Une masse invisible

G. Reiske, Portrait de famille, date ?

(Note provisoire)

Lorsque je me suis mis en quête d’études sur le portrait au XIXe siècle, j’ai été surpris d’en trouver si peu. Tous les historiens s’accordent néanmoins pour affirmer que ce siècle fut celui du portrait. Le nombre des effigies peintes ou sculptées y atteignit des sommets, en lien avec l’affirmation d’une clientèle bourgeoise avide de cette forme symbolique de reconnaissance sociale. Divers indicateurs se révèlent pertinents pour mesurer ce phénomène : le grand nombre d’ateliers de portraitistes dans les principales capitales européennes ; la part croissante des portraits présentés lors des Salons successifs (jusqu’à 30 % certaines années) ; la fortune acquise par les peintres de portrait les plus renommés. Lire la suite

Images d'antan

A Drummondville, entre Montréal et Québec, la principale attraction est un « village d’antan« , qui propose la reconstitution d’un village québécois du XIXe siècle, avec des maisons en bois d’époque restaurées, des intérieurs reconstitués fidèlement et des personnages vivants qui expliquent sans relâche aux visiteurs, avec une bonhommie inépuisable, quelle était leur vie et leur activité à l’époque.

Par souci, j’imagine, de diversifier la visite, les activités artisanales sont privilégiées : la plupart des corps de métier ruraux sont représentés, alors que les maisons de paysans se réduisent à une seule ferme. Au fond, il s’agit plus d’un bourg, fort de 56 maisons, que d’un simple village.

Au sein de ce catalogue d’habitations du XIXe siècle, le contraste est frappant entre l’immense majorité des maisons qui sont de simples logis et ateliers dont la décoration se réduit à quelques images pieuses accrochées sur des murs nus, et les quelques demeures plus cossues (3-4 sur l’ensemble) : celles du boulanger, de l’apothicaire, du sacristain et la première résidence d’un évêque natif de ce village (extraordinairement riche en comparaison de toutes les autres). Car c’est seulement dans ces dernières que l’on trouve quelques gravures ou tableaux, des bibelots et des photographies.

Même si cette reconstitution d’un bourg rural n’est probablement pas représentative de l’habitat rural ordinaire de cette époque, elle permet cependant d’appréhender concrètement la rareté des images dans les campagnes du XIXe siècle, hormis dans le registre obligé de l’imagerie religieuse1.

Étonnamment, on y trouve la reconstitution d’un atelier de photographie, qui attire les visiteurs parce qu’il leur propose la réalisation de leur portrait en costume d’époque, au moyen… d’un appareil numérique et d’une imprimante à jet d’encre. La photographe – une femme en costume, qui a tout l’air de sortir de l’ancien temps – retravaille immédiatement les clichés sur son appareil pour leur donner la teinte sépia et les craquelures de photos centenaires. 12 dollars canadiens le portrait !

  1. Voir, sur ce thème, le chapitre de mon livre en ligne consacré à L’intrusion des images dans la vie quotidienne. []