Retour au bon vieux registre

Mercredi dernier, j’étais à Buenos Aires pour participer au jury de thèse d’une étudiante dont j’avais co-dirigé le travail avec une collègue argentine, Susana Sel. André Gunthert faisait également partie de ce jury puisque cette thèse avait été préparée par Lucia Ulanovsky dans le cadre du Lhivic, à l’EHESS.

La soutenance s’est déroulée dans une salle spécialement aménagée pour les visio-conférences au sein de la Faculté de Philosophie et de Lettres. Matériel ultra-moderne, technicien présent en permanence : la connexion avec l’équivalent à l’EHESS s’est effectuée sans problème avec une qualité d’image et de son remarquable. A Paris, André suivait et intervenait dans les débats comme s’il se trouvait dans la pièce à côté.

Une fois terminés les échanges entre la candidate et les membres du jury, une fois conclue la délibération du jury, la décision a fait l’objet d’un procès-verbal, comme c’est l’usage en Argentine comme en France. Mais, là où cet acte officiel s’inscrit dans sa version française sur un formulaire standard qu’il suffit de remplir et de signer, à l’université de Buenos Aires, il requiert de récupérer le livre des « Actes » de la Faculté de Philosophie et Lettres dans lequel sont consignées toutes les décisions des jurys. Il faut donc attendre que cet épais registre soit apporté aux membres du jury – une autre thèse se déroulait juste avant – pour que s’engage la rédaction, à la main, d’un récit en bonne et due forme qui inclut la présentation du jury, le résumé du thème de la recherche, de la teneur des échanges et des évaluations du jury, pour s’achever par l’énoncé de la décision. Une fois, cet « acte » rédigé, il est lu intégralement à la candidate pour lui signifier officiellement la décision du jury. Ensuite de quoi, le registre repart vers d’autres soutenances et le lieu de son archivage.

Le contraste était saisissant entre l’instantanéité de la technologie numérique, capable de mettre en relation à la seconde des interlocuteurs que séparaient plus de 10 000 km, et l’accumulation manuscrite de décisions officielles dans un registre ouvert depuis des années. J’avais l’impression que plusieurs siècles séparaient le vis-à-vis virtuel permis par les écrans et l’inscription notariale d’un acte couché sur le papier, la rapidité de transmission des données numériques et la lenteur de leur transcription en « actes » à valeur juridique, entre le clic de la souris d’ordinateur et le tracé du stylo sur le registre. Le tout se télescopant dans le déroulement d’une « cérémonie » branchée à la fois sur la modernité technologique et la tradition académique.

Soutenance de thèse : "L'image numérisée du visage", par Franck Leblanc, 7/12

J’aurai le plaisir de prendre part au jury de la thèse que Franck Leblanc soutiendra à l’Université Paris 8 le 7 décembre prochain à 14 h, salle A070.

Son titre complet est : « L’image numérisée du visage. De la créature digitale à l’objet de reconnaissance, 1976-2010 ».

Le jury sera composé de :

François Soulages, directeur de thèse ;

Philippe Goudard ;

Françoise Parfait ;

Rodrigo Zuniga ;

et moi-même.

Résumé de la thèse :

L’image numérisée du visage inscrit-elle dans le fichier numérique le même rapport à l’Autre que ce que faisait la photographie argentique sur le film ? Le portrait comme construction de l’image donnée d’autrui, comme mode de représentation d’une identité, d’un statut social ou bien d’un imaginaire est une œuvre de création régie et structurée par la pose. Que devient l’image du visage, le regard porté sur l’Autre à l’aune de son enregistrement numérique ? La diffusion sur Internet de photographies de visages identifiés, pose comme enjeu la redéfinition des notions de consentement et d’anonymat. D’un portrait régi par le temps de la pose, un glissement semble s’opérer par le biais de la technologie informatique vers un positionnement de l’individu détecté et reconnu. La lecture biométrique du visage numérisé modifie nécessairement notre rapport à l’Autre, notre rapport à une société qui développe les moyens technologiques d’un contrôle, d’une identification à distance. Voici les enjeux de ce travail de recherche : tenter de penser l’image du visage à l’aune de sa numérisation.

Voir-Etre vu

Photo : Michaël Meyer

Vendredi dernier à l’Université de Lausanne,  Michaël Meyer a soutenu avec succès une thèse de sociologie visuelle que j’avais eu le plaisir de co-diriger avec Gianni Haver, professeur de cette même université.

Voici le résumé que son auteur donne de cette recherche intitulée
Pour une sociologie visuelle du monde policier. Regards, visibilité et médiatisation de la police lausannoise :

« Ma recherche propose l’étude sociologique de trois dimensions visuelles du travail policier en rue. Chaque dimension constitue une partie de la thèse :
l’observation comme ressource professionnelle des policiers (voir),
leur visibilité en rue (être vu)
et  la figuration médiatique de la police (vu dans les médias).

Cette thèse est construite comme un compte-rendu méthodologique quant à l’usage des images dans l’objectif d’étudier ces trois dimensions.
Dans ces trois parties, l’analyse s’élabore de manière croisée à partir des contextes intermédiatiques et de face-à-face sur lesquels l’expérience du policier se construit. Une « culture visuelle » de la police circule entre imaginaire médiatique et réalité du travail. Pour comprendre cette circulation, je recours à la « stimulation photographique », méthode de présentation des images aux enquêtés et de récolte de leurs commentaires.
Si ma recherche s’intéresse au travail de police et aux compétences visuelles, elle relie aussi l’étude des médias et l’analyse des interactions situées engendrées par la diffusion de représentations médiatiques de la police.

