Vicissitudes des Images plein la rue

Reproductions géantes de photographies d'Arno Rafael Minkkinen

Dans le fond, "Figure (with vertical lines)" de John Baldessari, sur la façade de l'ancienne prison

Le festival Images de Vevey se caractérise par le grand nombre d’expositions installées dans la ville, en différents endroits choisis pour leur résonance avec les images. Il s’ensuit qu’elles sont exposées aux vicissitudes d’un environnement où leur présence ne va pas forcément de soi et où leur réalité physique est exposée à de nombreuses atteintes.

Ainsi, lorsque le vent est trop fort, les flotteurs qui supportent les images du Japonais Yuji Hamada – placées sur le lac précisément pour l’arrière-fond que la crête des Alpes offre à ses recompositions de montagnes à partir de papier aluminium – se trouvent rabattus sur la rive, voire emportés au large. L’un d’eux a tout bonnement disparu.

Réparation des flotteurs échoués

D’autres atteintes ne viennent pas des éléments, mais des gens.

L’installation en forme de snowpark du Suisse Philippe Fragnière excite les envies des enfants qui grimpent dessus et, en retombant, déchirent le papier des images, dont ils ne perçoivent pas forcément qu’elles représentaient quelque chose. Il a fallu installer un cordon de sécurité et, comme cela ne suffisait pas, ajouter des écriteaux précisant qu’il s’agissait bel et bien d’une œuvre d’art sur laquelle il n’était pas question de monter. Les personnels qui étaient venus recoller les images redoutaient que ces simples papiers scotchés sur les poteaux ne durent pas plus longtemps que le reste.

Parfois, c’est la présence et le contenu des œuvres dans l’espace public qui soulèvent des réactions. Un graffiti, inscrit à même la bâche sur laquelle est présentée une photographie géante, proteste contre l’image que l’ensemble de la manifestation donne de la ville de Vevey : « L’Image de Vevey, la ville d’Images, n’est qu’une image. Savez-vous ce qui se cache sous cette pellicule faussement parfaite ? »

Il y a encore d’autres cas où le second degré des concepteurs du festival entre en contradiction manifeste avec la politique de la ville et les attentes de certains de ses habitants. C’est le cas de l’exposition des photos de graffitis réalisés à New York par la photographe Martha Cooper dans les années 1980. Ses images ont été collées dans un souterrain qui passe sous les voies de chemin de fer, dans une allusion directe aux couloirs du « subway » américain où ces graffitis avaient fait leur apparition. Il se trouve que la municipalité de Vevey mène une politique active contre les graffitis : à cette fin, elle a en particulier recouvert les carrelages de ce souterrain d’un produit qui empêche de fixer la peinture. Si bien qu’il s’est révélé particulièrement difficile d’y coller les photographies de l’artiste. Un comble pour une œuvre sur les graffitis !

Mais il y a plus : le matin où je suis passé dans ce souterrain, la plupart des images avaient été arrachées. Il y a clairement à Vevey des personnes qui ne veulent pas y voir revenir les graffitis, même sous la forme d’images consacrées aujourd’hui comme des œuvres d’art.

Décidément, la vie des images dans l’espace public n’est pas de tout repos.

Orgie d’images

Dans le cadre du festival Images, présenté actuellement dans la ville de Vevey en Suisse, une installation suscite de nombreuses réactions. Il s’agit de l’œuvre d’Erik Kessels, intitulée 24hrs in Photos, qui a pris place dans l’église Sainte Claire.

Ce spectaculaire tas de photographies, qui ensevelit une bonne partie de la nef de l’église, est composé de quelque 350 000 clichés représentant la somme des images déposées en une journée sur le site Flickr de partage en ligne de photos. Une structure sous-jacente assure que cet amas ressemble bien à une montagne. Sur les bords, les clichés se répandent par terre si bien qu’il est difficile de s’approcher de l’installation sans marcher dessus. Ainsi s’infiltre dans l’esprit du visiteur l’assimilation de cet amoncellement à un tas de déchets. Si l’on ajoute à cela le fait que l’œuvre a été installée dans une église, qui plus est une église protestante de laquelle presque toute forme d’image est bannie, on se trouve face à un geste artistique qui a tout pour faire réagir les visiteurs.

Ils ne s’en privent pas. Certains sont choqués qu’un sanctuaire religieux soit envahi, pour ne pas dire profané, par ce tombereau d’images qui n’ont rien de sacré. D’autres, qui ne partagent pas la même religion, refusent de pénétrer dans une église protestante. Erik Kessels semble coutumier de ce jeu avec le religieux : en  2013, il avait déjà présenté cette installation dans le cadre du Palais de l’archevêché d’Arles et, comme ici à Vevey, avait fait poser des ecclésiastiques devant cette avalanche de photos.

Passé le premier moment de surprise, beaucoup de visiteurs s’approchent, mais hésitent à marcher sur les clichés – geste qui transgresse trop délibérément l’idée même d’œuvre d’art. Pourtant, il est impossible d’y échapper. De même qu’il semble difficile de ne pas piocher dans le tas pour en sortir quelques images à regarder de plus près. Rapidement, certains comprennent qu’ils peuvent les emporter avec eux : cet infime prélèvement ne saurait réduire la montagne qu’ils ont devant eux. Voici donc une œuvre sur laquelle on peut marcher, que l’on peut toucher et même piller sans être rappelé à l’ordre. Pour la plupart des visiteurs, c’est très inattendu et leur comportement ponctué d’hésitations révèle bien le trouble qu’ils ressentent.

Rien de tel chez les enfants, si j’en juge par la visite à laquelle j’ai pu assister d’une classe de primaire. L’enseignant a laissé ses élèves libres de visiter à leur guise. Ainsi débarrassés de toute consigne et donc de toute forme d’interdit, ils se sont jetés sur les images avec un plaisir retentissant, sans marquer le moindre temps d’étonnement, comme si on n’avait accumulé des milliers de photos qu’à seule fin de leur permettre de se vautrer dedans.

Ce furent vingt minutes de frénésie : ils brassaient les photos à pleine main, s’allongeaient dessus, piochaient, jetaient, s’interpellaient pour se les montrer, les échanger. Certains ont bien essayé de gravir le monticule : c’est la seule fois où la personne de garde est intervenue pour les en empêcher. Au moment de repartir, presque tous emportèrent des photos. Parfois, ils jetèrent presque toutes celles qu’ils avaient récoltées, comme si subitement l’idée de les conserver leur paraissait saugrenue. Mais à aucun moment, ils n’ont donné l’impression de s’interroger : qu’est-ce que c’est que ça ? qu’est-ce que ça fait là ? Non, c’était tout bonnement une orgie d’images mise à leur disposition et ils venaient d’en profiter sans retenue.