Les mots-images (suite)

National Film and Sound Archive Australia

Cela fait longtemps que je n’ai pas alimenté cette rubrique consacrée à la présence du vocabulaire visuel dans le langage courant. L’occasion m’en est fournie aujourd’hui par le présentateur du journal de 19 h, sur France Inter, qui a lancé un sujet réalisé sur le vif dans l’enceinte du Salon de l’agriculture en annonçant « une photo sonore ».

La radio a en commun avec la photographie, ou encore les images animées, de nous proposer des enregistrements (ici sonores, là visuels) qui sont autant de preuves d’existence des situations enregistrées. Un son de radio fonctionne à cet égard de la même façon qu’un cliché photographique ou une séquence vidéo. Si l’on ajoute que la radio a gagné ses lettres de noblesse dans le domaine de l’information sensiblement au même moment que la photographie ou le cinéma d’actualité, un journaliste de radio ne devrait pas avoir à faire miroiter une quelconque parenté avec la photographie pour convaincre de l’intérêt d’un reportage sonore.

Sauf qu’entre-temps, la télévision s’est installée comme la synthèse incontournable du son et de l’image, si bien que le son seul semble manquer de quelque chose, d’un pendant qui ne saurait être que visuel. N’entend-on pas parler parfois d’un reportage de radio comme d’une « carte postale sonore » ?

Au cinéma « muet » manquait la parole. Depuis, il est devenu « parlant ». Dans le monde dominé par les images qui est le nôtre, à la radio manquerait toujours la vue.

Les mots-images (suite 1)

Chiffres et graphiques-72dpi

Une réunion technique au sein de l’Université de Nantes. On nous expose la politique de documentation de la Bibliothèque Universitaire. Il est question du coût sans cesse croissant des ressources électroniques. A l’appui, nous avons sous les yeux quelques tableaux de chiffres, retraduits ensuite sous la forme de courbes qui permettent de repérer plus facilement les évolutions les plus marquantes. L’intervenante tient à nous prévenir qu’il ne s’agit que d’ « une sorte de photographie de l’existant »,  pour signifier en particulier qu’il serait hasardeux d’en tirer des conclusions trop catégoriques sur ce que l’avenir nous réserve. Elle insiste de la sorte sur la fragilité de sa présentation et sur son caractère tout sauf divinatoire. Une courbe ne demande qu’à être prolongée, tandis qu’une photographie délivre un instantané qui n’annonce rien. Il en va de même pour les sondages qui, eux aussi, ne seraient que des « instantanés de l’état de l’opinion ». Ainsi, on se montrerait spontanément plus prudent devant une image, qui plus est instantanée, que devant des chiffres, qui en imposent, et des courbes, qui pourtant ne sont jamais que des images. La photographie est brandie ici comme le symbole du provisoire, donc de l’incertain.

Prédire, pré-voir

Entendu ce matin, dans le journal de 9 heures sur France Inter :

« Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ravivant ensemble la flamme du tombeau du soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe, ce devrait être la nouvelle photo de la réconciliation franco-allemande. »

Ce geste a été prévu pour être « très symbolique » et il débouchera forcément sur un cliché qui le sera tout autant, tellement il est vrai désormais qu’un événement digne de ce nom ne saurait se concevoir sans l’accompagnement des médias (ajoutons-y la télévision, bien sûr). Mieux même : sans être conçu spécifiquement pour son rendu médiatique. Dans cet esprit-là, le geste politique est une photo à venir. On peut en prédire l’écho, on peut en pré-voir l’image1.

Cette formule radiophonique soulève en outre une question de vocabulaire. On y entend un « mot-image », comme il arrive de plus en plus souvent dans le langage actuel. Ne présente-t-on pas les sondages comme des « photographies instantanées » de l’opinion, n’assimile-t-on pas un beau paysage à une « carte postale », etc. ? Il serait intéressant de dresser un inventaire de ces expressions symboliques qui émaillent notre vocabulaire usuel et qui désignent le registre des images comme l’un des facteurs structurants de notre culture contemporaine. A vos exemples !

  1. J’ai développé ce thème dans ma contribution au livre dirigé par Gianni Haver sur La photo de presse, intitulée : « Pré-voir l’actualité. La notion d’évènement redéfinie par la photographie de presse » []