A la croisée de la sociologie de la police, de la sociologie de l’image et de la sociologie des médias, cette thèse montre que la sociologie visuelle peut constituer une ressource méthodologique pour renouveler l’étude des groupes professionnels dans la société médiatique. Les méthodes visuelles utilisées permettent d’ouvrir une analyse de la société comme système de regards et de constituer la visibilité en objet et en catégorie analytique pour les sciences sociales. »

Un article en ligne de Michaël Meyer : « Copwatching et et perception publique de la police. L’intervention policière comme performance sous surveillance ».

La mission des photos

Campement, 1884/1898, François Coillard, Zambèze

J’ai eu le plaisir de présider, vendredi dernier, le jury chargé d’évaluer les mérites de la thèse d’Emilie Gangnat. Préparée sous la direction de Michel Poivert, elle propose Une histoire de la photographie missionnaire à travers les archives de la Société des missions évangéliques de Paris (1880-1971). En voici le résumé :

Dans le contexte missionnaire, parfois mise au service de l’évangélisation des populations non-chrétiennes, la photographie est principalement diffusée auprès des chrétiens occidentaux afin de les informer des progrès de l’œuvre.
Constitué entre les années 1880 et 1971, le fonds photographique de la Société des missions évangéliques de Paris (SMEP) a été développé pour répondre aux besoins de la mission protestante française. À travers son étude iconographique et plastique, et l’examen de sa diffusion, cette recherche se propose d’analyser les liens qui existent entre mission chrétienne et photographie. Elle souligne la façon dont l’image est associée au texte et mise au service de la propagande missionnaire. Elle met aussi en évidence une historicité propre à la photographie missionnaire qui se développe en trois temps :
– l’exploration des champs de mission à la fin du XIXe siècle, durant laquelle les missionnaires entendent faire un « état des lieux » du continent africain,
– le développement de l’œuvre au cours de la première moitié du XXe siècle ; la mission est alors montrée à travers ses différentes activités et elle donne aux convertis une identité visuelle correspondant aux valeurs chrétiennes occidentales,
– les indépendances, enfin, durant lesquelles les photographies témoignent du bouleversement des rapports entre populations locales et missionnaires qui recherchent de nouvelles formes d’action.
Les photographies missionnaires proposent un regard original de l’Occident sur l’Afrique et nous permettent de mieux comprendre la formation de  l’identité donnée à l’Autre à travers l’image.

Hôpital de Senanga (salle d'opération), 1954, Claire Bornand, Senanga (Zambie)

Thèse d’histoire de l’art de l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, soutenue le vendredi 14 janvier 2011, à l’Institut National d’histoire de l’art.
Jury
: Michel Poivert (directeur de thèse, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Sylvain Maresca (président du jury, université de Nantes), Jean Pirotte (Université de Louvain) et Jean-François Zorn (Institut Protestant de théologie, université de Montpellier).

Grâce à l’important travail de classement et numérisation réalisé par Emilie Gangnat, la collection photographique de la SMEP est désormais accessible en ligne.

Soutenance de thèse "Les photographies dans le journal Libération", par Louise Charbonnier

invitation soutenance

Louise Charbonnier soutiendra sa thèse, intitulée « Les photographies dans le journal Libération, généalogie et caractéristiques d’une stratégie de distinction », le 23 novembre à l’Institut d’Etudes politiques de Lyon,  à 14 h 30, devant un jury composé de Jean-Claude SOULAGES , Professeur des universités, Université Lyon 2, Martine JOLY, Professeur émérite, Université Bordeaux 3, Claude CHABROL Claude, Professeur émérite, Université Paris 3, Jean-François TÊTU , Professeur émérite, Université Lyon 2, et André GATTOLIN, expert, Université Paris 3

Résumé :

Mobilisant le versant indiciel du signe photographique, la photographie de presse référentielle relève d’un dispositif de monstration du réel, porteur d’une promesse épistémique et d’une posture médiatique pédagogique. Une approche sémiodiscursive de la photographie de presse tente dans un premier temps de comprendre comment l’emprise de la vision photographique, et l’imaginaire de vérité techniciste de la preuve par l’image, sont mis en abyme et intentionnellement présupposés dans la stratégie testimoniale mise en œuvre par le discours d’information médiatique. On essaye ici de mettre au jour les facteurs d’activation de ce prédiscours, ses marques indirectes d’appel.

Guidé par le même fil rouge qui avait motivé nos précédentes recherches – la notion princeps de regard –, on analyse alors en quoi les photographies de Libération peuvent se démarquer de cette figure imposée qu’est la photographie testimoniale, pour mettre en scène un regard singulier et décalé de l’instance médiatique sur le monde. En rupture avec les standards journalistiques attendus, la stratégie de Libération repose en effet sur une réécriture photographique sophistiquée de l’actualité – un réel art de faire visant des effets de connivence avec son lecteur. Praxis photographique, postures énonciatives, formes textuelles, procédés, visées communicationnelles, et fonctionnalités du cadre : les typologies et analyses élaborées dans cette thèse permettent de décrypter la stratégie de distinction de ce quotidien, études de cas à l’appui.