Obligation photo

J’associe aujourd’hui deux faits apparemment dissemblables, mais qui me paraissent pointer une sorte d’automatisme de la photographie devenu aujourd’hui banal.

Tout d’abord cette publicité pour la nouvelle carte de transport lancée par le Conseil régional des Pays-de-la-Loire dont le visuel nous propose un magnifique train-appareil photo roulant sur des cartes postales en couleur. En lisant l’argumentaire qui l’accompagne, je comprends que cette carte s’adresse à ceux qui ne prennent pas le train pour raison professionnelle (différentes catégories d’abonnement leur sont déjà proposées), mais plutôt aux voyageurs occasionnels qui pourraient être tentés par le train dans le cadre de leurs loisirs, et particulièrement lors des week-ends et jours fériés. Il suffit alors de poser l’équation : voyage + loisir pour aboutir automatiquement à sa résultante : = photographie.

Second exemple de ces automatismes des temps présents : en vue des vacances de printemps qui viennent de s’achever dans notre zone, l’institutrice de mon plus jeune fils avait donné pour consigne à ses élèves de rapporter le jour de la rentrée (aujourd’hui) une photo du paysage qu’ils auront préféré. Là encore : vacances = voyage (c’est du moins le présupposé de cette demande) ; or, voyage = photo. Donc : vacances = photo1. Je passe sur le second présupposé de cette consigne : dans l’esprit de la maîtresse, tous les enfants ont forcément l’usage d’un appareil photo et leur famille l’équipement bureautique complet qui lui permettra d’imprimer pour la rentrée une photo en bonne et due forme. Qu’auront fait les enfants restés chez eux tout le temps des vacances et dépourvus d’imprimante à domicile ?

  1. Lors du récent voyage scolaire de ma fille à Rome, le collège avait également recommandé aux élèves d’emporter un appareil photo – ce qui avait donné lieu à ce « reportage » surréaliste dont j’ai déjà parlé ici. []

Vos prochains souvenirs


Un voyagiste illustre sa nouvelle publicité avec des clichés qui se donnent à voir pour des photos de vacances. Classique. Les vacances étant devenu un temps fort de la pratique amateur de la photographie, les publicitaires se sont emparés de ce raccourci visuel qui assimile vacances et photographie.

Seul détail troublant dans la publicité de Carlson Wagonlit Voyages : les trois photos restituent le format du polaroïd qui permettait d’écrire une légende directement sous le cliché. Mais il est vrai que des logiciels de traitement d’images ou des imprimantes permettent aujourd’hui de retrouver ce format et peut-être, au delà, la sensation d’être devant une photo absolument instantanée puisque révélée immédiatement après la prise de vue.

Le principal intérêt de cette publicité réside dans son slogan : « Imaginez vos prochains souvenirs ! »

« Imaginez« , tout d’abord, signifie ici littéralement : « Mettez en images ». Ou encore : « Pré-voyez », au sens propre de : « Voyez dès maintenant à quoi ressembleront vos vacances ». Avec la débauche actuelle de catalogues et de guides de voyages, il devient difficile en effet de partir quelque part sans en avoir déjà vu des images. A tel point qu’on peut se demander si le travail du touriste moderne ne consiste pas à vérifier sur place la conformité des images proposées par ses sources d’informations ou, mieux encore, de vérifier que les lieux visités sont bien à l’image de ce qu’il en a pré-vu. D’ailleurs, certains guides fournissent des indications précises sur l’endroit où se mettre pour réussir la photo « immanquable » de tel ou tel site touristique. Le voyageur doit donc pouvoir vérifier que c’est bien conforme à l’image et réussir à la faire soi-même.

Imaginez donc, mais quoi ? « Vos prochains souvenirs« . Ainsi, avant même d’être partis, avant même d’avoir vécu le moindre instant de vos vacances, vous saurez quoi en retenir. Vous verrez déjà vos souvenirs en images. Nous avons tous vécu cette scène : la famille ou des amis sont venus pour un repas de fête ; au moment de passer à table, après un apéritif qui a chauffé l’ambiance, quelqu’un lance : « Attendez, on va faire une photo ! » Certains rouspètent (ils ont faim), rechignent à se mettre en place là où il faut pour entrer dans le cadre de l’image, continuent à discuter entre eux au lieu de sourire à l’objectif. Bref, la mise en place du cliché commémoratif ne se fait pas sans mal. Si bien que le (ou plutôt la) photographe (car c’est souvent la maîtresse de maison) tance les agités en leur lançant une formule du genre : « Vous serez bien contents d’avoir des souvenirs. » Imparable. Tout le monde se calme l’instant de la prise de vue. Ouf, on a échappé à l’oubli !

Cette publicité va plus loin en programmant nos souvenirs, en nous offrant de les visualiser avant même de les vivre. A la limite, on pourrait se dispenser de partir et payer le voyagiste uniquement pour nous avoir fait voir à quoi ressembleront nos vacances. Dans la foulée, il pourrait même nous proposer plusieurs formules d’albums photos qui nous tiendraient lieu de souvenirs. L’image finirait par se suffire à elle-même.