Retour au bon vieux registre

Mercredi dernier, j’étais à Buenos Aires pour participer au jury de thèse d’une étudiante dont j’avais co-dirigé le travail avec une collègue argentine, Susana Sel. André Gunthert faisait également partie de ce jury puisque cette thèse avait été préparée par Lucia Ulanovsky dans le cadre du Lhivic, à l’EHESS.

La soutenance s’est déroulée dans une salle spécialement aménagée pour les visio-conférences au sein de la Faculté de Philosophie et de Lettres. Matériel ultra-moderne, technicien présent en permanence : la connexion avec l’équivalent à l’EHESS s’est effectuée sans problème avec une qualité d’image et de son remarquable. A Paris, André suivait et intervenait dans les débats comme s’il se trouvait dans la pièce à côté.

Une fois terminés les échanges entre la candidate et les membres du jury, une fois conclue la délibération du jury, la décision a fait l’objet d’un procès-verbal, comme c’est l’usage en Argentine comme en France. Mais, là où cet acte officiel s’inscrit dans sa version française sur un formulaire standard qu’il suffit de remplir et de signer, à l’université de Buenos Aires, il requiert de récupérer le livre des « Actes » de la Faculté de Philosophie et Lettres dans lequel sont consignées toutes les décisions des jurys. Il faut donc attendre que cet épais registre soit apporté aux membres du jury – une autre thèse se déroulait juste avant – pour que s’engage la rédaction, à la main, d’un récit en bonne et due forme qui inclut la présentation du jury, le résumé du thème de la recherche, de la teneur des échanges et des évaluations du jury, pour s’achever par l’énoncé de la décision. Une fois, cet « acte » rédigé, il est lu intégralement à la candidate pour lui signifier officiellement la décision du jury. Ensuite de quoi, le registre repart vers d’autres soutenances et le lieu de son archivage.

Le contraste était saisissant entre l’instantanéité de la technologie numérique, capable de mettre en relation à la seconde des interlocuteurs que séparaient plus de 10 000 km, et l’accumulation manuscrite de décisions officielles dans un registre ouvert depuis des années. J’avais l’impression que plusieurs siècles séparaient le vis-à-vis virtuel permis par les écrans et l’inscription notariale d’un acte couché sur le papier, la rapidité de transmission des données numériques et la lenteur de leur transcription en « actes » à valeur juridique, entre le clic de la souris d’ordinateur et le tracé du stylo sur le registre. Le tout se télescopant dans le déroulement d’une « cérémonie » branchée à la fois sur la modernité technologique et la tradition académique.

Personnalisation

Capture d'écran du site de l'Université de Nantes

L’université de Nantes vient d’ouvrir ses portes au public. Pour cette occasion, qui se reproduit tous les ans, elle n’a pas reconduit la campagne de communication lancée en 2010, centrée sur quatre portraits d’enseignants-chercheurs.

L’idée était alors d’affirmer le lien entre les formations dispensées par l’université et la recherche – réalité que les lycéens méconnaissent et dont ils ne prennent pas forcément conscience lorsqu’ils entament un cursus universitaire. Les quatre collègues qui s’étaient prêtés au jeu se présentaient d’emblée comme des chercheurs, hautement spécialisés dans leur domaine. Trois scientifiques et une juriste ; une femme et trois hommes.

La question que je m’étais posée alors était : pourquoi personnaliser à ce point le message ? pourquoi « réduire » notre communauté universitaire à quatre de ses membres, surtout quand cette formule médiatique revenait à sur-représenter les sciences dures ? pourquoi affirmer à ce point des profils d’excellence et entrer ainsi en résonance avec les orientations actuelles de la politique gouvernementale, synonymes de concurrence et de sélection plutôt que de synergie et de soutien ? Mais je n’avais pas approfondi ces questions sur le moment ; elles étaient restées dans leur état fugitif.

Je les ai reprises cette année en constatant avec surprise que l’Université n’avait pas reconduit la formule, alors même que nous avions vu passer en interne, il y a quelques jours, un appel à candidatures pour de nouveaux portraits. Qu’est-ce qui s’était passé entre-temps ?

