Gare au pénal !

Tel est l’avertissement sans détour que m’a lancé une juriste lors de la journée de lundi, à la MSH de Tours, consacrée au thème « Diffuser les données de la recherche en sciences humaines et sociales. Questions de droit et d’éthique – 1« . J’étais en train de présenter les différentes manières que j’avais d’incorporer des images sur mon blog lorsqu’elle m’a interrompu pour me dire que je violais le droit de l’image de multiples façons dont chacune pourrait bien mériter des poursuites au pénal. Frisson garanti !

Les autres échos juridiques recueillis au cours de cette journée convergent pour pointer que nos pratiques sur Culture Visuelle n’ont rien d’orthodoxe et ne pourraient que soulever l’indignation des spécialistes du droit. Même l’application Cachimage ne serait qu’un illusoire paravent. Pas réjouissant tout ça…

Heureusement, le reste de la journée a été plus convivial et intéressant. A partir de plusieurs expériences relatées en détail, diverses questions sont ressorties :

– celle des publics auxquels est destinée la mise en ligne d’archives ou de données diverses de la recherche, et donc du degré de publicité qui leur est faite. Question qui engage des réponses diversifiées, des partis-pris techniques, éthiques différents.

– celle de la liberté toute relative dans laquelle se trouvent les institutions de la recherche lorsqu’elles bénéficient de financements publics pour numériser leurs archives : désormais, l’injonction qui va de pair est le plus souvent de mettre en ligne les fonds ainsi retraités, sans qu’il y ait forcément de réflexion préalable sur l’intérêt d’un tel versement sur internet. Où l’on retrouve, mais un peu tard, la question précédente.

– celle de savoir s’il se constitue ainsi sur internet un nouvel espace scientifique, contournant les régulations académiques classiques ; et surtout, si ces dernières ne sont pas remplacées sur la toile par une augmentation des obligations juridiques, peut-être plus contraignantes encore.

Cette réflexion se poursuivra lors de nouvelles journées.

A suivre…

La lumière d'en-haut

Ou les impressions d’un promeneur dans la cathédrale de Tours
(billet pour le dimanche).

Je visite l’édifice en même temps qu’une classe d’enfants du primaire qui déambulent en vitesse d’un lieu à l’autre, difficilement retenus par leur institutrice. La plupart ont un appareil photo et s’en servent à tout-va.

Leur curiosité est si expéditive qu’ils ne s’aperçoivent pas que les corps des gisants allongés sur le tombeau en marbre blanc exposé derrière des grilles sont étonnamment petits. Les enfants ne s’attardent pas sur les images de la mort. Il s’agit pourtant de la sépulture de deux enfants : Charles-Orland (1495) et Charles (1496), dauphins et princes héritiers de Bretagne.

Dans leur précipitation à photographier puis repartir (dignes enfants du tourisme qui consiste davantage à prendre des photos que son temps), ils n’ont sûrement pas remarqué non plus que les murs autour du tombeau étaient décorés de peintures, en partie effacées.

Cette imposante cathédrale gothique fut auparavant une église romane, plusieurs fois endommagée par des incendies ou des écroulements. Elle était alors richement décorée de fresques murales, comme en témoigne Grégoire de Tours qui fit refaire les peintures en 580 : « Ayant trouvé les murs de la sainte basilique dégradés par l’incendie, je les fis peindre et décorer avec le brillant qu’ils avaient auparavant par les soins de nos propres artistes. » ((extrait de son Histoire des Francs, cité par Jeanine Wettstein dans son livre La fresque romanetexte disponible en ligne).

A partir de 1200, la cathédrale fut rehaussée dans le style gothique et l’on y installa d’immenses vitraux richement décorés. Lorsqu’on tourne autour du chœur, le détail de leur composition est présenté au visiteur sous la forme de reproductions photographiques commentées, accrochées aux grilles du déambulatoire. Car la densité des motifs iconographiques et surtout la hauteur à laquelle sont installées ces verrières monumentales interdit de les distinguer à l’œil nu. Ce « merveilleux album d’images », pour reprendre les termes du commentaire proposé sur le site de la paroisse de Saint-Gatien, demeure donc indiscernable pour le commun des mortels.

Je me dis que c’est un effet voulu par les constructeurs de cet édifice destiné à être imposant. Le fidèle, écrasé par la masse de cette architecture, misérable créature en proie au péché, découvre cependant, en levant les yeux, une lumière ineffable qui ne peut être que le rayonnement divin. Rayonnement qui fait miroiter dans le lointain des figures allégoriques telles qu’on les imagine dans le Royaume céleste. Le vitrail est un dispositif magique, irradiant et inaccessible, vecteur d’illumination.

Par comparaison, les fresques sont à portée de main. Certes, elles renvoient à un état de la cathédrale plus ancien et plus modeste, dans laquelle n’existaient pas ces envolées célestes. Mais elles ont manifestement une autre visée : offrir au fidèle des images reconnaissables, quelques actes des apôtres destinés à inspirer sa conduite. Autant les fresques lui parlent et s’adressent à lui – décor d’une église encore à sa dimension ; autant les vitraux lui échappent et le dépassent – luxuriance d’une cathédrale définitivement monumentale.

Bien qu’ayant perdu toute trace des sentiments qui pouvaient animer les fidèles du Moyen-Age et, largement, la culture chrétienne, le promeneur d’aujourd’hui ressent tout de même physiquement le contraste entre ces deux registres d’imagerie religieuse : la fresque humaine et le vitrail céleste.

En complément : L’essor des images à partir du Moyen-Age ; Le Créateur et le bâtisseur.