où finit la route, il semble que presque toutes les familles possèdent la télévision. En descendant au marché, je dénombre une quarantaine d’antennes paraboliques. Mais il est difficile d’évaluer le nombre exact de maisons. Dans les hameaux situés plus haut dans la vallée, la proportion semblait nettement moindre.

Un téléviseur coûte environ 100 € ; l’antenne parabolique et son décodeur, environ 120 €. Par comparaison, un âne vaut en moyenne 100 €.

Dans les familles paysannes, le travail de la terre est destiné à l’autoconsommation. Il ne rapporte pas d’argent, sauf  la vente occasionnelle d’un mouton ou d’une chèvre, voire de quelques noix en surplus. Les seules rentrées d’argent proviennent soit du salaire que touche éventuellement un membre de la famille occupant un emploi salarié, parfois un émigré en France, soit des journées que les paysans font à l’extérieur, qui leur rapportent au maximum 6 à 7 € par jour. Il leur faudrait donc travailler au moins un mois et demi à deux mois pour autrui à temps complet pour s’offrir la télévision. Puis payer l’électricité.

Relais de télévision et de téléphone. Sur la droite, on aperçoit un chantier de construction traditionnelle d'une maison en pisé.

Au souk du samedi matin, il y a affluence devant l’échoppe du marchand de télévision. Un téléviseur allumé diffuse une émission devant laquelle se pressent des enfants et presque autant d’adultes, soit qui ne veulent rien rater de leur programme préféré, soit qui jaugent s’ils vont sauter ou non le pas de ce gros achat.

Quand on s’éloigne du bourg pour s’engager dans l’une des ramifications de la vallée qui s’élève dans la montagne, se succèdent plusieurs hameaux peu importants aux maisons serrées les unes contre les autres, rouges si la terre est rouge, vertes si elle est verte. Rapidement, on ne voit plus aucune antenne parabolique. Il faut dire que l’électricité n’a atteint ces fonds de vallée que depuis un an. Au delà de 2000 m d’altitude, on continue à traverser des villages, cette fois sans eau courante ni électricité. Mais on trouve partout une mosquée, reconnaissable au moins à son haut-parleur – alimenté par une batterie – et une école, parfois équipée d’un panneau solaire.

A suivre…

Petite chronique du Haut Atlas – 2

Le propriétaire du gîte qui nous héberge dans la vallée de Aït Bououli nous invite chez lui pour découvrir la technique traditionnelle du tissage des tapis de laine. Nous pénétrons dans la cuisine où se trouve le métier à tisser. Les murs en terre, gris-bruns, sont bruts, traversés par les saignées des circuits électriques qui ont été rebouchées avec du plâtre blanc. Rien ne les égaie. Au sol, des tapis : l’un, artisanal, en laine, blanc rayé de noir ; les autres en plastique made in China. Un rideau marron bigarré ferme les étagères situées sous la plaque de gaz. Hormis ces rares motifs décoratifs, on aperçoit seulement quelques images sur les boîtes de tisane, de thé vert ou d’allumettes, ou encore sur quelques vieux pots de confiture de la marque Baraka.

Rien d’autre ? Si : un téléviseur assorti d’un lecteur de DVD. D’ailleurs, l’antenne parabolique accueille le visiteur dès son arrivée dans la cour de la maison, près de la porte d’entrée.

Sachant que le propriétaire de ces lieux fait office de passeur entre la société traditionnelle de cette région et le tourisme occidental – sa femme s’active dans la cuisine en tenue traditionnelle berbère, large et longue blouse claire, fichu serré sur la tête, mais porte aux pieds des chaussettes de la marque Quéchua -, on peut en déduire que sa maison présente une version plutôt aisée de l’habitat paysan et que la plupart des maisons ordinaires de la montagne sont encore plus modestes et dépouillées.

A suivre…

Comme au cinéma

Voici trois aperçus tirés de l’actualité récente qui ont pour point commun la récente tempête et l’une des régions les plus touchées, la Charente :

  • Tout d’abord, au lendemain de la catastrophe, les propos de cette femme, victime des intempéries, qui,  pour exprimer son effroi devant le déchaînement des éléments, utilisa cette formule : « On se serait cru dans un film. » Un film-catastrophe, je suppose.

