Voilà pour la photo

France Inter, ce matin, journal de 7 h :

Pour lancer son sujet sur le début des journées parlementaires de l’UMP (qui se sont ouvertes hier à Biarritz), le journaliste relaie le mot d’ordre d’unité qui a été mis en avant par les principaux ténors de la majorité, avant d’ouvrir une autre page de son commentaire, moins consensuelle, par cette formule : « Voilà pour la photo. »

Autrement dit, ceci n’est que la façade d’une guerre des chefs à quoi s’attendent tous les participants et les commentateurs.

Sur le modèle de la photo de famille, qui ne célèbre que les moments heureux et plus particulièrement les rituels conçus pour formaliser l’unité de la famille, la photo officielle d’une rencontre publique est destinée à rassembler les participants dans une image qui exalte la concorde, à tout le moins la coexistence pacifique, en gommant tout ce qui pourrait laisser transparaître des divisions. En même temps, aussi bien la photo de famille que le cliché officiel d’un sommet ou d’une rencontre officielle sont devenus, dans le langage courant, la métaphore de la façade et de l’hypocrisie. En témoignent ces nombreuses affiches de films qui mettent en avant une famille dans son évidence dynastique alors que l’intrigue se complaira, au contraire, à traquer par le menu les fractures internes et les conflits ouverts.

Dans le cas présent, le goût prononcé des médias pour les photos de mimiques détonantes, qui entrent en contradiction avec l’air policé attendu dans les jeux politiques entre alliés, risque fort de faire avorter toute tentative de produire la photo idyllique espérée ou, plus sûrement encore, d’en ruiner par avance la crédibilité.


Site internet de L’Express