Travail gratuit

Le Monde-31-12-2015Le quotidien Le Monde vient de consacrer un article à l’essor du travail gratuit qui, à travers les stages, les commandes non rémunérées, les « expériences professionnelles » vantées comme des « compléments de formation » ou des gages de « visibilité », affecte particulièrement les professions indépendantes dans le secteur des activités culturelles. Lire la suite

Ciné-débat : Photographie et monde industriel

Ce mercredi, 20 novembre, à 20 h 30 au cinéma Jacques Tati de Saint-Nazaire, je participerai à un débat avec des salariés de diverses entreprises de la ville et le plasticien Serge Lhermitte, qui achève avec eux une résidence artistique autour de leur(s) vision(s) du monde du travail.

Cette soirée annonce le colloque national Art et Travail, Culture et Entreprise – Nouveaux horizons, organisé par le Centre de Culture Populaire, qui se déroulera jeudi 21 et vendredi 22, au Life et à l’Agora de Saint-Nazaire.

Des écrans dans la boîte à outils

1. Un commercial vient me démarcher pour me vendre l’installation de panneaux photovoltaïques. Dès lors qu’il me sent intéressé, il sort ses outils pour constituer le dossier. Outre son bloc-notes sur lequel il esquisse des calculs convaincants, il fait glisser ses doigts sur sa tablette numérique pour me montrer le détail du matériel prévu. Puis, il prend son smartphone pour photographier les documents personnels qu’il faut joindre au dossier. La fonction calculatrice lui permet en outre de peaufiner ses estimations techniques et financières.

2. Quelques jours plus tard arrive un technicien pour effectuer une étude de faisabilité. Il inspecte la chaudière, plonge derrière pour examiner la tuyauterie, puis passe au garage pour évaluer où pourraient être installé les nouveaux compteurs, ondulateurs et autres boîtiers indispensables. A chaque étape de cette exploration, il prend des photos avec un petit appareil numérique. Une fois sa curiosité satisfaite, il s’installe avec sa tablette sur les genoux pour composer, grâce à un logiciel de création graphique, le croquis du toit avec l’emplacement prévu pour les panneaux, le tout coté de manière précise à même le dessin. Il se plaint d’ailleurs de n’avoir pas un logiciel plus performant, lui qui vient du monde l’architecture, mais son entreprise n’a pas voulu dépenser plus.

3. Lorsque les ouvriers arrivent le jour prévu pour l’installation des panneaux, ils apportent avec eux un dossier dans lequel figurent plusieurs photos de mon garage et de la buanderie qui, entre-temps, ont été complétées sur ordinateur par le croquis de l’emplacement précis des différents appareils prévus. Entre-temps, j’ai fait de la place si bien que mon garage ne ressemble plus à l’image qu’en donnent ces photos d’il y a quelques semaines.

Une fois leur travail fini, le chef d’équipe sort une petite tablette numérique sur laquelle il me fait défiler les différents formulaires que je dois signer pour conclure le chantier. Pour ce faire, il me tend un stylet qui me permet d’apposer mon paraphe directement sur l’écran.

Ces ouvriers sont les salariés d’une entreprise de la région parisienne. On leur a regroupé plusieurs chantiers dans la région de Nantes où ils séjournent une semaine entière. Je suppose que, le soir venu, ils transmettent par mail, via le wi-fi de leur hôtel, les documents de la journée afin qu’ils soient traités en temps réel par les personnels des bureaux.

Au final, les écrans numériques (je n’ai pas parlé de l’utilisation continuelle du téléphone portable) font ici partie intégrante de leur boîte à outil, étendant leur travail au delà de la réalisation pratique, de l’expertise technique ou de la vente de service, pour y adjoindre une continuelle tâche bureautique qui fait de ces professionnels de véritables bureaux ambulants et connectés.