  • Ensuite, ce fait divers révélé il y a quelques jours : Philippe Berre a été interpellé dans une commune dévastée par la tempête où il s’était fait passer pour un fonctionnaire en mission. L’histoire de cet homme, auteur par le passé d’escroqueries beaucoup plus spectaculaires, venait d’être portée à l’écran dans le film A l’origine (2009). Or, dans le reportage télévisé consacré par France 3 à cette nouvelle affaire, c’est au metteur en scène du film, Xavier Giannoli, que l’on demandait des éclaircissements sur la personnalité de cet individu étonnant. C’est-à-dire à celui qui avait transformé les informations disponibles en un film de fiction.

  • Enfin, on peut voir ces jours-ci une campagne de publicité, probablement programmée de longue date, mais qui vient à point nommé pour redorer l’image de cette région : « La Charente présente : Mon grand week-end collector », avec en sous-titre : « Un film réalisé par vous-même toute l’année »1.

Ainsi, le cinéma permettrait de ressentir, de comprendre ou de nous rendre maîtres de notre vie.
La « vraie vie » serait-elle devenue du  cinéma ?

  1. Périodiquement des banques proposent elles aussi de fausses affiches de films pour vanter un nouveau produit ou service dont le client-bénéficiaire serait l’acteur principal. []

L'information présentée comme une fiction

« Une sorte d’épisode de Cold Case » : ainsi commençait une information diffusée dans Inter soir, le journal de 19h sur France Inter, vendredi 27 novembre, qui annonçait le début de fouilles dans le cimetière de Saubrigue, près de Dax. « 122 des 272 tombes vont être inspectées avec des caméras endoscopiques pour tenter de savoir si le corps d’une femme disparue il y a sept ans n’a pas été cachée dans l’une d’elles. »

J’ai été frappé qu’une information soit présentée comme le nouvel épisode d’une série télévisée à succès. Ce type d’analogie entre la « vraie vie » et le spectacle qu’en donne la télévision est devenue courante dans la vie ordinaire ; elle alimente les conversations d’images partagées par une fraction importante de la population, si l’on en croit les chiffres d’audience de ce type de programmes. Mais il est plus étonnant d’assister à leur irruption dans un journal d’information censé nous rapporter des faits réels. Association d’idée entre les caméras prévues pour l’enquête dans ce cimetière et l’imagerie télévisée ? Formule-choc pour relancer l’intérêt des auditeurs en cours d’émission ? Éclairage sur la tentation des spécialistes de l’information de nous distraire avec des « histoires » que ne dédaigneraient pas les scénaristes du petit écran ?  Indice significatif de l’emprise de la télévision dans notre vision du monde, y compris celle des journalistes ? Il y a probablement un peu de tout ça dans cet exemple.

Mais ma surprise est venue également du fait que j’ignorais tout de Cold Case. Je savais qu’il s’agissait d’une série télévisée, mais rien de plus, ne l’ayant jamais regardée et, plus généralement, regardant peu la télévision. Je me suis donc trouvé pris au dépourvu par cette référence culturelle qui semblait aller de soi pour le présentateur de France Inter, mais pas pour moi1.

Une des difficultés pour les intellectuels à prendre réellement la télévision comme objet d’étude provient de leur peu d’intérêt à passer du temps devant le petit écran. Autant beaucoup sont prompts à en discuter, à en débattre, autant peu semblent curieux de voir ce qu’il en est, ce qu’on y voit et ce que les gens en font. Ou alors sur le mode distant et un rien interloqué de l’ethnologue qui découvre des pratiques inconnues2. Il y a là pourtant un véritable chantier à ouvrir3.

