L'appât

Capture d'écran du site http://m.samsung.com

Le smartphone Samsung Galaxie Nexus propose la possibilité de le déverrouiller par reconnaissance faciale : « Un jeu d’enfant : il vous suffit d’allumer le téléphone et de regarder la caméra pour déverrouiller le téléphone. Plus besoin de retenir de mots de passe compliqués. Ne craignez plus que votre téléphone tombe entre de mauvaises mains. »

Soulignons tout d’abord qu’il est demandé de sourire pour réussir cette opération. Comme de fait l’appareil compare l’image du visage qui lui est proposée à celle que son propriétaire y a préalablement enregistrée, je suppose qu’un visage sévère ferait aussi bien l’affaire. Mais ce n’est pas sûr : le smartphone de Samsung est peut-être programmé pour ne photographier que des visages souriants (comme nombre d’appareils numériques actuels). J’imagine également que le plaisir est tellement grand de retrouver son smartphone chéri que le sourire vient naturellement aux lèvres.

Certains esprits chagrins ont déjà mis en évidence qu’il était facile de tromper la vigilance du Samsung Galaxie en lui présentant une photo plutôt que directement le visage de l’intéressé. « Il s’agit donc d’un verrouillage avec un faible niveau de sécurité pour Android 4.0. Il vaut donc mieux utiliser un pin ou un mot de passe si l’on ne veut pas que n’importe qui ait accès à ses données. » Il semble qu’Apple ait déjà déposé un brevet pour se réserver de développer sur ses propres appareils un système de reconnaissance faciale plus performant.

Ce qui me frappe surtout dans ce nouveau gadget, c’est qu’il joue sur un mécanisme d’accoutumance que Franck Leblanc identifie bien dans sa description de l’extension des systèmes de télésurveillance. Il montre en effet que nombre d’entreprises qui développent ces systèmes pour accroître l’efficacité de la sécurité publique proposent des applications commerciales ludiques destinées au grand public, sous forme de jeux, d’applications diverses ou encore d’outils complémentaires pour des sites préexistants comme Facebook ou Flickr. Le consommateur lambda qui s’amuse ainsi à reconnaître ses « amis » dans des photos qui circulent sur internet s’habitue sans forcément s’en rendre compte à un régime de surveillance généralisée qui passe par la traque visuelle et l’identification des visages. Comment dès lors pourrait-il s’étonner, voire s’insurger que son image soit utilisée par des services de polices, nationaux et internationaux, pour le ficher et le reconnaître en toute circonstance ?

Adresser un sourire à son smartphone pour le déverrouiller pourrait bien être un geste plus menaçant qu’il n’y paraît.