L’art d’accumuler les traces

Capture d'écran du site http://www.floride-immobilier.fr/immigration.html

J’ai éprouvé hier le stress de devoir affronter les policiers américains pour entrer sur le territoire des États-Unis.

Je transitais par l’aéroport de Montréal où les services d’immigration US occupent tout un bâtiment, conçu comme un véritable avant-poste américain en territoire canadien.

On a beau avoir déjà passé les contrôles de sécurité dans l’aéroport d’où l’on vient, Québec en l’occurrence, il faut recommencer ici avec un luxe de précautions décuplé.

Puis vient le passage devant les agents de l’immigration. J’ai failli rater ma correspondance tant la procédure est tatillonne et lente. Au final, lorsqu’ils ont eu tout vérifié et constaté qu’il n’y avait aucune anomalie dans mon cas, il m’ont demandé d’appliquer les doigts de mes deux mains sur leur scanner pour enregistrer mes empreintes digitales, puis ils ont pris une photo de moi avec leur web cam spéciale, et enfin, mais enfin seulement, ils ont accepté de me laisser passer.

Or, cette étape finale de recueil d’empreintes m’a laissé un sacré doute. Je me suis demandé pourquoi leur super ordinateur central ne leur apprenait pas qu’ils avaient déjà enregistré mes données biométriques il y a quelques années lors de mon arrivé à l’aéroport de New York. Est-ce à dire que, d’un aéroport à l’autre, les données ne sont pas mises en communication ? Que vont-ils faire de mes empreintes, déjà recueillies séparément dans deux archives différentes ? Plus généralement, que peuvent-ils faire de ces millions de données personnelles saisies à longueur de journée dans tous les postes-frontières des États-Unis ? Sont-ils réellement en mesure de les taiter à la demande, ce qui supposerait déjà de pouvoir les retrouver, ou bien en sont-ils réduits à les accumuler, l’important étant davantage dans le signal donné aux arrivants qu’ils sont fichés que dans l’efficacité de ce fichage ?

Je suis reparti avec mes questions, même si j’étais surtout content de ne pas avoir raté mon avion.

Quand les paroles ne suffisent pas

Avant-hier, Barack Obama s’est rendu pour la seconde fois sur les plages du littoral américain atteintes par la marée noire, « la pire de l’histoire des États-Unis », selon les termes qu’il a utilisés lui-même au cours d’une conférence de presse tenue la veille à Washington. Mais il semble que la fermeté du ton qu’il emploie ne suffit pas à convaincre l’opinion américaine. Pour reprendre le commentaire de la correspondante de France Inter dans le journal de 19 h du 28 mai : « Il a des choses à prouver. Il a besoin de prouver que c’est lui qui a la main, qu’il est bien le donneur d’ordres, pas B.P. »

 » Et d’ajouter : « Aujourd’hui, il vient mettre des images sur ce qu’il a dit hier. »

Ainsi, les mots ne suffiraient pas forcément. Pourtant, le magistère politique fonctionne largement à la parole. En politique, affirmait Pierre Bourdieu, « dire, c’est faire ». Est-ce encore sûr lorsque l’image est devenue la médiation incontournable de tout événement digne de ce nom1  ? Peut-on convaincre qu’on s’occupe réellement d’un dossier, serait-on le président des États-Unis, si aucune image ne vient le confirmer ? L’exercice officiel de la conférence de presse n’y suffit plus, il faut payer de sa personne pour montrer que l’on est physiquement investi.

C’est ainsi que Barack Obama est venu voir de ses propres yeux à quoi ressemblaient les galettes de pétrole qui se déposent sur les plages. Chemise blanche immaculée, étendues de sables blond, soleil éclatant : décidément, cette marée noire ne se prête guère à une médiatisation catastrophiste2. Obama a beau s’être accroupi pour examiner la pollution de plus près, il donne davantage d’impression de ramasser des coquillages au cours d’un week-end de villégiature que de prendre à bras le corps la lutte contre la marée noire.

Quand les images non plus ne suffisent pas…

Complément en date du 7 juin 2010 :

Enfin, pourrait-on dire, les photos sont là !

Selon l’article du Monde : « La photo a été publiée partout : un pélican, cloué au sol, dégoulinant de mazout, fixe l’objectif d’un regard éteint. Elle date du jeudi 3 juin, date à laquelle une boue de couleur chocolat a commencé à envahir la baie de Barataria, en Louisiane, l’un des principaux sanctuaires naturels des Etats-Unis. En quelques jours, elle est devenue le symbole de la marée noire du golfe du Mexique. »

  1. lire les autres billets sur ce thème : Prédire-pré-voir, La photo-événement, Evénement avec ou sans photo []
  2. Sur ce thème déjà, lire le billet Désolation []

Désolation

Dans la série « Pas d’évènement sans images »1 , voici l’introduction d’un reportage diffusé hier 4 mai dans le journal de 19 h de France Inter :

« Pour l’instant, c’est une marée noire sans images. Un seul oiseau mazouté, un Fou de Bassan, a été découvert vendredi au sud-ouest de la Louisiane. A part les photos de cet oiseau et les clichés pris par avion de la nappe de pétrole, les médias américains n’ont rien d’autre à montrer au public. »

On devine l’angoisse sous-jacente : « Quand est-ce que ça commence vraiment ? »

Le journaliste, heureux homme de radio, enchaîne rapidement : « Mais pour les pêcheurs de Louisiane, cette marée noire est déjà une catastrophe majeure. (…) »

En espérant que les images soient à la hauteur… Sinon, comment maintenir à la une une catastrophe aussi peu spectaculaire2.

  1. Episodes précédents : « La photo-événement » et « Evénement avec ou sans photo » []
  2. Lire à ce sujet le billet d’André Gunthert : « L’échelle de l’information » ? []