Télé-observation

J’ai demandé à des étudiants de Licence 2, dans le cadre d’un TD consacré à la sociologie des cultures, de décrire en détail l’intérieur de l’habitation de leurs parents, du moins des pièces de réception (entrée, salon, salle à manger, voire cuisine) en vue d’appréhender concrètement des signes révélateurs des goûts et des pratiques culturelles. Je leur ai proposé de le faire dans leur famille pour que l’exercice leur paraisse plus simple à effectuer. Mais j’avais imposé comme condition qu’ils travaillent en binôme afin d’allier, sur chaque lieu d’observation, le regard familier de l’enfant de la maison et le regard extérieur du visiteur étranger.

C’est là que les choses se sont compliquées. Certains étudiants ne sont pas originaires de la région nantaise et, de surcroît, dans un binôme donné, les familles respectives ont pu se révéler être très éloignées géographiquement. Il n’a donc pas toujours été possible à ces étudiants de se déplacer les uns chez les autres.

Qu’à cela ne tienne : ils ont facilement trouvé une solution, technologique et visuelle. Chacun a photographié et filmé l’intérieur de ses parents et a transmis le tout à son partenaire. Ce dernier a ensuite procédé à l’observation et à la description demandées à partir de ces documents visuels. De la télé-observation en somme.

Je n’avais pas anticipé ce type d’obstacle et encore moins la facilité avec laquelle ils l’ont effacé. Cet exemple me semble montrer avec évidence combien ils appartiennent à une génération de l’image qui s’en sert en permanence, pour communiquer, se divertir, mais également, en cas de besoin, pour travailler.

Voici le bilan de cette opération par l’un de ces télé-observateurs : « Le principal avantage est que par le biais des photos et des vidéos, nous ne pouvions pas oublier d’observer tel ou tel objet. Grâce aux photos, le lieu d’enquête est figé et l’observation en est facilitée. Cependant, les limites sont que la qualité de certaines photos a pu poser des difficultés d’identification de certains objets. De plus, l’enquêteur n’est pas immergé dans son terrain d’enquête et ne peut pas s’imprégner de l’ambiance du lieu. »

Le recours à la photographie par souci d’exhaustivité a également animé certains étudiants inscrits dans un autre de mes cours, en Licence  3, consacré cette fois à la sociologie des images. Je leur avais demandé d’effectuer un relevé le plus complet possible des images qu’ils rencontraient dans l’environnement immédiat de leur lieu d’habitation. Un bon tiers d’entre eux a mentionné dès le début de leur compte rendu qu’ils avaient photographié systématiquement tout ce qu’ils voyaient, puis que, de retour chez eux, ils avaient travaillé d’après leurs clichés, afin de s’assurer de ne rien laisser passer. « J’ai choisi le recours à la photographie, explique cette étudiante, pour relever les images avec plus de précision. J’ai ensuite trié mes clichés dans des thèmes spécifiques. » Ils ont expérimenté ainsi un procédé régulièrement employé dans les opérations d’observation, lorsqu’il est question d’effectuer des relevés systématiques de configurations matérielles, comme des décors domestiques ou des environnements publics.

La facilité qu’il y a désormais à photographier et à filmer avec un téléphone portable explique certainement qu’autant d’étudiants aient adopté cette option méthodologique. La prise de notes photographiques est indéniablement en train d’entrer dans les mœurs de cette génération.

Les nouveaux périscopes

La compagnie Royal de Luxe est de retour ce week-end dans les rues de Nantes (son port d’attache) avec ses créatures-machines gigantesques : une déjà connue : le petite géante ; un métamorphosé : son grand géant d’oncle revenu en Campesino mexicain ; et, rapporté dans leurs malles du Mexique, un chien noir, El Xolo, qui court partout.

La foule attirée par ces trois jours de grand chambardement urbain est immense. La presse relate que de nombreux visiteurs sont venus d’un peu partout en France. Sans compter les étrangers.

Un tel succès pose un problème constant à tous ceux qui veulent suivre les déambulations des géants dans la ville : où se placer pour voir quelque chose, sachant que le spectacle est en mouvement. Les créatures de Royal de Luxe sont conçues pour surplomber la foule, particulièrement les plus grandes qui tutoient les dernières étages des immeubles. Mais le chien, lui, dépasse de peu la tête des spectateurs. Et puis, nombre de séquences (le réveil de la petite géante, par exemple) se déroulent à hauteur d’homme. Impossible de les voir derrière une foule compacte.

Vue ordinaire depuis la foule : la petite géante

Le chien El Xolo

Capture d'écran depuis le site du JDD.fr

A Londres, lors du mariage de William et Kate, j’avais été surpris de voir le grand nombre de Britanniques équipés de périscopes. Rien de tel chez nous, pour une raison que j’ignore (ce serait pourtant un bon business). Ici, les appareils photos et les caméras vidéos en tiennent lieu. Non seulement les spectateurs mitraillent, pris par une véritable frénésie photo-vidéo-graphique, comme désormais dans toute manifestation hors du commun, qu’elle soit culturelle ou politique. Mais encore, ils s’en remettent à leurs photos ou à leurs vidéos pour espérer voir après-coup, ce qu’ils n’auront pas réussi à apercevoir sur le champ. L’enregistrement visuel participe désormais du principe de précaution : il permettra d’obtenir une image de l’événement à défaut d’en avoir une vision. Certains Nantais préfèrent d’ailleurs rester délibérément chez eux pour regarder les reportages de la télévision plutôt que d’essayer d’arracher à la foule quelques aperçus personnels. L’image médiatique comme seule vision correcte de l’événement ? Qu’est-ce qui compte le plus désormais : avoir une bonne image de l’événement (sans forcément y avoir assisté) ou y avoir participé, plus ou moins à l’aveugle, mais porté par cette sorte de vague d’euphorie qui saisit tant de gens devant un spectacle aussi extra-ordinaire, au sens propre ?

Juchés sur les épaules de leurs parents, certains enfants sont chargés de voir et d'enregistrer pour eux

Au fond, El Campesino extrait de son container

Les journaux, qui voient dans la foule le signe manifeste du succès de l’événement, incorporent parfois à leurs reportages des photos montrant le nombre, proprement inépuisable, des spectateurs qui brandissent un appareil photo, une caméra ou un téléphone portable : autant de concurrents à leurs propres clichés ou bien, sur place, autant d’obstacles à leur travail de reportage ?

Anathème visuel

« Arrêtez l’argentique. Passez à la vidéo ! » a lancé le ministre du travail Eric Woerth aux députés socialistes lors des premiers échanges parlementaires sur le projet de réforme des retraites. Par cette formule, il pensait ridiculiser l’opposition et ses propositions comme ringardes, dépassées.

Malheureusement, la formule qu’il a adoptée ne fonctionne pas très bien puisque la vidéo a d’abord existé dans le registre analogique avant d’être gagnée elle aussi par la technologique numérique. « Arrêtez l’argentique. Passez au numérique ! » aurait été plus clair. Sauf à supposer que cette confusion dénote une autre forme de ringardise : celle d’un gouvernement et d’un président de la République demeurés absolument vidéos, c’est-à-dire rivés à l’image télévisée, quand le numérique faisait exploser l’image sur internet.

Ne joue pas les modernes qui veut.