Il semble tout d’abord que la disproportion entre les  sciences dures et les autres disciplines enseignées dans notre université généraliste, nettement perceptible dans les quatre portraits de l’an passé, aurait été reproduite cette année puisque les collègues du pôle Sciences ont été nombreux à se porter candidats, contre seulement un dans le secteur des sciences sociales. Confrontés à des difficultés pour maintenir leurs effectifs étudiants, les scientifiques semblent plus ouverts à toutes les initiatives susceptibles de donner une image positive de leur activité et de leurs formation. Toutefois,  la même préoccupation devrait animer également les collègues des autres domaines de l’université. Or, ceux-ci restent à l’écart et refusent de s' »afficher » dans une telle campagne d’information. « Afficher » est le terme approprié puisque les affiches des Portes ouvertes de l’université se retrouvent pendant plusieurs jours collés sur des panneaux d’affichage, sous les abribus, voire sur des bus qui sillonnent la ville. Impossible de ne pas les voir, impossible de ne pas se voir ainsi placardé lorsqu’on a accepté d’y figurer.

C’est là que l’option personnalisante de cette campagne devient source de difficultés : qui va accepter de s’exposer de la sorte pour représenter l’université ? qui va se sentir assez « légitime » au regard de l’institution ? qui va assumer de sortir du lot d’une manière aussi marquée par le modèle pesant de la publicité et de la starification ? qui va accepter cette mise en exergue d’individus au lieu de la valorisation collective de l’institution ?

Pour tenter d’améliorer leur rapport au public, beaucoup d’institutions publiques lancent des campagnes de communication mettant en avant les personnes qui les composent, comme s’il était question de convaincre les citoyens ordinaires qu’ils y trouveront des relations inter-personnelles, « humaines », et non pas la froideur redoutée, impersonnelle, de toute structure administrative. On découvre ainsi comment s’appellent l’agent EDF ou les techniciens de Nantes Métropole, sans savoir si l’on aura affaire à eux, ou même si l’on pourra demander à leur parler en priorité au bénéfice de cette première connaissance par affiches interposées. Bref, la personnalisation du message est un effet de communication qui ne laisse pas forcément  présager une modification des relations effectives entre usagers et professionnels. Car les personnes ainsi distinguées ou mises en avant sont si peu nombreuses qu’elles ne sauraient à elles seules engager l’ensemble de leur institution.

C’est bien ce qui s’est passé à l’université de Nantes : le manque de candidats et leur trop inégale répartition invalidait par avance le message qu’ils étaient censés délivrer au public.

Mais il y a plus : des difficultés techniques se sont ajoutées à ces questions de gestion interne. C’est d’ailleurs un cas intéressant en ce qu’il fait apparaître les multiples composantes d’un problème et conduit à se méfier d’une sorte de théorie du complot à laquelle on serait aisément tenté de souscrire en première approximation. En même temps, lesdites difficultés techniques ne sont pas du tout anodines.

En 2010, l’université avait embauché une photographe professionnelle pour réaliser les quatre portraits, afin d’être assurée d’une qualité esthétique et technique suffisante pour une impression en grand format. Cette année, en revanche, les photos ont été réalisées en interne par des techniciens qui n’étaient pas spécialistes du portrait. Le résultat n’a pas été complètement satisfaisant, si bien que le projet de cette campagne a été abandonnée.

Nous touchons là à une autre question, qui renvoie aux évolutions récentes des pratiques photographiques depuis la généralisation du numérique , à savoir l' »amateurisation » de la production photographique qui prive une partie des professionnels de leurs marchés traditionnels et qui donne des résultats inégaux, pas toujours à la hauteur des exigences techniques de la communication1.

A travers ces différents aspects – institutionnels, techniques -, se pose la question de la personnalisation – d’une institution, du message – : tendance ô combien prégnante aujourd’hui, mais source de complications, voire d’impasses, comme dans le cas présent.

  1. Voir ici les billets consacrés aux amateurs et à la profession de photographe. []