Complément du 24 janvier 2010 :
Pour un autre exemple proche, présenté par Christian Salmon :
http://www.rue89.com/cabinet-de-lecture/2010/01/24/salmon-on-ne-construit-pas-lidentite-dune-nation-135097
où l’on voit un juge de la Cour suprême américaine justifier l’usage de la torture « non pas en se fondant sur le droit, mais sur l’exemple de Jack Bauer qui l’utilise en cas d’urgence pour la nation. Si le héros de « 24 heures chrono » peut l’utiliser, les USA doivent s’y autoriser… Réalité et fiction ne cohabitent plus, elles copulent. »

  1. Pour ceux qui ne seraient pas plus au courant que moi, Cold Case – dont le sous-titre est Affaires classées dans la version française – présente des enquêtes policières sur des affaires classées sans suite depuis longtemps et dont le mystère n’a pas été élucidé []
  2. Cf. par exemple, le livre de Stéphane Breton, Télévision, Paris, Grasset, 2005 []
  3. Un essai intéressant d’ethnographie de la place occupée par la télévision dans la vie des gens est proposé dans l’ouvrage dirigé par Alexandre Delarge et Juliette Spire, La télé au logis, Paris, Créaphis, 2002 []

Comme à la télé

Une « indiscrétion » de l’Express (3047, 26 novembre, p. 26) nous révèle que, lors du match de qualification entre la France et l’Eire, le 18 novembre dernier au Stade de France, le président de la République disposait devant son fauteuil d’un petit téléviseur sur lequel il a pu suivre la retransmission en direct. Autrement dit, il est allé au stade pour regarder le match à la télé !

L’article ne précise pas pourquoi son fauteuil est ainsi équipé, ni si d’autres le sont. S’il l’a été à la demande de Nicolas Sarkozy ou si c’est une prérogative de tout président de la République. Ce téléviseur offre en tout cas au chef de l’État le bénéfice politique d’être présent dans le stade sans devoir forcément suivre en continu le déroulement de la partie sur le terrain. 90 mn de jeu, c’est probablement long pour un haut responsable politique. Ou peut-être préfère-t-il tout bonnement regarder le foot à la télé.

Le comique de la situation vient de l’incident majeur qui a entaché la victoire de l’équipe de France. Car autant l’entraîneur, les différents responsables sportifs présents ont pu affirmer et répéter qu’ils n’avaient pas vu la main de Thierry Henry, en l’absence d’un dispositif autorisé d’enregistrement vidéo dans le stade, autant le président de la République a, quant lui, eu toute latitude de voir et revoir au ralenti la faute du capitaine français. La quasi-totalité des spectateurs voient le match dans sa réalité instantanée ; ils sont venus spécialement pour vivre cette expérience unique. Seuls les journalistes sportifs, et le chef de l’État, la doublent d’un récit télévisé qui structure en direct le déroulement de la partie à coups d’accents verbaux, de gros plans sur certaines actions… et de ralentis. Manifestement, tout le monde ne se prive pas de la vidéo dans un match de cette importance.

Prédire, pré-voir

Entendu ce matin, dans le journal de 9 heures sur France Inter :

« Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ravivant ensemble la flamme du tombeau du soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe, ce devrait être la nouvelle photo de la réconciliation franco-allemande. »

Ce geste a été prévu pour être « très symbolique » et il débouchera forcément sur un cliché qui le sera tout autant, tellement il est vrai désormais qu’un événement digne de ce nom ne saurait se concevoir sans l’accompagnement des médias (ajoutons-y la télévision, bien sûr). Mieux même : sans être conçu spécifiquement pour son rendu médiatique. Dans cet esprit-là, le geste politique est une photo à venir. On peut en prédire l’écho, on peut en pré-voir l’image1.

Cette formule radiophonique soulève en outre une question de vocabulaire. On y entend un « mot-image », comme il arrive de plus en plus souvent dans le langage actuel. Ne présente-t-on pas les sondages comme des « photographies instantanées » de l’opinion, n’assimile-t-on pas un beau paysage à une « carte postale », etc. ? Il serait intéressant de dresser un inventaire de ces expressions symboliques qui émaillent notre vocabulaire usuel et qui désignent le registre des images comme l’un des facteurs structurants de notre culture contemporaine. A vos exemples !

  1. J’ai développé ce thème dans ma contribution au livre dirigé par Gianni Haver sur La photo de presse, intitulée : « Pré-voir l’actualité. La notion d’évènement redéfinie par la photographie de presse » []