Préfiguration

Le Voyage à Nantes a parsemé depuis la semaine dernière la ville d’œuvres d’art insolites, d’installations éphémères. Cette sorte inattendue de biennale durera jusqu’au 19 août. Avis aux estivants curieux.

Plusieurs des œuvres aujourd’hui installées ont été annoncées, préfigurées dans les divers documents de communication diffusés depuis des mois par les promoteurs de l’événement. Dans la plupart des cas, les images se présentaient comme des photographies de ces productions en situation. Elles avaient bien sûr été réalisées sur ordinateur en utilisant toutes les ressources de ce qu’il est convenu d’appeler « la réalité augmentée ».

Visuel de préfiguration de l'oeuvre "Superama"

L'oeuvre installée, telle que je l'ai photographiée

C’est le cas par exemple des visuels préfigurant la plateforme « Superama » conçue par trois enseignantes de l’École nationale supérieure d’architecture de Nantes : on pouvait y voir l’œuvre comme si elle était déjà à l’emplacement prévu, intégrée à un instantané photographique de la rue concernée. En la découvrant « pour de vrai » il y a quelques jours, j’avais la sensation étrange de l’avoir déjà vue, non seulement à l’état de projet, mais bel et bien en place. J’aurais été surpris de ne pas la trouver là pour de bon.

Or, je n’ai pu me détacher d’une évidente déception devant l’œuvre proprement dite. Elle devait figurer une sorte d’explosion de matière fusant d’un étroit passage, alors que je découvrais en fait un assemblage assez pesant de tubulures parsemées de plaques d’aluminium. Je ne retrouvais pas l’impression suscitée par l’image préalable.

J’en suis venu, du coup, à me demander pourquoi les artistes s’étaient mis si souvent à projeter leurs œuvres dans des représentations de type photographique qui deviennent une base incontournable de comparaison et d’évaluation : j’appréhende forcément cette œuvre dans sa conformité à l’image qui la préfigurait de manière aussi réaliste. Et si je trouve, comme ici, qu’elle ne lui ressemble pas assez, je suis déçu.

Le décalage vient précisément des artifices introduits dans l’image par les outils informatiques de traitement : lorsqu’on regarde de près le visuel de présentation, on se rend compte que les tubulures ont été grisées pour se fondre dans le fouillis lui-même gris des plaques d’aluminium. Le projet était peut-être de monter l’œuvre avec des tubulures peintes en gris, mais tel n’est pas le cas : les montants sont bel et bien couleur métal, sombre ; ils lestent l’installation de lignes horizontales peu compatibles avec l’impression de légèreté qui devait se dégager de l’ensemble. Mais je n’aurais peut-être pas ressenti cette déception si je n’avais pas déjà eu dans l’esprit l’image faussement réaliste de ce que cette réalisation devait être.

Comme quoi la réalité augmentée tend à nous faire considérer la réalité effective comme diminuée. Ce qui est particulièrement dommage pour des œuvres d’art qui devraient, au contraire, nous faire décoller du réel dans arrière-pensée. Artistes, retrouvez les vertus oniriques du dessin, du simple croquis, de la perspective cavalière et laissez Photoshop aux publicitaires !